MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Ko bɛɛ n’a tuma - de M’Bouillé Koïté


Le site Kowbey.com a eu la bonne idée de publier les paroles d’un certains nombres de chansons contemporaines – sur une page dédiée « paroles ». Le texte ci-dessous a pour source https://www.kowbey.com/posts/392465/

Il s’agit d’une chanson récente (2020) de M’Bouillé Koité, artiste, musicien, chanteur, guitariste de Djélibougou en Commune 1 du district de Bamako au Mali (Youtube officiel)

J’ai repris le bambara pour l’adapter aux règles orthographiques actuelles de cette langue ; j’ai repris également la traduction, m’éloignant du modèle très littéraire de l’original et m’efforçant de la faire « coller » au plus près du texte bambara d’origine.

Ko bɛɛ n’a tuma [1] Chaque chose en son temps
Yee, woo woo ! Yeh, wo wo
Dan tɛ duɲa [2] la sabali dun fɛnɛ ! La vie n’a pas de limite, la patience non plus !
ko (je dis)
Ala ka ɲi dɛ ! Dieu est bon !
Faama Ala ka ɲi ! Allah le tout-puissant est bon !
Masa [3] Ala ka ɲi ! Allah le maître de tout est bon !
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ [4], Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
ko bɛɛ n’a waati ! Chaque chose à son heure !
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
ko bɛɛ n’a waati ! Chaque chose à son heure !
Wa, ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Jolimandiya [5] fɛnɛ n’a tuma dɛ ! Il y a aussi un temps pour le charme !
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a tuma de don. Chaque chose a son temps, c’est comme ça.
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps
Dawulatigiya [6] fɛnɛ n’a tuma dɛ ! Il y a aussi un temps pour la célébrité !
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a waati. Chaque chose à son heure !
Wa, ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Mais chaque chose en son temps,
Jamatigiya [7] fɛnɛ n’a tuma ! Il y a aussi un temps pour la popularité !
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a tuma de don. Chaque chose a son temps, c’est comme ça.
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
« Amour » [8] duman fɛnɛ n’a tuma dɛ ! Il y a aussi un temps pour le tendre amour !
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ. Chaque chose en son temps.
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Furu fɛnɛ n’a tuma dɛ ! Il y a aussi un temps pour le mariage !
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ, Chaque chose en son temps,
Ko bɛɛ n’a tuma dɛ ! Chaque chose en son temps !
Jɔn tɛ ko dɔn iko Ala. Nul ne connaît les choses comme Allah.
Faama Ala ka ɲi. Allah le tout-puissant est bon.
N’i y’i miiri kunun na, Si tes pensées sont dans dans le passé,
Bi bɛ to i kɔnɔ. Aujourd’hui reste prisonnier en toi.
Kunun ma to mɔgɔ min kɔnɔ, Si le passé t’échappe,
Bi tɛ to i kɔnɔ. Aujourd’hui t’échappe aussi.
Ni ne ye n miiri Quand mes pensées vont
Kunun tile la, vers les temps passé,
A bɛɛ kɛra jeli Mbuye la, Tout a été fait contre M’bouillé Le Griot,
K’a bɛɛ fɔ jeli Mbuye ma. Et tout a été dit contre M’bouillé Le Griot.
Dɔlu [9] y’a fɔ n ma Certains ont dit de moi
Ko n kɛra dɔlɔminnaba [10] ye. Que j’étais devenu un grand ivrogne.
U y’a fɔ ne ma Ils ont dit de moi
Ko ne tɛ kɛ fɛn ye bi. Que maintenant je n’arriverai plus à rien.
U y’a fɔ ne ma, Ils ont dit de moi,
Ko n ka ko banna. Que ça en était fini de moi.
Masa Ala ka ɲi. Allah le maître de tout est bon,
Ɲama Kuyatɛ [11] ka ɲi. Gnama Kouyaté est bienfaisante.
Ee ne ba ! Eh ma Mère !
Ala m’i dayɔrɔ sumayara [12] ! Que Dieu rafraîchisse ta tombe !
Saya tɛ ban a bonda kelen la, La mort ne s’arrête pas à une seule porte,
don sebaliya [13] a dun sigilen. le jour qui n’arrive pas, tout le monde s’y attend.
Ne ba k’a [14] fɔ n ye, Ma mère m’a dit,
Ɲama Kuyatɛ dun k’a fɔ jeli Mbuye ye, Elle, Gnama Kouyaté, a dit à M’bouillé Le Griot
Ko n maa [15] kɛ fɛntigi ye, Que si je deviens riche,
Ko n kana sɔn tajurusara dun ma. Que je ne dois pas prêter le flanc à la rancune.
Mɔgɔ bɛ den dɔ wolo, On peut avoir mis au monde un enfant,
I t’o tɔnɔ dun bi. Et n’en tirer aucun profit à ce jour.
I ma den dɔ wolo, On peut ne pas avoir mis au monde un enfant,
I b’o tɔnɔ dun. Et en tirer du profit.
Ko fila ye bako dɔ la : Il y a deux choses dans le fait d’avoir une mère :
I ba k’a k’i ye, Soit, elle fait tout pour toi,
Wal’a k’a k’i la [16]. Soit, elle fait tout contre toi.
Denba Koyita ba dɛ, Mère de Demba Koité, toi,
Lili ba dɛ, Mère de Lili,
Jeli Mbuye ba de don, Tu es la mère de M’bouillé Le Griot,
Bayini ba de don. Tu es la mère de Baïni.
Kuma Lagarɛ ba dɛ, Mère de Koumba Lagaré, toi,
Ɲama tununna ! Gnama nous t’avons perdue !
Jelimuso mikorotabali dun tununna a nun na [17] ! La griotte qui n’a jamais pris le micro nous l’avons perdue !
I ka sɛgɛn ma kɛ fu ye ! Tes sacrifices n’ont pas été vains !
A ma kɛ fu ye ! Ça n’a pas été vain !
Ne ba ka sɛgɛn ma kɛ fu dun ye ! Les sacrifices de ma mère n’ont pas été vains !
A ka ɲani jugu muɲu Elle a supporté les pires souffrances
Furu la, Dans le mariage,
Ka tɔɔrɔ jugu muɲu Supporté les pires difficultés
Furuso dun fɛnɛ la. Également dans son foyer.
A ka kumakan jugu muɲu Elle a supporté les pires paroles
Furu la, Dans le mariage,
A ye sinikan [18] caman muɲu. Supporté bien des paroles malveillantes.
A ma kɛ fu ye ! Ça n’a pas été vain !
Ɲama Kuyatɛ dun ka sɛgɛn ma kɛ fu ye ! Les sacrifices de Gnama Kouyaté n’ont pas été vains !
A ma kɛ fu ye ! Ça n’a pas été vain !
Walayi [19] ne ba ka sɛgɛn ma kɛ fu ye ! Je le jure ! les sacrifices de ma mère n’ont pas été vains !
Auteur : M’BOUILLÉ KOITÉ Transcription et traduction mali-pense.net sur des paroles publiées par kowbey.com

Notes

[1Ce titre est le même que la chanson de Boubacar Traoré – c’est un proverbe très courant ; je reprend l’explication : La construction "X bɛɛ n’a Y" est une construction fréquente en bambara pour exprimer une vérité générale dont le sens, traduit mot à mot : chaque X et son Y, ou bien : à tout X son Y. Bien entendu on trouve des expressions équivalentes en français, : "chaque chose en son temps", « il y a un temps pour chaque chose » ou "à chaque jour suffit sa peine". On trouvera d’autres expressions de ce type, proverbes etc. dans le Corpus bambara en cliquant ici...

[2prononcer « dounia » comme dans la chanson de Rokia Troré – c’est la déformation préférée par les griots du mot bambara díɲɛ (pron. « dinyè ») : le monde, l’univers, la vie... En effet dans la culture bambara on utilise le même mot pour désigner le monde et la vie, l’étendue des possibilités de l’être humain dans l’espace et dans le temps : diɲɛ yaala (parcourir le monde) et diɲɛ natigɛ (traverser la vie) – un mot homonyme, dunya, signifiant la profondeur, il y a là un jeu de mots...

[3à noter que fàama et màsa signifient tous deux « le roi », comme dans la chanson Màsakɛ de Habib Koïté

[4dɛ́ a une valeur exclamative qu’il n’est pas toujours facile de traduire ; ici on pourrait traduire : Chaque chose en son temps ! non ?

[5jòlimandiya : l’air sympathique, le don de plaire aux gens

[6dáwulatigi : mot composé de dáwula (charme, beauté, renom, prestige, gloire, célébrité) et de tigi (celui qui possède une qualité, le maître de...)

[7jàmatigi : mot composé de jàma (la foule, le public, le peuple...) et de tigi (le maître de) : celui qui a le peuple avec lui.

[8« Amour » en français dans le texte. Le mot bambara est kànu, prononcer « kanou » comme dans la chanson de Fatoumata Diawara ou jàrabi (pron. Djarabi), comme dans la chanson « Jarabi nɛnɛ » de Oumou Sangaré

[9On dirait plutôt dɔw en bambara contemporain, les pluriels en -lu sont empruntés au maninka, comme dans la chanson mùsolu de Salif Keïta

[10dɔ̀lɔ.min.na.ba : mot composé de dɔ̀lɔ (la bière de mil traditionnelle), mìn (boire) na (celui qui fait l’action précédente) et ba (augmentatif : « le grand »)

[11il s’agit de la mère de M’Bouillé Koïte – Les Kouyaté/Koïté/Koïta... sont les descendants d’une grande lignée de griots qui remonte au 13ème siècle)

[12Formule de deuil courante en bambara, l’équivalent de notre « Paix à son âme » : mot-à-mot que Dieu rafraîchisse le lieu (yɔ́rɔ) où elle repose (dá), la fraîcheur (súma) étant synonyme de paix et de bonheur.

[13sébali : mot composé de sé (arriver) et de -bali (négatif) : don sebali : le jour qui n’arrive pas. Référence à un célèbre proverbe de la Sagesse Bambara : don ka jan, a sebali tɛ. Mot à mot : le jour est éloigné, il n’est pas sans arriver. Ou : Si lointain que soit le jour, la date, l’échéance, elle arrivera infailliblement.

[14On dira plutôt en bambara : ne ba y’a fɔ n ye. L’usage du ka (k’) au lieu du ye (y’) est une influence du maninka, fréquente chez les griots.

[15máà ou mána, auxiliaire du conditionnel, du futur hypopthétique.

[16noter l’importance de la postposition finale dans ces deux phrases quasi identiques : ye dans la première = « pour toi », lá dans la seconde = « à toi » - elle marquent ici des sens opposés !

[17le sens de « a nun na » m’échappe. Est-ce bien nun « le nez » ? - merci pour toute aide là-dessus !

[18síni.kan : mot composé de síni : demain et de kán : ici la parole : une parole dont on se souvient encore le lendemain, ou encore, une parole qui vous tourmente la nuit puisqu’en bambara la journée de demain commence le soir à la nuit tombée.

[19Wàláyì ou plutôt wàláahì, mot emprunté à l’arabe wa-llahi « au nom de Dieu »

mardi 2 février 2021

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios