MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > Bamanankan kanubagaw yɔrɔ / Le coin des amoureux du bambara > Hadamaden josiraw dantigɛli diɲɛ fan tan ni naani ye / Déclaration universelle (...)

Hadamaden josiraw dantigɛli diɲɛ fan tan ni naani ye / Déclaration universelle des droits de l’homme


A l’occasion de son 75° anniversaire, nous présentons aujourd’hui une nouvelle traduction en bambara du texte de la fameuse Déclaration universelle des Droits de l’Homme (1948). En effet la version présentée sur le site du Haut Commissariat aux Droits de l’homme de l’ONU n’est vraisemblablement pas la version finale traduite en 1991 par Abdoulaye Bary : En effet par exemple l’article 1 dit en bambara "Tous les êtres humains naissent égaux en dignité et en droits" alors que le texte d’origine dit "libres et égaux". Certains articles sont incomplets et un article manque, le § 3 de l’article 16 "La famille est l’élément naturel et fondamental de la sociéte...".
Nous tentons ci-dessous de présenter une traduction en bambara collant le plus possible à chaque mot du texte original. Probablement, le résultat est par endroits maladroit, mais nous l’espérons pas erroné et compréhensible. Merci de nous signaler toute erreur et, si possible de nous proposer votre version de telle ou telle phrase.
Rappelez-vous que chaque phrase et chaque mot de ce texte ainsi que son plan général ont été discutés et pesés pendant des heures et des jours, ses auteurs étant portés par la nécessité d’une nouvelle fondation solide au sortir des horreurs de la Deuxième Guerre Mondiale.

Déclaration universelle des droits de l’homme Hadamaden josiraw dantigɛli diɲɛ fan tan ni naani ye.traduction alternative à la traduction officielle sur le site de l’OHCHR
Préambule Ɲɛbila
Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde, An bɛɛ y’a ye ko hadamaden mumɛ kabila ka danbe ani a ka josiraw damakɛɲɛnen n’a tigɛbali ye hɔrɔnya sintin de ye diɲɛ kɔnɔ, ani tilennenya ni hɛrɛ,
Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme, An bɛɛ y’a ye ko hadamaden josiraw dɔnbaliya an’a burujali de ye damatɛmɛjuguya caman sababu ye, min bɛ mɔgɔya ladiri ɲugun, ko hadamaden mago bɛɛ la belebele dantigɛli kɛra ka diɲɛ dɔ dilan, hadamaden na hɔrɔnya sɔrɔ min kɔnɔ k’i hakilila fɔ ani ani k’i dannasira bato, ka bɛɛ tangalen to bagabagali ni ɲani ma,
Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression, An bɛɛ y’a ye ko a tɛ ɲɛ fo hadamaden josiraw ka lakana sariyabatufanga de fɛ yaasa, a laban na, muruti kana kɛ mɔgɔ ma diyagoya ye tɔɲɔ ni degun kanma,
Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations, An bɛɛ y’a ye ko a tɛ ɲɛ fo kanu jiidili ka kan ka kɔkɔrɔmadon jamanaw ni ɲɔgɔn cɛ,
Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande, An bɛɛ y’a ye ko Jamanaw ka Tɔnba y’a ŋaniya dantigɛ kokura, jamaw bɛnkansɛbɛn kɔnɔ, ko ale dannaya dalen bɛ hadamaden josira bɛrɛw la, hadamaden danbe n’a kiimɛni na, cɛ ni muso josiraw kɛɲɛni na, ani ko a b’a cɛsiri maaya ka taaɲɛ ka jiidi, diɲɛnatigɛ ka nɔgɔya hɔrɔnya jiidilen kɔnɔ,
Considérant que les États Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales, An bɛɛ y’a ye ko tɔndenjamana bɛɛ y’a kandi ko a bɛ fara kabilatɔn kan ka hadamaden josiraw n’a ka hɔrɔnya bɛrɛ bonya ni waleyali kɔkɔrɔmadon diɲɛ bɛɛ kɔnɔ,
Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement, An bɛɛ y’a ye ko bɛn ka kɛ faamuya kelen ma josiraw ni hɔrɔnya ninnu kan, walasa fɔlen bɛ se ka tiimɛ a ɲɛ ma,
L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des États Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction. Tɔn lajɛba b’a weleweleda ko hadamaden josiraw dantigɛli in ka kan ka kɛ fasojama bɛɛ ni jamana bɛɛ ka sagosira kelen ye, min ka kan ka lasɔrɔ, walasa mɔgɔ kelen-kelen bɛɛ ni mɔgɔyajɛ bɛɛ, ka nin dantigɛli in to u kɔnɔ, u k’u cɛsiri kalan ni ladumuni fɛ ka josira ni hɔrɔnyasira ninnu batoli jiidi, ka fɛɛrɛ tigɛ jamana kɔnɔ an’a kɔkan ka sira ninnu jateli n’u waleyali nɛmɛnɛmɛ tiimɛ, tɔndenjamanaw yɛrɛ kɔnɔmɔgɔw fɛ, ani u ka jamana maralenw kɔnɔmɔgɔw fɛ.
Article premier Sariyasen fɔlɔ :
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Hadamaden bɛɛ hɔrɔnyalen bɛ bange, u danmakɛɲɛnen bɛ bange, danbe ni josira la.
Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. Hakilila ni taasi b’u fɛ, u ka kan ka badenyasira sigi u ni ɲɔgɔn cɛ.
Article 2 Sariyasen 2nan :
Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. Bɛɛ ka kan ka josira ni hɔrɔnya ninnu bɛɛ diyabɔ, minnu ɲɛfɔlen bɛ Dantigɛli in kɔnɔ, wolomali fan si t’a la, kɛrɛnkɛrɛnya la siyawoloma, farila, cɛya ni musoya, kan, diinɛ, politikisira walima miirisira wɛrɛ bɛɛ, fasowoloma ni sɛrɛwoloma, sɔrɔ ni bonda walima dabolo fan o fan.
De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté. Ka fara o kan, mɔgɔ tɛ minɛ i bɔyɔrɔ min ma, o jamana walima dugukolo dabolo mana kɛ fɛn o fɛn ye politiki ni sariya la walima diɲɛdabolo, o ka kɛ jamana wali dugukolo yɛrɛmahɔrɔn ye, wali kalifafɛn, wali maralen, wali dan dɔ bɛ min ka setigiya la.
Article 3 Sariyasen 3nan :
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. Hadamaden bɛɛ ka kan ni kisi, hɔrɔnya, ni tanga ye.
Article 4 Sariyasen 4nan :
Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; Mɔgɔ si tɛ to jɔnya la, ani bolokɔnɔmɔgɔya.
l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. Jɔnya ni jɔnjago jan o jan kɔnnen don.
Article 5 Sariyasen 5nan :
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Mɔgɔ si tɛna majigin ɲankata fɛ, ani ɲangili nijugu ni a farin walima min bɛ i danbe lagosi.
Article 6 Sariyasen 6nan :
Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique. Bɛɛ ka kan ni jateli ye sariya nikun ye yɔrɔ bɛɛ.
Article 7 Sariyasen 7nan :
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Mɔgɔ bɛɛ ka kan sariya la, bɛɛ ka kan ni lakanani damakɛɲɛnen ye sariya fɛ, woloma si t’a la.
Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni lakanani damakɛɲɛnen ye fisamannciyawalew ma minnu bɛ dan kari Dantigɛli in na, ani mɔgɔmaɲini fɛn o fɛn ma minnu bɛ na n’o ɲɔgɔn fisamannciya ye.
Article 8 Sariyasen 8nan :
Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni jigiya ye jamana sariyabolo faamuyalenw na ka walew kɛlɛ minnu bɛ dan kari i josira bɛrɛw la, minnu sɛmɛntiyalen bɛ jamana sariyasunba walima a sariya fɛ.
Article 9 Sariyasen 9nan :
Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé. Mɔgɔ si man kan ka minɛ tilenbaliya la, k’i datugu walima k’i gɛn dugu la.
Article 10 Sariyasen 10nan :
Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. Mɔgɔ bɛɛ jo bɛ min na, damakɛɲɛ kɔnɔ, o ye ka kiiriso dɔ, min ka bɛrɛ ani min ka sɛbɛ, ka i fɛla lase kɛnɛ kan ni tilennenya ye, o kɔ ka a latigɛ ni i josiraw ani kɛtaw don, walima ni jo bɛ i jalakibaga kunko sariyasira kɔnɔ.
Article 11 Sariyasen 11nan :
1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. 1. Mɔgɔ o mɔgɔ min jalakilen don juguyawale dɔ la, o tigi bɛ jate hakɛntan ye fo jalaki ka bange sariya fɛ kɛnɛ kan kiiri kɛnɛkanda min na, i lafalisira bɛɛ lakananen o fɛ kɔ.
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. 2. Mɔgɔ si tɛ ɲangi k’a da kɛwale wali fili min kan, kɛwaati y’a sɔrɔ o ma jate ko ɲangita ye jamana sariya kɔnɔ, walima jamana ni ɲɔgɔn cɛ sariya.
De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis. O kelen na, ɲangili si tɛ da i kan min ka bon min tun bɛ sen na kɛwale ɲangita kɛra waati min na.
Article 12 Sariyasen 12nan :
Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Mɔgɔ si tɛ bin ka don i gundo dunduguma la, ani i ka dukɔnɔkow, i ka du walima i ka bataki, ka dan kari i danbe ni i tɔgɔ la.
Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ka tanga sariya fɛ o binnkanni ni dankari sugu ma.
Article 13 Sariyasen 13nan :
1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. 1. Bɛɛ ka kan ka taa ni ka segin i fɛrɛ ma, ani k’i sigiyɔrɔ sugandi jamana dɔ kɔnɔ.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. 2. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ka bɔ jamana o jamana kɔnɔ ka fara i ka jamana kan, ka tila ka segin i ka jamana na.
Article 14 Sariyasen 14nan :
1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. 1. Ka to mafiɲɛya kɔrɔ, mɔgɔ bɛɛ jo don ka soronadonyɔrɔ ɲini jamana wɛrɛ la, ka a sɔrɔ o fɛ.
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies. 2. I man kan n’o josira ye n’i nɔminɛkun ye wale ɲangita de ye forobasariya la walima kɛwale minnu bɛ Kabilatɔn kuntilenna n’a taabolow sɔsɔ.
Article 15 Sariyasen 15nan :
1. Tout individu a droit à une nationalité. 1. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni jamanadenya ye.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité. 2. Mɔgɔ si man kan ka jɛ i jamanadenya la tilenbaliya kɔnɔ, ani i josira ka jamanadenya falen.
Article 16 Sariyasen 16nan :
1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. 1. Cɛ ni muso si mana se furu ye, siyako t’o la, jamanadenyako t’o la, diinɛko t’o la, u ka kan ni furu ni denbaya ye.
Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution. U dama ka kan josira la furu dontuma n’a kuntaala kɔnɔ ani a sali tuma.
2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux. 2. Furu tɛ se ka siri ni furuɲɔgɔnw ma jɛn n’o ye pelenkete ani hɔrɔnya kɔnɔ.
3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État. 3. Denbaya ye mɔgɔya baju an’a diɲɛsosigi kisɛ de ye, a ka kan ka tanga mɔgɔya ani jamana fɛ.
Article 17 Sariyasen 17nan :
1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété. 1. I kelen na o, i jɛ kɔnɔ o, mɔgɔ bɛɛ ka kan ni halala ye.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété. 2. Mɔgɔ si man kan ka jɛ i halala ye tilenbaliya kɔnɔ.
Article 18 Sariyasen 18nan :
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. Mɔgɔ bɛɛ ka kan n’i miirisira, taasi ni diinɛko ye ; o josira in bɛ na ni fɛrɛfɛrɛli ye ka diinɛ wali miirisira falen, ani k’i diinɛko wali i miirisira bange, i kelen na wali i n’i jɛɲɔgɔn ye, kɛnɛ kan wali dunduguma na, kalan ni matarafali ni batu ni selikow sen fɛ.
Article 19 Sariyasen 19nan :
Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. Mɔgɔ bɛɛ ka kan n’i miiriya n’a kɛnɛkandajira ye, o bɛ na ni i josira min ye, o la i tɛ bagabaga k’a da i miiriya kan, ni ka miiriya ni kibaruyaw ɲini ani k’u gansi, jamana dancɛko t’o la, jɛnsɛnnifɛɛrɛ sugu bɛɛ la.
Article 20 Sariyasen 20nan :
1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques. 1. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ka ɲɔgɔnye kɛ i fɛrɛ ma, ani ka tɔn sigi hɛrɛ hukumu kɔnɔ.
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association. 2. Mɔgɔ si tɛ diyagoya ka don tɔn na.
Article 21 Sariyasen 21nan :
1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. 1. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni jɔyɔrɔ ye i faso koɲɛw ɲɛkun na, i yɛrɛkun wali i mɔgɔ sugandilen hɔrɔnya kɔnɔ fɛ.
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays. 2. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni jɔyɔrɔ ye, damakɛɲɛ kɔnɔ, i ka jamana forobabaaraw la.
3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. 3. Fasojama dungɔ de ye forobaɲɛmɔgɔw fanga sintin ye ; o dungɔ ka kan ka jira kalata jɛlenw senfɛ, min ka kan ka kɛ sɔn ni sɔn, mɔgɔ bɛɛ ka kan forobakalata minnu na damakɛɲɛ kɔnɔ, wote suturalen fɛ wali o ɲɔgɔnna siraw la minnu bɛ sagolawote tiimɛ.
Article 22 Sariyasen 22nan :
Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays. Ni mɔgɔ bɛɛ ye mɔgɔya den ye, a ka kan ni mɔgɔya lakana ye ; a jo bɛ k’i nafasɔrɔsira n’i mɔgɔya ani i seko ni dɔnko josiraw sɔrɔ, i danbe n’i mɔgɔjogo tɛ taa minnu kɔ, o bɛɛ na sɔrɔ jamana ka magan ni jamanaw cɛ ɲɔgɔndɛmɛ fɛ, jamana o jamana ka bolodacogo ni a seko kɔnɔ.
Article 23 Sariyasen 23nan :
1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 1. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ka baara sɔrɔ, k’i baara sugandi hɔrɔnya kɔnɔ, ka baaracogo ɲuman sɔrɔ ani baarasara damakɛɲɛ kɔnɔ, k’i tangalen to baarantanya ma.
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. 2. Bɛɛ ka kan ni sara kelen baara kelen kama, mɔgɔ wolomani t’a la.
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 3. Mɔgɔ o mɔgɔ, n’i bɛ baara la, i ka kan ni sara damakɛɲɛnen ni sara min bɛ labɔli kɛ i yɛrɛ n’i denbaya k’i diɲɛnatigɛ to danbe la, ka fara mɔgɔya lakana fɛɛrɛw kan n’i mago b’a la.
4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts. 4. Mɔgɔ bɛɛ jo bɛ ka mɔgɔ wɛrɛw fara i kan ka baaratɔnw dilan, wali ka don baaratɔnw na, yaasa k’i nafasiraw makaran.
Article 24 Sariyasen 24nan :
Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques. Mɔgɔ bɛɛ ka kan i lafiɲɛ ni ɲɛnajɛ ye, kɛrɛnkɛrɛnnenya la baarawaati dannen hakɛ la, ani waati ni waati sɛgɛnnabɔ min bɛ sara la.
Article 25 Sariyasen 25nan :
1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. 1. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni sɔrɔ hakɛ ye diɲɛnatigɛ la min bɛ kɛnɛya ni hɛɛrɛ sabati i n’i ka denbaya ye, kɛrɛnkɛrɛnnenya la balo, fɛɛrɛbɔ, siso, furakɛli, ani maaya dɛmɛbaaradaw ; i ka kan ni lakana ye baarantanya ni bana ni dɛsɛ ni firiya ni kɔrɔ kɔnɔ, wali dahirimɛ ntanya wɛrɛ min binna i kan n’i o ma kɛ i ma i sago ye..
2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. 2. Bange ni denya ka kan ni dɛmɛ ni ladonni kɛrɛnkɛrɛnnen ye.
Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale. Den o den, a kɛra furu den ye o, a ma kɛ furu den ye o, bɛɛ ka kan lakanacogo kelen na maaya kɔnɔ.
Article 26 Sariyasen 26nan :
1. Toute personne a droit à l’éducation. 1. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni kalan ye.
L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. Mɔgɔ kalan ka kan ka kɛ fu ye, ka taa dugumakalan ni bajukalan kɔni na.
L’enseignement élémentaire est obligatoire. Dugumakalan ye wajibi ye bɛɛ ma.
L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. Fɛɛrɛkalan ni baarakalan ka kan ka forobaya ; kalandakunba ka kan ka labila bɛɛ ye, fisamanciya t’a la, ka kɛɲɛ n’u ka kɛlen ye.
2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. 2. Ladamuni ka kan ka ɲɛsin mɔgɔ jogo yiriwali ma, ka hadamaden josiraw matarafali ni hɔrɔnya bɛrɛw sinsin.
Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. A ka kan ka faamuya ni sabali ni teriya nɛɛmaya jamanaw ni sibolow ni diinɛkulu bɛɛ ni ɲɔgɔn cɛ, ani diɲɛ kabilatɔn ka hɛrɛ basigiwalew yiriwali.
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. 3. Bangebagaw fɔlɔ ka kan ni u denw ladamucogo sugandili la.
Article 27 Sariyasen 27nan :
1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. 1. Mɔgɔ bɛɛ ka kan k’i ni don i ka mɔgɔyajɛsiraw la, ka masirisiraw diyabɔ, k’i sen don dɔnniya yiriwasiraw ni u ɲumankɛfɛn dilannenw la.
2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur. Bɛɛ ka kan n’i tɔgɔ ni sɔrɔ lakanani ye ka ɲɛsin i ka baara kɛlen na dɔnko ni sɛbɛnko ni masiriko hukumu kɔnɔ.
Article 28 Sariyasen 28nan :
Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet. Mɔgɔ bɛɛ ka kan ni fanga ye, mɔgɔ ni mɔgɔ cɛ ani jamana ni jamana cɛ, min b’a to josira ni hɔrɔnya minnu walanwalannen filɛ Dantigɛli in kɔnɔ, olu ka sira sɔrɔ a ɲɛ ma.
Article 29 Sariyasen 29nan :
1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seul le libre et plein développement de sa personnalité est possible. 1. Kɛta bɛ mɔgɔ kan i mɔgɔɲɔgɔnya ye, o min kɔnɔ i hadamadenya kelen yɛrɛ bɛ se ka yiriwa ka ɲɛ hɔrɔnya la.
2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique. 2. Ka a to i josira taabolo ni i hɔrɔnya tɔnɔbɔli la, bɛɛ bɛ waajibiya dɔrɔn bato minnu sigira sariya fɛ ka wali ka josira ni hɔrɔnyaw jateminɛ ni ka olu labato dɔrɔn, ni ka mɔgɔjɛ tilennenya ni jamafanga ni bɛɛ ka nɛɛmaya wasa don bɛɛjɛfanga mɔgɔya la.
3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies. 3. O josira ni hɔrɔnyasiraw ninnu tɛ se ka boli cogo si la ni u bɛ Jamanaw ka Tɔnba ka kuntilennaw n’a daliluw sɔsɔ.
Article 30 Sariyasen 30nan :
Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés. Jɔyɔrɔ fɛn o fɛn bɛ nin Dantigɛli in kɔnɔ, fanga wali jɛkulu wali mɔgɔ kelen si tɛ se k’o minɛ josira dɔ ye k’i sago taama, wali ka wale kɛ, min kun ye hadamaden josira ni hɔrɔnyasira dantigɛlen ninnu tiɲɛni ye.

Illustration : Eleanor Roosevelt avec une copie de la DUDH en 1947

Voir aussi : RFI : L’ONU appelle à revenir à « l’esprit » de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée il y a 75 ans

lundi 11 décembre 2023

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios