MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > Bamanankan kanubagaw yɔrɔ / Le coin des amoureux du bambara > L’épreuve de Bambara au Baccalauréat

L’épreuve de Bambara au Baccalauréat


Dans la série "coup de pouce", cette fois-ci, un coup de pouce aux lycéens qui souhaitent passer l’épreuve facultative de bambara au Bac, en France, afin d’engranger quelques points supplémentaires. Ils trouveront ici des Annales de sujets du bac bambara des années passées, qui leur permettront de se familiariser avec cette épreuve.

Le bambara fait partie des "langues rares", c’est à dire enseignées dans très peu d’établissements. Un arrêté ministériel fixe celles qui peuvent être présentées à l’oral, ou à l’écrit. Le bambara fait partie des langues présentées à l’écrit, avec le peul, le haoussa, le berbère, le swahili, le malgache, l’amharique (pour les langues africaines), mais aussi : l’albanais, l’arménien, le bulgare, le cambodgien, le coréen, le croate, le finnois, le hindi, le hongrois, l’indonésien-malaysien, le laotien, le lituanien, le macédonien, le norvégien, le persan, le roumain, le serbe, le slovaque, le slovène, le suédois, le tamoul, le tchèque, le turc, le vietnamien.

Quelques centaines d’élèves passent cette épreuve de bambara chaque année, Cela leur permet d’obtenir davantage de points à leur examen en ayant surtout la chance de ne pas en perdre, car seuls les points au-dessus de 10/20 sont comptabilisés (source : Digischool).

L’objectif de cette épreuve écrite de 2 heures est d’évaluer votre capacité à comprendre un texte de 20 à 30 lignes (extrait d’œuvre littéraire ou encore article de presse), et à vous exprimer à l’écrit, dans la langue étrangère concernée.


Il vous est demandé de répondre à un ensemble de questions portant sur le texte.
 L’épreuve inclut également un exercice de traduction d’un passage du document, n’excédant pas 10 lignes.

La traduction est notée sur 5 points et les questions sur 15 points. (source : Défibac)

Souvent, les candidats ont choisi cette épreuve parce que le bambara est leur langue "maternelle" (des bambaras diraient plutôt "paternelle" : fakan). Malheureusement, l’épreuve n’est pas orale mais écrite. Il en découle deux difficultés pour les candidats :

- Lecture : il faut avoir appris à lire le bambara standard et beaucoup de candidats ignorent la valeur exacte des lettres : les 4 lettres de l’alphabet spécifiques au bambara ɛ, ɔ, ɲ, ŋ (souvent écrites : è, ô, gn, et ng) , mais également les autres lettres de l’alphabet : u (qui se prononce "ou" ), s ("ss"), sh ou sy ("ch"), j ("di" comme dans Jara : "Diarra"), ...

- Expression écrite : ces difficultés se retrouvent et on trouve écrit mousso, au lieu de muso "une femme" et tchè au lieu de "un homme" ; mais les examinateurs remarquent aussi une très faible connaissance de la grammaire qui se traduit par une écriture "collée" incorrecte :
Nbi fè (au lieu de N b’i fɛ), ou bien, à l’inverse, séparée :
su ba hanna de nin (au lieu de : subahanadennin).
Les correcteurs sont cléments en ce qui concerne l’expression écrite, ... à condition toutefois que les phrases restent compréhensibles ! Car c’est bien l’intérêt d’une orthographe normalisée : que tout le monde soit d’accord sur les règles pour se comprendre mutuellement sans ambiguïté.

Ces difficultés sont normales et partagées par beaucoup d’adultes maliens, car l’enseignement du bambara a été laissé à l’abandon ces derniers 20 ans au Mali même, alors que le bambara s’y impose de plus en plus comme langue d’échange globale.

A ces difficultés s’ajoutent des difficultés culturelles, normales pour des enfants ayant grandi en France, loin des réalités et des contes traditionnels du Mali : il n’est pas rare que les candidats ignorent des personnages classiques de contes comme suruku et sonsan !

Le niveau exigé correspond à ce que pourrait affronter en fin d’année un étudiant ayant entrepris de faire une licence de Bambara (mais sans les épreuves de grammaire et de culture !). A défaut d’autre possibilité, les lycéens auront intérêt à parcourir la partie 1 du cours An ka bamanankan kalan ("Apprenons le Bambara") sur Mali-pense.net (gratuit) : commencer par le Mode d’emploi, puis suivre les liens en bas à droite : Cours 01, cours 02 ...


ANNALES
2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 ... - 2004


BAC 2018

TEXTE

Nkalontigɛla kɔrɔbɔra

Fɔnse ye banafurakɛyɔrɔba ye Bamakɔ. Kabini dugu mana jɛ, yen bɛ fa mɔgɔ la : dɔgɔtɔrɔw, banabaatɔw, bilasiralibagaw, feerekɛlaw ani ŋanamuŋanamukokɛlaw. Ko dɔ kɛra yen, hali bi o bɛ lakali.

Nin kɛra cɛkɔrɔbalamɔgɔ dɔ ye. K’a ta sɔgɔma fɔ su, a bɛ taakasegin na dɔgɔtɔrɔso fan bɛɛ. N’a ni mɔgɔ bɛnna, a yɛrɛ b’a dɔn se bɛ min ye, a b’o lajɔ k’a f’o ye : « I tɛ ɲɛ n ma. N muso de tun ladalen bɛ yan. Ala y’a ka kalifa minɛ a la. Anw ye wulakɔnɔmɔgɔw ye. Ne bolobanna pewu furakɛli la. Dɔrɔmɛ kelen tɛ n kun tugun hali ka kasanke san, jango ka sutamɔbili sara. N b’i deli Ala kama, i ka n dɛmɛ. »

Nin don in, a ye cɛ dɔ lajɔ ka dɛmɛ ɲini o fɛ. O y’a lajɛ, k’a lajɛ. O cɛ hakili jiginn’a la ko kunasinin ale ye dɔrɔmɛ kɛmɛ wɔɔrɔ di nin cɛ in ma nin yɔrɔ kelen in na a muso suturali kama. A hakili jiginna tugun ko Bamakɔ falen don nin mɔgɔ lankolon suguyaw la. A ko delilikɛla ma : “Ala ka hinɛ a la. Se tɛ e ye bi k’i muso sutura, nka Ala y’a nɔgɔya ne ye nin waati in na. N sɔnna ka banbagatɔ suturamusaka bɛɛ kɛ n doni ye. N b’a fɛ an ka taa n ka n ɲɛ da fure kan walasa pɛrɛkali santa kana dɛsɛ a la kasanke ye. “Ni fali min b’i bin, i t’o tulo ye”.

Delilikɛla y’a bila ŋaniyaɲumantigi in ɲɛ ka Fɔnse subon sɛgɛrɛ. Nkalontigɛla taara a bolo sin musokɔrɔba dɔ su dalen ma. O musokɔrɔba tun tɛ dɔwɛrɛ ye ŋaniyaɲumantigi ba su kɔ. O k’a ma : “N ko nin ye ne woloba su de ye. Ne nakun y’o de ye Fɔnse bi”.

O fɔra yɔrɔ min, ani nkalontigɛla k’i senfa o si ma kɔrɔya si ye. A bolitɔ taara don sukola dɔw cɛla. A bala kojugu olu la, bɛɛ y’i yɛrɛ ɲini. Nin bɛɛ la, jaa olu ka su kasanke dulonna nkalontigɛla kan na. O bɔ n’o ye subon kɔnɔ, banabaatɔw ni kɛnɛbaatɔ minnu tun bɛ kɛnɛ kan, olu ye kɛnɛ minɛ. Banabaatɔw tun ka telin n’u bilasirabagaw ye. Dɔgɔtɔrɔso bɛɛ donna ɲɔgɔn na : mankan, kule, ko su wulila. Sanni ŋaniyaɲumantigi ka se ka mɔgɔw lafaamuya, o ma diya dɛ !

1. COMPRÉHENSION DE L’ÉCRIT : (10 points)

  1. Ŋaniyaɲumantigi, a nana dɔgɔtɔrɔso mun kosɔn ?
  2. Nkalontigɛla ye jɔn su jira ko a muso faatulen don ?
  3. Ŋaniyaɲumantigi ma da nkalontigɛla la munna ?
  4. Nkalontigɛla bolila ka bɔ subon kɔnɔ tuma min, mɔgɔw siranna a ɲɛ munna ?
  5. Ŋaniyaɲumantigi ye layidu jumɛn ta nkalontigɛla ye ?

2. EXPRESSION ÉCRITE : (10 points)

  1. Ni delilikɛla b’i sɛgɛrɛ ka wari ɲini i fɛ, i bɛ dɔ di a ma wa ? I ka daliluya di.
  2. Tuma dɔw la, mɔgɔ bɛ sa, ka sɔrɔ a balimamɔgɔw tɛ sɛ a sudon kɔrɔ. Fanga ka kan ka u dɛmɛ o ko la wa ? I hakilila jira.

    CORRIGÉ DU BAC 2018

TEXTE

Dévoilement d’un menteur

Fonsé (Point G) est un grand hôpital à Bamako. Depuis l’aube, il est rempli de gens : des médecins, des malades, des accompagnants, des vendeurs et des escrocs. Il y a eu une fois une histoire dont on parle encore aujourd’hui.

C’est arrivé à un vieillard. Du matin jusqu’au soir, il se promenait partout dans l’hôpital. S’il voyait quelqu’un qui, d’après lui, était aisé, il le regardait et lui disait : « Tu pourrais pas m’aider ? On a mis ma femme ici. Dieu l’a rappelé à lui. Nous sommes des broussards. J’ai dépensé tout mon argent en traitements. Je n’ai plus un sou même pour un linceul, pas même question d’un corbillard. Je t’en prie, au nom de Dieu, aide moi ! ».

Ce jour là, il a arrêté un homme et lui a demandé de l’aide. Celui-ci l’a regardé longuement. L’homme s’est rappelé qu’avant-hier, il avait donné trois mille francs à la même personne à la même place pour les funérailles de sa femme. Il s’est rappelé également que Bamako est rempli de ce genre des vauriens. Il a dit au quémandeur : « Que Dieu soit clément envers elle. Tu n’as pas les moyens aujourd’hui pour ensevelir ta femme, mais Dieu me rend la vie facile en ce moment. Je peux assumer la charge de toutes les dépenses funéraires de la défunte. Allons, je veux jeter un coup d’œil sur le corps pour que la percale qu’on achètera pour le linceul suffise ». Tu ne vois pas les oreilles de l’âne qui te renversera !

Le quémandeur a précédé le bienfaiteur et s’est dirigé vers la morgue de Fonsé. Le menteur a indiqué le corps d’une vieille femme. Mais cette vieille femme n’était autre que la mère du bienfaiteur. Celui-ci lui a dit : « C’est le corps de ma propre mère. C’est pour elle que je suis venu aujourd’hui à Fonsé ».

Cela était à peine dit qu’aussitôt le menteur a pris ses jambes à son cou. En courant, il a fait irruption dans un groupe de préposés au lavage des morts. Pris à l’improviste, ceux-ci se sont enfuis. Du coup, en fait un de leurs linceuls s’est accroché au cou du menteur. Quand celui-ci est sorti avec ce linceul de la morgue, tous ceux qui étaient là, les maladies et les bien-portants, ont pris le large. Les malades couraient encore plus vite que leurs accompagnants. Tout l’hôpital était un tohu-bohu, il y a eu avait une cacophonie, on criait : "un mort s’est levé !". Avant que le bienfaiteur n’ait réussi à se faire comprendre, cela n’a pas été facile !

1. COMPRÉHENSION DE L’ÉCRIT - QUESTIONS TRADUITES

  1. Pour quelle raison est-ce que le bienfaiteur est venu à l’hôpital ?
  2. Le menteur, quel corps a-t-il montré en prétendant que c’était le corps de sa femme ?
  3. Pourquoi est-ce que le bienfaiteur n’a pas cru au menteur ?
  4. Pourquoi est-ce que les gens ont pris peur lorsque le menteur est sorti en courant de la morgue ?
  5. Qu’est-ce que le bienfaiteur a promis au menteur ?

2. EXPRESSION ÉCRITE - QUESTIONS TRADUITES

  1. Quand un quémandeur te demande de l’argent, est-ce que tu lui donnes quelque chose ? Explique tes raisons.
  2. Il arrive parfois que les proches des défunts n’aient pas les moyens d’assurer les funérailles. Est-ce que dans ce cas l’état doit les aider ? Donne ton avis.

BAC 2017

TEXTE

Hakililabaara ni bololabaara

Hadamaden sɛmɛjiri ye baara de ye. Baara ma bɔ baara la, baara man fisa baara ye. Baara suguya ka ca : hakililabaara, bololabaara walima fangalabaara. N’i ye jateminɛ kɛ bi, mɔgɔw kɛlen bɛ ka hakililabaara fisaya ni baara tɔw ye. O ye fili belebele ye. Baara o baara n’i b’a kɛ jɛlenya la k’i dahirimɛ sɔr’a la, k’i ka denbaya ladon ka ɲɛ o ye baara ɲuman ye.

I mana baara fila ninnu nafa lajɛ, i b’a dɔn k’a fɔ a si man fisa si ye, ka d’a kan baara suguya tɛ lajɛ, a kɛkun n’a nafa de bɛ lajɛ. Walasa k’o nafa dɔn f’i k’a faamu ko baaraw bɛ ɲɔgɔn dafa.

N’i bɛ so jɔ i b’a faamu ko sojɔbaarakɛlaw si tɛ taa si kɔ : ɲɛgɛnkɛla, sɛbɛndilanna, minɛbara, dugukolosumana, cɛncɛnfeerela ani sojɔminɛnfeerela, nin bɛɛ bɛ ɲɔgɔn dafa.

Hakililabaarakɛla bɛ se ka nafa min sɔrɔ a ka baara la, baarakɛla tɔw fana bɛ se k’o nafa kelen sɔrɔ. Hakililabaara bilali bololabaara walima fangalabaara ɲɛ, o bɛ se k’an ka jamana ka ɲɛtaa segin kɔ. An ka kan ka hakilila kura ta k’a dɔn ko baara lankolon tɛ yen, ko baara man fisa baara ye.

Titre de l’ouvrage : Bamanankan kalangafe-5. Lecture 5ème année,
Bamako, Ministère de l’Éducation Nationale, 2004, p. 201

1. COMPRÉHENSION DE L’ÉCRIT : (10 points)

Traduire le texte en français de « I mana baara fila ninnu nafa lajɛ », ligne 5, jusqu’à « nin bɛɛ bɛ ɲɔgɔn dafa. », ligne 10.(5 points)

Note de Mali-pense.net : les paragraphes en italiques.

Répondre aux questions suivantes :(5 points)

  1. Nin baro in dabɔra mɔgɔ jumɛnw bilasirali kama ?
  2. Hadamaden sɛmɛjiri ye mun ye ?
  3. Aw bɛ baara suguya joli dɔn ? Aw y’u sɛbɛn.
  4. A bɛ fɔ baara jumɛn ma ko baara ɲuman ?
  5. Mun bɛ se ka jamana ka ɲɛtaa segin kɔ ?

2. EXPRESSION ÉCRITE : (10 points)

  1. Dɔw ko : baara kolon tɛ yen, mɔgɔ kolonw de bɛ yen. Tiɲɛ wa nkalon ?
  2. E yɛrɛ ka diɲɛlatigɛ kɔnɔ, e bɛ mɔgɔ dɔn min bɛ baara bɔ baara la wa ? O tigi ka diɲɛlatigɛ tabolo bɛ cogo di ? A ɲɛfɔ.

CORRIGÉ BAC 2017

Corrige Bac bambara 2017

BAC 2016

TEXTE

Mun de la ntori ma ku sɔrɔ ?

Farafinna, nsiiri ye ɲɛnajɛfɛn ye, nka a bɛ kɛ fana ka hakilina ɲuman di denmisɛnw ma, k’u labɛn ka taabolo dɔw kɔnɔ, u bɛ se ka minnu sɔrɔ u ka diɲɛlatigɛ senfɛ. Nin nsiirin in bɛ kɛ ka mɔgɔw bilasira, minnu ka taabolo ye ka kow « bila kɔfɛ la waati bɛɛ », bawo o de la ntori ma ku sɔrɔ.

Ku tun tɛ kungosogo si la. U sɛgɛnnen fɛnɲɛnamanninw ka kinni fɛ, kungosogow bɛɛ bɛnna a kan ɲɔgɔnye dɔ senfɛ, k’u ka numukɛ dɔ wele o ka na ku dila ka don u la.
Numukɛ nana jatigila minɛ Ntori ka so, u ye ci bila kungosogow bɛɛ ma k’u ka na kudilayɔrɔ la o dugujɛ. Dugu jɛlen, numukɛ ko Ntori ka gɛrɛ a ku ka dila. Ntori ko ka ale ta to kɔfɛ la, ko numukɛ ka sogo tɔw ta dila fɔlɔ, ale ta tɛ kɔrɔtɔko ye bawo numukɛ jatigila ye ale yɛrɛ ka so ye. N’a tilala bɛɛ ta la, a bɛ ale ta dila.

Numukɛ ye kalo kelen kɛ, a bɛ ka ku don kungosogow la sɔgɔma ani wula. Sɔgɔma o sɔgɔma, baara daminɛtɔ, a b’a fɔ Ntori ka gɛrɛ a ku ka don, nka Ntori b’a fɔ ko kɔfɛ. Don laban, kungosogow bɛɛ ye ku sɔrɔ fɔ Ntori. O ta bilala o dugujɛ la. Su fɛ, Ntori ni numukɛ ye dumuni kɛ, ka baro kɛ kosɛbɛ. Dugu tilalen, u y’u da ko ni dugu jɛra, Ntori ku bɛ don.
Dugu jɛlen, Ntori wulila, nka a y’a sɔrɔ numukɛ sara. O la, Ntori tora kuntanya la.

Kun min y’a to ku tɛ ntori la, o filɛ nin ye. N’an b’a fɛ ka ko min kɛ, an k’a kɛ a kɛ waati la bawo an t’a dɔn fɛn min bɛ ɲɛ.

Bukari Konate
Fasokan, N°. 04, 2011

Note de Mali-pense.net : on peut retrouver ce texte sur le blog Fasokan ici. L’auteur, Boukary Konaté ; infatigable activiste de l’informatique et de l’internet au Mali, surtout dans des projets à visée pédagogiques, récompensé notamment par le Best of Blogs Award, est décédé en 2017 : voir sur le site de France24

1. COMPRÉHENSION DE L’ÉCRIT : (10 points)

Traduire le texte en français de « U sɛgɛnnen fɛnɲɛnɛmanninw ka kinni fɛ », ligne 5, jusqu’à « N’a tilala bɛɛ ta la, a bɛ ale ta dila », ligne 10. (5 points)
Note de Mali-pense.net : il s’agit des paragraphes en italique dans le TEXTE ci-dessus

Répondre aux questions suivantes : (5 points)

  1. Nsiiri in dabɔra mɔgɔ jumɛnw bilasirali kama ?
  2. Kungosogow ye ci bila numukɛ ma mun kosɔn ?
  3. Munna Ntori ma sɔn numukɛ k’ale fɔlɔ ku dila ?
  4. Numukɛ tun bɛ to ka mun fɔ Ntori ye tuma ni tuma ?
  5. Ntori ma se ka ku sɔrɔ munna ?

2. EXPRESSION ÉCRITE : (10 points)

  1. Dɔw ko : i bɛ se ka ko min kɛ bi, i kana o bila ka sini kɔnɔ. Tiɲɛ wa nkalon ?
  2. E yɛrɛ diɲɛlatigɛ kɔnɔ, e delila ka i ka ko dɔ bila kofɛ la wa ? A ɲɛfɔ. N’o tɛ, ni mɔgɔ dɔ y’a kɛ i ɲɛna, o ta ɲɛfɔ.

CORRIGÉ DU BAC 2016

Pourquoi la grenouille n’a pas de queue ?

En Afrique, les contes servent de loisir mais aussi à préparer et à conscientiser les jeunes pour des futures situations auxquelles ils seront confrontés au cours de la vie. Ce conte sert de leçon pour ceux qui ont toujours tendance à tout « remettre à demain » car c’est pour cela que la grenouille n’a pas eu de queue.

Au début, tous les animaux étaient sans queue. Fatigués par des petits insectes qui les piquaient, tous les animaux, au cours d’une réunion, ont décidé de faire appel à un forgeron qui va leur fabriquer à tous une queue.

Le forgeron est venu et s’est installé chez la Grenouille, ils ont envoyé un message aux animaux afin qu’ils viennent le lendemain. Le matin, le forgeron a dit à la Grenouille qu’elle s’approche de lui pour qu’il lui fasse la queue. La Grenouille lui a dit que le forgeron fasse d’abord les queues aux autres animaux et que pour elle, ce n’est pas pressé parce que le forgeron logeait chez elle. Quand il finirait avec tous les animaux, il pourrait faire pour elle, la Grenouille.

Le forgeron y a passé un mois, du matin au soir, il fabriquait les queues pour les animaux. Chaque matin, au début de travail, il invitait la Grenouille à s’approcher pour faire sa queue, mais la Grenouille remettait toujours le rendez-vous au lendemain. Le dernier jour, tous les animaux avaient leurs queues sauf la Grenouille. Son cas fut laissé pour le lendemain matin. La nuit, la grenouille et le forgeron ont mangé et ont bien causé. Après minuit, ils se sont couchés en programmant de faire la queue de la Grenouille à l’aube. Lorsqu’il fit jour, la Grenouille s’est levée, mais elle a trouvé que le forgeron était mort. Pour cette raison, elle est restée sans queue.

Voici la raison qui a fait que la grenouille n’a pas de queue. Quand on veut et peut faire quelque chose, faisons-le tout de suite car on ne sait pas ce qui va se passer dans l’avenir.

Boukary Konaté
Fasokan, N°. 04, 2011

1. COMPRÉHENSION DE L’ÉCRIT : (10 points)

Traduction : (5 points)
voir ci-dessus la partie en italiques

Répondre aux questions suivantes : (5 points)

  1. Ce conte a été conçu pour conseiller quels types de personnes ?
  2. Pour quelle raison les animaux ont-ils fait appel au forgeron ?
  3. Pourquoi la Grenouille n’a pas accepté que le forgeron fabrique sa queue en premier lieu ?
  4. Qu’est-ce que le forgeron disait tout le temps à la Grenouille ?
  5. Pourquoi la Grenouille n’a-t-elle pas pu avoir de queue ?

2. EXPRESSION ÉCRITE : (10 points)

  1. Certains disent : ne laisse pas à demain ce que tu peux faire aujourd’hui. Est-ce que cela est vrai ou faux ?
  2. Est-ce qu’il vous est arrivé dans la vie de laisser quelque chose à plus tard ? Sinon, si cela est arrivé à quelqu’un d’autre et que vous en avez été témoin, racontez-le.

BAC 2015

TEXTE

Basakɛlɛ fitinɛ ye bɛɛ kunko ye

Nin don in na, basaw tun bɛ kɛlɛ jugu la, basajigi fila tun don. U tun bɛ ɲɔgɔn gɛn na ka bon bili yɛlɛn, k’a jigin. O de kama du kɔnɔ tɔnkɔnɔba y’i sɛnsɛn ka se dononkɔrɔba ma, k’a ɲini o fɛ k’u bɛɛ ka wulikajɔ telin kɛ ka basa kamalen fila ninnu fara ka bɔ ɲɔgɔn na. Dononkɔrɔ y’i kanto tɔnkɔnɔba ma ko : « Ne ma ban n ka shɛmuso nɔfɛ taama na fɔlɔ sanko ka n da don basakɛlɛko la ! O mun bɛ se n ma ? »

U tora ten ka basaw lajɛ kɛlɛ la. U ma foyi kɛ. Yɔrɔnin kelen, basajigi ɲɛfɛta bolila ka tɛmɛ tasuma kɛrɛfɛ. Kɔɔrimugunin dun tun sasalen don a ku fɛ kabi kɛlɛ daminɛ. Tasuma y’o kɔɔrimugu de minɛ ka basa ku lasɔrɔ. O kosɔn a bolila k’i kun da Ba Musokɔrɔ banabaatɔ ka bon tufa kan. O binɲagaw ye tasuma ta, ka bon jeni ka Ba Musokɔrɔ bananen dalen to a kɔnɔ. Ba Musokɔrɔ sara tasuma kɔnɔ.

Walasa k’a janaja boloda, a yera k’o ye a balimalakaw bɛɛ ladɔnniya kun bɔ. Ba Musokɔrɔ mɔdenw ka dusumada najiko fɛɛrɛtigɛ senfɛ, wulikajɔ kɛra dononkɔrɔ nɔfɛ. A bolitɔ ka tɛmɛ tɔnkɔnɔba la, o y’i kanto a ma ko : « Aa ! kɔrɔkɛ dononkɔrɔ, basakɛlɛ fitinɛ sera i ma dɛrɛ ! »

Dononkɔrɔ yɛrɛmaɲinitɔ ye tɔnkɔnɔba jaabi ko : « Ni maa tun bɛ siniko dɔn biko kɔnɔ, ne tun bɛ n seko bɛɛ kɛ walasa ka don basa fila cɛ ! Nka, nimisa don de ye dɛsɛ donba ye dɛrɛ ! » Ka tɔnkɔnɔba to yɛlɛ la, a donna jidaganin kɔnɔ, denmisɛnw ka gɛnni ye se sɔrɔ dononkɔrɔ ka sen diya kan. U y’a minɛ k’a kantigɛ.
Jaa ! Mɔgɔ bɛɛ kunko ye basakɛlɛ ye dɛrɛ !


CORRIGÉ BAC 2015

Une bagarre de margouillats est une affaire qui concerne tout le monde

Un jour, des margouillats ont eu une querelle horrible ; c’étaient deux mâles. Ils se pourchassaient, ils montaient sur le toit de la maison, ils redescendaient. Alors la Cane s’est approché doucement du Coq et lui a demandé de faire en sorte qu’on s’organise rapidement pour séparer ces deux margouillats. Mais le Coq lui a dit : « Je n’ai pas encore fini de faire la cour à ma Poule, et il faut que je me mêle dans la querelle des margouillats ! Est-ce que cela me concerne ? »

Et ils ont continué à contempler la querelle des margouillats. Ils n’ont rien fait. A un certain moment, le margouillat qui courait devant est passé près d’un feu. Et depuis le début de la bagarre, il avait des fibres de coton collés à sa queue. Ce coton a pris feu. Alors, le margouillat s’est dirigé vers le toit de chaume de la maison de la Vieille Maman qui était couchée, malade. Les brins d’herbes du toit ont pris feu, la maison a brûlé, pendant que la Vieille Maman était dedans. La Vieille Maman a péri dans l’incendie.
On s’est mis à organiser ses funérailles, et on a décidé que tous les parents devaient être informés. Les petits enfants de la Vieille Maman se sont préoccupés de la préparation de la sauce pour calmer l’âme, et ont fait la chasse au Coq. En courant, le Coq est passé près de la Cane, et elle lui a dit : « Ah, grand frère Coq, l’affaire de la bagarre des margouillats t’a atteint quand même ! »

Le Coq, en cherchant à se sauver, lui a répondu : « Si on savait aujourd’hui ce qui pourrait nous arriver demain, je ferais tout pour séparer les margouillats ! Mais le jour des regrets est le jour où on ne peut plus rien faire ! » Aux éclats de rire de la Cane, le Coq s’est enfoncé dans une jarre d’eau, et les enfants l’ont rattrapé. Ils l’ont saisi et lui ont coupé le cou.

Vraiment, une bagarre de margouillats concerne tout le monde !

1. COMPRÉHENSION DE L’ÉCRIT : (10 points)

Traduction du passage (5 points)

Répondre aux questions suivantes : (5 points)

  1. Pourquoi est-ce que la Cane s’est dirigé vers le Coq ?
  2. Pourquoi est-ce que le Coq n’a pas voulu séparer les margouillats ?
  3. Comment est-ce que le feu a pris à la maison ?
  4. Pourquoi est-ce que la vieille femme n’a pas pu sortir du feu ?
  5. Pourquoi est-ce que les enfants ont pourchassé le Coq ?

2. EXPRESSION ÉCRITE : (10 points)

  1. Certains disent : si deux personnes se bagarrent, cela ne concerne qu’elles. Est-ce que cela est vrai ou faux ?
  2. Est-ce qu’il vous est arrivé d’aider des gens à mettre fin à une querelle ? Racontez-le. Sinon, si quelqu’un vous a aidé à arrêter de vous quereller, racontez-le.

BAC 2014

TEXTE

Afiriki kɔnɔ, caman bɔra sida ka mɔgɔ fagata hakɛ la

Diɲɛ tɔnba bolofara min ɲɛsinnen bɛ sida kɛlɛli ma n’o ye « ONUSIDA » ye, o
y’a jira ko kɛmɛsarada la mugan bɔra sida ka mɔgɔ fagata hakɛ la Afiriki Sahara
woroduguyanfan fɛ k’a sababu kɛ sidafura tataw ye. Nka o n’a ta bɛɛ, n’i ye san ba
fila ni kɔnɔntɔn lajɛ, sida ka mɔgɔ fagalen hakɛ tila kulu naani ye, kulu saba bɔra
Afiriki kɔnɔ.

Afiriki Sahara woroduguyanfan sida kɛlɛli ɲɛmɔgɔba ye muso ye ; a ka cakɛda
ye kunnafonidilajɛ min kɛ Zohanɛsiburugu Afirikidisidi jamana na nowanburukalo
tɛmɛnen in tile nugan ni kɔnɔntɔn na, o y’a jira ko k’a daminɛ san ba fila ni naani na
ka se san san ba fila ni kɔnɔntɔn ma, sida kɛlɛlibaaraw nafa yera. Bɔsuwana jamana
de bɛ ɲɛfɛ a ko la kosɛbɛ. Furakisɛ min bɛ sida banakisɛ bali ka tiɲɛni kɛ mɔgɔ fari
la, yen jamanaden sidabanakisɛtɔ kɛmɛsarada la bi kɔnɔntɔn b’o sɔrɔ a ɲɛ ma. K’a ta
san ba fila ni fila la ka se san ba fila ni kɔnɔntɔn ma, o waleya in sera ka tilancɛ bɔ
sida ka mɔgɔ fagata hakɛ la Bɔsuwana kɔnɔ. Afirikidisidi sidabanakisɛtɔ ka ca ni
diɲɛ fan bɛɛ ta ye. Mɔgɔ miliyɔn duuru ani ba kɛmɛ wɔɔrɔ, sida banakisɛ b’o de fari
la yen. N’i ye diɲɛ sidatɔ mumɛ tila kulu wɔɔrɔ ye, kulu kelen bɛɛ ye Afirikidisidi
jamanaden ye. A tun bɛ kɔ sida kɛlɛli baaraw la ; nka a sera ka kun tɔw la san ba
kelen ni kɛmɛ kɔnɔntɔn ni bi kɔnɔntɔn ni kɔnɔntɔn ni san ba fila ni segin furancɛw la.

Bi-bi in na, Afirikidisidi bɛ ka sida banakisɛ madalifura dili baara min boloda ka
ɲɛsin sidabanakisɛtɔw ma, o fanga ka bon ni diɲɛ jamana tɔ bɛɛ ta ye. O kɔni tɛ
nɔgɔyaba ye ; ka da a kan san ba fila ni kɔnɔntɔn kɔnɔ sida ye mɔgɔ hakɛ min faga
diɲɛ kɔnɔ, o kɛra mɔgɔ miliyɔn kelen ani ba kɛmɛ segin ye. Afiriki kelen ta y’o la
miliyɔn kelen ani ba kɛmɛ saba ye.

ONUSIDA ɲɛmɔgɔba y’a jira ko sida bɛ mɔgɔ hakɛ min minɛ san kɔnɔ diɲɛ
na, kɛmɛsarada bi wɔɔrɔ ni segin bɛ bɔ Afiriki kɔnɔ. Hakɛ min fana bɛ fatu sida fɛ, o
kɛmɛsarada la bi wolonwula ni fila ye Afiriki mɔgɔw ye. Sida fanga ka bon kosɛbɛ
Afiriki kɔrɔnyanfan n’a woroduguyanfan fɛ ka tɛmɛ a tilebinyanfan n’a cɛmancɛ kan.
Hali ni dɔ bɛ ka bɔ sida ka mɔgɔ minɛta hakɛ la Afiriki kɔnɔ, mɔgɔw man kan
ka ɲinɛ yɛrɛtanga kɔ ; kɛrɛnkɛrɛnnenya la musow kana ɲinɛ u yɛrɛ kɔ.

Dɔkala Yusufu Jara
Kibaru, No. 467, Desanburu kalo 2010

1. COMPRÉHENSION DE L’ÉCRIT : (10 points)

Traduire le texte en français de « Bɔsuwana jamana », ligne 10, jusqu’à « ... ni san ba
fila ni segin furancɛw la », ligne 18. (5 points)

Répondre aux questions suivantes : (5 points)

  1. Sidako ka jugu Afiriki fan jumɛn ni jumɛn fɛ ka tɛmɛ fan tɔw kan ?
  2. San o san, dɔ bɛ fara sidatɔ hakɛ kan Afiriki kɔnɔ. Tiɲɛ waa nkalon ?
  3. Afiriki kɔnɔ, jamana jumɛn ye sida kɛlɛ kosɛbɛ ?
  4. Diɲɛ kɔnɔ, sidatɔ ka ca jamana jumɛn kɔnɔ ni jamana tɔ bɛɛ ye ?
  5. Bi bi in na, sida bɛ se ka furakɛ cogo di ?

2. EXPRESSION ÉCRITE : (10 points)

Traitez UN des deux sujets. (150 mots minimum)

  1. Dɔw ko ko ni mɔgɔ min ye sida sɔrɔ, o yɛrɛ nɔ don. I hakili la, tiɲɛ wa nkalon ?
  2. Farafinna, mɔgɔ dɔw ko ko sida man jugu ni bana wɛrɛw ye. Yala i sɔnna o ma wa ?

CORRIGÉ DU BAC 2014

TEXTE

La mortalité à cause du SIDA a beaucoup diminué en Afrique

ONU-SIDA, une organisation internationale spécialisée dans la lutte contre le SIDA, a déclaré que la mortalité à cause du SIDA a diminué en Afrique Subsaharienne de 20% grâce au traitement médicamenteux. Cependant, en 2009 trois quarts des morts du SIDA ont eu lieu en Afrique.

Le président de l’organisme chargé de la lutte contre le SIDA en Afrique subsaharienne est une femme ; le 29 novembre dernier, son bureau a organisé une conférence de presse à Johannesburg, en Afrique de Sud, où il a été déclaré que de 2004 à 2009, les résultats de la lutte contre le SIDA ont été remarqués. Le Botswana a réalisé un grand progrès. Dans ce pays, 90% de tous les séropositifs ont reçu les médicaments qui permettent de contenir l’action négative du virus sur l’organisme. Cela a permis de réduire le nombre de décès dus du SIDA au Botswana de 50% pendant la période de 2002 à 2009. Le nombre de séropositifs en Afrique du Sud est le plus élevé au monde. On y trouve 5,6 millions de séropositifs. Un sixième de tous les séropositifs du monde habite en Afrique du Sud. Ce pays était en retard en ce qui concerne ces activités, mais il a rattrapé ce retard pendant la période de 1999 à 2008. De nos jours, le programme de diffusion des médicaments qui atténue l’action du virus du SIDA pour les séropositifs est, dans ce pays, le plus avancé au monde. Cependant, la situation reste grave, car en 2009 le nombre de décès à cause du SIDA a atteint un million huit cent mille. Sur ce nombre, la part de l’Afrique a été d’un million trois cent mille.

Selon le président de l’ONU-SIDA, 68% de tous les nouveaux cas du SIDA sont enregistrés en Afrique. Et la part africaine de tous les décès liés au SIDA égale 72%. Le SIDA est beaucoup plus répandu en Afrique de l’Est et en Afrique du Sud, par rapport à l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale.

Même si le taux de contamination par le SIDA en Afrique diminue, on ne doit pas oublier de se protéger, et les femmes surtout doivent être vigilantes.

DokalaYoussoufou Diarra
Kibaru, No. 467, décembre 2010

Compréhension de l’écrit

Traduction

Répondre aux questions suivantes :

  1. Dans quelles parties de l’Afrique la situation du SIDA est-elle la plus grave ?
  2. Chaque année, le nombre de séropositifs en Afrique augmente. Est-ce que c’estexact ?
  3. Quel pays d’Afrique a fait les plus grands efforts dans la lutte contre le SIDA ?
  4. Dans quel pays du monde le nombre de séropositifs est-il le plus élevé ?
  5. De nos jours, comment traite-t-on le SIDA ?

EXPRESSION ÉCRITE : (10 points)

  1. Certains gens disent que si quelqu’un attrape le SIDA, c’est de sa propre faute. A votre avis, c’est vrai ou faux ?
  2. En Afrique, certains disent que le SIDA n’est pas plus grave que d’autres maladies. Est-ce que vous êtes d’accord avec ce propos ?

BAC 2004

TEXTE

BANIƝƐGƐNƐ FURULI

n ye a tigɛ ka a da cɛ dɔ la.
a ye den dɔ sɔrɔ.
a ma sɔn ka a tɔgɔ fɔ mɔgɔ si ye.
den nin ye muso ye.
a bonyana ka bonya fo ka a se furu ma.
o tuma na, jaga den nin tɔgɔ ko Baniɲɛgɛnɛ.
ni mɔgɔ o mɔgɔ nana, a bɛ a fɔ ko ni a sera ka den nin tɔgɔ fɔ, o tuma na, a bɛ den nin furu o tigi ma.

ayiwa, a nana o ta, mɔgɔ min mana na, o bɛ a fɔ ko den nin tɔgɔ ?
a bɛ a fɔ ko ni i sera ka o tɔgɔ fɔ, n bɛ a furu i ma.
dow bɛ a fɔ Fanta, dow bɛ a fɔ Manu, dow bɛ a fɔ Jɛnɛba, mɔgɔ si ma se ka den tɔgɔ fɔ.
jelikɛ dɔ ye a mɛn sa.
o ye a ka ntaman ta, o bɛ nalen.
o ni musokɔrɔnin bɛnna
ko n denkɛ, ko e bɛ taga min ?
ko ne bɛ taga dugu dɔ la, ko dɔ bɛ yen, a ko a tɛ a den di mɔgɔ si ma, fo o ka a tɔgɔ dɔn.
ko o tuma na, e bɛ a tɔgɔ dɔn wa ?
ko ayi.
ko ni i ye woro di ne ma ani syɛfan, ko ne bɛ a tɔgɔ fɔ i ye.
o tuma, jelikɛ ye a bolo don pɔsi la ka syɛfan di a ma ani woro.
a ye a tɔgɔ fɔ a ye.
ko a tɔgɔ ko Baniɲɛgɛnɛ.
o tuma na, jelikɛ fana ye ntaman ta
a bɛ a la :
dɛrɛn dɛrɛn dɛrɛn dɛ !
jelikɛ muso ye Baniɲɛgɛnɛ !
masa Ala ye koɲumannin da n ɲɛ !
dɛrɛn dɛrɛn dɛ !
dɛrɛn dɛrɛn dɛrɛn dɛ !
jelikɛ muso ye Baniɲɛgɛnɛ !
masa Ala ye koɲumannin da n ɲɛ !
dɛrɛn dɛrɛn dɛ.
ayiwa, den ye i sigilen to so kɔnɔ.
a kasira ko ne ba yo !
jɔni ye n tɔgɔ fɔ jeli ye,
ko n tɔgɔ ko Baniɲɛgɛnɛ ?
masa Ala ye kojugunin da n ɲɛ.
ayiwa, dennin bɛ kasi la.
jelikɛ kɔni bɛ a la :
dɛrɛn dɛrɛn dɛrɛn dɛ !
jelikɛ muso ye Baniɲɛgɛnɛ !
masa Ala ye koɲumannin da n ɲɛ.
ayiwa, a nana, a sera u ka du kɔnɔ, u ye a bisimila ka ji di a ma.
O tuma dennin kasira ko a tɛ a fɛ,
fa ko ee ko i bɛ a fɛ dɛ.
ko mɔgɔ si ma se i tɔgɔ la,
dɔw nana, dɔw ko Fanta.
dɔw ko Mamu, dɔw ko Jɛnɛba.
mɔgɔ si ma i tɔgɔ dɔn.
o tuma, jelikɛ ye i tɔgɔ dɔn.
an bɛ i di o ma.
o tuma, n bɛ a fɔ i baw ye u ka i ka kɔɲɔminɛnw siri.
furu bɛ siri, i bɛ taga a nɔ fɛ.
u ye a koɲɛ kɛ ten.
ayiwa, n ye o ta yɔrɔ min, n ye o bila yen.

Recueil de contes traditionnels bambara
"la pierre barbue et autres récits"
par Gérard Dumestre
(Note de mali-pense.net : également in
Meyer-Görög, Contes bambara, 1984)

A. Traduisez en français le passage indiqué :
Ligne 1 à 9 (jusqu’à "o tigi ma") (en italiques ci-dessus)

B. Répondez en bambara aux questions suivantes :

  1. Mun b’a jira ko maana in ye nsiirin ye ?
  2. Mun kɔsɔn npogotiginin bɛ kasi ?
  3. Nsiirin in kɔrɔ ye mun ye ?

CORRIGÉ DU BAC 2004

TEXTE

LE MARIAGE DE MÈRE-ET-URINE

Je l’ai cueilli pour la raconter à propos d’un homme.
Il eut un enfant.
Il refusait de dire son nom à quiconque.
Cet enfant était une fille.
Elle grandit et grandit jusqu’à arriver à l’âge de se marier.
Alors hélas le nom de cette jeune-fille était : Mère‑et‑Urine.
Chaque fois que quelqu’un venait, on lui disait que s’il arrivait à dire le nom de la jeune-fille, c’est à lui qu’il marierait la jeune-fille.

Bien, ça se passait comme ça : quiconque venait disait : quel est le nom de la jeune-fille ?
il disait : « Si tu arrives à dire son nom, je te la marierai. »
Certains l’appelaient Fanta, d’autres Mamou, d’autres Dieneba, mais personne ne put dire le nom de l’enfant.
Un griot l’apprit enfin.
Il prit son tambour d’aisselle, il se mit en route.
Il rencontra une vielle femme.
- Mon fils, où allez-vous ?
- Je vais dans un village, là-bas il y a un homme, il ne donnera sa fille à quiconque, à moins qu’il ne connaisse son nom.
- Et alors, est-ce que tu connais son nom ?
- Non.
- si tu me donnes une noix de cola, ainsi qu’un œuf de poule, je te dirai son nom.
Aussitôt, le griot mit sa main dans sa poche et lui donna un œuf, ainsi que de la cola.
Elle lui dit le nom.
- son nom est Mère-et-urine.
Alors le griot, lui, prit son tambour d’aisselle.
Il se met à chanter :
- Incroyable ! incroyable, incroyable vraiment !
La femme du griot est Mère‑et‑Urine !
Allah tout puissant m’a fait un bon petit présent !
Incroyable ! Incroyable vraiment !
Incroyable ! incroyable, incroyable vraiment !
La femme du griot est Mère‑et‑Urine !
Allah tout puissant m’a fait un bon petit présent !
Incroyable ! Incroyable vraiment.
Bien. La fille reste assise à la maison.
Elle pleure : O ma mère !
Qui a dit mon nom a un griot,
a dit que mon nom est Mère‑et‑Urine ?
Allah tout puissant m’a fait un mauvais présent.
Bien, la fille est en pleurs.
Le griot, quand à lui, continue de chanter :
Incroyable ! incroyable, incroyable vraiment !
La femme du griot est Mère‑et‑Urine !
Allah tout puissant m’a fait un bon petit présent !
Bien, il venait, il arriva dans leur concession, ils l’accueillirent et lui donnèrent de l’eau.
La jeune-fille pleurait alors, disant qu’elle ne l’aimait pas,
Le père dit : - Eh ! Mais si tu l’aimes !
Personne n’est arrivé à trouver ton nom,
certains sont venus, les uns t’ont appelée Fanta,
d’autres Mamou, d’autres Dieneba.
Personne ne connaît ton nom.
Or le griot connaît ton nom.
Nous te donnons à lui.
Maintenant je vais dire à tes mères de préparer tes affaires pour le mariage.
La noce sera célébrée, tu t’en iras à sa suite.
C’est ainsi qu’ils se marièrent.
Bien, là où je l’ai pris je l’y remets.

B. Répondez en bambara aux questions suivantes :

Il s’agit ici des réponses de l’un des candidats de l’épreuve de 2004. Voir juste en dessous les Notes relatives à ce conte, qui pourraient aider dans ces réponses...

1. Mun b’a jira ko maana in ye nsiirin ye ?

Ne ko maana in ye nsiirin ye, a bɛ ko na foro kan, a bɛ mɔgɔ layɛlɛ siɲa dɔ la, ni a bɛ se ka mɔgɔ lakasi fana (...) O ye fɛn min bɛ se diɲa kɔnɔ, a bɛ se ka kɛ an ka dugu la, a ni mɔgɔ dɔwɛrɛ ta la. O bɛɛ b’a jira ko nin ka maana in ye nsiirin ye.
Note de mali-pense.net : il suffisait probablement de s’appuyer sur le titre de la source de ce texte : "Recueil de contes traditionnels bambara", c’est à dire nsiirinw, et non maana : histoires, récits ...

2. Mun kɔsɔn npogotiginin bɛ kasi ?

Dennin bɛ kasi ko a tɛ fɛ ka furu ni jelikɛ ye. Fa ko a ka furu ni a ye, ko jelikɛ dɔrɔn de sera a tɔgɔ la, ko o tuma na ale bɛ a den di jelikɛ ma.
Note de mali-pense.net : on pourrait évoquer ici le préjugé selon lequel une fille de roi, un homme libre, hɔrɔn, ne saurait se marier à un griot, jeli ...

3. Nsiirin in kɔrɔ ye mun ye ?

Nsiirin ye fɛn min ye, maa bɛ kuma fɛn caman kan. A bɛ se ka mɔgɔ lakasi, ani ka mɔgɔ layɛlɛ. A bɛ bɔ fɛn min tɛmɛna a mɛɛna dugu dɔ la ani fɛn min bɛ sisan fana. A bɛ se ka kuma fɛn bɛɛ lajɛlen kan, ani ka fɛn dɔ labɛn ... ɲa bɛɛ la (furu min bɛ kɛ, muso kɔ fɛ)
Note de mali-pense.net : on pourrait s’étonner ici qu’un père puisse lancer tel pari inconsidéré à propos de sa fille, s’indigner qu’une fille soit ainsi soumise, pour son propre mariage, au diktat de son père ...

Notes de 1974 sur le conte LE NOM QU’IL FAUT TROUVER

Un conte dit à Bamako en 1972 par Jeja Tarawele (Traoré), recueilli par Veronika Görög-Karady.

Ce conte où le héros doit deviner le nom de la fille qu’il veut épouser est répandu dans tout l’Ouest africain. Denise Paulme dans son étude "Thèmes et variations : l’épreuve du nom inconnu dans les contes de l’Afrique noire" (Cahiers d’études africaines vol.XI 1971, 189-205) analyse un conte de ce type provenant de Haute-Guinée (est du Fouta-Djalon, malinké). Signalons ici l’existence d’une variante bambara de notre corpus où ce sont des filles qui vont à la recherche d’un beau garçon dont elles doivent trouver le nom.

Tambour d’aisselle : petit tambour au son aigu que l’artiste porte sous l’aisselle gauche et sur lequel il frappe à l’aide d’une baguette courbée.

Les vieilles femmes jouent très fréquemment un rôle de médiateur dans nos contes. Elles aident le bon héros à arriver à ses fins ou au contraire apportent le malheur à celui qui se conduit mal à son égard. Elles ont un statut ambigu : elles sont respectées pour leur âge et craintes en tant que détentrices d’un savoir qui peut être dangereux. Ici elle joue un rôle bénéfique.

La vieille femme demande ici un don en échange de la révélation du nom de la fille. Dans une autre version de notre corpus elle demande un service : il faut lui laver le dos.

dù : la concession : habitation formée de plusieurs cases (só) et entourée d’un mur (kogo)). On y accède par un vestibule (blòn, bùlon).

bìsimila : salutation de bienvenue. Emprunt à l’arabe.

Les griots, qui font partie des ɲamakala (gens de caste) avec les forgerons (nùmu), les artisans du cuivre (lorho), les artisanas du bois (kùle), les cordonniers (gárange) ne se marient habituellement pas avec les gens libres (hɔ́rɔn). Pour cela, la fille ressent comme une déchéance le mariage avec un griot, tout comme l’héroïne du conte I qui devait épouser un lépreux.

Le respect de la parole donnée l’emporte sur la coutume relative aux règles d’alliance.

báw : il s’agit de l’ensemble des épouses du père, des mères classificatoires.

Les affaires de mariage comprennent les ustensiles de ménage, les objets personnels (bijoux, vêtements) que la femme emporte chez son mari.

mercredi 20 février 2019

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios