MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > Bamanankan kanubagaw yɔrɔ / Le coin des amoureux du bambara > Dɔnkili / Chansons > Ko bɛɛ n’a tuma (Khobe natouma) - Boubacar Traoré

Ko bɛɛ n’a tuma (Khobe natouma) - Boubacar Traoré


Bubakari Tarawele, Boubacar Traoré, le musicien dansant, dit "Kar Kar", le footballeur au dribble magistral, ce qu’il était dans sa jeunesse et ce qui lui a valu ce surnom [1].

Ici, comme dans beaucoup de ses chansons, en peu de paroles, Boubacar Traoré décrit avec tendresse ses contemporains et leurs conversations sur le pas de la porte ou autour d’un thé. Sa popularité atteste qu’ils s’y reconnaissent ! Quand à nous, toubabous aveugles et ignorants de sa langue, nous sommes malgré tout conquis par le blues de sa guitare, le blues dans son berceau d’origine.

Cette chanson est parue en 1963 en disque et cassette :
Face A : 1. Mariama 2. Bénidigmamogo 3. Mantjini 4. Diarabi
Face B : 1. Kélé 2. Kayes-Ba 3. Khobé Natouma 4. Pierrette

- les paroles [2]
- "même pas une ride" : cette chanson était encore chantée par Boubacar Traoré hier soir 30/11/2018 à Massy, Salle Paul B, voir ici-même deux vidéos

Boubacar Traoré porte en lui toutes les beautés du blues africain. Parmi les trésors de la musique mandingue, ce diamant possède l’éclat noir d’une exceptionnelle pureté. Aucune autre voix que celle de "Kar Kar" - celui qui sait dribbler, surnom donné par ses amis, amateurs comme lui de football - ne mêle avec une authenticité aussi émouvante les limons du fleuve Niger à ceux du Mississipi. Son jeu de guitare autodidacte, unique, inimitable, doit beaucoup à la kora dont il s’est inspiré. Mais on y trouve des couleurs et un phrasé qui rappellent ceux des grands bluesmen noirs américains du Sud profond : Blind Willie McTell, Robert Johnson, Muddy Waters...
Au Mali Boubacar Traoré est respecté et reconnu, surtout par les jeunes qui redécouvrent l’un des pères fondateurs de la musique moderne mandingue, dont il est un des grands ambassadeurs. Quand il rentre de ses tournées internationales, Kar Kar rejoint la concession qu’il a achetée sur une colline de Bamako où il élève des moutons et cultive un potager dont il est très fier. « Au Mali tout le monde est agriculteur, c’est le plus sûr moyen pour vivre ».
www.boubacartraore.com

Khobe natouma

Bamanankan na Tubabukan na (en français)
Ko bɛɛ n’a tuma ! [3] Chaque chose en son temps !
N balima ɲumannu [4] (yo [5]), o bɛɛ ka ɲi dɛ ! Mes chers frères (yo), tout ça c’est très bien !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tuma tɛ wa ? Mes chers frères, chaque chose en son temps, n’est-ce pas ?
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tuma tɛ wa ?
N’i ye sungurunnu [6] sigilen ye da la, u b’i miiri kunun kamalen in [7] na Quand tu vois des jeunes filles assises sur le pas de la porte, elle pensent à ce jeune homme d’hier...
N’i ye sungurunnu sigilen ye da la, u b’i miiri kunun kamalen in na
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tuma tɛ wa ?
N’i ye kamalennu sigilen ye da la, u b’i miiri kunun sungurunnin [8] na Quand tu vois des jeunes hommes assis sur le pas de la porte, ils pensent à la petite jeune fille d’hier...
N’i ye kamalennu sigilen ye da la, u b’i miiri kunun sungurunnin na
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tile tɛ wa ? Mes chers frères, à chaque jour suffit sa peine, n’est-ce pas ?
N’i ye bawalanninw sigilen ye da la, u b’i miiri kunun 404 in na [9] Quand tu vois des jeunes femmes mariées assises sur le pas de la porte, elle pensent cette 404 d’hier...
N’i ye bawalanninw sigilen ye da la, u b’i miiri kunun Datsuntigi in na [10] Quand tu vois des jeunes femmes mariées assises sur le pas de la porte, elle pensent au conducteur de Datsun vu hier...
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tile tɛ wa ?
N’i ye kamalenninw sigilen ye tewili la, u b’i miiri kunun tɛmɛcogo in na Quand tu vois des jeunes hommes assis autour du thé qui bout, ils pensent à ce qu’ils ont fait hier pour passer le temps...
N’i ye kamalennu sigilen ye tewili la, u b’i miiri kunun tɛmɛcogo in na
Jukunanbaa, jukunan bɛ dɔn na, o tɛ kun (i) sisan kamalenw na ! [11] Un beau petit derrière, la fesse danse, les jeunes gens d’aujourd’hui n’y résistent pas !
N’i ye sungurun min jukunan ye dɔn na, o tɛ kun (i) sisan kamalenw na ! Quand on voit les fesses d’une jeune fille en train de danser, les jeunes gens d’aujourd’hui n’y résistent pas !
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tile tɛ wa ?
Ne wara tilebin yaala, u k’o dè yé ko bɛɛ n’a tile tɛ wa ? Je suis allé me promener à l’ouest, ils disent bien à chaque jour suffit sa peine, n’est-ce pas ?
Ne wara kɔ́rɔnna yaala, u k’o dè yé ko bɛɛ n’a tile tɛ wa ? Je suis allé me promener à l’est, ils disent bien à chaque jour suffit sa peine, n’est-ce pas ?
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tuma tɛ wa ?
N’i ye kamalennu sigilen ye da la, u b’i miiri kunun sungurunin na
N’i ye sungurunnu sigilen ye da la, u b’i miiri kunun kamalen na
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tuma tɛ wa ?
N’i ye bawalanninw sigilen ye da la, u b’i miiri kunun 404 in na.
N’i ye bawalanninw sigilen ye da la, u b’i miiri kunun Datsuntigi in na.
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tuma tɛ wa ?
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tuma tɛ wa ?
N’i ye kamalennu sigilen ye tewili la, u b’i miiri kunun tɛmɛcogo in na.
N’i ye kamalennu sigilen ye tewili la, u b’i miiri kunun tɛmɛcogo in na.
Jukunanbaa, jukunan bɛ dɔn na, o tɛ kun (i) sisan kamalenw na.
N’i ye sungurun min jukunan ye dɔn na, o tɛ kun (i) sisan kamalenw na.
N balima ɲumannu (yo), o bɛɛ ka ɲi dɛ !
N balima ɲumannu, ko bɛɛ n’a tile tɛ wa ?

deux vidéos (amateur !)

Notes

[1kari-kari : couper-couper, jeu de jambes qui déstabilise l’adversaire et permet de le passer

[2Comme d’habitude, il ne s’agit pas des paroles "officielles" mais simplement de paroles, retranscrites ici telles qu’entendues, et traduites au plus près de l’original sans embellissement... mais aussi avec ce que cela comporte d’erreurs possibles malgré le soin et l’attention... "Ne tirez pas sur le pianiste !", ayez la gentillesse d’envoyer vos remarques et corrections à notre attention

[3La construction "X bɛɛ n’a Y" est une construction fréquente en bambara pour exprimer une vérité générale dont le sens, traduit mot à mot : chaque X et son Y, ou bien : à tout X son Y. Bien entendu on trouve des expressions équivalentes en français, en particulier dans cette chanson avec le mot "kó" dont le sens est très large : chose, affaire, problème, ennui, peine... Ici Boubacar Traoré utile alternativement "tùma" : moment, temps,... et "tìle" : jour, soleil,... Ce qui correspond plus ou moins aux expressions françaises : "chaque chose en son temps" ou "à chaque jour suffit sa peine". La chanson confronte les rêves des jeunes et des moins jeunes, on peut aussi l’interpréter comme "à chacun ses rêves selon son âge".
On trouvera d’autres expressions de ce type, proverbes etc. dans le Corpus bambara en cliquant ici...

[4normalement en bambara : ɲumanw ; Boubacar Traoré utilise l’ancien pluriel -nu au lieu de -w, sous l’influence du malinké et de la tradition des griots.

[5yo ! sorte de : salut ! pour bien réveiller le public... ou marquer le rythme ou un accord.

[6On peut aussi entendre sungurunninw "petites jeunes filles"

[7On peut aussi comprendre kamalennin : elles pensent au petit jeune homme d’hier

[8On peut aussi entendre sungurun in : ils pensent à cette jeune fille d’hier

[9La référence à la Peugeot 404 date un peu la chanson. Aujourd’hui ce serait plutôt le 4x4 "Katikati".

[10interprétation très incertaine, on l’entend prononcé à la malienne (pas de ts) : dasɔn ou dason. La marque de voitures Datsun a été arrêtée en 1983 (ce qui pourrait aussi dater la chanson !), pour renaître en 2013, mais on trouvait et, on trouve encore, de nombreux modèles d’occasion. S’il s’agit de tout autre chose, merci de le signaler...

[11Boubacar s’adresse ici parfois à l’auditeur i sisan kamalen na : toi, le jeune homme d’aujourdhui, tu n’y résistes pas, on n’y résiste pas.

samedi 1er décembre 2018

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios