[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 15


Bari taara bɔ Musà ye

Nsànaw

Don` ka jàn, à sebali tɛ.


Taa n bara, n ka taa i bara, ò dè bɛ dùgu` diya.


AU SOMMAIRE DE CE COURS

Source : Introductory Bambara – pp. 213-222
Audio web (Anglais, Bambara) : 15
index audio : www.iu.edu

CYCLE 1

M-1

I ye mùn kɛ kunun ?Qu’avez-vous fait hier ?
I ye baara` kɛ wà ?Avez-vous fait le travail ?
N ma Fanta ye fɔlɔ.Je n’ai pas encore vu Fanta.
À ma dùgutigi` fò.Il n’a pas salué le chef du village.

C-1

A : I ye mùn kɛ kunun ?
B : N ye baara` kɛ n burankɛ` fɛ̀.
A : Aẁ ye mùn baara` kɛ yèn ?Quel travail avez-vous fait là-bas
B : An ye ci` kɛ à ka fòro` la.Nous avons fait du travail agricole dans son champ.
A : I y’à mùso` ye wà ?Avez-vous vu sa femme ?
B : Àyi, n m’à ye. Ù y’à fɔ ko à b’à ba ka so sisan.Non, je ne l’ai pas vue. Ils ont dit qu’elle était chez sa mère

M-2

Salon, n ye kàlan` kɛ.L’an dernier j’ai fait des études.
N ye kàlan` kɛ Ameriki.J’ai fait des études en Amérique.
N ma tùbabukan` ni bamanakan` kàlan.Je n’ai pas étudié le français ni le bambara.

C-2

A : Salon, i ye mùn kɛ ?
B : Salon, n ye kàlan` kɛ.
A : I ye kàlan` kɛ min ?
B : N ye kàlan` kɛ Ameriki.
A : I ye tùbabukan` ni bamanakan` kàlan wà ?I ye tùbabukan` ni bamanakan` kàlan wà ?
B : Àyi, n ma tùbabukan` ni bamanakan` kàlan.
A : I ye mùn kàlan ?
B : N ye àngilɛkan kàlan.

CYCLE 2

M-1

An ye ɲɔgɔn sɔ̀rɔ santiri` la kunun.Nous nous rencontrés l’un l’autre au centre hier.
An ye ɲɔgɔn ye.Nous nous sommes vus.
An bɛ ɲɔgɔn fò tugunni.Nous nous saluons à nouveau.

C-1

A : Aẁ ye ɲɔgɔn sɔ̀rɔ santiri` la kunun wà ?
B : Ɔ̀wɔ, an ye ɲɔgɔn sɔ̀rɔ santiri` la kunun.
A : Aw ye ɲɔgɔn fò wà ?
B : Ɔ̀wɔ, an ye ɲɔgɔn fò.
A : Aẁ bɛ ɲɔgɔn ye tugunni wà ?Aẁ bɛ ɲɔgɔn ye tugunni wà ?
B : An bɛ ɲɔgɔn ye tugunni.

EXERCICES

TRANSFORMATION

1. fana

ex. A : À ye ci` kɛ.B : Àle fana ye ci` kɛ.
À ye gèse` da.
I ye baara` kɛ
Fanta ye Amì ye.
Baba ye dùgutigi` fò.
An ye jɛgɛ` mɔn.
Aẁ ye so` bòli.
Sidì ye tùbabukan` kàlan.

2. négation

ex. A : À ye ci` kɛ.B. À ma ci` kɛ fɔlɔ.
À ye gèse` da.
I ye baara` kɛ.
Fanta ye Amì ye.
Baba ye dùgutigi` fò.
An ye jɛgɛ` mɔn.
Aẁ ye so` bòli.

QUESTIONS-RÉPONSES

A : Aẁ ye baara` kɛ wà ?B : Ɔ̀wɔ, an y’à kɛ kàban.
À ye dumuni` tobi wà ?
À ye dùgutigi` fò wà ?
I y’ i bolotɛgɛ` kò wà ?
I ye wari` di Musà mà wà ?
Ù ye màlo` fèere wà ?

DIALOGUE

A : I ni ce.A : Salut !
B : Nbà, i ni ce, i bìsimila ! I bɔra min ?B : Nba, salut, bienvenue ! D’où venez-vous ?
A : N bɔra Musà bara sisan, n taara bɔ Musà ye.A : Je sors de chez Moussa, je lui ai rendu visite.
B : Musà ka kɛnɛ ?B : Comment va Moussa ?
A : Tɔɔrɔ` t’à la, à b’i fò.A : Il va bien, il vous salue.
B : I taara yèn tùma jùmɛn ?B : Quand êtes-vous allé là-bas ?
A : N taara yèn kàbini selifàna. An tora bàro dumanba dè la fo kà su` kò. An ye dùte` wuli k’à mìn.A : J’y suis allé en début d’après-midi. Nous avons eu une chouette conversation jusqu’à la nuit tombante. Nous avons fait du thé et bu.
B : I ye jɔn` ni jɔn` ye yèn ?B : Qui avez-vous vu là-bas ?
A : N ye Musà yɛ̀rɛ n’à ka denbaya` n’à terikɛ` fìla yeA : J’ai vu Moussa lui-même et sa famille et deux amis à lui.
B : I ye surɔfana` dun yèn wà ?B : Avez-vous dîné là-bas ?
A : Àyi, n ma surɔfana` dun fɔlɔ. Yàn ta` sìgira wà ?A : Non, je n’ai pas encore dîné. Est-ce que celui d’ici est prêt ?
B : Àyi, à ma sìgi fɔlɔ. I y’i kò ?B : Non, ce n’est pas encore prêt. Es-tu lavé ?
A : Àyi, n ma n kò fɔlɔ. N bɛ taa n kò kà nà.A : Non, je ne me suis pas encore lavé. Je vais me laver et je reviens.
B : N’i nàna, an bɛ dùmuni` kɛ.B : Quand tu reviendras, on mangera.

PETITS DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.

A : Madu bɛ yàn wà ?A : Est-ce que Madou est ici ?
B : Àyi, à tɛ yàn. À bɔra.B : Non, il n’est pas ici, il est sorti.
A : À taara min ?A : Où est-il parti ?
B : À taara dùgu` kɔnɔ.B : Il est parti en ville.
A : À bɛ sègin kà nà dumuni` kɛ wà ?A : Est-ce qu’il reviendra pour manger ?
B : Àyi, à ye dumuni` kɛ kàban.B : Non, il a déjà mangé.

2.

A : N bɛ taa (n taara).A : Je m’en vais.
B : Kelen ?B : Déjà ? (si tôt ?)
A : Ɔ̀wɔ, n bɛ taa. Sùnɔgɔ` bɛ n na.A : Oui, j’y vais. J’ai sommeil.
B : Ala ka sini jìr’an na !B : Que Dieu nous montre demain !
A : Àmiina.A : Amen.

3.

A : I bɛ bamanakan` mɛɛn dɛ !A : Tu comprends vraiment le bambara !
B : N b’à mɛɛn dɔɔnin`B : Je le comprend un peu.
A : I mɛɛnna yàn ?A : Tu as passé beaucoup de temps ici ?
B : N ye sàn kelen kɛ kàban.B : J’ai déjà passé une année.

4.

A : I nà-tùma` mɛɛnna wà ?A : Es-tu arrivé il y a longtemps ?
B : Ɔ̀wɔ, à mɛɛnna. N mɛɛnna yàn kosɛbɛ.B : Oui, il y a longtemps. J’ai passé beaucoup de temps ici.
A : I nà-kun ye mùn ye ?A : Quelle était la raison de ta venue ?
B : N nà-kun ye sɛ̀nɛ dè ye.B : Je suis venu pour l’agriculture

5.

A : Aẁ ye ɲɔgɔn ye kunun wà ?A : Est-ce que vous vous êtes vus hier ?
B : Àyi, an ma ɲɔgɔn ye, ni bì tɛ.B : Non, nous ne nous sommes vus qu’aujourd’hui.
A : Aẁ bɛnà ɲɔgɔn ye tugunni wà ?A : Allez-vous essayer de vous revoir ?
B : Ɔ̀wɔ, n’Ala sɔ̀nna, an bɛ ɲɔgɔn ye sini.B : Oui, si Dieu le veut, nous nous verrons demain.

6.

A : À kɛra dì ?A : Qu’est-ce qui c’est passé ?
B : Foyi ma kɛ.B : Il n’est rien arrivé.

JPEG - 52.1 ko
cérémonie du thé

TEXTE

Bari taara bɔ Musa ye.



Bari taara Musà bara. À taara bɔ Musà ye. À dònnen so` kɔnɔ, Musà y’à fò kà kurun` d’à mà. À y’i sìgi. Bari ni Musà mùso` ye ɲɔgɔn fò. Ò kɔ Musà mùso` nàna ji` d’à mà. À y’i mìn. À ye mùso` ɲìninka denẁ kibaruya` la. Mùso` ko tɔɔrɔ si t’ù la. Musà mùso` tɛ̀mɛnna baara` fɛ̀. Bari ni Musà tora bàro` la fo kà su` kò. Su` kòlen, Bari ko k’à bɛ taa so. Musà ma sɔn à ka taa so. Musà ko à ka to yèn ù ka tò dun ɲɔgɔn fɛ̀. À ye taali` min kɛ Musà bara, ò diyara Musà n’à ka somɔgɔẁ ye kosɛbɛ. Ù y’à ɲini Bari fɛ̀ à ka to kà nà so` kɔnɔ. À sɔ̀nna. À y’ò layidu` ta ù ye.

lecture lente

QUESTIONS

1. Bari taara min ?
2. Bari taara bɔ jɔn` ye ?
3. Bari dònnen so` kɔnɔ, Musà y’à fò kà mùn d’à mà ?
4. À y’i sìgi kurun` kàn wà ?
5. Musà mùso` ye mùn di Bari mà ?
6. Bari ni jɔn` ye ɲɔgɔn fò ?
7. Bari ye mùso` ɲìninka mùn na ?
8. Musà sɔ̀nna Bari ka taa so` wà ?
9. Ù ye mùn ɲini Bari fɛ̀ ?
10. Bari sɔ̀nna kà nà tùma` ni tùma` wà ?
11. À nàli` diyara Musà ye wà ?
12. À diyara Bari fana ye wà ?
13. Bari ye layidu` ta ù ye wà ?

TRADUCTION

Barry a rendu visite à Moussa

Barry est allé chez Moussa. Il lui a rendu visite. Une fois entré dans la maison, Moussa l’a salué et lui a donné un tabouret. Il s’est assis. Barry et la femme de Moussa se sont salués. Puis la femme de Moussa est venue lui donner de l’eau.
Il a bu. Il a demandé à la femme des nouvelles des enfants. La femme a dit qu’ils allaient bien. La femme de Moussa a continué son travail. Barry et Moussa sont restés à bavarder jusqu’à la tombée de la nuit. La nuit tombée, Barry a dit qu’il rentrait à la maison. Moussa ne fut pas d’accord. Moussa a demandé qu’il reste là-bas afin qu’ils mangent le “to” ensemble. La visite qu’il lui a rendue a plu à Moussa et à sa famille. Ils ont demandé à Barry s’il allait continuer à venir chez eux. Il a acquiescé. Il leur en a fait la promesse.

EXERCICES

TRANSFORMATION

ex.1 A : À bɛ bɔ làkɔli` la.B : À bɔra làkɔli` la.
ex.2 A : N b’à sàn sugu` la.B : N y’à sàn sugu` la.
An bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.
An bɛ nà i ka so`.
Nàmasa bɛ sɔ̀rɔ suguba` la.
Mɔ̀ni` bɛ kɛ dàraka` ye.
Tò` bɛ kɛ surɔfana` ye.
Ù bɛ bɔ so`.
À bɛ nà sisan.
N bɛ sègin santiri` la.
Ù bɛ to santiri` la.
Bala bɛ bɔ Kayì
À bɛ taa Àli bara.
N bɛ nà baarayɔrɔ` la.
À bɛ fèere bùtiki` la.
Kilo` bɛ fèere kɛ̀mɛ segin segin na.
N bɛ` sègin lɛrɛ 6 la.
Kàramɔgɔ bɛ to kàlanso` kɔnɔ.
À bɛ tàmati` fèere.
À bɛ dàraka` dun.
À bɛ ji` mìn
Ù bɛ tò` dun.
Àli bɛ dumuni` kɛ.
N bɛ sìgarati` mìn.
À bɛ gèse` da.
Nùmu` bɛ dàba` dila.
N bɛ` wari` d’ù mà.
À bɛ sukaro` fèere n mà.
À bɛ buru` sàn.
À b’à sàn kɛ̀mɛ dùuru.
N bɛ n sìgi yàn.

3.

ex. A : À bɛ taa.B : À ma taa fɔlɔ.
Ù bɛ nà.
À b’i da.
Fanta b’à sàn.
N bɛ dumuni` kɛ.
I bɛ taa so`.
An bɛ ji` mìn.
À bɛ se yàn.
À bɛ wari` sɔ̀rɔ.
À bɛ gèse` da.
Ù bɛ tò` dùn.
À bɛ bɔ Abijàn.
Ù bɛ sègin kàlanso` kɔnɔ.
Tàmati` bɛ fèere yàn.
Sàlati` bɛ sɔ̀rɔ yèn.
Mɔ̀ni` bɛ kɛ dàraka` ye.
Àli bɛ fòli` kɛ.
Musà bɛ Fanta fò.
À b’à fèere ne mà.
N b’à d’i mà.
Ù b’à jìr’an na.
À b’i mìn.

QUESTIONS

A : I taara yèn kàban ?Bl : Ɔ̀wɔ, n taara yèn kàban. B2 : Àyi, n ma taa yèn fɔlɔ.
I ye dumuni` kɛ wà ?
I ye surɔfana` dun wà ?
I y’à ye wà ?
I ye bamanakan` kàlan wà ?
I ye ji` d’à mà wà ?
I y’à jira à la wà ?
I ye sira` sɔ̀rɔ wà ?
I ye sògo sàn wà ?
I y’i ka àrajo` fèere wà ?
I y’i kò wà ?
À sùnɔgɔra wà ?
Àli bɔra wà ?
I ye tò` dun wà ?
I taara bɔ Musà ye wà ?
Aẁ ye ɲɔgɔn ye wà ?
Aẁ ye tɛrɛmɛli` kɛ wà ?
I y’à fa ji` la wà ?
I fara wà ?
À ye dɔ bɔ à la wà ?
I mɛɛnna yàn wà ?

COMBINAISONS

A :B :
I bɛ kare kelen tɛ̀mɛn.
I bɛ fara i kini fɛ̀.
Ni i ye kare kelen tɛ̀mɛn, i bɛ fara i kini fɛ̀.
I bɛ taa.
I bɛ sègin tùma` jùmɛn ?
Ni i taara, i bɛ sègin tùma` jùmɛn ?
I bɛ dumuni` kɛ.
I bɛ taa dùgu` kɔnɔ wà ?
Ni i ye dumuni` kɛ, i bɛ taa dùgu` kɔnɔ wà ?
N bɛ taa sugu` la.
An bɛ ɲɔgɔn ye.
Ni n taara sugu` la, an bɛ ɲɔgɔn ye.
À bɛ tìlelafana` dùn.
À bɛ dùtɛ` mìn wà ?
Ni à ye tìlelafana` dùn, à bɛ dùtɛ` mìn wà ?
Ù bɛ taa bɔ Musà ye.
Ù bɛ mɛɛn yèn.
Ni ù taara bɔ Musà ye, ù bɛ mɛɛn yèn.
N bɛ taa so.
N bɛ sùnɔgɔ dɔrɔn.
Ni n taara so, n bɛ sùnɔgɔ dɔrɔn.
I bɛ se suguba` la.
I b’à sɔ̀rɔ.
Ni i sera suguba` la, i b’à sɔ̀rɔ.
À bɛ ji` mìn.
À tɛ fɛn wɛrɛ fɛ̀.
Ni à ye ji` mìn, à tɛ fɛn wɛrɛ fɛ̀.
N bɛ taa baarayɔrɔ` la.
N bɛ tɛ̀mɛn baara` fɛ̀.
Ni n taara baarayɔrɔ` la, n bɛ tɛ̀mɛn baara fɛ̀.
I bɛ tɛrɛmɛli` kɛ kosɛbɛ.
I b’à sɔ̀rɔ sɔ̀ngɔ duman` na.
Ni i ye tɛrɛmɛli` kɛ kosɛbɛ, i b’à sɔ̀rɔ sɔ̀ngɔ duman` na.
I bɛ dumuni` kɛ.
I bɛ ji` mìn wà ?
Ni i ye dumuni` kɛ, i bɛ ji` mìn wà ?

CONSTRUCTION DE PHRASES

ex.1. A : Musà ni Fanta ye baara` kɛ.B : Musà ni Fanta ye baara` kɛ ɲɔgɔn fɛ̀.
ex.2. A : Àli ye Fanta fò.B : Àli ni Fanta ye ɲɔgɔn fò.
Òlu kumana.
Madu ni Awà taara.
Ne ni Musà bɔra.
Bari ni Jo ye baara` kɛ.
An ye dumuni` kɛ.
I ni Bari dùgutigi` fò.
Aẁ sera.
Òlu nàna.
An ye sɛ̀nɛ` kɛ.
Ne ye Madu sɔrɔ.
Ne y’i ye.
Amì ma Baba fàamu.
Mùso` bɛ cɛ̀` dɛ̀mɛ.

En vous servant du dessin 33, décrire la partie de thé en employant les temps déjà vus. Ensuite demander aux stagiaires de décrire une partie de thé à laquelle ils ont assisté.

NOTES

1. PERFECTIF

Ce cours introduit un “temps” de la conjugaison des verbes en Bambara que l’on appelle souvent le passé ou le parfait, ou mieux le perfectif : On l’utilise le plus souvent pour décrire des actions accomplie. Au contraire du français, mais comme beaucoup d’autres langues, en Bambara ce n’est pas le temps qui est le critère principal pour la conjugaison – très simple et très régulière – des verbes : c’est plutôt le caractère inaccompli ou accompli de l’action qui est le critère.

  • Dans les constructions transitives [1], le perfectif est indiqué par la marque prédicative ye.
  • Dans les constructions intransitives [2], la marque est le suffixe -ra (ou na ou la) rattaché au verbe.
  • Au négatif, le perfectif est formé de la même manière au transitif et à l’intransitif : la marque prédicative ma dans sa position normale.
Construction transitive au perfectifnomm.p.nomverbe
(affirmatif)anyedumuni`
Fantayebaara`
Construction intransitive au perfectifnomverbe - ra/la/na
(affirmatif)taara
nàna
Construction au négatif de l’imperfectif :nomm.p.(nom)verbe
(transitif)mabaara`
(intransitif)mataa

1. Il y a trois formes pour le suffixe du perfectif intransitif (affirmatif). -ra est la forme de base. Elle devient -na après des consonnes et voyelles nasales. Elle devient -la si la consonne qui précède est un r ou un1, par ex. :

à wulilail s’est levéà nànail est venu
à bòlilail a couruà dònnail est entré
à faralail s’est écartéà fàmanail s’est absenté longtemps

LE PERFECTIF : PAS FORCEMENT LE PASSE !

Il est important de faire encore remarquer que dans certains contextes, on le traduit (en français) par le présent. Par exemple, avec les temporelles/conditionnelles :

N’i (Ni i) y’à ye, i k’à fò.Quand tu le vois/le verra, salue le.
N’i ye kare fìla tɛ̀mɛn, i bɛ fara i kini fɛ̀.Quand tu as passé/auras passé deux blocs, tourne à droite.

Utilisé comme ça, le perfectif a la même valeur que le futur hypothétique mana. La phrase précédente pourrait s’écrire (se dire) :

I mana kare fìla tɛ̀mɛn, i bɛ fara i kini fɛ̀.Dès que tu as/auras passé deux blocs, tourne à droite.

2. RECIPROQUES EN BAMBARA

Ce cours a également introduit les réciproques en Bambara. Les réciproques (mutuel) peuvent se traduire par “l’un l’autre” dans des phrases comme “nous nous sommes vus l’un l’autre ce matin” (souvent omis en français). En Bambara, on les marque par le pronom ɲɔgɔn occupant la position du complément d’objet direct. Quelques exemples :

Sujetm.p.Object DirectVerbe
Bari ni mùsoyeɲɔgɔnfòBarry et la femme se sont salués l’un l’autre.
anɲɔgɔnyeNous nous verrons l’un l’autre.
anyeɲɔgɔnfàamuNous nous comprenons l’un l’autre.
Àli ni Musàmaɲɔgɔnsɔ̀rɔAli et Moussa ne se sont pas trouvés l’un l’autre.
maɲɔgɔnyeNous ne nous sommes pas vus l’un l’autre.
ankaɲɔgɔnyeVoyons-nous l’un l’autre.

ɲɔgɔn est aussi utilisé dans la formule postpositionnelle (du circonstanciel) ɲɔgɔn fɛ̀ dont le sens est "ensemble". Par exemple :

An ye baara` kɛ ɲɔgɔn fɛ̀.Nous avons travaillé ensemble.
Ù bɔra ɲɔgɔn fɛ̀.Ils sont sortis ensemble.
Bari ni Musà ye tò` dun ɲɔgɔn fɛ̀.Barry et Moussa ont mangé le « to » ensemble.
À m’ù ye ɲɔgɔn fɛ̀.Il ne les a pas vus ensemble.

3. ADVERBES TEMPORELS

Fɔlɔ

peut être utilisé au perfectif négatif pour signifier "pas encore", comme dans ces exemples :

À ma taa fɔlɔ.Il n’est pas encore parti.
An ma dumuni` kɛ fɔlɔ.Nous n’avons pas encore mangé.
An ma ɲɔgɔn ye fɔlɔ.Nous ne nous sommes pas encore vus.

Kàban

peut être utilisé au perfectif affirmatif pour signifier "déjà", comme dans ces exemples :

À bɔra kàban.Il est déjà parti.
N y’à ye kàban.Je l’ai déjà vu.
An ye dumuni` kɛ kàban.Nous avons déjà mangé.
Ù taara kàban.Ils sont déjà partis.

Kelen

peut s’utiliser à l’affirmatif (perfectif ou imperfectif) pour signifier "déjà" (“si tôt ?”), comme dans les exemples suivants (à l’interrogatif : incrédulité !) :

I bɛ taa kelen ?Tu pars déjà ?
Kelen ?Déjà ? (Si tôt ?)
Aẁ ye dumuni` kɛ kelen ?Vous avez déjà mangé ?

LE VERBE MƐƐN

Dans les cours précédents nous avons vu le verbe mɛn qui signifie "entendre" ou "comprendre une langue." Le verbe mɛɛn (variantes mɛn ou mɛ) signifie "rester longtemps", “s’absenter longtemps”, "supporter", ou "durer" est un homophone. Tous deux sont de ton haut. Ce dernier est essentiellement utilisé à l’intransitif. Quand les gens s’apercevront que vous parlez un peu Bambara, ils demanderont parfois :

I mɛɛnna yàn wà ?Il y a longtemps que vous êtes ici ?

On utilise aussi le verbe pour signifier "il y a longtemps (que)" dans des constructions comme celles-ci :

À bɔra à mɛɛnna.Il est sorti il y a longtemps.
An sera à mɛɛnna.Il y a longtemps que nous sommes arrivés.
Ù taara à mɛɛnna.Ils sont partis il y a longtemps.

JPEG - 6.3 ko
Bâton de médecine
dessin de Christine Bagnères

VOCABULAIRE

kìbaruya, kìbarunouvelles
kuruntabouret
nàli` (na + 1i)venue (le fait de venir)
nà-tumaarrivée, moment de la venue
ɲɔgɔnl’un l’autre, ensemble
- An ye ɲɔgɔn ye.- Nous nous sommes vus (l’un l’autre).
- Ù ye ɲɔgɔn sɔ̀rɔ.- Ils se sont trouvés (l’un l’autre).
- Ù taara ɲɔgɔn fɛ̀.- Ils sont partis ensemble.
sìgiêtre assis, s’asseoir, s’installer, être installé, placé, servi
- Dumuni sìgira.- Le repas est servi.
- N y’à sìgi tàbali` kàn.- Je l’ai mis sur la table.
taali` (taa + li)départ, voyage
to --- larester à ---, continuer à
- An tora bàro` la.- Nous avons continué la conversation.

EXPRESSIONS

nà --- yevenir rendre visite
Ù nàna bɔ ne ye.Ils sont venus me rendre visite.
taa bɔ --- ye.aller rendre visite —‑
Bari taara bɔ Musa ye.Barry est allé rendre visite à Moussa.

Kò est (ici) un verbe employé uniquement à l’intransitif et pour lequel su "la nuit" est le seul sujet possible.

su` kòlenà la nuit tombée
su` kòrala nuit est tombée
fo kà su` kò (fo sù kà kò)jusqu’à la tombée de la nuit

DEVOIRS

1. Décrire avec le plus de détails possibles la visite que vous avez fait chez l’un de vos professeurs ou amis maliens. Présenter votre description devant la classe.

2. Décrire avec le plus de détails possibles la visite que vous avez rendu à un ami aux États-Unis. Décrire ce que vous avez fait pendant votre visite et combien de temps vous avez passé avec votre ami. Présenter votre description devant la classe.

INDEX DES COURS

Notes

[1transitif : avec un complément d’objet (devant le verbe, en Bambara : tout ce qui est entre la parque prédicative et le verbe est le complément d’objet.)

[2intransitif : pas de complément d’objet, seul le sujet précède le verbe

mardi 7 octobre 2014

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios