MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > Bamanankan kanubagaw yɔrɔ / Le coin des amoureux du bambara > Un Malien à la tête d’une université Japonaise

Un Malien à la tête d’une université Japonaise


Les liens entre le Mali et le Japon peuvent être surprenants et inattendus.
Pour le sourire :

C’est ainsi que la Marine française a fait construire au Japon, en 1916, un "destroyer" nommé BAMBARA.

C’est ainsi que, dans son blog AnKaTaa Coleman Donaldson est obligé de décrire comme "japonais" les sous-titres en bambara de ses vidéos Youtube...

Plus sérieusement, l’intérêt pour la langue bambara au japon est attestée, par exemple, par ce blog bamarajp.blogspot.com

On notera que c’est également à l’Université de Kyoto qu’exerce Michiyo Hosaka qui a signé dans Mandekan, avec Gérard Dumestre, un article sur le parler de sur le parler bambara de Kolona (sud Mali). Ce dernier et d’autres chercheurs japonais ont publié dans le passé d’autres études dans le cadre de l’Institut de Recherche sur les Langues et Cultures d’Afrique et d’Asie à Tokyo.

C’est donc une histoire ancienne et complexe...

... Mais qu’un président d’université japonaise, un malien nouvellement nommé à ce poste prestigieux, le docteur Oussouby Sacko, accueille ses étudiants par la belle formule de bienvenue bambara, voilà qui nous va droit au coeur. C’est pourquoi nous vous proposons aujourd’hui la traduction de l’article paru en Avril 2018 sur le New York Times

photo de Kosuke Okahara pour The New York Times

KYOTO, Japon - Par un beau dimanche de printemps en pleine saison des cerisiers en fleurs, le nouveau président de l’Université de Kyoto Seika a accueilli ainsi les étudiants pour le début de l’année scolaire japonaise. « Vous avez quitté votre maison », a-t-il déclaré aux 770 étudiants de première année et aux cycles supérieurs réunis dans un gymnase sur le campus vallonné. "Mais c’est aussi votre maison."

En Bamanankan - la lingua franca de son Mali natal.("I bɔra i ka so, i nana i ka so")

Ainsi, Oussouby Sacko, 51 ans, s’est vite débarrassé de l’éléphant dans la pièce : cet homme noir au milieu d’un pays homogène qui entretient depuis longtemps une relation ambivalente avec les étrangers.

Le Dr Sacko, qui devient le premier président d’une université japonaise née en Afrique, s’est élégamment exprimé en japonais, invoquant Hannah Arendt, Edward Said, Eleanor Roosevelt et l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ. Selon le Dr Sacko, l’université « se diversifiait et s’internationalisait » et il voulait que les étudiants « reconnaissent leur différence par rapport aux autres ».

Dans ce pays insulaire parfois peu accueillant pour les immigrants, M. Sacko est une aberration. Résident depuis 27 ans, il a obtenu la nationalité japonaise il y a 16 ans et gravit les échelons d’une institution japonaise.

Avec une population en déclin, le Japon est contraint de se confronter à sa résistance traditionnelle à l’accueil des étrangers. L’année dernière, selon les chiffres du gouvernement, le nombre de ressortissants étrangers vivant au Japon a atteint un record de plus de 2,5 millions, dont environ 15.140 en provenance de pays africains.

Pourtant, ce nombre total de ressortissants étrangers représente moins de 2% de la population du Japon, soit 127 millions d’habitants, une proportion plus faible qu’en Corée du Sud, par exemple, où les étrangers représentent environ 3,4% de la population. La part est beaucoup plus élevée aux États-Unis, avec 14%, et près de 40% à Hong Kong, selon les données du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies.

Obtenir la citoyenneté japonaise est extrêmement difficile. Depuis 1952, un peu plus de 550 000 personnes ont réussi à se faire naturaliser en tant que citoyens japonais, pour la plupart des Coréens dont les familles ont vécu au Japon pendant plusieurs générations depuis l’occupation coloniale de la Corée.

Et malgré les efforts récents pour permettre aux étrangers hautement qualifiés d’obtenir la résidence permanente plus rapidement, le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré qu’il n’allait pas relâcher la politique d’immigration pour faire face à la baisse de la population du pays.

Dr. Sacko dit qu’il croit que le Japon doit s’ouvrir à plus d’étrangers, simplement comme un acte d’auto-préservation.

"Les Japonais pensent qu’ils doivent protéger quelque chose", a-t-il déclaré lors d’une interview en anglais - peu avant une réception pour célébrer sa nomination. Mais, "quelqu’un qui a une vision large, un point de vue extérieur à votre culture peut sans doute vous aider objectivement à améliorer vos objectifs", a-t-il dit, tout en interrompant l’interview pour saluer ses invités, passant sans effort de l’anglais au français.

Le Dr Sacko, fils aîné d’un douanier et d’une ménagère, a grandi à Bamako, la capitale du Mali. Étudiant brillant, il a gagné une bourse du gouvernement malien pour aller à l’université à l’étranger.

Il n’était jamais allé ailleurs que dans le pays voisin, le Sénégal. Avec 13 autres étudiants du Mali, il a été envoyé pour étudier en Chine et a atterri à Pékin en 1985 pour étudier le mandarin avant d’entreprendre un diplôme en ingénierie et architecture à l’Université du Sud-Est à Nanjing.

En vacances au Japon après l’obtention de son diplôme de premier cycle en 1990, le Dr Sacko s’est trouvé enchanté par ce qu’il a observé comme, par exemple, des liens communautaires forts et l’hospitalité envers les invités. Bien qu’il ait commencé ses études supérieures en Chine, il était frustré qu’un agent du gouvernement soit toujours derrière son dos quand il menait des enquêtes de terrain dans les villages.

Il avait également rencontré, puis a commencé à fréquenter une femme japonaise, Chikako Tanaka, qu’il a épousée plus tard, et avec qui il a deux fils.

Le Dr Sacko a déménagé à Osaka, au Japon, commençant par six mois de cours de langue avant de s’inscrire à un programme de maîtrise à l’Université de Kyoto. Lors de réunions avec des collègues, on lui demandait souvent de prendre des notes, ce qui l’aidait à améliorer sa compréhension à l’audition et sa capacité à écrire. La nuit, il regardait des émissions de télévision japonaises et se socialisait avec des camarades de classe japonais.

Son acharnement à parler couramment le distinguait des autres étrangers. "On me disait : ’Si vous parlez japonais, ils vous mettront dans des réunions et dans des comités et ce n’est pas intéressant’ ". Beaucoup d’étrangers, a-t-il ajouté, "passent trop de temps entre eux".

Dr. Sacko a dit qu’il avait espéré retourner au Mali un jour, mais après le coup d’état militaire en 1991, ses options d’emploi étaient limitées. Comme il poursuivait un doctorat au Japon, il a travaillé pour comprendre une culture où les gens peuvent dire exactement le contraire de ce qu’ils veulent dire. "Vous n’attrapez pas toujours les choses à partir du sens des mots", a-t-il dit. "Vous devez aller plus profond."

En cours de route, il y a eu des malentendus.

Après avoir organisé quelques soirées chez lui, ses voisins ont remarqué que lui et ses amis semblaient toujours heureux et qu’ils étaient envieux. Dr. Sacko les a exhortés à se joindre à sa prochaine fête.

Au lieu de cela, ils ont appelé la police.

"La police a dit :" Vous êtes trop bruyant ", se souvient le Dr Sacko. "Et j’ai dit ’Mais mes voisins aiment ça !’"

Il a postulé pour un emploi à Kyoto Seika, Université spécialisée dans les arts, et a commencé comme conférencier en 2001. Des collègues disent qu’au fil des ans, il a travaillé très dur pour s’adapter aux codes sociaux japonais tout en conservant sa propre sensibilité.

"Il comprend profondément la culture japonaise et la façon de penser", a déclaré Emiko Yoshioka, professeur de théorie de l’art que le Dr Sacko a nommé vice-président de Kyoto Seika. "Mais il est également capable de se moquer du fait qu’il est un étranger."

Le vote du corps professoral pour l’élection du président était extrêmement serré, le Dr Sacko ne remportant que d’une voix. Lors de sa réception inaugurale, un groupe de musiciens a joué de la musique malienne dans un patio, et le Dr Sacko s’est tenu tranquillement sur une petite scène lors d’un défilé de discours du maire de Kyoto ; l’ambassadeur malien au Japon ; et divers collègues universitaires, y compris un professeur de l’Université de Kyoto qui a gaffé à plusieurs reprises et l’a appelé "professeur Mali".

Ryo Ishida, président du conseil d’administration de Kyoto Seika, a noté que l’université avait récemment lancé une campagne pour embrasser la diversité.

"Mais je ne pense pas que son élection ait eu beaucoup à voir avec la promotion de la diversité à l’université", a déclaré M. Ishida. "Il a été reconnu comme meilleur leader de l’université parmi ses collègues."

D’un point de vue pratique, la nomination de M. Sacko pourrait aider Kyoto Seika à attirer davantage d’étudiants étrangers à un moment où de nombreuses universités japonaises luttent pour maintenir leurs effectifs.

Déjà, 20% de ses étudiants viennent de l’étranger, soit beaucoup plus que le ratio global de 4% d’étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur japonais. Dr. Sacko a dit qu’il espérait porter le niveau de Kyoto Seika à 40% en une décennie.

"Je pense que cela aidera à réduire la distance entre les Japonais et les étrangers", a déclaré Chihiro Morita, 18 ans, un major de la préfecture de Hyogo.

D’autres résidents noirs du Japon ont déclaré que le Dr Sacko pourrait aider à améliorer les relations raciales dans un pays où des comédiens se montrent encore à la télévision déguisés en noirs pour faire rire.

"Le fait qu’il a été placé à un poste aussi important aura un impact significatif sur la façon dont nous sommes perçus", a déclaré Baye McNeil, un chroniqueur noir né à Brooklyn pour le journal anglais Japan Times qui vit au Japon depuis 13 ans.

Le Dr. Sacko dit qu’il n’avait pas été victime de racisme au Japon, mais qu’il a été traité différemment simplement parce qu’il n’a pas l’air japonais. En dépit de sa citoyenneté japonaise, par exemple, il dit qu’il est automatiquement dirigé vers des lignes pour les étrangers à l’aéroport quand il revient de voyages à l’étranger. "Ce n’est pas parce que tu es noir", a-t-il dit. "C’est parce que tu es différent."

Il a dit qu’il considérait que sa mission était de favoriser les différences au-delà de la race. En recrutant Mme Yoshioka comme vice-présidente, il lui a dit qu’il la voulait pour le travail parce qu’elle était une femme et une mère célibataire.

« Si nous n’avons pas une personne comme vous dans la haute administration de l’université, le conseil sera rempli d’hommes », lui a-t-il dit lorsqu’elle a hésité d’abord à accepter le poste. "Et ça ne correspond pas à ma vision."

Suivez Motoko Rich sur Twitter : @MotokoRich.

Makiko Inoue a contribué à ce reportage

samedi 16 juin 2018

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios