[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

Accueil > Bamanankan kanubagaw yɔrɔ / Le coin des amoureux du bambara > Dɔnkili / Chansons > Moussolou, de Salif Keïta (Mùsolu : "Les femmes")

Moussolou, de Salif Keïta (Mùsolu : "Les femmes")


Voici une modeste tentative de transcription de la célèbre chanson de Salif Keïta, Moussolou (Mùsolu dans l’écriture orthographique correcte). Cette chanson est essentiellement en maninka (malinké) ; bien que la frontière avec le bambara soit ténue et les emprunts réciproques fréquents (les langues n’ont pas de frontières elles non plus), nous avons tenté de présenter en regard de la version originale une traduction en bambara et une traduction en français. Nous réclamons votre indulgence tant pour la transcription que pour la traduction : il est probable que quelques erreurs de toutes sortes se soient glissées, bien que ce soit un travail collectif. Remerciements en particulier à Marilou Robillard, Sabine Courtin (élèves à l’INALCO avec moi), Soumaïla Camara (professeur), Amadou Diarra… Corrections et commentaires sont les bienvenus !

Moussolou est le 6ème titre de l’album Moffou sorti en 2002 (Universal / Universal Music Division Decca Records France). Salif a alors 53 ans et sort un "best of the decade".

Le titre de l’album provient du nom d’une petite flûte taillée dans une tige de mil, le moffou, jouée pour effrayer les oiseaux au moment des semis. Une référence au rôle qui était assigné à Salif lorsqu’il était enfant : repousser les oiseaux et les singes voleurs…

Paroles / Lyrics

Maninka (malinké)équivalent bambara (mot à mot)français
mùsolumùsowles femmes
Barikada mɔ̀ɔbalu ye, Barikada jàmana mɔ̀ɔlu ye, kà barikada mùsolakalu ye.Barikada mɔ̀gɔbaw ye, barikada jàmana mɔ̀gɔw, kà barikada mùsolakaw [1] ye !Remerciements (rendons grâce) aux gens importants, aux gens du pays, à la gent féminine (aux femmes) !
Barikada mɔ̀ɔbalu ye, Barikada jàmana mɔ̀ɔlu ye, kà barikada mùsolakalu ye.
REFRAIN (version acoustique seulement)
Hakilimaya rɔ, e ma lɔn mùsolaka sɛ̀gɛlen ?Hakilimaya la, e ma dɔn mùsolaka sɛ̀gɛnnen (dòn) ?Avec (toute ta) sagesse, tu ne sais pas que les femmes sont fatiguées ?!
Ho mùsolu sɛ̀gɛlen.Ɔ̀hɔɔ mùsow sɛgɛnnen !Ah oui, les femmes sont fatiguées !
Iyo gàdonna (hɛ)Yo gàdonna [2]Salut la femme au foyer !
Hakilimaya rɔ, e ma lɔn mùsolaka tɔ̀ɲɔlen ?Hakilimaya la, e ma dɔn mùsolaka tɔ̀ɲɔnen (dòn) ?Avec (toute ta) sagesse, tu ne sais pas que les femmes sont opprimées ?!
Ho mùsolu tɔ̀ɲɔlen.Ɔ̀hɔɔ mùsow tɔ̀ɲɔnen !Ah oui, les femmes sont opprimées !
Iyo gàdonna (ha)Yo gàdonna !Salut la femme au foyer !
Yànn’i k’i waso waritigiya la, à f’i sabu ɲùman !Yànn’i k’i waso waritigiya la, à f’i sabu ɲùman !Avant de te vanter de (ta) richesse, dis (nous) ta belle origine !
Han ! Sabu ka ɲì !Han ! Sabu ka ɲì !Hein que cette origine est belle !
Yànni e ka kɛ waritigiba di, i wolola mùso lè fɛ̀.Yànni e ka kɛ waritigiba ye, i wolola mùso dè fɛ̀.Avant que tu deviennes un gros riche, c’est par une femme que tu as été enfanté
I na lè, i na, i na lè, i na,I ba dòn, i ba, i ba dòn, I baC’est ta mère, ta mère, c’est ta mère, ta mère
I na kùsan gàdonna.I ba kùsa gàdonnaTa mère pleine de mérites femme au foyer
He i na gàdonna.Ee, I ba gàdonnaTa mère femme au foyer
REFRAIN (version acoustique seulement)
Kàna i wàso fàamaya la, à f’i sabu ɲùman.Kàna i wàso fàamaya la, à f’i sabu ɲùman.Ne te vante pas de ta royauté, dis nous (plutôt) ta belle origine !
Han ! Sabu ka ɲì !Han ! Sabu ka ɲì !Hein que cette origine est belle !
Yànni e ka kɛ fàamaba di, i wolola mùso lè fɛ̀.Yànni e ka kɛ fàamaba ye, i wolola mùso dè fɛ̀.Avant que tu deviennes un grand roi, c’est par une femme que tu as été enfanté
I na le, i na, i na le, i na,I ba dòn, i ba, i ba dòn, i ba,C’est ta mère, ta mère, c’est ta mère, ta mère
I na kùsan gàdonna.I ba kùsa [3] gàdonnaTa mère pleine de mérites femme au foyer
He i na ɲɔ̀ɔn ma bɔ.Ee, i ba ɲɔ̀gɔn ma bɔ.Hé ! il n’y en a (jamais) eu de pareille !
REFRAIN (version acoustique seulement)
Mùsolu (ye) baara ò bɛɛ la k’à la hɔrɔnya kàn.Mùsow bɛ baara ò bɛɛ la k’à da hɔrɔnya kàn.Les femmes font tout ce travail en plus de leur loyauté
Mùsolu (ye) furukɛ bònya la.Mùsow bɛ furukɛ bònya.Les femmes respectent leurs maris.
N borikɛ bɔlen sɛ̀nɛkɛyɔrɔ dɔ, jigɔnidaga sìgilen.N furukɛ bɔlen bɛ sɛ̀nɛkɛyɔrɔ la, jigɔnidaga sìgilen bɛ.Mon mari est revenu du champ, la cruche d’eau chaude est prête
N borikɛ bɔlen kòliji dɔ, surɔfana sìgilen.N furukɛ bɔlen bɛ kòliji la, surɔfana sìgilen bɛ.Mon mari est sorti du bain, le repas du soir est servi.
Wuranjan kɛ kɛlasigi dɔ ka nasɔngɔ bɔ ò dɔ.Wulajan kɛ cɛ̀lasigi la ye nasɔngɔ bɔ ò la.Dans la vie conjugale, c’est l’activité de l’après-midi qui a payé les condiments.
Lɔgɔɲini kɛ hobajan dɔ ka fɛrɛbɔ bɔ ò dɔ.Dɔgɔɲini kɛ wulajan la ye fɛrɛbɔ bɔ ò la.Aller chercher le bois dans la brousse lointaine a payé les vêtements
kà tìlen ò dɔ mɔrɔtɔtɔ(tɔ) fɔ cɔ.kà tìlen ò la mɔrɔtɔtɔ(tɔ) fɔ cun.Et passer la journée entière à cette corvée, jusqu’à tomber !
Han ! mama sìra dennatigi nàraHan ! mama sìra [4] dennatigi nàna !La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
kà tìlen i dɔ mɔrɔtɔtɔ(tɔ) fɔ cɔ.kà tìlen i la mɔrɔtɔtɔ(tɔ) fɔ cunEt passer la journée entière avec toi, jusqu’à tomber !
Han ! mama sìra dennatigi nàraHan ! mama sìra dennatigi nàna !Hein, La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
REFRAIN : "- N ba, n miiri n ba mà.N ba, n miiri bɛ n ba mà.Ma mère, mes pensées vont à ma mère.
N ba, n miiri mùsolu mà.N ba, n miiri bɛ mùsow mà.Ma mère, mes pensées vont aux femmes
An bɛɛ bɔlen mùsolaka rɔ.An bɛɛ bɔlen bɛ mùsolaka la.Nous sommes tous issus des femmes.
N ba, n miiri n ba mà.N ba, n miiri bɛ n ba mà.Ma mère, mes pensées vont à ma mère.
N ba, n miiri mùsolu mà.N ba, n miiri bɛ mùsow mà.Ma mère, mes pensées vont aux femmes
Han ! n na sìra ! -"Han ! n ba sìraHein, ma maman chérie
REFRAIN
Baba sìra, mɔ̀ɔ di kɔ̀rɔsi bìla i ba ye.Baba sìra, mɔ̀gɔ na kɔ̀lɔsi bìla i ba ye.Baba chérie, chacun va faire attention à sa mère.
Mɔ̀ɔ ba lè i ladiya la.Mɔ̀gɔ ba dè bɛ i ladiya.C’est notre mère qui nous gâte.
Mɔ̀ɔ na le, k’i to denninya rɔ, k’i bɔ i bò n’i suuna dɔ,Mɔ̀gɔ ba dè, k’i to denninya la, k’i bɔ i bò n’i sugunɛ la,C’est notre mère, tant qu’on est enfant, qui nous débarrasse de notre caca et de notre pipi,
k’i la adamaya kɔ̀rɔsi,k’i ka adamadenya kɔ̀lɔsi,et qui veille sur notre (devenir d’) homme (état d’homme, humanité),
K’i la adamaya kɛ i diyannan ko di.k’i ka adamadenya kɛ i diyanyeko ye.et le transforme en notre désir (nous aide à devenir ce qui nous plaît)
E ye mɔ̀ɔbaya la.E bɛ mɔ̀gɔbaya la.Tu deviens un homme important
Ho gàdonnalu !Ɔ̀hɔɔ gàdonnawAh oui ! Femme au foyer !
Baba sìra, mɔ̀ɔ di kɔ̀rɔsi bìla i ba ye.Baba sìra, mɔ̀gɔ na kɔ̀lɔsi bìla i ba ye.Baba chérie, chacun va faire attention à sa mère.
Mɔ̀ɔ ba lè i ladiya la.Mɔ̀gɔ ba dè bɛ i ladiya.C’est notre mère qui nous gâte.
Mɔ̀ɔ na le, k’i to denninya rɔ, k’i bɔ i bò n’i suuna dɔ,Mɔ̀gɔ ba dè, k’i to denninya la, k’i bɔ i bò n’i sugunɛ la,C’est notre mère, tant qu’on est enfant, qui nous débarrasse de nos excréments et de notre pisse,
k’i la adamaya kɔ̀rɔsi,k’i ka adamadenya kɔ̀lɔsi,et qui veille sur notre (devenir d’) homme (état d’homme, humanité),
K’i la adamaya kɛ i diyannan ko di.k’i ka adamadenya kɛ i diyanyeko ye.et le transforme en ton désir (t’aide à devenir ce qui te plaît)
E ye mɔ̀ɔbaya la.E bɛ mɔ̀gɔbayaTu deviens un homme important
Ho gàdonnalu !Ɔ̀hɔɔ gàdonnawAh oui ! Femme au foyer !
REFRAIN (version acoustique seulement)
À nalen i kɔ, n baba dɔgɔdona nalen i kɔ.À nàlen bɛ i kɔ, n baba dɔrɔkɔtɔna nàlen bɛ i kɔ.Elle est revenue, elle est revenue la grande mère pleine d’attention
Yànn’i k’a kɛ waritigiba di, i sabu ye mùso lè di.Yànn’i k’a kɛ waritigiba ye, i sabu ye mùso ye.Avant de devenir un homme très riche, ton origine, c’est une femme.
Han tùɲa la dɔ.Han ! tùɲa dòn.Ah oui ! c’est bien vrai
Tuɲa, mùso le ye ko bɛɛ sabu ye.Tùɲa la, mùso dè ye ko bɛɛ sabu ye.En vérité, la femme est l’origine de toute chose.
Yànni i ka kɛ fàamaba di, i bɔra mùso lè dɔ.Yànni i ka kɛ fàamaba ye, i bɔra mùso dè dɔ.Avant de devenir un grand roi, c’est d’une femme que tu es issu.
Han tùɲa la dɔ.Han ! tùɲa dòn.Ah oui ! c’est bien vrai
Tuɲa, mùso le ye ko bɛɛ sabu ye.Tùɲa la, mùso dè ye ko bɛɛ sabu ye.En vérité, la femme est l’origine de toute chose.
À nalen i kɔ, n baba dɔgɔdona nalen i kɔ.À nàlen bɛ i kɔ, n baba dɔrɔkɔtɔna nàlen bɛ i kɔ.Elle est revenue, elle est revenue la grande mère pleine d’attention
Han ! mama sìra dennatigi nàraHan ! mama sìra dennatigi nàna !Hein, La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
Sirimanwulen kiɲɛnrɔden lè, babaden, nàra i kɔ.Sirimanbilen diɲɛladen dè, babaden, nàna i kɔ.le fils authentique de Siriman le rouge, le fils de sa grande mère, est revenu
Han ! mama sìra dennatigi nàraHan ! mama sìra dennatigi nàna !Hein, La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
Sirimanwulen kiɲɛrɔden lè, mɔ̀ɔladen nàr’i kɔ.Sirimanbilen diɲɛladen dè, mɔ̀gɔladen, nàna i kɔ.le fils authentique de Siriman le rouge, le fils des hommes, est revenu
Han ! mama sìra dennatigi nàraHan ! mama sìra dennatigi nàna !Hein, La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
mùsolu, mùsolu, mùso !mùsow, mùsow, mùso !Femmes, femmes, femme !

Notes

[1-la est un suffixe locatif créant un nom de place basé sur un nom de personne : "la place des femmes" ; le suffixe -ka est un suffixe indiquant l’origine ou l’habitation d’un lieu → "la personne qui est sur la place des femmes" ; le suffixe -w (-lu en maninka) indique le pluriel : → "la gent féminine", "les femmes"

[2de : gà "le foyer" dòn "entrer" -na "suffixe d’agent" : celle qui entre dans le foyer, "la femme au foyer", la cuisinière

[3synonyme de fìsa. On retrouve ce mot dans la Charte des chasseurs du mandé, Mande Kalikan (en maninka/malinké) : "Ko nî man kusa ni nî di.", ou "Ko nî man fisa ni nî di." (Gérard Galtier) : aucune âme (vie) n’est moins respectable qu’une (autre) âme.

[4Sìra ou Sìranin est le nom habituellement donnée à la première fille née, c’est un prénom très lié à l’affection qui lui est portée, devenu un adjectif au sens de "chérie"

samedi 16 janvier 2016

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios