MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

La méchante co-épouse, dit par Ousmane Diarra




Ce conte a été édité par le site conte-moi.net, retrouvez le dans la section « Mali » :

- écouter ce conte : cliquer sur « bambara » avant de cliquer sur le bouton > « play »

- on trouvera également un résumé et une fiche de lecture scolaire

Ousmane Diarra


Ousmane Diarra
conteur malien



Enfant, il dévorait les caisses d’ouvrages livrées par la Croix-Rouge dans son village de Bassala dans les brousses maliennes. Diplômé de l’Ecole normale supérieure de Bamako (Maîtrise de lettres modernes). Il est actuellement bibliothécaire au Centre culturel de Bamako. Nouvelliste, poète et romancier, Ousmane Diarra est également auteur de livres pour la jeunesse et conteur.
"Néné et la chenille" (Edicef, le Figuier, 1999). "Vieux lézard" (roman, Editions Gallimard, 2006). "Pagne de femme" (Gallimard, 2007). "Le rêve du grand calao" (Le Figuier, 2011).

à yé à ká màrifa bɔ́ kà à cì mùso fɔ́lɔ lá... Pan ! k’ò fàga.
Illustration : Yacouba Diarra
Sìnamuso juguLa méchante co-épouse
Nìn kɛra màsa dɔ ye.Voilà ce qui est arrivé à un roi.
Mùso kelen tùn b’à fɛ̀.Il avait une seule femme.
Ala ye nɔ̀gɔ̀ya k’à ye, à nàna kà nà mùso filanan tà.Ala lui fit une faveur et il vint à prendre une deuxième femme.
Nkà kàbini ò mùso filanan ìn dònna, Aaaa, mùso fɔlɔ ìn ma se kà nisɔndiya. A ma ɲɛ̀.Mais depuis que cette deuxième femme était arrivée à la maison, Ah ! la première femme ne put le supporter. Ça ne marchait pas.
À tàara kà taa moriw sɛgɛrɛ.Elle partit rejoindre les marabouts.
Òlu y’ù ka dàbali kɛ, kà mùsonin ncinin yɛ̀lɛ̀ma kà kɛ suruku ye...Ceux-ci firent leurs maléfices et transformèrent la petite jeune femme en hyène.
Ò bòlila kà taa kungo jàn kɔnɔ.Celle-ci partit dans la brousse immense.
Don o don sa, mùso fɔlɔ ìn b’à fɔ mùsonin ncinin denw mà : Ɛɛɛ ! Aw ba kɔ̀ni ! fa wulilen à la ! À bòlila kà taa kungo kɔnɔ !Chaque jour, la première femme disait aux enfants de la petite jeune femme : Eh ! Votre mère, vraiment ! La folie l’a prise ! Elle est partie en brousse !
K’à sɔ̀rɔ : Fa t’à la dɛ ?!Et puis elle n’était pas folle !
Su o su, mùsonin ncinin bɛ nà soda la. À b’i kanto :Chaque nuit, la petite jeune femme s’approchait du seuil de la maison. Elle s’écriait :
N denmuso, Arabajɛgɛ ! I bɛ sùnɔgɔla ?Ma fille, Arabadiéké ! Es-tu en train de dormir ?
À denmuso b’à jaabi :Àyi ! N tɛ sùnɔgɔ ̀ la !Sa fille lui répond :Non ! Je ne suis pas en train de dormir !
Ayiwa ! Tìga fàlen bɛ filen kɔnɔ ga[gwa] kɔrɔ. I ye dɔ di i dɔgɔnin mà ?Bon ! Il y a des arachides dans la cruche sous l’appentis. En as-tu donné à ton petit frère ?
Ɔ̀wɔ, n ye dɔ d’à mà !Oui, je lui en ait donné !
Hɔn ! Bɔ̀len kɔnɔ fɛɛnɛ dɛ̀gɛ camanba bɛ ye, dɔ d’à mà !Bien, il y a plein de crème dans la calebasse, donne-lui en !
Ɔ̀wɔ, Ma ! N ye dɔ d’à mà !Oui, maman ! Je lui en ai donné !
Hɛ̀n ! N bɛ min fɔ aw ye : Fa tɛ n na koyi ! N sìnàmuso dè n yɛ̀lɛma kà kɛ suruku ye ! Ɛɛɛ ! Ala !Eh ! Je vous le dis : Je ne suis pas folle. C’est ma co-épouse qui m’a transformée en hyène ! Oh mon Dieu !
À b’ò fɔ dɔrɔn, à bɛ sègin kungo kɔnɔ.C’est tout ce qu’elle dit, et elle retourne dans la brousse.
Ò dè nàna kà nà mɛɛn kà mɛɛn kà mɛɛn ...Et cela se reproduisit longtemps longtemps longtemps...
...fɔ don dɔ mùsokɔrɔnin dɔ dè bɔr’ò kàla mà. À tàara fɔ màsàkɛ.… jusqu’à ce qu’un jour une petite vielle apprit la chose. Elle partit le dire au roi.
Màsàkɛ, i bɛ fɛn ô fɛn na, wuli k’i jɔ̀ ! N’ò tɛ, fa ma wuli i mùso la dɛ ! À sìnàmuso nɔ y’i mùso fɔlɔ ye : Ò dè y’à yɛlɛma k’à kɛ suruku ye !Roi, quoi que tu fasses, lève-toi vite ! Sinon, ta femme n’est pas du tout devenue folle ! La faute de la co-épouse c’est celle de ta première femme : elle l’a transformée en hyène !
Ò ko : Mùn ?!- Quoi ?!
Ɛɛɛ ! N ye lɛgɛsɛ ye kɔ̀yi !- Eh ! J’ai vu la vérité parfaitement !
Ò fɔyɔrɔ min dɔrɔn, màsàkɛ y’à ka màrifa tà, à yɛ̀lɛnna so sanfɛ̀ legelege la kà t’i sìgi k’à mǎkɔ̀nɔ.Ceci avait à peine été dit que le roi prit son fusil, monta sur le toit de la maison tout en haut et s’installa pour l’attendre.
Su kòlen, mùsonin ncinin surukulama nàna.A la nuit tombée, la petite jeune femme arriva sous l’apparence d’une hyène.
Ɛɛɛ n denmuso, Arabajɛgɛ ! I bɛ sùnɔgɔla wà ?- Eh, ma fille Arabadièkè ! Est-ce que tu dors ?
Denmuso b’à fɔ :- Ayi ! N tɛ sùnɔgɔ ̀ la !La fille lui répond : - Non je ne dors pas !
Hɔ̌n ! Tìga falen bɛ filen kɔnɔ ga kɔrɔ. I ye dɔ di i dɔgɔnin mà ?- Bien ! Il y a plein d’arachides dans la cruche sous l’appentis. En as-tu donné à ton petit frère ?
- Ɔ̀wɔ, n ye dɔ d’à mà !- Oui, je lui en ai donné !
Bɔlen kɔnɔ fɛ̀ɛnɛ dɛ̀gɛ caman bɛ ye, dɔ d’à mà !- Dans la calebasse il y a beaucoup de crème de lait, donne lui en !
Ɔ̀wɔ, N ye dɔ d’à mà !Oui, je lui en ai donné !
- Hɔn ! N bɛ min f’i ye, n denmuso ! Fa tɛ n na koyi ! N sìnàmuso, n sìnàmuso jugu dè ye n yɛlɛma kà kɛ suruku ye ! Ɛɛɛ ! Ala !- Eh ! Je vous le dis : Je ne suis pas folle. C’est ma co-épouse qui m’a transformée en hyène ! Oh mon Dieu !
À ye ò fɔ, k’a bɛ nà taa yɔrɔ min na dɔrɔn, màsàkɛ panna kà jìgin, kà à mìnɛ ...Ayant dis ceci, au moment ou elle allait partir, le roi sauta en bas et l’attrapa...
… kà taa à jìra à mùso fɔlɔ la.… et s’en alla la montrer à sa première femme.
- E dè ka baara ye nìn ye ! Mùso jugu ! Nìn bɛɛ ye è dè nɔ̀ ye ! Hen ! K’à tàa n mùso dàbali k’ò kɛ̀ suruku ye ?- C’est donc ça ton œuvre ! Mauvaise épouse ! Tout ceci est de ta faute ! Ha ! Aller ensorceller ma femme pour la transformer en hyène ?
Dɔrɔn à ye à ka màrifa bɔ kà à cì mùso fɔlɔ la... Pan ! k’ò fàga.Aussitôt il sortit son fusil et tira sur la première épouse, Pan ! Et il la tua.
Mùso bɛ sà yɔrɔ min, mùsonin ncinin yɛlɛmana kà kɛ hadamaden ye.Au moment où la femme mourrait, la petite jeune femme se transforma en être humain.
N ye n ka nsiirin tà yɔrɔ min, n y’à bìla yèn yoye !Là où j’ai pris mon conte, je le remet à sa place, youpla !

jeudi 5 novembre 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios