[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 10


kà kàlan

Nsànaw

Mɔ̀gɔ si t’i numanbolo sin i ka so` da` mà.


Mɔ̀gɔ` bɛ taama, i bɛ sègin kà ŋunuma.


AU SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp. 141-152
Audio web (Anglais, Bambara) : 10a, 10b, 10c, 10d,
index audio : www.iu.edu

Cycles 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8- Dialogues - ExercicesTexteNotesVocabulaireDevoirs - Jeu

PNG - 973.7 ko
Baara, de Souleymane Cissé
Un très beau film en bambara, nombreux prix internationaux.
Cisse Filmu, 1978
Dans une usine dirigée par un patron corrompu, les méthodes trop démocratiques d’un jeune ingénieur provoquent la colère du directeur qui le fait assassiner...
Avec Balla Moussa Keïta (dans le rôle du directeur Makan Sissoko), Baba Niare (Balla Diarra), Boubacar Keïta (Balla Traoré)...
http://www.africine.org/?menu=art&a...

CYCLE 1 : kɛ "faire..."

[Notes]
Instructeur [1] : le dessin 61

M-1

ka kàlan` kɛfaire l’étude : apprendre
N bɛ kàlan` kɛ.j’apprends.
À bɛ kàlan` kɛ.Il apprend.
An bɛ kàlan` kɛ.Nous apprenons.
Ù bɛ kàlan` kɛ.Ils apprennent.

C-1

A : I bɛ mùn kɛ ?Que fais-tu ?
B : N bɛ kàlan` kɛ.
A : À bɛ mùn kɛ ?
B : À bɛ kàlan` kɛ.
A : Aw bɛ mùn kɛ ?
B : An bɛ kàlan` kɛ.
A : Ù bɛ mùn kɛ ?
B : Ù bɛ kàlan` kɛ.

C-2

A : I bɛ kàlan` kɛ (wà) ?
B : Ɔ̀wɔ, n bɛ kàlan` ke.
A : Àle dùn ? Àle fana bɛ kàlan` kɛ ?
B : Ɔ̀wɔ, àle fana bɛ kàlan` kɛ.

C-3

A : I bɛ kàlan` kɛ min ?
B : N bɛ kàlan` kɛ santiri la.
A : Àle dùn ? À bɛ kàlan` kɛ min ?
B : À bɛ kàlan` kɛ dùgu` kɔnɔ.

M-3

Àyi, n tɛ kàlan` kɛ dùgu` kɔnɔ.Non, je n’apprends pas en ville.
N bɛ kàlan` kɛ santiri` la.
Àyi, à tɛ kàlan` kɛ santiri` la.Non, il n’apprends pas au centre
À bɛ kàlan` kɛ dùgu` kɔnɔ.

C-4

A : I bɛ kàlan` kɛ dùgu` kɔnɔ (wà) ?
B : Àyi, n tɛ kàlan` kɛ dùgu` kɔnɔ. N bɛ kàlan` kɛ santiri` la.
A : À bɛ kàlan` kɛ santiri` la (wà) ?
B : Àyi, à te kàlan` kɛ santiri` la. À bɛ kàlan` kɛ dùgu` kɔnɔ.

M-4

ka baara` kɛ.travailler
Kùntigi` bɛ baara` ke bìro` la.le directeur travaille au bureau.
Keyità bɛ baara` kɛ bìro` la.Keita travaille au bureau.

C-5

A : Kùntigi` bɛ mùn kɛ bìro` la ?
B : Kùntigi` bɛ baara` kɛ bìro` la.
A : Keyità dùn ?
B : Keyità fana bɛ baara` kɛ bìro` la.

C-6

A : Keyità bɛ kàlan` kɛ yàn (wà) ?
B : Àyi, Keyità tɛ kàlan` kɛ yàn. À bɛ baara` (dè) kɛ yàn.
A : E dùn ? E fana bɛ baara` kɛ yàn ?
B : Àyi, n tɛ baara` kɛ yàn. N bɛ kàlan` (dè) kɛ yàn.

C-7

A : I bɛ baara` kɛ min ?
B : N bɛ baara` kɛ Màli` la.

CYCLE 2 : kàlan "apprendre..."

[Notes]
Instructeur : Enseigner ce cycle en vous servant des dessins 30, 34, 61.

M-1

ka bamanankan` kàlanapprendre le Bambara
N bɛ bamanankan` kàlan.J’apprends le Bambara.
À bɛ tùbabukan` kàlan.Il apprend le français.
Ù bɛ kɔrɔbɔrɔkan` kàlan.Ils apprennent le Songhai.
Bari bɛ fulakan` kàlan.Barry apprend le Peul.

C-1

A : I bɛ mùn kàlan ?
B : N bɛ bamanankan` kàlan.
A : À bɛ mùn kàlan ?
B : À bɛ tùbabukan` kàlan.
A : Ù bɛ mùn kàlan ?
B : Ube kɔrobɔrɔkan` kàlan.
A : Bari bɛ mùn kàlan ?
B : Bari bɛ fulakan` kàlan.

C-2

A : I bɛ tùbabukan` kàlan (wà) ?
B : Àyi, n tɛ tùbabukan` kàlan, n bɛ bamanankan` (dè) kàlan.
A : Àle fana bɛ bamanankan` kàlan (wà) ?
B : Àyi, àle fana tɛ bamanankan` kàlan. À bɛ tùbabukan` (dè) kàlan.

CYCLE 3 : sɛbɛn "écrire"

Instructeur : le dessin 38.

M-1

ka --- sɛbɛnécrire ---
N bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn.J’écris la lettre.
Kàramɔgɔ` bɛ bamanankan` sɛbɛn tàbulo` la.Le prof écrit le Bambara au tableau.

C-1

A : I bɛ mùn sɛbɛn ?
B : N bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn.
A : Kàramɔgɔ` dùn ? À bɛ mùn sɛbɛn ?
B : À bɛ bamanankan` sɛbɛn
A : À b’à sɛbɛn min ?
B : À b’à sɛbɛn tàbulo` la.

C-2

A : I bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn tàbulo` la (wà) ?
B : Àyi, n tɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn tàbulo` la. N bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn sɛbɛn-fura` kàn.
A : Kàramɔgɔ` bɛ bamanankan` sɛbɛn sɛbɛn-fura` kàn (wà) ?
B : Àyi, à tɛ bamanankan` sɛbɛn sɛbɛn-fura` kàn. À bɛ bamanankan` sɛbɛn tàbulo` la.

CYCLE 4 : bɔ "sortir"

[Notes]

M-1

ka bɔsortir → venir de
An bɛ bɔ Ameriki.Nous venons d’Amérique.
Ù bɛ bɔ Màli` la.Ils viennent du Mali.

C-1

A : Aw bɛ bɔ Ameriki (wà) ?
B : Ɔ̀wɔ, an bɛ bɔ Ameriki.
A : Kàramɔgɔw dùn ? Ù bɛ bɔ min ?
B : Ù bɛ bɔ Màli` la.

C-2

A : Aw bɛ bɔ min ?
B : An bɛ bɔ Ameriki.
A : Kàramɔgɔw bɛ bɔ min ?
B : Ù bɛ bɔ Màli` la.

M-2

N bɛ bɔ New York.
N bɛ bɔ
Àli bɛ bɔ Segu.
Bari bɛ bɔ.

C-3

A : I bɛ bɔ dùgu jùmɛn na ?
B : N bɛ bɔ.
A : Bari dùn ? À bɛ bɔ dùgu jùmɛn na ?
B : Bari bɛ bɔ Los Angeles.

Instructeur : Travailler ce cycle encore avec des noms des gens dans la salle de classe, etc.

CYCLE 5 : taa "aller..."

[Notes]

M-1

ka taapartir, aller
N tɛ taa yɔrɔ si.Je ne vais nulle part (aucun lieu).
À bɛ taa dùgu` kɔnɔ.Il va en ville.

C-1

A : I bɛ taa min ?Où allez-vous ?
B : N tɛ taa yɔrɔ si.
A : Àle dùn ? À bɛ taa min ?Et lui ? Où va-t-il ?
B : À bɛ taa dùgu` kɔnɔ.

M-2

Ò kɔ, an bɛ taa so.Ensuite (après ça), nous allons à la maison.
Ò kɔ, ù fana bɛ taa so.Ensuite, eux aussi vont à la maison.

C-2

A : Bamanankan-kalan` kɔ, aw bɛ taa min ?
B : An bɛ taa so.
A : Òlu dùn ? Ù bɛ taa min ?
B : Òlu fana bɛ taa so.

C-3

A : Bamanankan-kalan` kɔ, kàramɔgɔw bɛ taa min ?
B : Kàramɔgɔw bɛ taa so.
A : Kalandenw dùn ?
B : Òlu fana bɛ taa so.

C-4

A : Baara kɔ, Keyità bɛ taa min ?
B : Keyità bɛ taa so.
A : Kùntigi` dùn ?
B : Àle fana bɛ taa so.

CYCLE 6 : sìgi "s’asseoir"

[Notes]
Instructeur : Les dessins 34, 37, 39.

M-1

k’i sìgis’asseoir
Kamara b’i sìgi dɛ̀bɛn` kàn.Camara s’assoit sur le natte.
N bɛ n sigi dùgu mà.Je m’assieds par terre.
An b’an sìgi sìgilan` kàn.Nous nous asseyons sur les chaises.
Kulubali ni Dunbiya, ù b’u sìgi dɛ̀bɛn` kàn.Coulibaly et Doumbia s’assoient sur la natte.

C-1

A : Aw b’anw sìgi mùn kàn ?Sur quoi vous asseyez-vous ?
B : An b’an sìgi sìgilan` kàn.
A : E dùn ?
B : N bɛ n sigi dùgu mà.
A : Kamara dùn ?
B : À b’i sìgi dalan` kàn.
A : Kulubali ni Dunbiya dùn ?
B : Ù b’u sìgi dɛ̀bɛn` kàn.

C-2

A : Kàramɔgɔ` b’i sìgi mùn kàn kàlanso` kɔnɔ ?Sur quoi s’assoit le prof en classe ?.
B : Kàramɔgɔ` t’i sìgi kàlanso` kɔnɔ.Le prof ne s’assoit pas en classe.

C-3

A : I b’i sìgikàn wà ?
B : Ɔ̀wɔ, n bɛ n sìgikàn.

C-4

A : I t’i sìgi ?
B : N bɛ n sigi.

C-5

A : I b’i sìgikàn wà ?
B : Àyi, n tɛ sìgikàn. N bɛ n sigikàn.

CYCLE 7 : impératif

[Notes]

Instructeur : Tous les élèves doivent jouer le rôle du maître pour bien travailler ce cycle. Vous aurez donc â échanger vos rôles. Exiger les actions commandées. Dessins 34, 61.

M-1

Wuli !Levez-vous !
N bɛ wuli.Je me lève.

C-1

A : Wuli !
B : N bɛ wuli.

M-2

Taa tàbulo` la !Va au tableau !
N bɛ taa tàbulo` la.Je vais au tableau.

C-2

A : Taa tàbulo` la !
B : N bɛ taa tàbulo` la.

M-3

I sìgi !Assied toi !
N bɛ n sìgi.Je m’assois.

C-3

A : I sìgi !
B : N bɛ n sìgi.

M-4

ɲìninka !Interroge ----
N bɛɲìninka.J’interroge ---. (Je vais interroger ---.)

C-4

A :ɲìninka !
B : N bɛɲìninka.

M-5

À fɔ tugunni !Dis-le à nouveau !
N b’à fɔ tugunni.Je le dis à nouveau. (Je vais le dire à nouveau.)

C-5

A : À fɔ tugunni !
B : N b’à fɔ tugunni.

M-6

Sègin à kan !Répète le ! (reviens sur ça)
N bɛ sègin à kàn.Je le répète. (Je vais le répéter)

C-6

A : Sègin à kan !
B : N bɛ sègin à kàn.

CYCLE 8 : mɛ/mɛn "comprendre"

[Notes]

M-1

mɛ (mɛn)entendre ; comprendre une langue (y compris la parler)
N bɛ angilekan` mɛ.Je comprends l’anglais (je parle anglais).
N tɛ bamanankan` mɛ kosɛbɛ.Je ne parle pas très bien le Bambara.

C-1

A : I bɛ angilekan` mɛ wà ?
B : Ɔ̀wɔ, n bɛ angilekan` mɛ.
A : Bamanankan` dùn ?
B : N tɛ bamanankan` mɛ kɔsɛbɛ.

C-2

A : Jɔn bɛ angilekan` mɛ yàn ?
B :nini --- bɛ angilekan` mɛ.

C-3

A : Kamara bɛ angilekan` mɛ wà ?
B : Àyi, à t’à mɛ, à bɛ bamanankan` ni tùbabukan` dè mɛ.

JPEG - 42.2 ko
Kàlan ni màgan
image extraite de Kàlan ni Màgan (Étude et effort), san fɔlɔ (EDIS 2001, 2009, Bamako)
de Berehima Wulalɛ et Haya Boli, images de Mamadu Kumarɛ

DIALOGUE

A : Aw ni ce.A : Salut.
B : Nba, i ni ce.B : Nba, salut.
A : Aw ka kɛnɛ wà ?A : Comment ça va ?
B : Tɔɔrɔ` si tɛ.B : Ça va bien.
A : An bɛ mùn kɛ bi ?A : Que faisons-nous aujourd’hui ?
B : An bɛ kàlan` kɛ.B : Nous allons apprendre.
A : An bɛ mùn kàlan ?A : Qu’allons-nous apprendre.
B : An bɛ bamanankan` kàlan.B : Nous allons apprendre le Bambara.
A : Aw bɛ bamanankan` mɛ ?A : Est-ce que vous parlez Bambara ?
B : Ɔ̀wɔ, an b’à mɛ dɔɔnin.B : oui, nous le parlons un peu.
A : Bamanankan-kalan` kɔ, aw bɛ taa min ?A : Après le cours de Bambara, où allez-vous ? (=où irez-vous)
B : An bɛ t’an sìgi jirisun` kɔrɔ.B : Nous irons nous asseoir sous l’arbre.
A : Ò kɔ, aw bɛ mùn kɛ ?A : Ensuite (Après ça), que ferez-vous ?
B : Ò kɔ, an bɛ lɛtɛrɛw sɛbɛn.B : Ensuite, nous écrirons des lettres.

PETITS DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.

A : I t’i sìgi yàn wà ?A : Ne t’assois-tu pas ici ?
B : Ɔ̀wɔ, n bɛ n sìgi yàn.B : Oui, Je vais m’asseoir ici.
A : I terikɛ dùn ? À tɛ bamanankan` mɛ ? À t’i sìgi ?A : Et ton ami ? Comprend-il le Bambara ? Ne s’assoit-il pas ?
B : À tɛ bamanankan` mɛ. À b’i sìgi.B : Il ne comprend pas le Bambara. Il va s’asseoir.

2.

A : N bɛ bamankan` kàlan.A : J’apprends le Bambara.
B : Sègin à kàn ? I bɛ mùn kàlan ?B : Répète ça ! Qu’apprends-tu ?
A : N bɛ bamanankan` kàlan.A : J’apprends le Bambara.
B : À ka ɲì. À fɔ tugunni !B : C’est bien ! Dis-le à nouveau !
A : N bɛ bamanankan` kàlan.A : J’apprends le Bambara.
B : À ka ɲì. Bari ɲìninka !B : C’est bien ! Interroge Bari !
A : Bari, i bɛ mùn kàlan ?A : Barry, qu’apprends-tu ?

TEXTE

Bari ni kàramɔgɔ` bɛ kàlanso` kɔnɔ santiri` la. Bari bɛ kàlan` kɛ don ô don. Bari bɛ bamanankan` kàlan. Kàramɔgɔ` bɛ Bari ɲìninka fɛn caman na. Kàramɔgɔ` bɛ Bari dège bamanankan` na. Ù bɛ kuma caman fɔ. Kàramɔgɔ` b’à fɔ : "I sìgi" ! "Wuli !" "Taa tàbulo la !" Bamanankan` ka gɛlɛn Bari ma, nka à hakili` ka di. À bɛ bamanankan` mɛ sɔɔni.

TRADUCTION

Barry et le prof sont dans la classe au centre. Barry apprends tous les jours. Barry apprends le Bambara. Le prof interroge Barry sur beaucoup de choses. Le prof enseigne le bambara à Barry (Le prof enseigne à Barry dans le Bambara). Ils parlent beaucoup (disent beaucoup de paroles). Le prof dis : "Assied-toi !", "Lève toi !", "Va au tableau !" Le Bambara est difficile pour Barry, mais il est intelligent (son intelligence est vive). Il comprendra bientôt le Bambara.

QUESTIONS

1. Bari ni kàramɔgɔ bɛ min ?
2. Bari bɛ tùbabukan` kàlan (wà) ?
3. Bari bɛ mùn kàlan ?
4. Bari bɛ bamanankan` mɛ wà ?
5. Kàramɔgɔ` bɛ jɔn` dège bamanankan` na ?
6. Bari hakili` ka di wà ?
7. Bari bɛ mùn kɛ don ô don ?

EXERCICES

SUBSTITUTIONS

reprendre à chaque fois les éléments de la phrase précédente.

1. N bɛ taa dùgu` kɔnɔ.
.
.santiri` la.
taa.
so.
kàlanso` kɔnɔ.
n sigi.
.
bìro` la.
baara` kɛ.
lɛtɛrɛsɛbɛn.
kɛnɛ mà.
kàlan` kɛ.
kàlanso` kɔnɔ
2. N bɛ n sìgi sìgilan_ kàn.
.
.
i.
an.
aw.
i.
.
.
aw.
an.
.
n.
a.

TRANSFORMATIONS

1.
A : Ù taa dùgu` kɔnɔ.B : Ù taa dùgu` kɔnɔ.
N bɛ bɔ Màli` la.
À bɛ baara` kɛ Segu.
An bɛ kàlan` kɛ bìro la.
À bɛ bamanankan` mɛ
I bɛ sɛbɛnni` kɛ tàbulo` la.
Kàramɔgɔ` bɛ bɔ Bamakɔ.
À mùso` bɛ taa so.
Kàlandenw bɛ taa Moti.
Keyità b’i sìgi tabali` kàn.
N bɛ n sìgi dùgu mà.
Ù b’u sìgi kàlanso` kɔnɔ.
Kàramogɔ` bɛ Bari ɲìninka.
2.
A : I bɛ bɔ Bamakɔ.B : I bɛ bɔ Bamakɔ wà ?
Aw t’aw sìgi.
À b’i sìgi.
Aw be bamanankan` fɔ.
I tɛ bamanankan` mɛ.
I bɛ lɛtɛrɛ` sebɛn.
À mùso` bɛ bɔ yàn.
I bɛ taa dùgu` kono.
Kàramɔgɔw bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.
Keyità mùso` tɛ bɔ Ameriki.
Nin takisi` bɛ taa dùgu` kɔnɔ.
Kàramɔgɔ` b’i ɲìninka.

QUESTIONS

Répondre avec Ɔ̀wɔ ou Àyi et reprendre dans la réponse les éléments de la question.

1.
I bɛ bamanankan` kàlan (wà) ?
I bɛ bamanankan` fɔ wà ?
I bɛ bamanankan` men wà ?
Kàramɔgɔ` b’i dège bamanankan` na wà ?
I bɛ bɔ Ameriki wà ?
Keyità bɛ bɔ Ameriki (wà) ?
Keyità bɛ bamanankan` kàlan wà ?
I terikɛ` bɛ bɔ Ameriki wà ?
I ka kàramɔgɔ` bɛ bɔ Ameriki wà ?
I bɛ fulakan` kàlan wà ?
Aw bɛ baara` kɛ Màli la wà ?
Kàramɔgɔ` b’i sìgi kàlanso` kɔnɔ wà ?
I b’i sìgi tabali` kàn wà ?
2.
I bɛ mùn kàlan santiri` la ?
I b’i sìgi min kàlanso` kɔnɔ ?
I bɛ mùn fɔ kàlanso` kɔnɔ ?
I bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn min ? I bɛ kàlan` kɛ min ?
Keyità bɛ baara` ke min ?
I bɛ bɔ min ?
Keyità bɛ bɔ min ?
Kàramɔgɔw bɛ bɔ min ?
I bɛ bɔ dùgu jùmɛn na ?
Kàramɔgɔ be jɔn` ɲìninka kàlanso` kɔnɔ ?
Kàramɔgɔ bɛ mùn sɛbɛn tàbulo` kàn ?
Keyità b’i sìgi mùn kàn ?
Jɔn bɛ taa dùgu` kɔnɔ bamanankan` kàlan kɔ ?

JPEG - 17.8 ko

NOTES

Dans ce dixième cours nous abordons enfin les verbes, et les types de phrases verbales.
Inévitablement, au fil des cours et au prétexte d’apprendre quelques salutations et quelques instructions du maître, vous avez vu rapidement les verbes suivants : "passer la nuit" (si), "passer la journée" (tìlen), "regarder" (filɛ), "se rencontrer" (bɛ̀n), "interroger" (ɲìninka) et une vingtaine d’autres déjà !... et bien sûr "apprendre" (kàlan), qui est dans le titre de ce cours An ka bamànankan kàlan !
Vous avez même vu comment utiliser un verbe comme sìgi "s’asseoir" pour créer un objet comme sìgilan "le siège" (cours n°03) !

Et pourtant, vous pouvez déjà dire beaucoup de choses sans verbes et sans phrases verbales !

Comme les verbes qualitatifs (cours 02, cours 08), les verbes s’emploient avec des auxiliaires appelés "marques prédicatives", et notons d’abord celle qui marque l’infinitif du verbe : kà (à ton bas). Ce seront vos principaux repères dans les phrases de type verbal ... et vous en aurez fini avec les différents types de phrases en bambara !

1. Les phrases verbales !

Dans les neuf premiers cours, nous avons étudié des phrases sans verbes, les phrases non-verbales du bambara.
LES PHRASES NON-VERBALES APPRISES :

- présentatif :Tabali` dòn. (cours 3)
- équatif :Nìn ye tabali` ye. (cours 3)
- situatif (locatif) :Sìgilan yàn. (cours 3)
Kùnkolodimi ̀ n na. (cours 8)

+ UNE PHRASE QUASI-VERBALE :

- qualitatif :Wari ̀ ka ca. (cours 8)

Ici, nous abordons les deux types principaux de phrases avec verbes : les phrases verbales transitives, c’est à dire avec un complément d’objet, ou l’objet précède le verbe , et les phrases intransitives dans lesquelles il n’y a pas d’objet avant le verbe.

Transitive :Nom/pronom (sujet) + Auxiliaire + Nom (objet) + Verbe
-> exemple : An ka bamànankan kàlan !Apprenons le bambara !
liens vers les exercices de ce cours : , kàlan, sɛbɛn, mɛn et le verbe réfléchi sìgi
Intransitive :Nom/pronom (sujet) + Auxiliaire + Verbe
-> exemple : N bɛ taamaJe marche (je voyage)
liens vers les exercices de ce cours : , taa

En Bambara, tout verbe peut être utilisé dans une phrase intransitive (nous verrons plus tard le sens). Certains verbes ne sont d’habitude jamais dans une construction transitive...

LES POSITIONS DANS LA PHRASE

Elles sont fixes dans la phrase en bambara, et bien mémoriser cette structure vous rendra vite service !

1) LE SUJET (sauf dans la phrase impérative de la 2ème personne du singulier, où le sujet est sous-entendu : c’est "toi" !)
2) LA MARQUE PRÉDICATIVE (bɛ ou tɛ, ... sauf à l’impératif)
3) LE COMPLÉMENT D’OBJET DIRECT (sauf si le verbe est intransitif)
4) LE VERBE
et facultativement, selon les verbes :
5) LE COMPLÉMENT D’OBJET INDIRECT ou CIRCONSTANCIEL
6) LA POSTPOSITION

Les français qui débutent en Bambara trébuchent souvent sur la position du complément d’objet qu’ils ont tendance à reporter après le verbe. Attention !

Exemples :

(1)(2)(3)(4)(5)(6)
n bɛbamànankan kalan
itaa
tùbabukansɛbɛngafɛkɔnɔ
Fantàkàlansokɔnɔ
Umùisìgikɛnɛmà
jɔnkàramɔgɔɲìninkakàlansen 3nanna ?
i sìgi !
taatabulola !

Les auxiliaires / dans les phrases verbales : des "marques prédicatives"

C’est l’auxiliaire dont on a besoin au "présent" en Bambara. Ils vous sont familiers puisqu’on les a utilisés dans les phrases locatives (ou situatives)... sans verbe.
Les grammairiens parlent de "copules" – dans les phrases locatives – on dit d’ailleurs en Bambara, "aide à la construction des phrases" (sans verbe), par opposition au "marques prédicatives" (toujours avec des verbes), dont on parle dans ce cours, qu’on les appelle en Bambara "aide à la conjugaison des verbes".

Dans cette langue comme dans beaucoup d’autres, lorsqu’on parle de verbes on se repère moins avec le temps qu’avec la notion d’"aspect" : action achevée ou non : On parlera donc plutôt d’"aspect inaccompli" ou d’"Imperfectif" qui couvre comme on le voit déjà dans cette leçon :

1. des actions présentes, qui sont en cours ou sur le point d’être accomplies.
2. des actions habituelles, régulières, voire permanentes.
3. des actions immédiates ou dans le futur proche.

Nous verrons plus tard le "Perfectif", c’est à dire comment rendre le passé … et d’autres utilisations de l’aspect accompli ou Perfectif (que nous aborderons cours n°15).

Vous deviendrez familier de toutes ces utilisations des auxiliaires bɛ/tɛ dans les leçons qui suivent. Vous avez remarqué ici qu’on ne les traduisait pas forcément dans le même "temps". Que cela soit un nouvel avertissement de ne pas trop vous accorder trop d’importance à la traduction en français dans votre apprentissage du Bambara ! comme vous l’avez remarqué nous traduisons de moins en moins de phrases...

2. Le réfléchi

[Exercices]

Les verbes réfléchis apparaissent dans des phrases verbales là où le sujet et l’objet représentent la même personne. En français on précise parfois dans ce cas : moi-même, lui-même, nous-mêmes... (yɛ̀rɛ̂ en Bambara), mais pas toujours : "je me lave" est la forme courante, "tu te laves", "il se lave", "nous nous lavons"...
Là encore, c’est plus simple en Bambara : vous n’aurez pas à apprendre le bambara pour me, te, se... pas plus que vous n’avez eu à l’apprendre pour mon, ton ,son : ce sont les mêmes !

n bɛ n sìgije m’assois
i b’i sìgitu t’assois
an b’an sìgi nous nous asseyons

Il y a toutefois une exception à la 3ème personne du singulier :
avec "il, elle" on préfère utiliser i comme pronom personnel !

À b’i sìgi.Il s’assoit (lui-même). ← transitif réfléchi
et NON PAS : À b’à sìgi dans ce sens car :
À b’à sìgi.Il l’assois/ il l’installe. ← transitif simple

En effet, le pronom de la 3ème personne du singulier, , habituellement "il" ou "elle", est largement utilisé en Bambara comme pronom général "ça", à la place du pronom démonstratif . C’est donc qui va servir de pronom réfléchi. On verra plus tard qu’il sert aussi de pronom indéfini "on".

La "3ème personne du singulier" n’est pas seulement le pronom à, cela peut être une personne :

dɔgɔkɛ b’i sìgi.le petit-frère s’assoit
Fantà b’i sìgi.Fanta s’assoit

Tous les verbes habituellement utilisés dans des phrases verbales réfléchies peuvent aussi apparaître dans des phrases intransitives sans changement de sens. Dans ce cas, le Bambara économise même le pronom réfléchi !

À b’i sìgi.Il s’assoit. ← réfléchi
À bɛ sìgi.Il est assis. ← intransitif

3. L’impératif

[Exercices]

Les phrases impératives, pour donner des ordres, sont abordées dans cette leçon. C’est facile : on omet le sujet (toujours la 2ème personne du singulier - ou 2ème personne du pluriel que nous verrons plus tard) et, pour la 2ème personne du singulier, on n’a pas besoin d’auxiliaire. Par contre, si le verbe est transitif ou réfléchi, ce qui précède c’est le complément, pas le sujet.

táa !pars ! ← intransitif
táa tabulo là !va au tableau ! ← intransitif avec circonstanciel de lieu
i sìgi !assieds-toi ! ← réfléchi
nb : le i n’est pas le sujet, mais l’objet du verbe !
tùbabukan` kàlan !apprends le français ! ← transitif
nb : tùbabukan n’est pas le sujet, mais l’objet du verbe !

4. Le verbe

[Exercices]
Dans ce cours on l’utilise seulement comme le verbe transitif "faire". Mais ce verbe a de nombreux sens : "faire, être, devenir, fabriquer, causer, verser, arriver,...". Un vrai couteau-suisse !

kà kàlan` kɛ."faire la lecture", "faire l’étude" =lire, étudier,apprendre
kà baara` kɛ"faire le travail" = travailler

Dans ces deux exemples ci-dessus, on utilise l’auxiliaire kà : c’est la marque de l’infinitif, qui n’a pas d’équivalent en français mais que l’on trouve en Anglais avec "to" : "to sleep" :"dormir".

Dans le premier exemple, "kàlan" est le nom "étude", et non le verbe "kà kàlan" :"étudier, apprendre" : "kàlan", le nom, est utilisé ici comme complément d’objet direct du verbe "kɛ" :"faire".
Dans le second exemple, "baara" :"le travail" est lui aussi complément d’objet direct. là aussi distinguer le nom, qui porte l’article tonal, du verbe qui signifie "travailler" !

Ces exemples peuvent prêter à confusion par l’emploi de mots qui peuvent être parfois des noms communs, parfois des verbes.

kà kàlanlire, étudier, apprendre
kà baaratravailler

Mais c’est la cas très souvent en Bambara, donc autant s’y habituer rapidement.

Il y a bien entendu des noms communs qui ne se convertissent pas en verbes : On en a vu dans la leçon précédente, le cours n°9, sur le Corps, vous en devinerez donc la signification :

kà ɲɛgɛnɛ kɛ
kà bò kɛ

Rappelez-vous bien, surtout lorsque vous essayez de construire de nouvelles phrases à l’oral, que la structure de la phrase n’est pas la même qu’en français, en particulier l’objet (le complément d’objet direct) est TOUJOURS AVANT le verbe :

1) SUJET2) AUXILIAIRE3) OBJET DIRECT4) VERBE
Alibɛ/tɛbaara`

"Ali travaille / Ali ne travaille pas"

VOCABULAIRE


Quelques premiers verbes

(v.i. : verbe intransitif, v.t.:transitif, v.r.:réfléchi)... dans les usages courants)

baarav.i.travailler
v.i.sortir, venir de, ...
dègev.t.enseigner --- ; apprendre ---
v.t.dire
kàlanv.t.lire, apprendre, étudier
v.t.faire (+)
kumav.i.parler
(mɛn)v.t.entendre, comprendre, parler (une langue)
lamɛ (lamɛn)v.t.écouter
nàv.i.venir
ɲìninkav.t.interroger
ŋunumav.i.marcher à quatre pattes
sɛbɛnv.t.écrire
sɛbɛnfuran.feuille de papier (écrire-feuille)
→ sɛbɛnni (sɛbɛn-ni)n.écrit (écrire-NOMINALISATION)
sèginv.i.revenir
- sègin X kanrépéter X
sìgiv.r.s’asseoir
sinv.r.diriger
taa, tagav.i.partir, aller
taama, tagamav.i.marcher, voyager
wuliv.i.se lever, se dresser, bouillir...

Autre vocabulaire

baaran.le travail
bamanankan (bamana-kan)n.la langue bambara (bambara-voix)
bàtakin.lettre (que l’on poste)
don donexpr.chaque jour
fulakan (fula-kan)n.la langue peule
hakilin.esprit, intelligence, avis, pensée
kàlann.étude, cours, lecture
kinin.droite
→ kinibolon.main droite
kɔrɔbɔ̀rɔkann.la langue songhaï
kuman.parole
lɛtɛrɛn.lettre (que l’on poste) synonyme de bàtaki
màgann.effort
numann.gauche
→ numanbolon.main gauche
sɛbɛnnin.écriture
tùbabukan (tùbabu-kan)n.la langue Française (Européen-voix)
tugun, tugunni, tuguniadvencore, à nouveau

DEVOIRS

1. Allez interviewer 3 employés du Corps de la paix, des profs ou des employé-e-s de bureau. Rendre compte à la classe dans votre meilleur Bambara, en indiquant pour chaque personne :
- son nom
- d’où il/elle vient
- quelles langues il/elle parle
- quelles langues parle-il/elle bien ou moins bien.

2. Même chose mais avec 3 de vos camarades de classe. Ajouter quelles sont les langues qu’il/elle étudie

3. Écrire un paragraphe décrivant :
- 1. comment vous vous appelez
- 2. votre travail ou occupation
- 3. où vous travaillez
- 4. quelles langues apprenez-vous
- 5. quelles langues parlez vous déjà
- 6. quelles sont les langues que vous parlez bien et moins bien.

JPEG - 139.2 ko
Enfants jouant, vers Koulikoro
http://typolemag.info/un-pas-deux-p...

klik-ka-kumasen-dilan ™

700 mots de Bambara au compteur ! et avec ces nouvelles phrases, de nouvelles possibilités s’ouvrent à vous.
NB : par souci pédagogique, les verbes réfléchis ne sont pas acceptés ici sans pronom réfléchi. Par exemple "n bɛ sìgi" n’est pas accepté, il faut "n bɛ n sìgi".

construction verbale

sujet pm objet direct verbe objet indirect / circonstanciel pp adverbe

aff./neg.

réinitialiser
Mes essais

INDEX DES COURS DISPONIBLES

Notes

[1« en français dans le texte » du cours américain. Suivre un cours peut être bien plus amusant grâce à un prof ! Renseignez-vous sur les cours collectifs dans votre ville.
Malheureusement, nous ne disposons pas des dessins qui étaient utilisés dans ce cours.

samedi 24 janvier 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios