MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > No Manani > Sacs-Plastiques

Sacs-Plastiques


Satanés Sacs Plastiques (Manani) - Qu’en faire ?

Nouveau !
- Les Bishnoïs se bougent, eux !
- Le court-métrage "PLASTIC BAG"
- Expérience chez les voisins du Burkina Faso
- voir les vidéos

Le Mali n’échappe pas à la règle : comme dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, vous le constaterez en flânant ici et là, au cœur mêmes de villes magnifiques comme Ségou ou Djenné : l’omniprésence des sacs plastiques ( Manani en bambara ) ! Ils envahissent les moindres recoins. Utilisé en moyenne 30 minutes, un sac plastique met jusqu’à 400 ans à se décomposer.

JPEG - 143.4 ko
Une chèvre cherche son bonheur alimentaire parmi les détritus d’une décharge à ciel ouvert.
Précision : suite aux nombreuses demandes reçues, nous tenons à préciser qu’il ne s’agit pas ici d’un projet institutionnel, d’une association, ONG ou organisation spécialisée en développement : ce n’est qu’une modeste initiative à titre personnel de citoyens maliens et français qui ont résolu de se mobiliser pour faire avancer les choses.... Bienvenue au club !

Ce n’est pas seulement une un désagrément pour le regard du "toubab" (le blanc qui fait du tourisme au Mali, denrée recherchée ces derniers temps...) :

Des experts soulignent certains dangers pour la santé (voir à ce sujet l’excellent film Plastic Planet et les vidéos plus bas) :
- par exemple, selon une explication fournie par Abderahim Ziouche, enseignant en pétrochimie, on compte le risque d’intoxication par le cadmium utilisé dans la fabrication de stabilisants des matières plastiques et de pigments pour sa bonne résistance chimique aux températures élevées. Contrairement aux colorants, les pigments sont insolubles dans les milieux qu’ils doivent colorer. Ils peuvent s’introduire dans la chaîne alimentaire et s’accumuler dans les reins et les artères. L’accumulation du cadmium peut provoquer une insuffisance rénale, dit-il.
- leur mise en décharge favorise les mises à feu spontanées et des fumées toxiques…

Mais les dangers "mécaniques", plus visibles, sont omniprésents et soulignés tant par la population que par les experts :
- le bétail l’absorbe directement et trop souvent en meurt
- les sacs obstruent les canalisations de tout à l’égout (trop souvent mal en point par ailleurs)
- les fragments de sacs plastiques retiennent l’eau et favorisent l’éclosion des moustiques et la malaria
- les débris enfouis entravent l’enracinement des plantes, selon les agronomes
- ...


Octobre 2011 : Ils sont PARTENAIRES du projet !


ET VOUS ???


Voir aussi :
Juin 2011 Conférence, films, débats : 3 projets pour l’Afrique, portés par des acteurs d’ici et là-bas
et le projet sur

LE PROJET
Sur l’exemple de ce que tente la ville de Mopti (voir les vidéos plus bas), il serait possible de mettre en place dans d’autres villes un système
- de ramassage des sacs plastiques ;
- de réutilisation de ces sacs, en les fondant et en les mélangeant avec du sable, pour fabriquer des pavés ;

Bénéfices attendus :
- nettoyage de l’environnement et amélioration de la santé des animaux et des hommes ;
- assainissement des rues des villes qui, pavées à un coup économique, seraient également plus agréables ;
- emploi et revenus pour les ramasseurs et ramasseuses et les ouvriers de l’usine de transformation.

PNG - 641 ko
Berges truffées de déchets plastiques
Mopti, janvier 2010
Cette photo et les suivantes sont tirées du reportage "Faut pas rêver, MALI" diffusé sur France 3 en août 2010.
PNG - 434.2 ko
Ramasseuses au travail
Région de Mopti, janvier 2010
PNG - 568.3 ko
Usine de Mopti / Sévaré
arrivées des ballots de sacs plastiques
PNG - 664.4 ko
Cuisine du diable
Fonte des sacs plastiques et mélange avec du sable
PNG - 722.4 ko
Moulage des pavés plastique/sable
le mélange est d’abord versé dans des moules (formes variées) puis passé à la presse. Ici en sortie de presse.
PNG - 731.7 ko
Rues du quartier Komoguel à Mopti
après pavage... c’est mieux, non ?

Un tel projet est à l’étude pour la ville de Ségou !


Nous cherchons de l’aide pour mettre en place ce projet.
Nous sommes à la recherche de compétences et de moyens
- économiques : pour évaluer la viabilité de l’entreprise, finaliser le dossier d’investissement, affiner les coûts et bénéfices d’exploitation, ;
- techniques : pour finaliser et optimiser le procédé, améliorer la sécurité des ouvriers,...
...

Nous faisons donc appel à toutes celles ceux qui se sentent concernés, au premier rang les maliennes et maliens eux-mêmes, en particulier ceux de Ségou et ceux de la diaspora ; à celles et ceux qui ont des compétences en matière de montage de dossiers de ce type, aux ingénieurs en chimie, matières plastiques, énergie solaire, mécanique....

ET bien entendu aussi à la recherche de contributions de tous ordres, financières et coups de main divers !
Pensez, ce n’est pas anecdotique car cela peut contribuer à financer un four solaire (50 €) ou un voyage (500 €), à faire un don pour contribuer au projet. Tous les contributeurs seront nommés !

Nous contacter :
sacsplastiques@mali-pense.net



LES VIDÉOS

2005 au NIGER : c’est ici que tout à commencé

Euh, ça n’est pas tout à fait vrai (euphémisme) : les premières études de Gilles Doublier remontent à 1998 et c’est sous son impulsion qu’un premier projet a vu le jour au Tchad après les études préliminaires de Jeannot Ndolma.
Mais c’est la première vidéo que j’ai trouvé...

un reportage du canadien Stéphane Blais, décembre 2007

DUPLICATION DE L’EXPÉRIENCE AU MALI

Voir notre reportage 2011/2012 : Visite à l’usine de Sévaré, près de Mopti, Mali



BURKINA FASO

VIE=ESPOIR

Grâce à la technique du crochet, 150 femmes ont préparé plus de 1000 sacs et 500 trousses en 8 mois dans le village de Tiébélé au Burkina Faso. Issu d’une collaboration entre associations Françaises et Burkinabées (Filles du Facteur et N’Wian Yi Tiina(vie=espoir)), ce projet a permis à ces femmes d’obtenir un revenu tout en sensibilisant les villages aux alentours sur le danger des déchets plastiques.


2010 Recyclage des Sacs Plastiques au Burkina Faso par Corentin Banzet

UN INVENTEUR-RECYCLEUR


Recyclage des sacs-plastiques à Ouagadougou...

Une expérience de recyclage des sacs plastiques et des autres déchets plastiques au Burkina Faso. Avec le célèbre Philippe Jefferson Yoda, Inventeur Recycleur

KENYA

UNE BELLE IDÉE ALTERNATIVE

MAROC

UNE EXPERIENCE AU MAROC

Le projet est mis en place par l’Association du Docteur Fatiha au Maroc, dans la région de l’Oriental, à Berkane.
En alliant développement durable et humain, il vise à permettre à des coopératives d’artisanes de bénéficier d’activités génératrices de revenus basées sur le recyclage des sacs plastiques, et leur transformation en accessoires de mode.

_
INDE
LES BISHNOÏS SE BOUGENT CONTRE LES SACS PLASTIQUES



Khamu Ram Bishnoi se bat contre la pollution des sacs plastiques en Inde depuis 2005. En 2010, il a créé la première poubelle inspirée de son voyage en France
http://planetbishnoi.wordpress.com/...

VALORISATION DANS DES ARTICLES DE LUXE
Cet exemple est également cité dans l’excellent documentaire Addicted to plastic de Ian Connacher (en Anglais)



DOCUMENTAIRES SUR LE PLASTIQUE

PLASTIC PLANET
le site : http://plastic-planet.fr

Bande annonce :


Plastic Planet Bande-annonce 1 par toutlecine

Extrait du livre Plastic Planet : l’histoire des sacs plastiques pp 101-105

PDF - 39.8 ko

Teaser 1


PLASTIC PLANET : TEASER 1 par baryla

Teaser 2


PLASTIC PLANET : TEASER 2 par baryla

Teaser 3


PLASTIC PLANET : TEASER 3 par baryla


ADDICTED TO PLASTIC
(Accro au plastique)

documentaire de Ian Connacher, en anglais, USA 2009

PLASTIC BAG

Octobre 2011 - - avec la voix de Werner Herzog
les aventures d’un sacs plastique, adopté, abandonné...
http://youtu.be/YDBtCb61Sd4
(en anglais)

+ d’infos : Go behind the scenes and read about the making :
http://futurestates.tv/episodes/pla...
The narration is written from the perspective of the plastic bag. In the end of the video the bag, which does not die because it does not biodegrade, says : "I wish you had created me so I could die." The words are powerful because they hint at the pain of immortality as well as making a profound point about how shortsighted it is for us (humans) to create an object that will exist long after we are gone. All things, living or not, should (in the end) return to the earth.


ILS EN PARLENT !

(faites comme eux !)

dimanche 30 octobre 2011

Messages

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios