[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > Dans les medias > RFI / Festival sur le Niger à Ségou : Zoom sur les nouveaux orchestres (...)

RFI / Festival sur le Niger à Ségou : Zoom sur les nouveaux orchestres maliens


Malgré les évènements, le Festival sur le Niger confirme son succès.
Malheureusement, au moment où nous écrivons ces lignes, le Festival de Mopti qui devait suivre annonce qu’il est exceptionnellement suspendu, avec une déception bien compréhensible et partagée :
"Pour raison de sécurité, la commission d’organisation du festival de Mopti a le regret de vous annoncer le report de la dite manifestation à une date ultérieur. Merci
Le directeur du festival de Mopti
Mamou Sidiki CAMARA
"


source : http://www.rfimusique.com/actu-musi...

20/02/2012 - Avec 30.000 festivaliers en cinq jours, le Festival sur le Niger, qui s’est tenu du 14 au 19 février, ancre son assise populaire au Mali et permet à la ville de Ségou de retrouver une place forte sur l’échiquier culturel national, en s’appuyant d’abord sur la scène locale.

Ce samedi 18 février, pour la dernière soirée du Festival sur le Niger, avant même d’entendre les premières notes de musique, le spectacle se déroule dans les gradins. Boubous brodés, costumes sur mesure, robes du soir, bazins immaculés font fi de la poussière rouge de Ségou et affichent leur étourdissante élégance. Pour assister aux concerts de cette soirée 100 % malienne – avec notamment
Salif Keita,
Rokia Traoré et
Habib Koite, les spectateurs sont venus de toute la région de Ségou, mais aussi de Mopti ou de Bamako.

Consensus

Grâce au Festival sur le Niger, Ségou connaît une nouvelle jeunesse. Dans les années 1970, la "cité des balanzans" avait une importance capitale dans l’échiquier culturel du Mali, et devait sa renommée à l’orchestre Super Biton de Ségou, promu orchestre national.

Ablo Diarra, chef de l’orchestre Balazan

Pourtant, comme le souligne Attaher Maïga, le secrétaire de la fondation du Festival sur le Niger,
"à partir de 1990, l’orchestre a décliné et toute la culture a sombré dans une triste léthargie. Il ne se passait plus rien ici et Ségou n’était devenu qu’une étape touristique entre Bamako et le pays Dogon, Mopti ou Tombouctou".

Dans un pays où l’action culturelle passait jusqu’au début des années 90 par les biennales culturelles, monter un festival aurait pu être perçu comme une initiative importée. Or dès sa création, la Fondation sur le Niger a tout fait pour rassembler autour du projet de la rénovation culturelle de Ségou, en commençant par mettre en valeur la musique du terroir.


"On a basé le festival sur ce qu’on appelle l’entreprenariat maâya : tout ce qu’on fait doit se baser sur le consensus. Sans l’accord de la communauté, rien n’est possible. Notre initiative doit concerner le plus grand nombre, donc on essaie de rassembler autour des atouts culturels que nous avons"
explique encore Attaher Maïga.

Ainsi, les membres de l’orchestre Super Biton qui jouaient individuellement dans des maquis de la ville, sont remontés ensemble sur la scène du festival en 2006. Chaque année, c’est avec eux que démarre le festival, et comme pour rendre hommage à l’orchestre qui a fait les grandes heures de Ségou, la petite scène Biton accueille chaque après-midi les talents prometteurs de la scène locale.

Talents prometteurs

L’orchestre Kôré, Balanzan, la troupe Pawari sont suivis et soutenus par la Fondation sur le Niger et le centre culturel Kôré ouvert en février 2011. A l’écart du centre ville, dans de beaux bâtiments en banco rouge, ce lieu permet aux jeunes groupes de répéter ou même d’enregistrer. La fondation a produit quatre albums des groupes phares de la ville, et notamment le premier disque de la troupe traditionnelle Pawari, composée de jeunes musiciens bobo.

Médecin, chef de l’Orchestre Kôré

Autre formation dont on parle à Ségou, c’est Kôré, l’orchestre maison de la Fondation sur le Niger. Il y a moins d’un an, "Médecin", le chef d’orchestre, a réuni à la demande de Mamou Dafé, le directeur du festival, les meilleurs jeunes musiciens de Ségou pour monter un groupe. A 37 ans, "Médecin" est l’un des guitaristes les plus talentueux de la ville : pour preuve, il accompagne Mama Cissoko, le soliste du Super Biton…
"Dans l’orchestre, on ne fait que suivre le chemin de nos anciens, mais il faut aussi le métisser,
explique-t-il.
J’aime beaucoup la bossa nova, que je marie aux rythmiques mandingues".
Tous ces musiciens ont moins de trente ans et jouent régulièrement dans les nombreux maquis de la ville, comme le Fever, quartier Médine.

Mais l’orchestre adoré des jeunes, c’est l’orchestre Balanzan, mené par Ablo Diarra, le fils de Papa Gaoussou Diarra du décidément incontournable Super Biton. Le balanzan, c’est l’emblème de Ségou, un arbre qui a la particularité de reverdir en saison sèche, et auquel on prête ici des vertus magiques.

Ecouté, suivi, respecté, à 34 ans, Ablo Diarra a la voix cassée : l’orchestre a joué jusqu’au milieu de la nuit dans un restaurant. De sept heures à onze heures du matin, il a chanté dans un centre de santé pour sensibiliser la population au vaccin contre la poliomyélite. Comme les chanteurs du Super Biton le faisaient à l’époque, Ablo part en brousse enregistrer avec son téléphone portable les vieilles chanteuses et s’en inspire pour composer et écrire ses chansons, reliées au quotidien de la jeunesse.

Le Balanzan joue les rythmes bambara de Ségou mais modernise sa musique avec une pédale à effets sur le ngoni, qui rend l’ensemble atypique. Leur deuxième album, arrangé par le "guerrier" Cheikh Tidiane Seck est en préparation. Il devrait sortir au mois de mars, au cœur de la saison sèche, lorsqu’à Ségou tous les balanzans reverdissent.


Voir à ce sujet :
- A Ségou, Haira Arby chante pour la paix
- Mali : le Festival sur le Niger s’ouvre à Ségou
- Mali : 8ème édition du Festival sur le Niger
- Festival sur le Niger : La fête au rythme des Balanzans
- Festival sur le Niger - Ségou du 16 au 19 février !!!
- Le site du festival : www.festivalsegou.org
-  Festival sur le Niger 2012 à Ségou : « Création et changement »
- Festival de Mopti - 24 au 26 février 2012 (... ANNULÉ MALHEUREUSEMENT !)
- le site Chants et Histoire du Mandé
- Quelques jours de cours Internet dans les écoles rurales (région de Ségou)
- L’Hôtel / École hôtelière "Doni Blon" à Ségou
- Le coucher de soleil sur le Niger à Ségou, Mali
- En voiture pour Segouinfos !
- Les Potières du fleuve Niger - 3-SÉGOU / FARAKO
- Ségou Village Connexion
- L’atelier de Sylvie Jean à Ségou
- Expo Sèvres et L’ATELIER DE KALABOUGOU
- Guides à Ségou

mercredi 22 février 2012

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios