[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Dounia, de Rokia Traoré


"À mon avis, cette chanson de Rokia est l’une de ses chansons les plus critiques du point de vue sociologique et politique. (…) L’enseignement qu’on peut tirer de cette chanson est qu’il revient à chacun de construire son temps à l’image de Soundiata. Autrement, le nom de Soundiata en soi ne saurait nous être aucunement utile. C’est une invite au malien (l’africain) de sortir dans l’histoire, d’arrêter d’être toujours nostalgique, pour se mettre au travail..
Dans cette chanson elle chante beaucoup en parabole (…) depuis la première phrase où elle mobilise un proverbe bambara pour introduire sa réflexion." (Soumaïla Camara, anthropologue, professeur à l’INALCO)

Dounia, c’est l’écriture à la française de "Dúɲa" ou "díɲɛ" en bambara [1], de Wòrokíà Tàrawéle (autrement dit la Rokia Traoré que nous connaissons tous).

Dounia est le premier titre de l’album Tchamantché (cámancɛ ou cɛ́mancɛ : le milieu, le point d’équilibre). Quatrième album de Rokia Traoré publié en mai 2008 sur le label Emarcy, Tchamantché a valu à son auteur une Victoire de la musique dans la catégorie « Musiques du monde ». C’est un disque où elle s’accompagne à guitare Gretsch et au Nkɔ̀ni, qu’elle dédie à Ali Farka Touré et qui a fait dire aux Inrocks que "Rokia Traoré renouvelle son esthétique sonore et signe (…) une musique aussi raffinée qu’électrisante".

Voici un extrait d’une interview de Sébastien Folin. [2]
SF : (…) c’est une chanson qui parle de la richesse des racines africaines et des civilisations. Est-ce que j’ai bien résumé la chose ?
RT : Ça va oui, d’une richesse sur laquelle on doit se reposer, à partir de laquelle on doit prendre racine…
… mais à laquelle il ne faut pas s’accrocher. Parce qu’on ne peut pas la faire vivre aujourd’hui, ça ne correspond plus. Il faut qu’on travaille maintenant et qu’on fasse autre chose, que nos enfants là aient des choses à raconter aussi d’avant nous et de notre époque de ce qui s’est fait.

Dounia sur Youtube : C’est le premier titre – 6mn20 - de l’album Tchamantché : Tchamantché est le titre de l’album, pas celui de la chanson, Dounia / Dúɲa qui n’apparaît pas directement avec la vidéo. Il y a d’autres versions "live" sur Youtube ou Dailymotion mais elles sont écourtées.

sur Deezer (meilleure qualité d’écoute, mais il faut être abonné)

transcriptiontraduction mot à mot
Dúɲa` yé sɔ̀gɔma cáman yé.La vie est faite de nombreux matins [3]
Fájiri [4] bɛ́ɛ n’à tìle` [5], fìtiri [6] bɛ́ɛ n’à kálo` [7]À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)
Dónw ká cánLes jours sont nombreux [8].
O ! dónw ká cánO ! Les jours sont nombreux
Dónlu [9] má bɔ́ ɲɔ́gɔn fɛ̀ fɛ́nɛLes jours ne se ressemblent pas non plus
Hɛ́ra tìle` bɛ́ fɔ́ màɲumanko tìle` kɔ́Le jour de paix succède à un jour pitoyable
Bɔ̀nɛ tìle` bɛ́ fɔ́ nísɔndiya tìle` kɔ́Un jour de malheur peut succéder à un jour de joie
Bɛ̀n tìle` bɛ́ fɔ́ bɛ̀nbaliya tìle` kɔ́Le jour de l’entente succède le jour de la discorde.
Jɔ̂n b’à dɔ́n ?Qui le sait ?
O ! jɔ̂n b’à dɔ́n ?Oh qui le sait ?
Jɔ̂n bí to bì` lá kà síni lá [10] kó` dɔ́nQui, en restant ici aujourd’hui [11], peut connaître [12] de quoi sera fait le lendemain [13].
Sé` b’anw yé wà ?Est-ce que nous avons (le moindre ) pouvoir [14] ?
Jɔ́nnin mín` mana kɛ́ k’í bɛ́ jáman... [15](Ah !) quand quelqu’un se monte la tête [16]...
Dúɲa` yé sɔ̀gɔma cáman yéLa vie est faite de nombreux matins (Choeurs)
… Kó tɔ́gɔ` bɛ́ ê lá, sénin` b’í yé ?(Soi-disant que) tu as un renom [17] (mais) as-tu le moindre petit pouvoir [18].
Dúɲa` yé sɔ̀gɔma cáman yéLa vie est faite de nombreux matins (Choeurs)
À bɛ́ fɔ́ í yé kó :On te dira que :
Jɔ̂n b’à dɔ́n ?Qui le sait ?
O ! jɔ̂n b’à dɔ́n ?O ! qui le sait ?
Jɔ̂n bí to bì` la kà síni lá kó` dɔ́nQui, en restant ici aujourd’hui, peut connaître de quoi sera fait le lendemain.
Sé` b’aw yé wà káfa` ní yàada` kɔ́ ?Le pouvez-vous, sans vantardise ni fanfaronnade ?
Dúɲa` yé sɔ̀gɔma cáman yéLa vie est faite de nombreux matins
Fájiri bɛ́ɛ n’à tìle`, fìtiri bɛ́ɛ n’à kálo`À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)
Áw má lampiri [19] mànden` kómɛ́n wà ?N’avez-vous pas entendu parler de l’empire du Mandé ?
Sogolon JataSogolon Diata (Soundiata Keïta [20])
Nare Màgan Jata, Mànden Jata fána y’à fɔ́ kó :Naré Maghann [21], Jata du Mandé a dit lui aussi :
Dónw ká cánLes jours sont nombreux.
O ! dónw ká cánO ! Les jours sont nombreux
Dónlu má bɔ́ ɲɔ́gɔn fɛ̀ fɛ́nɛ.Les jours ne se ressemblent pas non plus
SunjataSoundiata
É dùn kɛ́len kà fàrafinw bìla ɲɛ́rɔsuma` [22] lá sá.Quant à toi, tu as donc fait en sorte de laisser les africains dans la nostalgie. [23]
Dúɲa` yé sɔ̀gɔma cáman yéLa vie est faite de nombreux matins
Fájiri bɛ́ɛ n’à tìle`, fìtiri bɛ́ɛ n’à kálo`À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)
Fájiri bɛ́ɛ n’à tìle`, fìtiri bɛ́ɛ n’à kálo`À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)
Fájiri bɛ́ɛ n’à tìle`, fìtiri bɛ́ɛ n’à kálo`À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)
Dón` màna kɛ́ díya` láLe jour qui serait agréable,
Ò dón` n’à tìle` bí wíli ní ɲɔ́gɔn yéCe jour se lèvera avec son soleil.
Dón` min màna kɛ́ góya` láLe jour qui serait terne,
Ò dón` n’à tìle` bí wíli ní ɲɔ́gɔn yéCe jour se lèvera avec son soleil.
Sú` màna kɛ́ díya` láLa nuit qui serait agréable,
Ò sú` n’à kálo` bí wíli ní ɲɔ́gɔn yéCette nuit se lèvera avec sa lune.
Sú` mín` màna kɛ́ góya` láLa nuit qui serait terne,
Ò sú` nà kálo` bí wíli ní ɲɔ́gɔn yéCette nuit se lèvera avec sa lune.
Dón` ká dí, dón` mán díQu’un jour soit agréable ou désagréable,
Dúɲa` yé sɔ̀gɔma cáman yéLa vie est faite de nombreux matins
Fájiri bɛ́ɛ n’à tìle`, fìtiri bɛ́ɛ n’à kálo`À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)
Fájiri bɛ́ɛ n’à tìle`, fìtiri bɛ́ɛ n’à kálo`À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)
Fájiri bɛ́ɛ n’à tìle`, fìtiri bɛ́ɛ n’à kálo`À chaque aube son soleil, à chaque crépuscule sa lune. (refrain)

Remerciements : Soumaïla Camara, anthropologue, professeur à l’INALCO (Paris), pour son oreille, son exigence et ses commentaires précieux, Valentin Vydrin, professeur à l’INALCO, qui a accepté de participer depuis Bamako.

Avertissements habituels : Nous nous sommes efforcés de transcrire à partir de l’écoute de la chanson, et dans l’orthographe officielle actuelle du Bambara (Académie officielle des langues, AMALAN - Bamako, 2014). Il ne s’agit en aucun cas des paroles officielles (voir la pochette du disque) ni de paroles approuvées par leur auteur, encore moins s’agissant de notre traduction, souvent peu élégante car nous essayons de rester au plus près du texte original et de ses formulations. Erreurs, contresens etc... merci de nous contacter ou d’utiliser le forum ci-dessous !

Notes

[1dúɲa, forme préférée par les griots = díɲɛ : le monde, l’univers, la vie...

[2cité sur une fiche réalisée par Stéphanie Bara, CAVILAM, Vichy
http://www.leplaisirdapprendre.com/media/acoustic-1/rokia_traore.pdf

[3mot-à-mot : la vie/le monde c’est beaucoup de matins.
On peut retrouver ce proverbe dans "Sagesse bambara, proverbes et sentences" - père Charles Bailleul, ed. Donniya :
SB1005. Diɲɛ ye sɔ̀gɔ̀màdà caman ye.
La vie est faite de nombreux matins.
La vie est imprévisible, une succession d’événements.
Chaque jour on découvre du nouveau, de l’extraordinaire.

Toutefois, dans cette chanson, Rokia Traoré lui donne une connotation pas du tout fataliste : à nous de construire ces nouveaux matins, de les faire nôtres...

D’autres proverbes sur le même thème :
SB1006. Diɲɛ ye waati caman ye, à bɛ mɛn kà kɛ, ǹka à bɛ mɛn kà fɔ fana.
La vie est faite de beaucoup d’épisodes. Il faut du temps pour qu’ils se réalisent, mais on en parle aussi longtemps.
SB116. Diɲɛ ye jìgìnjìgìn caman ni yɛ̀lɛ̀nyɛ̀lɛ̀n caman ye.
Dans la vie il y a des hauts et des bas en quantité.
La vie est imprévisible.

[4fájiri : cinquième prière musulmane, avant le lever du soleil

[5tìle : le soleil, ou le jour, c’est le même mot en Bambara

[6fìtiri : prière musulmane du soir au crépuscule, de l’arabe fitr : rupture du jeûne

[7kálo : la lune, c’est aussi le mois en Bambara

[8Il y a toutes sortes de jours, les jours sont multiples, divers

[9dónw en bambara, le pluriel en -lu est d’inspiration griotique malinké/maninka

[10lá possessif typique du malinké, on utilise plutôt ká en bambara : síni ká kó`

[11sans rien faire

[12mot à mot : connaît

[13síni lá kó : mot-à-mot, "l’affaire de demain"

[14de faire bouger les choses. Ou : "Le pouvons-nous ?". Il s’agit d’une manière d’interpeller les gens, qui est répétée quelques vers plus loin : sans vantardise, le pouvez-vous ?

[15forme nasalisée de jáma : s’exciter de colère, au travail, à la danse, de joie...

[16s’excite, au sens quelqu’un imbu de lui-même qui fait l’important...

[17mot à mot, un nom, au sens bambara avec une forte connotation de "réputation" : il faut faire attention à ne pas abîmer son nom (tɔgɔ tiɲɛ). Plusieurs proverbes en attestent (Sagesse bambara, Charles Bailleul) :
742. N’i ye sǎn bà tan kɛ diɲɛ kɔnɔ, ni i ma se kà ko dilan, i tɔgɔ ko : ’Bɔ fuu, sà fuu’.
Si tu fais 10.000 ans sur terre sans être capable de réaliser quelque chose, ton nom sera ’venir et repartir pour rien’.
On a un rôle à jouer sur terre, une longue vie sans grandes actions n’a pas de sens.
2881. Ko bɛɛ jɔ̀rɔ bɛ ’n-tɔgɔ-nà-tiɲɛ’ na.
Celui qui ne veut jamais être dénigré a peur de faire quoi que ce soit.
La peur du qu’en-dira-t-on mène à l’inaction.
732. Bɛɛ tɔgɔ bɛ i kɔ.
Chacun a sa réputation qui le suit.
La bonne réputation fait partie de la dignité de l’homme.
Réputation bonne ou mauvaise selon ses actions.
734. Sàya bɛ bù dun, à tɛ se kà tɔgɔ dun.
La mort met fin à la vie de quelqu’un, mais son renom persiste.
Le renom bon ou mauvais nous suit, même après la mort.
366. Ni woloden tɛ àni tɔgɔ, fura wɛrɛ tɛ sàya la.
En dehors de la descendance et du bon renom, il n’y a pas d’autre remède contre la mort.
Seuls les enfants et le bon renom peuvent pérenniser la personne.
706. Kùlùsìkolon bɛ̀nnen cɛ̌ dɔ la ni tɔgɔkolon ye.
Il y a des gens à qui de vieux pantalons vont mieux qu’une mauvaise réputation.
Être pauvre et honnête vaut mieux que riche et malhonnête.
745. Tɔgɔjan ka fìsa sìjan ye.
Un grand renom vaut mieux qu’une longue vie.
...

[18sénin : petit pouvoir. Cette phrase est la continuation de Sé` b’anw yé wà ? Jɔ́nnin mín` mana kɛ́ k’í bɛ́ jáman.... L’ensemble donne une interpellation comme : "Est-ce que nous avons le moindre pouvoir à part d’être arrogant et de faire l’important ?", comme c’est répété sous une autre forme un peu plus loin : Sé` b’aw yé wà káfa` ní yàada` kɔ́ ?

[19lampiri : l’Empire – emprunt direct du mot français

[20Sogolon Diata Keïta, plus connu sous le nom de Soundiata Keïta, né le 20 août 1190 à Niani dans la région de Siguiri (au Royaume du Manding, en actuelle Guinée) et mort en 1255, est un souverain mandingue de l’Afrique de l’Ouest médiévale, fondateur de l’Empire du Mali. https://fr.wikipedia.org/wiki/Soundiata_Ke%C3%AFta

[21Naré Maghann Konaté était un roi du Manding, petit royaume d’Afrique de l’ouest (situé dans l’actuelle Guinée). Il reçut un jour la visite d’un chasseur devin qui lui prédit qu’une femme laide lui donnerait un jour un fils qui deviendrait un grand roi. Naré Maghann Konaté était alors déjà marié à Sassouma Bereté et avait un fils, Dankaran Toumani.
Pourtant, selon la prédiction faite quelques années plutôt, les deux frères Traoré, chasseurs venant du pays de Do, lui présentent une femme laide et bossue, Sogolon Kondé (Sogolon Kedjou ou Sogolon « la vilaine »), que le roi épouse.
Cette deuxième épouse donne donc naissance à un fils baptisé « Diata » ou « Djata ». L’additif « Sogolon », marque son appartenance matriarcale, dans le but de le distinguer de tout homonyme. Cet ajout est également le fait de son infirmité. En effet, la tradition orale rapporte que Soundiata est né paralysé et qu’il marcha à quatre pattes jusqu’à l’âge de sept ans). Or, selon les coutumes mandingues, si plusieurs enfants d’une même famille ont le même prénom ou qu’un enfant porte une caractéristique un peu spécifique (un handicap ou une réputation par exemple), ces enfants ajoutent le nom de leur mère à leur prénom. Le prénom de Sogolon Diata signifie ainsi « Diata, fils de mère Sogolon ». Cela devint par diminutif « Soundiata ».

[22=ɲɛ́nasuma : nostalgie, tristesse maladive

[23nostalgie de ton époque, de ton empire Mandé

vendredi 19 juin 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios