MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > Bamanankan kanubagaw yɔrɔ / Le coin des amoureux du bambara > À DIYARA - Mali : Une tournée de théâtre en bambara - 1994

À DIYARA - Mali : Une tournée de théâtre en bambara - 1994


Molière et le théâtre classique toubabou joué en bambara dans les villages maliens : c’est l’aventure qu’ont souhaité et vécu Nadine, Chantal, Mamadou, Delphine, Jean-Christophe et d’autres il y a vingt ans. Une aventure qui prouve encore que malgré les différences culturelles, il est possible d’évoquer ensemble l’oppression des femmes, de parler d’amour et de partager le rire [1]. De cette aventure il reste la trace de ce petit film.

Vingt ans après, Nadine, Jean-Christophe et Mamadou jouent toujours sur scène et Delphine poursuit sa carrière dans le cinéma. Nous regrettons l’absence de Chantal, qui suite à cette tournée s’était installée au Mali, et d’Aboulaye Diarra, professeur à l’INALCO et traducteur des textes de Molière et des autres pièces jouées ici, tous deux décédés.

L’ASSOCIATION « MUSOW » avec la collaboration de l’INALCO présente

Une tournée de théâtre au Mali ...


Delphine Régnier - A Diyara - Mali - Tournée de... par mali-pense

Ci-dessous le "script" du film. J’ai tenté de retranscrire tout ce qui est dit en Bambara aussi bien que j’ai pu. Merci d’adresser les compléments et corrections à contact@mali-pense.net.

Marché de SÉGOU

0:53

transcription du Bambara
en italiques : mots d’origine française
sous-titres français du film
en italiques : corrections postérieures
Tubabuw bɛna bamanankan fɔ théâtre bɔ la yan.
U bɛ dɔn kɛ bamanankan na,
ka yɛlɛ bamanankan na,
o tuma an bɛ ɲɔgɔn sɔrɔ ballontanyɔrɔ la
wula de na cinq heures waati.
Ni u ma na wula de na cinq heures la,
an bɛ ɲɔgɔn sɔrɔ "Bakari Jan" na su in na
huit heures la.
« Les Blancs vont jouer
une pièce de théâtre en bambara
Ils dansent
et ils chantent aussi
Alors venez à côté du terrain
de foot à cinq heures
Si vous ne pouvez pas venir à 5 h
venez ce soir à 8 heures au Bakari Jan »

1:18

kaba de ko, kaba de ko, ... (chanson) surprise, c’est une surprise...

A DIYARA

1:56

an bɛn’an ka ɲɛnajɛ daminɛ sisan sisan.
An bɛna daminɛ
ni cɛkɔrɔba tɛgɛmagɛlɛn dɔ ye.
Cɛkɔrɔba tɛgɛmagɛlɛn don
fɔ k’a ta a si ban.
A jarabilen don
ni npogotigi dɔ
o tɔgɔ ko Marianne.
Marianne k’a tɛ cɛkɔrɔba in fɛ,
k’a bɛ cɛkɔrɔba denkɛ de fɛ.
O tuma kuma min tɛmɛnna
cɛkɔrɔba ni Marianne n’a terimuso cɛ,
an k’o lamɛn !
An k’an tɛgɛrɛ fɔ la kɛ !
Le spectacle va commencer
On va commencer avec une pièce
racontant l’histoire d’un homme
c’est un avare qui le restera
jusqu’à sa mort
Ce vieux est amoureux d’une
jeune fille nommée Marianne.
Marianne dit que ce n’est pas le
vieux qu’elle aime mais son fils
Écoutons maintenant le vieux,
la jeune fille et son amie.
Applaudissons !

2:13

MOLIÈRE : L’avare

- Jacques ? I ka patoron bɛ so kɔnɔ wa ?
- Ɔwɔ, patoron bɛ !
- .. Taa a ye, k’an b’a kɔnɔ da la
- Baasi tɛ !
- Ne yɛrɛ t’a dɔn n bɛna min kɛ !
N kɔnɔ gwannen (don) nin ko la !
- Munna ? I jɔrɔkun ?!
- O kɛra i ɲininkali la wa ?
E yɛrɛ t’a don ko nin bɛna ne ko gɛlɛn ye wa ?!
- N ya dɔn ko Harpagon tɛ i ɲɛnamɔgɔ ye.
I hakili bɛɛ bɛ i ka cɛnin de kan. …
- Jacques, ton patron est-il là ?
- Oui, il est là.
- Va lui dire que nous avons besoin de lui !
- Je ne sais pas ce que je vais faire.
J’ai mal au ventre rien que d’y penser.
- Pourquoi, de quoi t’inquiètes-tu ?
- Tu me le demandes ?
Ne sais-tu pas toi-même...
ce qui rend cela si difficile
- Je sais que ce n’est pas Harpagon
que tu portes dans ton cœur...
… tu penses plutôt à ce jeune homme.

une jeune spectatrice

- A diyara !
- Munna ?
- (a diyara) - A bɛ se dɔnkilida la !
- mm ?
- A bɛ se dɔnkilida la !
- Mun wɛrɛ ?
- Ani dennin, o kuma diyara n ye.
- mm ?
- Dennin, o kuma diyara.
- Munna ?
- A ye kuma min fo, a diyara n ye, quoi !
- A bɛ kuma mun kan ?
- A bɛ kuma jarabi kan, a diyara n ye !
- Ça m’a plu
- Pourquoi ?
- Elle sait vraiment bien chanter
- Quoi d’autre ?
- Les paroles de la jeune femme m’ont plu.
- Pourquoi ?
- Ce qu’elle a dit m’a plu !
- Elle a parlé de quoi ?
- Elle a parlé de l’amour.

une autre jeune femme avec une bassine sur la tête

- A diyara.
- Munna ?
- Ɛɛ ! N tɛ o dɔn o !
- Ça m’a plu.
- Pourquoi ?
- J’en sais rien moi !

Nadine Ledru (Comédienne, danseuse)

« Dans un petit restaurant de la rue Lebrun à Paris, l’année dernière au mois d’août, comme je racontais mes voyages en Afrique, Chantal me disait « ça m’intéresse, j’irais bien, on devrait y aller mais on devrait faire du théâtre là-bas, on devrait y aller avec plein de petites choses que l’on pourrait jouer. » D’accord, d’accord, et voilà comment ça c’est... ça a commencé. En septembre Chantal s’est attelée à l’apprentissage de la langue bambara, et...
- Pourquoi ?
- Pourquoi ? parce que le spectacle on a voulu le faire en bambara, c’est...
- Dès le départ ?
- Oui, dès le départ on a pensé que c’était inutile de venir jouer ici en français à partir du moment où les gens, la plupart des gens, ne comprennent pas le français, surtout dans les villages, les gens parlent le bambara. Donc c’était intéressant pour nos de parler en bambara dans l’optique de faire un théâtre populaire, quoi, pour les gens, pas un théâtre … , pour que les gens comprennent.

4:24

GOLDONI : Dernières soirées de Carnaval

Centre Culturel Français BAMAKO

- A ye n ɲininka ni cɛ wɛrɛ bɛ n bolo !
- Ɛɛ ! ka di sa !
- A tun b’a fɛ k’a dɔn n’a ka ko ka di ne ye !
- I sɔnna wa ?
- Ka sɔn ?! Abada !
- Munna ?
- Kana a kɛ iko i ma faamu sa ! ...
- Il m’a demandé si j’avais
d’autres amoureux.
- Et c’est bien ça !
- Il voulait savoir
s’il me plaisait.
- Tu lui a dis que oui ?
- Dire oui ?
Jamais !
- Pourquoi ?
- Ne fait pas semblant
de ne pas comprendre...

Chantal Defresne (Comédienne)

« Ce qui nous intéressait … c’était les relations entre femmes, qui sont quelque part quand même malgré les différences superficielles et apparentes, qui sont les mêmes. Et on pensait, vu nos âges respectifs, que ce serait bien de faire mère-fille, servante-maîtresse, modernité-tradition. »

5:03

VALLE INCLAM : L’amoureuse du roi

- N bɛ tugu e kɔ, Masakɛ !
ka kɛ lolo yeelen e ye
i ka dukɛnɛ kɔnɔ
(+la même chose - chanté)
- Dɔnkili dabila !
Bɔ nin dibi la kɛ !
Je veux suivre tes pas,
Roi Séraphin,
Etre Lumière d’étoile
dans ton jardin
- Arrête de chanter !
Et sors de cette obscurité !

5:26

FRISH : La Grande Muraille

Carrefour des Jeunes BAMAKO

- N’o kɛra sa ! U bɛ wuli k’u pan
k’u sigi so kan
k’a taa duguw ni jamanaw kɛlɛ ne ye
walisa
k’u ka ko kɛ sɛbɛ ye ?
O de yɛ jarabi ye wa ?
- Alors ils sautent à cheval
et partent à la conquête...
… d’une province quelconque
afin qu’ainsi...
… je les prenne au sérieux.
Est-ce bien cela l’amour ?

retour à Ségou, bref passage sur les auditeurs, dans le public, Gérard Dumestre, professeur de bambara à L’INALCO.

6:18

- O diyara kosɛbɛ !
- Munna ?
- Hein ?
- Munna ?
- Vraiment, a ye tubabu ye, u ye an k’a fɔ (?) bamanankan na, a ɲɛna !
- A ka ɲi !
- A ka ɲi kosɛbɛ !
- A bɛ kuma mun kan ?
- Hein ?
- A bɛ kuma mun kan ?
- A bɛ kuma... o jarabi ! ha ha
- Ça m’a beaucoup plu
- Pourquoi ?
- Vous êtes des Toubabs
et vous parlez Bambara.
ça c’est vraiment très bien.
- ça parle de quoi ?
- ça parle d’amour
- A diyara ne ye fana !
- Munna ?
- Hein ?
- Munna ?
- a ka ɲi dɔrɔn, quoi !
- a y’a kɛ a diyara ne ye, Ɔwɔ !
- artistiw bɛ se kuma bamanankan na,
ni u ye b’a fɔ kosɛbɛ bamanankan na,
u bɛ bamanankan mɛn u yɛrɛ,
n’i y’i ta u ka baara kɛlen fɛ,
vraiment, a diyara !
Et surtout que u bɛ dɔn kɛ,
a dɔnkili ka di, a kuma fana,
a bɛɛ bɛ faamu.
- Scene jumɛn ka di i ye ?
- Harpagon scene, a ni npogotiginin min
k’a jarabilen bɛ masakɛ la, n’a t’a dɔn.
- Cɛkɔrɔba min b’a fɛ ka npogotiginin furu,
a ka di i ye wa ?
- A man ɲi kosɛbɛ !
- Munna ?
- Parce que,... Barisa,
cɛkɔrɔba ka npogotiginin ka furu,
vraiment, o man ɲi kosɛbɛ !
Denmisɛn npogotiginin ka di kamalennin ma,
o ka wusa ka tɛmɛn,
bɛɛ ni i si, quoi !
- Ça m’a plu à moi aussi.
- Pourquoi ?
- C’était tellement bien !
- Ca m’a plu, oui !
- Des artistes qui savent parler
le bambara, le comprennent,
et qui travaillent en Bambara,
ça c’est très bien.
Surtout qu’ils dansent
et les chansons aussi sont bien.
J’ai tout compris
- quelle est la scène que tu préfères ?
- Celle d’Harpagon et de la jeune fille...
...qui aime le roi sans le connaître
- Un vieil homme qui veut épouser une jeune fille, c’est bien ?
- C’est pas très bien non.
- Pourquoi ?
- Le mariage entre un vieux et une jeune fille
vraiment c’est pas bien
Donner les jeunes filles
aux jeunes hommes, c’est mieux
À chacun son groupe d’âge, quoi !

BAGUINEDA

7:45

- Aw bɛɛ, hakɛ to dɔɔnin !
Turupu mɔgɔ de don, u nana
u bɛna teatiri bɔ,
aw ye a kun kɔrɔta cinq heures,
sinima tun bɛ dɛ… teatiri de tun don.
O de ye fili a kɔrɔfɔ la, Ala u sagaw o sagaw. A fɔra
Aw bɛ aw ɲɛsin campement ma.
U bɛ taa teatiri bɔ yen.
A bɛɛ bɛ kɛ bamanankan na,
pour qu’ u bɛ se k’o faamu.
Aw bɛ taa Martin fɛ ! n’o ye campement ye !
Aw y’a faamu wa ?
Teatiribɔla dɛ
Excusez-moi, une troupe est venue
Ils vont jouer une pièce de théâtre
ça sera à cinq heures
là où l’on montre les films
Retrouvons-nous au campement
ils vont jouer une pièce
Ce sera en bambara
pour que vous compreniez tous
Venez chez le commandant Martin !
Vous avez bien entendu ?

8:55 (Jean-Christophe s’adressant aux enfants)

- Aw saba ! na yan ! Et, vous trois, venez !
- n b’o fɛ ka taa so ! (?)
- o ! a yɛrɛ natɔ ye !
- Ee ! Frosine, i ɲɛ b’a la wa ?
- Hakɛ to ! ….(?)...ni ne na nunɛtiw ye hé hé !
- Ne b’u don ka kalo ni lolonin lajɛ ! ha ha...
- Hali n yɛrɛ fa !
A ye tabale gosi jamana fan bɛɛ !
ka jamanaden kan tugun.
N ma fɛn faamu o la !
- Masa denmuso ! I ma nin ko faamu !
U bɛ cɛ dɔ de ɲini, min tɔgɔ ye ko :
Jamana-den-kan...
- Cɛ don wa ?
- Ɔwɔ !
- Cɛ dɔ ko di ! (?)
- Le voici qui vient !
- Mais Frosine, tu n’as pas vu sa tête ?
- Excusez-moi si je viens jusqu’à vous avez des lunettes,
mais je les mets pour regarder la lune et les étoiles...
- Même mon père, il frappe
le tambour dans tout le pays
et fait taire la voix du peuple
- Je ne comprend rien de tout ça.
- Princesse, tu as mal compris,
ils cherchent tous un homme...
qui s’appelle Voix du Peuple.
- un homme ?
- Oui, un homme.

9:58

Mamadou Fomba, Comédien, Danseur

« Je suis très content,je suis très content parce que ça a été une expérience pour moi aussi, c’est vrai c’était la toute première fois pour moi de jouer avec des toubabou en langue bamanan et j’avoue honnêtement que c’est un projet à encourager.
Là ce travail que nous avons effectué était bien réservé pour une population bien précise, surtout les paysans, et moi j’avoue honnêtement que partout où nous sommes passés vraiment on a été accueillis à bras ouverts et humainement, vraiment, j’avoue que, vraiment, moi je suis très très ému parce que, sur le plan humain vraiment, ce sont des gens qui ont accompli leur tache. »

DJINIDJE

11:15

- Cɛkɔrɔba tɛ denmisɛn kɛnɛ bɔ !
nka, ni a sara, ha, nafa to i bolo...
nin b’i laɲina nin bɛɛ kɔ !
- Ee ! Ala ! k’a fɔ … y’a ko (? bruits...)
k’a bɛ sa (walasa ?) ka fɛn sɔrɔ
- I yɛrɛ nɛgɛn dɛ !
I ma...(?) cɛkɔrɔba furu !
- Un vieux ne vaut pas
un jeune homme en pleine santé
mais quand il mourra
il te laissera toute sa richesse
ce qui te fera oublier
tout le reste
- Mon Dieu !
Dire qu’il faut souhaiter
la mort de quelqu’un
pour être heureuse !
- Tu te trompes...

NANA-KINYEBA

12:25

- Aw ye ɲɛnaɲɛ min kɛ,
o bɛɛ an na ka di,
o diyara ne ye kosɛbɛ !
Aw nana an so hakili ɲuman na...
Le spectacle que vous avez joué
était bien, ça m’a beaucoup plu
Vous êtes venu au village
dans un bon esprit.
- Teatiri diyara !
i bɛ se dɔn la kosɛbɛ !
Le théatre m’a plu
et vous savez très bien danser !

KOMANFARA

12:39

- Masa tɛ cɛ min bɛ bɔ muso kɔ.
- Ah, ni n tun bɛ se ka kɛ a muso ye !
- Le roi n’est pas un homme
à avoir une femme.
- Ah, si je pouvais
devenir sa dame …

Nadine Ledru (Comédienne, danseuse)

« Une fois, au dernier village où on a joué, il y a un garçon qui m’a demandé, euh, si je m’étais inspiré des histoires qui se passent dans les villages pour écrire les textes... donc on a tellement bien atteint l’objectif d’universalité de notre propos que les gens croyaient que c’était des choses de chez eux, carrément, alors quand on lui a dit, euh, que non c’était des textes français, enfin européens, il était tout à fait étonné, donc ça c’est bien, l’objectif est atteint pour ça. »

KARAMOKOLA

Chantal Defresne (Comédienne)

« Ce qui est positif aussi c’est la joie et le bonheur, enfin, j’en suis toute émue de, du fait que deux toubaboues apprennent leur langue et attribuent de l’importance à leur culture, à leur langue, à leur habitudes, l’importance qu’elles méritent. Là je crois qu’on répare un tout petit peu toutes les grosses erreurs, o ! très peu, c’est une goutte d’eau dans la mer mais finalement la mer n’est faite que d’eau... alors ça c’était très émouvant la façon dont eux-mêmes ont été touchés de ce travail qu’on avait fait, de travailler un an leur langue, pour venir leur dire les choses qui nous tenaient à cœur et leur dire dans leur langue à eux. »

SAGUELE

Nadine Ledru (Comédienne, danseuse)

« Je crois que la plus belle récompense qu’on ait eue c’est le sourire des gens et leurs applaudissements et les danses qu’ils nous ont fait à l’issue des spectacles, et puis leur accueil, quoi. Et de voir le contentement dans leurs yeux et les gens nous parlaient en bambara, ensuite, croyant qu’on comprenait tout, on avait du mal à répondre mais enfin on comprenait bien en tous cas qu’ils étaient contents :... « a diyara ! »

en hommage à Chantal Defresne, comédienne

Avec :

Chantal Defresne (Comédienne)
Mamadou Fomba (Comédien, danseur)
Nadine Ledru (Comédienne, danseuse)
et
Jean-Christophe Bénic

Version bambara des textes :

Abdoulaye Diarra

Montage :

Delphine Régnier
Philippe Viladecos

Post-Production :

I.E.C.A - Nancy

Images et réalisation :

Delphine Régnier

Remerciements :

Lanceni Balla Keita
et le comité de jumelage
Thionville - Kinyebakonko

A BAMAKO
INA, DNAFLA, Sory Koïta,
Carrefour des jeunes,
Ignace Diarra, Sada Samake.

Marysette Montardre
pour le jumelage
Djinidje - Marly Le Roi
Sambali Traore, Bassirou Lo,
Commandant Martin, Jean Koïta.

Centre Culturel Français
de BAMAKO.
Le conseiller culturel auprès
de l’Ambassade de France
à BAMAKO

Remerciements tout particuliers

aux amis qui nous ont compris
et aidé
aux maliens pour la chaleur
de leur accueil.

Extraits de :

MOLIERE : L’AVARE
GOLDONI : DERNIERES SOIREES
DE CARNAVAL
FRISCH : LA GRANDE MURAILLE
VALLE INCLAM : L’AMOUREUSE DU ROI

Les représentations
ont été données à
 :

LASSA, KOLONINKO, SANANKOROBA,
SELENGUE, BAMAKO : DNAFLA, INA,
CCF, Carrefour des Jeunes,
BAGUINEDA, SEGOU, NANA-KINYEBA,
KOMANFARA, KARAMOKOLA, SAGUELE,
DJINIDJE

Copyright Association « MUSOW »
Avril 1994

Notes

[1Dans l’autre sens du voyage, Habib Dembélé fera découvrir le théâtre Kotéba en France, montera Antigone avec des artistes maliens, Sotigi Kouyaté, Fatoumata Diawara..., etc.

samedi 7 février 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios