[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 04


Tɔgɔ

Nsàna

Sògo` dɔ̀n, yiri` dɔn, yɛ̀rɛ` dɔn dè ka fìsabɛɛ ye.


JPEG - 98.8 ko
Baba Wagué Diakité
http://babawague.wordpress.com

SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp. 49-67
Audio web (Anglais, Bambara) : 04a, 04b, 04c, 04d
index audio : www.iu.edu

Cycles 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - Dialogues - ExercicesTexteNotesVocabulaireDevoirs - Jeu

CYCLE 1

[ voir notes/voc.]

M-1

Ń tɔgɔ Bob.Mon prénom est Bob.
Ń jàmu Walker.Mon nom de famille est Walker.

C-1

A : I tɔgɔ ?Quel est ton prénom ?
B : Ń tɔgɔ Bob.
A : I jàmu ?Quel est ton nom de famille ?
B : Ń jàmu Walker.

M-2

À tɔgɔ Ngɔ̀lɔ.Son prénom est Ngɔ̀lɔ.
À tɔgɔ Nyele.Son prénom est Nyele.
À jàmu Jara.Son nom de famille est Jara.
À jàmu Tarawele.Son nom de famille est Tarawele.

C-2

A : À tɔgɔ ?Quel est son prénom ?
B : À tɔgɔ Nyele.
A : À jàmu ?Quel est son nom de famille ?
B : À jàmu Tarawele.

CYCLE la

Instructeur : les cycles la et lb sont facultatifs. À faire plus tard.

M-1

Ń tɔgɔ` ye Bob.Mon prénom est Bob.
Ń jàmu` ye Walker.Mon nom de famille est Walker.
À tɔgɔ` ye Nyele.Son prénom est Nyele.
À jàmu` ye Tarawele.Son nom de famille est Tarawele.

C-1

A : I tɔgɔ` ye dì ?Comment c’est ton prénom ?
B : Ń tɔgɔ` ye Ngɔ̀lɔ.
A : I jàmu` ye dì ?Comment c’est ton nom de famille ?
B : Ń jàmu` ye Jàra.
A : Nìn mùso` tɔgɔ` ye dì ?Comment c’est le prénom de cette femme ?
B : À tɔgɔ` ye Nyele.
A : À jàmu` ye dì ?Comment c’est son nom de famille ?
B : À jàmu` ye Tarawele.

CYCLE lb

M-1

Ń tɔgɔ` ko Bob.Mon prénom est Bob.
Ń jàmu` ko Walker.Mon nom de famille est Walker.
Nìn cɛ` tɔgɔ` ko Ngɔ̀lɔ.Le prénom de cet home est Ngɔ̀lɔ.
À jàmu` ko Jara.Son nom de famille est Jara.

C-1

A : I tɔgɔ` ko dì ?Comment c’est ton prénom ?
B : Ń tɔgɔ ko Ngɔ̀lɔ.
A : I jàmu` ko dì ?Comment c’est ton nom de famille ?
B : Ń jàmu` ko Jàra.
A : Nìn cɛ̀ tɔgɔ` ko dì ?Comment c’est le prénom de cet homme ?
B : Nìn cɛ̀ tɔgɔ` ko Ngɔ̀lɔ.Le prénom de ce homme est Ngɔ̀lɔ.
A : À jàmu` ko dì ?Comment c’est son nom de famille ?
B : À jàmu` ko Jàra a.

JPEG - 100.3 ko
La famille Natuma dans sa concession à Konakourou
http://www.folkecenter.net/gb/docum...

CYCLE 2

M-1

Ngɔ̀lɔ mùso` tɔgɔ` Hawa.Le prénom de la femme de Ngɔ̀lɔ est Hawa.
Ngɔ̀lɔ denw tɔgɔ` Solo ni Jénébu ni Karibu ni Musa ni Sali.Les prénoms des enfants de Ngɔ̀lɔsont Solo et Jenebu et Kariba et Musa et Sali.

C-1

A : Ngɔ̀lɔ mùso` tɔgɔ ?Quel est le prénom de la femme de Ngɔ̀lɔ ?
B : Ngɔ̀lɔ mùso` tɔgɔ` Hawa.
A : À denw dùn ?
B : À denw tɔgɔ Solo ni Jenebu ni Kariba ni Musa ni Sali.

Instructeur : Employez le dessin 12.

CYCLE 3

[Notes]

M-1

[Notes / ba et fà] [Notes / -kɛ, -muso]

Nìn ye Kariba ye.Voici Kariba.
Nìn ye Kariba mùso` ye.Voici la femme de Kariba.
Nìn ye Kariba ba` ye.Voici la mère de Kariba.
Nìn ye Kariba fà` ye.Voici le père de Kariba.
Nìnw ye Kariba denw ye.Voici les enfants de Kariba.
Nìnw ye Kariba denw ye.Voici les fils de Kariba.
Nìnw ye Kariba denmusow ye.Voici les filles de Kariba.
Nìnw ye Kariba kɔ̀rɔw ye.Voici les grands frères de Kariba.
Nìnw ye Kariba dɔgɔninw ye.Voici les petits frères de Kariba.
Nìn ye Kariba kɔ̀rɔkɛ` ye.Voici le grand frère de Kariba.
Nìn ye Kariba kɔ̀rɔmuso` ye.Voici la grande sœur de Kariba.
Nìn ye Kariba dɔgɔkɛ` ye.Voici le petit frère de Kariba.
Nìn ye Kariba dɔgɔmuso` ye.Voici la petite sœur de Kariba.
Nìn ye - - - - ye.

C-1

A : Nìn ye Kariba ye wà ?Est-ce que c’est Kariba ?
B : Ɔ̀wɔ, nìn ye Kariba ye.
A : Nìn ye Kariba mùso` ye wà ?
B : Ɔ̀wɔ, nìn ye Kariba mùso` ye.
A : Nìn ye Kariba den ye wà ?
B : Ɔ̀wɔ, nìn ye Kariba den ye.

Instructeur : Employez le dessin 12.

C-2

A : Nìn ye Kariba dɔgɔkɛ` ye wà ?
B : Àyi, nìn tɛ Kariba dɔgɔkɛ` ye.
A : Nìn ye Kariba denkɛ` ye wà ?
B : Àyi, nìn tɛ Kariba denkɛ` ye.
A : Nìn ye Kariba mùso` ye wà ?
B : Àyi, nìn tɛ Kariba mùso ye.

M-2

Kariba dòn.C’est Kariba.
Kariba mùso dòn.
- - - - - dòn.

C-3

[Notes / jɔ̂n]

A : Nìn ye jɔ̀n ye ?Qui est-ce ?
B : Kariba dòn.
A : Nìn dùn ? Jɔ̀n` dòn ?Et lui (Et elle) ? Qui est-ce ?
B : Kariba mùso` dòn.
A : À tɔgɔ ?
B : À tɔgɔ Fanta.

C-4

A : Nìn ye jɔ̀n` mùso` ye ?C’est la femme de qui / De qui est-ce la femme ?
B : Kariba mùso` dòn.
A : Nìn ye jɔ̀n` denkɛ` ye ?
B : Ngɔ̀lɔ denkɛ` dòn.
A : Nìn ye jɔ̀n` denmuso ye ?
B : Nìn ye Ngɔ̀lɔ denmuso ye.

JPEG - 110.7 ko
En famille avec les rappeur Iba One et Sidiki Diabate
Photo : Andy Morgan http://daily.redbullmusicacademy.co...

CYCLE 4

M-1

Àyi, Ngɔ̀lɔ tɛ. Kariba dè dòn.Non, ce n’est pas Ngɔ̀lɔ. C’est Kariba.
Àyi, mùso tɛ. Cɛ dè dòn.Non, ce n’est pas une femme. C’est un homme.
Àyi, denkɛ tɛ. Denmuso dè dòn.Non, ce n’est pas un fils. C’est une fille.
Àyi, --- tɛ, --- dè dòn.

C-1

écouter (C-1, C-2, C3) :
A : Nìn ye Ngɔ̀lɔ ye wà ? / Ngɔ̀lɔ dòn wà ?
B : Àyi, Ngɔ̀lɔ tɛ. Kariba dè dòn.
A : Nìn ye mùso` ye wà ? / Mùso`don wà ?
B : Àyi, mùso tɛ. Ce dè dòn.
A : Nìn ye denkɛ ye wà ? / Denkɛ`don wà ?
B : Àyi, denkɛ tɛ. Denmuso dè dòn.

C-2

A : Nìn ye Jénébu kɔ̀rɔkɛ` ye wà ?
B : Àyi, Jénébu kɔ̀rɔkɛ tɛ. À dɔgɔkɛ dè dòn.
A : Nìn ye Musa dɔgɔmuso` ye wà ?
B : Àyi, Musa dɔgɔmuso tɛ. À kɔ̀rɔmuso dè dòn.

C-3

A : Nìn ye tabulo` ye wà ?
B : Àyi, tabulo tɛ. Tabali dè dòn.
répéter (C-1, C-2, C-3) :

M-2

Ngɔ̀lɔ mùso dè dòn.C’est elle la femme de Ngɔ̀lɔ’s.
Fanta cɛ̀ dè dòn.C’est lui le mari de Fanta.

C-4

A : Nìn ye jɔ̀n` mùso` ye ?
B : Ngɔ̀lɔ mùso` dè dòn.
A : Jɔ̀n` cɛ̀` dòn ?
B : Fanta cɛ̀ dè dòn.

CYCLE 5

[Notes / inaliénable]

Instructeur : ajouter d’autres exemples.

M-1

Àyi, Kariba mùso tɛ. Ngɔ̀lɔ dè mùso` dòn.Non, ce n’est pas la femme de Kariba. C’est bien la femme de Ngɔ̀lɔ / C’est elle la femme de Ngɔ̀lɔ
Àyi, Ngɔ̀lɔ denkɛ tɛ. Kariba dè denkɛ` dòn.Non, ce n’est pas le fils de Ngɔ̀lɔ. C’est bien le fils de Kariba.

C-1

A : Nìn ye Kariba mùso` ye wà ?
B : Àyi, Kariba mùso tɛ. Ngɔ̀lɔ dè mùso dòn.
A : Ngɔ̀lɔ denkɛ` dòn wà ?
B : Àyi, Ngɔ̀lɔ denkɛ tɛ. Kariba dè denkɛ dòn.
A : Fanta cɛ̀` dòn wà ?
B : Àyi, Fanta cɛ̀ tɛ. Nyɛlɛ dè cɛ̀ dòn.

JPEG - 124.9 ko
Ɔ̀wɔ, à ka bon` dòn.
"sikasso zangaradougou construction d’une case"
www.delcampe.net/page/item/id,31309...

CYCLE 6

[Notes / aliénable]

M-1

Ɔ̀wɔ, ń ka sìgilan` dòn.Oui, c’est ma chaise.
Ɔ̀wɔ, an ka tabulo` dòn.Oui c’est notre tableau noir.
Ɔ̀wɔ, "Peace Corps" ka bìro` dòn.Oui, c’est le bureau du Corps de la Paix.
Ɔ̀wɔ, à ka bon` dòn.Oui, c’est sa case.

C-1

A : I ka sìgilan` dòn wà ?
ou Nìn y’i ka sìgilan` ye wà ?
B : Ɔ̀wɔ, ń ka sìgilan` dòn.
A : An ka tabulo` dòn wà ?
B : Ɔ̀wɔ, an ka tabulo` dòn.
A : "Peace Corps" ka bìro` dòn wà ?
B : Ɔ̀wɔ, "Peace Corps" ka bìro` dòn.

etc.

M-2

Àyi, ń ka sìgilan tɛ.Non, ce n’est pas ma chaise
Fanta dè ka sìgilan` dòn.C’est la chaise de Fanta.
Àyi, ń ka tabulo tɛ.Non, ce n’est pas mon tableau noir
Ali dè ka tabulo` dòn.C’est le tableau d’Ali.
Àyi, A.I.D. ka bìro tɛ.Non, ce n’est pas le bureau de l’AID
Peace Corps dè ka bìro` dòn.C’est le bureau du Corps de la Paix.

C-2

A : I ka sìgilan` dòn wà ?
B : Àyi, ń ka sìgilan tɛ. Fanta dè ka sìgilan` dòn.
A : I ka tabulo` dòn wà ?
B : Àyi, ń ka tabulo tɛ. Ali dè ka tabulo` dòn.
A : A.I.D. ka bìro` dòn wà ?
B : Àyi, A.I.D. ka bìro tɛ, "Peace Corps" dè ka bìro` dòn.

Instructeur : Travailler ces nouvelles structures avec d’autres objets portée de la main.

JPEG - 75.4 ko
Ɔ̀wɔ, mobili` b’à fɛ̀.
http://segoubreizh.free.fr/tem_dec0...

CYCLE 7

[Notes]

Instructeur : Expliquer les nouveaux mots soulignés avant d’entamer ce cycle.
Employer : ò kɔrɔ] ye "argent" ye tùbabukan na.

M-1

Ɔ̀wɔ, mùso` bɛ Kariba fɛ̀.Oui, Kariba a une femme.
Ɔ̀wɔ, wari` bɛ Ngɔ̀lɔ fɛ̀.Oui, Ngɔ̀lɔ a de l’argent.
Ɔ̀wɔ, baara` be ń fɛ̀.Oui, j’ai du travail.
Ɔ̀wɔ, mobili` b’à fɛ̀.Oui, il a une voiture.

C-1

A : Mùso bɛ Kariba fɛ̀ wà ?
B : Ɔ̀wɔ, mùso` bɛ Kariba fɛ̀.
A : Wari bɛ Ngɔ̀lɔ fɛ̀ wà ?
B : Ɔ̀wɔ, wari` bɛ Ngɔ̀lɔ fɛ̀.
A : Baara b’i fɛ̀ wà ?
B : Ɔ̀wɔ, baara` be ń fɛ̀.
A : Mobili b’à fɛ̀ wà ?
B : Ɔ̀wɔ, mobili` b’à fɛ̀.

JPEG - 113.2 ko
De retour après un voyage, Monica et Crystal sont accueillies chaleureusement par leurs amies du village sénoufo de Supyire village près de Sikasso, où elles sont en mission pour OneStory

DIALOGUE

A : I ni ce.Salut.
B : Ǹba, i ni ce, hɛrɛ` bɛ ?Ǹba, salut, ça va ?
A : Hɛrɛ dɔrɔn. I ka kɛnɛ ?La paix seulement. Comment vas-tu ?
B : Tɔɔrɔ` si tɛ.Pas de problème.
A : I tɔgɔ` ?Quel est ton prénom ?
B : Ń tɔgɔ` Kariba.Mon prénom est Kariba.
A : I jàmu ?Quel est ton nom de famille ?
B : Ń jàmu` Jara. Ń fà filɛ. À tɔgɔ` Ngɔ̀lɔ, à jàmu` Jara. Ń ba filɛ. À tɔgɔ` Hawa, à jàmu` Tarawele.Mon nom de famille est Diarra. Voici mon père. Il s’appelle Ngɔ̀lɔ Diarra. Voici ma mère. Elle s’appelle Hawa Tarawele.
A : Mùso b’i fɛ̀ wà ?As-tu (une) femme ?
B : Ɔ̀wɔ, mùso fìla bɛ ń fɛ̀ àni den duuru.Oui, j’ai deux femmes et cinq enfants.
A : I fà kɔ̀rɔw be yèn ?Y-a-t-il tes oncles (frères aînés de ton père) ?
B : Ɔ̀wɔ, u bɛ yèn.Oui, ils sont là (là-bas).
A : I mɔ̀kɛ n’i mɔ̀muso dùn ?Et ton grand’père et ta grand’mère ?
B : U balolen bɛ. U bɛ yèn.Ils sont en vie. Ils sont là.

DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

-1-

A : Ń terikɛ, i tɔgɔ` ye dì ?
(I tɔgɔ ko dì ?)
Mon ami, quel est ton prénom (Comment t’appelles-tu ?)
B : Ń tɔgɔ ye Bob.
(N’tɔgɔ` ko Bob.)
Je m’appelle Bob.
A : I jàmu` ye dì ?
(I jàmu` ko dì ?)
Quel est ton nom de famille ?
B : Ń jàmu` ye Walker.
(N’jàmu` ko Walker.)
Mon nom de famille est Walker.
A : I ye fàransɛ ye wà ?Es-tu Français ?
B : Àyi, ń tɛ fàransɛ ye. Ń ye amerikɛn de ye.Non, je ne suis pas Français. Je suis Américain.

-2-

A : Mùso sàba bɛ Musa fɛ̀ wà ?Est-ce que Moussa a trois femmes ?
B : Àyi, mùso sàba tɛ Musa fɛ̀. Mùso fìla dè b’à fɛ̀.Non, Moussa n’a pas trois femmes. C’est deux femmes qu’il a.
A : Kariba dùn ? Mùso sàba b’à fɛ̀ wà ?Et Kariba ? Est-ce qu’il a trois femmes ?
B : Àyi, mùso fìla bɛ Kariba fana fɛ̀.Non, Kariba aussi a deux femmes.

-3-

A : Nìn ye i ka mùru` ye wà ?Est-ce que c’est ton couteau ?
B : Ɔ̀wɔ, ń ka mùru` dòn.Oui, c’est mon couteau.
A : Ò ye jɔ̀n` ka dàba` ye ?À qui est la houe ?
B : Musa ka dàba` dòn.C’est la houe de Moussa.

-4-

A : Jɔ̀n` dòn ?Qui est-ce ?
B : Hawa dòn.C’est Hawa.
A : Ngɔ̀lɔ mùn dòn ?Qu’est elle pour Ngɔ̀lɔ ?
B : À mùso` dòn.(Ngɔ̀lɔ mùso` dòn.)Elle est sa femme.

-5-

A : Nìn ye jon` ka denbaya` ye ?C’est la famille de qui ?
B : Ngɔ̀lɔ ka denbaya` dòn.C’est la famille de Ngɔ̀lɔ.
A : Ngɔ̀lɔ ye jɔ̀n` fà ye ?Ngɔ̀lɔ est le père de qui ?
B : Kariba ni Fanta fà dòn.Il est le père de Kariba et de Fanta.

-6-

A : Musa ka mobili` dòn wà ?Est-ce la voiture de Moussa ?
B : Àyi, Musa ka mobili tɛ.Non, ce n’est pas la voiture de Moussa.
A : Jɔ̀n` ka mobili` dòn ?C’est la voiture de qui ?
B : Amadu ka mobili` dè dòn.C’est la voiture d’Amadou.

-7-

A : Kariba fà bɛ balolen ?Est-ce que le père de Kariba est en vie ?
B : Ɔ̀wɔ, à fà bɛ balolen.Oui, son père est en vie.
A : I fà dùn ?Et ton père ?
B : Ń fana fà bɛ balolen.Mon père aussi est en vie.

-8-

A : I kɔ̀rɔkɛ` ka kɛnɛ ?Comment va ton grand frère ?
B : Tɔɔrɔ t’a la. À ka kɛnɛ.Pas de problème, il est en bonne santé.
A : I dɔgɔkɛ` dùn ?Et ton petit-frère ?
B : Ń dɔgɔkɛ` fana ka kɛnɛ.Mon petit frère aussi est en bonne santé.

-9-

A : I ka mobili` bɛ yàn wà ?Est-ce que ta voiture est ici ?
B : Ɔ̀wɔ, à bɛ yàn.Oui, elle est ici.
A : Madu ka mobili` dùn ?Et la voiture de Madou ?
B : Madu fana ka mobili` bɛ yàn.La voiture de Madou aussi est ici.

JPEG - 40.1 ko
source : Kalan ni Magan, Berehima Wulale ni Haya Boli, EDIS, Bamakɔ
jadilanbaga : Mamadu Kumarɛ

TEXTE

Kariba ka denbaya.



Kariba ka du` filɛ ! Nìn ye Kariba ka denbaya` ye. Den duuru bɛ Kariba n’a mùso` fɛ̀ : denkɛ sàba àni denmuso fìla. À mùso` tɔgɔ` Fanta. Mùso kelen dɔrɔn dè b’à fɛ̀. Kariba fà n’a ba bɛ balolen. À fà tɔgɔ` Ngɔ̀lɔ. À ba tɔgɔ` Hawa. Kariba denw mɔ̀kɛ ye Ngɔ̀lɔ ye. Ù mɔ̀muso` ye Hawa ye. Ngɔ̀lɔ ni Hawa mɔ̀denw ye duuru ye. Kariba ka du` bɛ Nyarela. Du` kɔnɔ, Ngɔ̀lɔ ka bon` bɛ Kariba ka bon` kɔfɛ̀.

TRADUCTION La famille de Kariba

Voici la concession de Kariba. C’est la famille de Kariba. Kariba et sa femme ont cinq enfants : trois fils et deux filles. Sa femme s’appelle Fanta. Il n’a qu’une femme. Le père et la mère de Kariba sont en vie. Son père s’appelle Ngɔ̀lɔ. Sa mère s’appelle Hawa. Le grand-père des enfants de Kariba est Ngɔ̀lɔ. Leur grand-mère est Hawa. Ngɔ̀lɔ et Hawa ont cinq petits-enfants. La concession de Kariba est à Nyarela. Dans la concession, la case de Ngɔ̀lɔ est à l’arrière de celle de Kariba.

QUESTIONS

1. Den wɔɔrɔ bɛ Kariba n’à mùso` fɛ̀ wà ?
2. Kariba mùso` tɔgɔ` ko dì ?
3. Kariba ka du` bɛ Nyarela wà ?
4. Kariba ka bon` bɛ Ngɔ̀lɔ ka bon` kɔfɛ wà ?
5. Kariba denw mɔ̀kɛ` ye jɔ̀n` ye ?
6. Hawa ye Ngɔ̀lɔ mùn ye ?
7. Hawa ye Musa mùn ye ?
8. Hawa ye Minata mùn ye ?
9. Kariba kɔ̀rɔmuso` ye jɔ̀n` ye ?
10. Kariba denmusow ye jɔ̀n` ni jɔ̀n` ye ?

JPEG - 105.2 ko
Madame Gassamba, 55 ans, et sa famille à Bamako. La famille vit dans un appartement d’une seule pièce depuis qu’ils ont été obligés de fuir Tombouctou.
photo : Katie Orlinsky http://lens.blogs.nytimes.com/2014/...

EXERCICES

SUBSTITUTION

1. Nìn ye Kariba mùso ye.
ba.
Minata.
fà.
Sali.
Jénébu.
dɔgɔkɛ`.
Fanta.
Musa.
kɔ̀rɔmuso`.
denkɛ`.
mɔ̀kɛ`.
Ali.
Awa.
Kariba.
mùso`.
2. Nìn ye Ali ka mùru ye.
Musa.
dàba`
sàga`.
Fanta.
jele`.
Kariba.
so`.
bìro`.
denbaya`.
Ngɔ̀lɔ.
Hawa.
Sidibe.
mùru`.
Ali.
nɛ̀gɛso`.
3. Mùso bɛ Kariba fɛ̀.
mùru
Ali
mobili
Keyta
nɛ̀gɛso
Fanta
moto
Sidibe
denw
so fìla
Musa
Kante
mùso fìla
Kariba
4. Den tan bɛ Musa fɛ̀.
sàba.
duuru.
naani.
kɔ̀nɔntɔn.
wolonwula.
fìla.
wɔɔrɔ.
segin.
tan.
kelen.
naani.
wɔɔrɔ.
fìla.
tan.

Instructeur : Dans cet exercice, on travaille les contractions. Faire très attention à la contraction, l’intonation et la prononciation.

5. Nìn y’ mùso ye.
i.
.
n’.
an.
Ali.
.
i.
.
.
aw.
.
aw.
an.

CONSTRUCTION DE PHRASES

A : Kariba, tabaliB : Kariba ka tabali` filɛ !
A : Ngɔ̀lɔ, mùsoB : Ngɔ̀lɔ mùso` filɛ !
à, mùruÀ ka mùru`
i, mùsoI mùso`
ń, fàŃ fà
Ali, dàbaAli ka dàba`
Kante, soKante ka so`.
Bari, mobiliBari ka mobili
Sali, kɔ̀rɔkɛSali kɔ̀rɔkɛ
Peacecorps, bìroPeace Corps ka bìro`
an, dɛbɛnwAn ka dɛbɛnw
Ù fàÙ fà
i, dɔgɔmusoI dɔgɔmuso`
Ali, denbaya`Ali ka denbaya`

1

Note :

  • les deux premiers "ye" forment le cadre de la construction de phrase équative : 1) copule 2) postposition. avec "mùn" le passage "ye mùn ye" peut se traduire par "est quoi".
  • le dernier "ye" peut être traduit par "pour" : Ngolo est quoi pour Hawa ?
A : Ngɔ̀lɔ ye mùn ye Hawà ye ?B : À mùso` dòn.
Kariba ye mùn ye Fantà ye ?À mùso` dòn.
Hawà ye mùn ye Ngɔ̀lɔ ye ?À cɛ` dòn.
Kariba ye mùn ye Ngɔ̀lɔ ye ?À fà dòn.
Fantà ye mùn ye Nyɛlɛ ye ?À denmuso` dòn.
Hawà ye mùn ye Musà ni Sali ye ?À denw dòn.
Ngɔ̀lɔ ye mùn ye Madu ye ?À mɔ̀den` dòn.
Jɛ̀nɛba ye mùn ye Kariba ye ?À dɔgɔkɛ` dòn.
Minàta ye mùn ye Ali ye ?À kɔ̀rɔkɛ` dòn.
Nyɛlɛ ye mùn ye Minàta ye ?À dɔgɔmuso` dòn.
Àli ye mùn ye Nyɛlɛ ye ?À kɔ̀rɔmuso` dòn.
Umù ye mùn ye Hawà ye ?À mɔ̀muso` dòn.
Awà ye mùn ye Ngɔ̀lɔ ye ?À mɔ̀kɛ` dòn.
Madù ye mùn ye Fantà ye ?À ba dòn.

TRANSFORMATION

1

A : Kariba mùso` dòn. (dɔgɔmuso)B : Àyi, Kariba mùso tɛ. À dɔgɔmuso` dè dòn.
Ngɔ̀lɔ denkɛ` dòn. (denmuso)Àyi, Ngɔ̀lɔ denkɛ tɛ. À denmuso` dè dòn.
Minata kɔ̀rɔkɛ` dòn. (kɔrɔmuso)Àyi, Minata kɔ̀rɔkɛ tɛ. À kɔ̀rɔmuso` dè dòn.
Musa fà dòn. (ba)Àyi, Musa fà tɛ. À ba dè dòn.
Minata mɔ̀kɛ` dòn. (fa)Àyi, Minata mɔ̀ke tɛ. À fà dè dòn.
Kariba mɔ̀muso` dòn. (ba)Àyi, Kariba mɔ̀muso tɛ. À ba dè dòn.
Hawa cɛ̀ dòn. (denkɛ)Àyi, Hawa cɛ̀ tɛ. À denkɛ` dè dòn.
I mùso` dòn. (kɔrɔmuso)Àyi, n muso tɛ. Ń kɔ̀rɔmuso` dè dòn.
I den` dòn. (dɔgoni)Àyi, n den tɛ. Ń dogɔni` dè dòn.
Aw` mùsow` dòn. (dɔgɔmusow)Àyi, an mùsow tɛ. An dɔgɔmusow` dè dòn.

2

A : I den` dòn. (Ali)B : Àyi, n den tɛ. Ali dè den` dòn.
Kariba mùso` dòn. (Ngɔ̀lɔ)Àyi, Kariba mùso tɛ. Ngɔ̀lɔ dè mùso` dòn.
Fanta cɛ̀ dòn. (Hawa)Àyi, Fanta ce tɛ. Hawa dè cɛ̀ dòn.
Kariba denkɛ` dòn. (Ngɔ̀lɔ)Àyi, Kariba denkɛ tɛ. Ngɔ̀lɔ dè denkɛ` dòn.
Aw denw dòn. (Fanta)Àyi, an denw tɛ. Fanta dè den` dòn.
Fanta fà dòn. (Kariba)Àyi, Fanta fà tɛ. Kariba dè fà dòn.
Sali mɔ̀kɛ` dòn. (Minata)Àyi, Sali mɔ̀kɛ tɛ. Minata de mɔ̀kɛ` dòn.
Jɛnɛbu mɔ̀den` dòn. (Hawa)Àyi, Jenebu mɔ̀den tɛ. Hawa de mɔ̀den` dòn.
Kariba kɔ̀rɔkɛ` dòn. (Minata)Àyi, Kariba kɔ̀rɔkɛ tɛ. Minata dè kɔ̀rɔkɛ` dòn.
Fanta den` dòn. (Ngɔ̀lɔ)Àyi, Fanta den tɛ. Ngɔ̀lɔ dè den` dòn.

3

.

A : Ali ka dàba` dòn. (mùru)B : Àyi, Ali ka dàba tɛ. À ka mùru` dè dòn.
I ka mobili` dòn. (moto)Àyi, ń ka mobili tɛ. Ń ka moto` dè dòn.
À ka so` dòn. (bìro)Àyi, à ka so tɛ. À ka bìro` dè dòn.
Aw ka sìgilan` dòn. (tabali)Àyi, an ka sìgilan tɛ. An ka tabali` dè dòn.
Musa ka sìgarati` dòn.(alimeti)Àyi, Musa ka sìgarati tɛ. À ka alimeti` dè dòn.
Fanta ka ji` dòn. (nɔnɔ)Àyi, Fanta ka ji tɛ. À ka nɔno` dè dòn.
Kante ka kàlanso` dòn. (bìro)Àyi, Kante ka kàlanso tɛ. À ka bìro` dè dòn.
Kariba ka jele` dòn. (daba)Àyi, Kariba ka jele tɛ. À ka dàba` dè dòn.
Sidibe ka nɛ̀gɛso` dòn. (poponi)Àyi, Sidibe ka nɛ̀gɛso tɛ. À ka poponi` dè dòn.
Ngɔ̀lɔ ka dalan` dòn. (sìgilan)Àyi, Ngɔ̀lɔ ka dalan tɛ. À ka sìgilan` dè dòn.

4

.

A : Ali ka mùru` dòn. (Musa)B : Àyi, Ali ka mùru tɛ. Musa dè ka mùru` dòn.
Aw ka so` dòn. (Jak)Àyi, an ka so tɛ. Jak dè ka so` dòn.
Bari ka sìgarati` dòn. (Kariba)Àyi, Bari ka sìgarati tɛ. Kariba dè ka sigarati` dòn.
Sidibe ka moto` dòn. (Kante)Àyi, Sidibe ka moto tɛ. Kante dè ka moto` dòn.
Fanta ka ji` dòn. (Jénébu)Àyi, Fanta ka ji tɛ. Jénébu dè ka ji` dòn.
Kariba ka jele` dòn. (Sali)Àyi, Kariba ka jele tɛ. Sali dè ka jele` dòn.
Minata ka bɔ̀nbɔn` dòn. (Fanta)Àyi, Minata ka bɔ̀nbɔn tɛ. Fanta dè ka bɔnbon` dòn.
Kalanden ka làkɛrɛ` dòn. (karamɔgɔ)Àyi, kalandenka làkɛrɛ tɛ. Karamogode ka lakɛrɛ` dòn.
AID ka bìro` dòn. (Peace Corps)Àyi, AID ka bìro tɛ. Peace Corps dè ka bìro` dòn.
I ka mobili` dòn. (Keyta)Àyi, ń ka mobili tɛ. Keyta dè ka mobili` dòn.

QUESTIONS

Instructeur : Employer le dessin de la famille de Ngɔ̀lɔ.

répondre avec Ɔ̀wɔ ou Àyi et faire une phrase avec les éléments de la question.

1.Kariba mùn ye Fanta ni Asita ye ?
Kariba denw ye duuru ye wà ?
Ngɔ̀lɔ mùso ye fìla ye wà ?
Solo dɔgɔninw ye wooro ye wà ?
Nyele kɔ̀rɔkɛ` ye Umu ye wà ?
Ngɔ̀lɔ mɔ̀den` ye wolonwula ye wà ?
Madu mɔ̀kɛ` ye jɔ̀n` ye ?
Minata mɔ̀muso` tɔgɔ` ko dì ?
Kariba kɔ̀rɔw ye jɔ̀n` ni jɔ̀n` ye ?
Jɔ̀n` ni jɔ̀n` ye Ngɔ̀lɔ den` ye ?
2. Mùso b’i fɛ̀ ?
Cɛ b’i fɛ̀ ?
Den b’i fɛ̀ ?
I dɔgɔmuso` ye fìla ye wà ?
I kɔ̀rɔmuso` ye kelen ye wà ?
I ba bɛ balolen ?
I fà balolen bɛ ?
I kɔ̀rɔw ye sàba ye wà ?
I dɔgɔninw ye fìla ye wà ?
I mɔ̀kɛ`balolen bɛ ? I mɔ̀muso dùn ?
I fà bɛ yàn wà ?
Mobili b’i fɛ̀ ?
I ka mobili` bɛ yàn wà ?

JPEG - 115.2 ko
Albinos du Mali, à la recherche de protection
http://www.studiotamani.org/index.p...

NOTES

1. La famille chez les Bambaras

Dans la structure familiale occidentale, nous ne sommes bien souvent pas très proches des membres de la familles en dehors du cercle familial immédiat. À l’exception parfois de la grand-mère ou du grand-père, on ne grandit généralement pas avec quelqu’un d’autre que nos père et mère et frères et soeurs proches. Il arrive que l’on passe longtemps sans voir les tantes, oncles, cousins, nièces et neveux. La faille bambara est à l’opposé de ça. Tous les membres et toutes les branches de la famille restent très proches et vivent même souvent tous ensemble. Dans la famille bambara, les grand-frères et petits-frères de votre père sont aussi vos pères. Leurs femmes sont aussi vos mères. Leurs enfants sont vos frères et soeurs. Enfant, on peut vous envoyer vivre chez l’un de ces pères, y passer quelques années et y grandir, ou seulement passer chaque été dans la famille de l’un de vos pères.

Les membres de la famille bambara sont solidaires avec un degré de générosité qui est difficile à croire chez nos occidentaux. Savoir donner et savoir recevoir sont des arts peu pratiqués dans nos sociétés occidentales. Tout ce que possède la famille bambara appartient aussi aux frères, aux soeurs, aux pères et aux mères. Quand on en a besoin, on se tourne vers ses proches. Si quelqu’un de plus âgé possède quelque chose dont vous avez besoin, il suffit de le demander pour l’obtenir. Il est rare que quelque chose soit vendu à un proche. Le même type de relation existe également entre de bons amis.

[ke_muso]

2. -kɛ et -muso

Comme vous avez pu vous en rendre compte, les suffixes -kɛ et -muso sont utilisés fréquemment pour indiquer le genre en Bambara. Nous avons noté le suffixe -kɛ dans les exemples suivants :

denenfantdenkɛfilsdenmusofille
balimaproche de la même générationbalimakɛproche homme (frère)balimamusoproche femme (soeur)
kɔ̀rɔaînékɔ̀rɔkɛgrand frère, cousin aînékɔ̀rɔmusogrande soeur, cousine aînée
dɔgɔcadetdɔgɔkɛpetit frère, cousin cadetdɔgɔmusopetite soeur, cousine cadette

À l’écrit -kɛ et -muso sont écrits attachés au mot qu’ils modifient. À l’oral, ils fonctionnent comme des mots composés. C’est à dire qu’ils se terminent toujours à ton haut à la fin, par ex.

kɔ̀rɔmuso (_ _ - - )kɔ̀rɔkɛ (_ _ - )

Dans tous les dialectes bambara et maninka, la même forme sera utilisée pour indiquer "femme" si elle est utilisée seule et "féminin" si elle est utilisée dans un mot composé.

En Bambara, c’est le mot cɛ̀ qui est utilisé pour "homme", et c’est kɛ̀ qui est utilisé pour "masculin" dans les mots composés. Il est clair que ce cɛ̀ est dérivé historiquement de kɛ̀. Dans de nombreux dialectes la forme kɛ̀ peut être utilisée seule pour désigner "homme". Kɛ̀ et mùso sont aussi rattachés aux noms d’animaux pour désigner leur genre.

sǒ"cheval"sǒmuso"jument"sǒkɛ"étalon"

Les seules exceptions sont les suivantes :

dònokɔrɔ "coq adulte"ntura "taureau"bàkɔrɔ "bouc"

3. La postposition fɛ̀ - sens possessif

[Exercices]
La construction possessive, "avoir" en Français, est exprimée la plupart du temps en Bambara par la construction locative. Ce sont des constructions sans verbe ("non verbales"). Elles sont composées d’un nom (ou groupe nominal) suivi d’un auxiliaire ou (copule, kumasenmabɛnnan en Bambara), suivi par un groupe postpositionel (un nom, ou groupe nominal, suivi par une postposition). Une postposition bambara suit son objet, c’est l’image inversée de la préposition qui précède son complément en français : "sur la table".

Construction Locative :N Aux N p

La postposition la plus fréquemment utilisée pour exprimer la possession est fɛ̀, que l’on peut traduire grossièrement par "avec" :

Mobili` bɛ ń fɛ̀."La voiture est avec moi." autrement dit :
voiture-la-est-moi-avec"J’ai une voiture."

Un autre sens très courant de fɛ̀ est "vers", comme on le voit ci-dessous dans la postposition kɔfɛ̀ : "vers le dos".

voir aussi : - fɛ̀ dans Bamadaba

4. Les postpositions locatives kɔnɔ, kɔfɛ̀

On a présenté ici deux autres postpositions : kɔnɔ, qui signifie "dans" ou "à l’intérieur de". Le mot kɔnɔ signifie aussi "l’estomac, le ventre". kɔfɛ̀signifie "derrière" ou "à l’arrière de". Le mot signifie "le dos".

du` kɔnɔ"à l’intérieur de la concession"
Kariba ka bon` kɔfɛ̀"derrière la case de Kariba"

Il n’y a pas de prépositions en Bambara : On utilise seulement des postpositions, là où en Français on utilise des prépositions. Comme en Français pour les prépositions, chaque verbe a ses postpositions préférées, qui lui donnent un sens particulier, et ses postpositions interdites (on ne vous comprendra pas)... C’est pareil en français :

  • je viens à pieds. (Mais on ne dira pas : je viens pour pieds)
  • je viens pour boire. (Mais on ne dira pas : je viens à boire)
  • je viens chez toi. (On pourra aussi dire : je viens à toi, et aussi : je viens pour toi.)

On y reviendra souvent !

Dans le cours n°6 on approfondira les postpositions. Vous vous rendrez compte que beaucoup de postpositions se combinent avec fɛ̀ pour construire des postpositions complexes. Bien qu’elles soient écrites comme un seul mot, elles gardent leurs tons d’origine.

voir aussi :
- kɔ́nɔ dans Bamadaba
- kɔ́fɛ̀ dans Bamadaba

5. Possession "aliénable" et possession "inaliénable"

En Bambara, il n’y a pas de différence entre pronoms personnels (je, tu, il, elle...) et adjectif possessif (mon, ton, son, sa...). Il y a deux types de constructions possessives pour les noms : Dans la première, le nom ou pronom possesseur précède le nom ou pronom possédé :

à ba"sa mère"

Dans la seconde, le nom ou pronom possesseur -toujours en tête- est séparé de l’objet possédé par ka.

On dit que la première construction est caractéristique d’une possession inaliénable, c’est à dire que c’est une relation inhérente, inaltérable. On dit que la seconde construction est caractéristique d’une possession aliénable, c’est à dire que c’est une relation qui n’est pas inhérente, qui est peut-être transitoire. Comme vous le verrez, il y a là-dessous d’autres fonctions qui compliquent les choses, mais pour l’instant nous utiliserons les termes un peu bruts d’"aliénable" et "inaliénable".

Voilà à quoi ressemblent ces deux constructions possessives :

INALIÉNABLE

[Exercices]

POSSESSEURPOSSÉDÉFrançais
fàmon père
ibata mère
kùnkolosa tête
anmùsownos femmes
awhakiliwnos esprits
bolowleurs bras
MadudenmusoLa fille de Madou

ALIÉNABLE

[Exercices]

POSSESSEURPOSSÉDÉFrnçais
kamobilima voiture
ikasota maison
kanɛ̀gɛsoson vélo
ankasìgilanwnos chaises
awkadebenwvos nattes
kakùlusiwleurs pantalons

voir aussi : ká dans Bamadaba

Une exception à cela, que nous avons déjà vue, c’est le mot denbaya, "la famille". Bien que du point de vue du sens il s’agisse d’une catégorie inaliénable, il ne fonctionne pas comme ça : "ta famille"
se dit i ka denbaya,
et non i denbaya.

Au négatif, l’article défini peut être omis, ou bien il peut être ajouté, selon ce qu’on veut dire.

Ń ka so tɛ.La maison n’est pas à moi.
Ń ka so` tɛ.Ce n’est pas ma maison. / Cette maison n’est pas à moi.

La deuxième formulation implique que celui qui parle a bien une maison, mais que celle-ci n’est pas la maison en question, alors que la première phrase indique seulement que la maison dont il est question n’appartient pas à celui qui parle.

Dans un effort de simplification, nous avons choisi la forme sans article défini tout au long de cette leçon.

À l’interrogatif, l’article défini peut être omis, ou bien il peut être ajouté, selon ce qu’on veut dire.

Mobili b’i fɛ̀ wà ?As-tu une voiture ?
Mobili` b’i fɛ̀ wà ?As-tu cette voiture ? / Cette voiture est-elle à toi ?

Mais si l’on pose des questions sur la famille de quelqu’un, ça n’a pas de sens d’utiliser l’article défini.

Mùso b’i fɛ̀ wà ?As-tu une femme ?
Den b’i fe wà ?As-tu un enfant ?
JPEG - 40.3 ko
source : Kalan ni Magan, Berehima Wulale ni Haya Boli, EDIS, Bamakɔ
jadilanbaga : Mamadu Kumarɛ

6. Le pronom interrogatif jɔ̂n

On présente dans ce cours le pronom jɔ̂n, "qui". En utilisant la construction possessive décrite plus haut, on voit facilement comment poser la question "à qui" en Bambara :

INALIÉNABLE :

Nìn ye jɔ̀n` den` ye ?C’est l’enfant de qui ?
Nìn ye jɔ̀n` mùso` ye ?C’est la femme de qui ?

ALIÉNABLE

Nìn ye jɔ̀n` ka mobili` ye ?C’est la voiture de qui ?
Nìn ye jɔ̀n` ka nɛ̀gɛso` ye ?C’est le vélo de qui ?

À noter : jɔ̀n est suivi de l’article défini.
Dans les analyses récentes, on dit plutôt que le "ton bas flottant" fait partie de jɔ̀n que l’on écrit jɔ̂n plutôt que jɔ̀n`

voir aussi : jɔ̂n dans Bamadaba

7. Le focalisateur dè

On présente dans ce cours la particule focalisatrice dè. Elle se met derrière le mot, l’expression ou la phrase sur lesquels on veut attirer l’attention. On peut l’utiliser lorsqu’on veut mettre en relief, insister sur quelque chose ou lorsqu’on veut contredire une affirmation. Par exemple :

Mùso fìla bɛ John fɛ̀.John a deux femmes.
Mùso fìla dè bɛ John fɛ̀.John a deux femmes / C’est bien deux femmes que John a.
Mùso fìla bɛ John dè fɛ̀.John a deux femmes / C’est bien John qui a deux femmes.

Les noms suivis de dè étant toujours définis, nous simplifierons l’écriture en omettant l’article défini.

dè peut apparaître à deux endroits dans les groupes possessifs comme "le livre de John" : soit après le possesseur, soit après le possédé, selon ce que l’on veut souligner, selon ce qu’on désire exprimer, par exemple :

Àyi, Ngɔ̀lɔ mùso tɛ.Non, ce n’est pas la femme de Ngɔ̀lɔ,
Kariba dè mùso` dòn.c’est la femme de Kariba.

Ici c’est possesseur qui a été mis en relief, puisque c’est là que l’on exprime la contradiction. C’est pareil pour la possession aliénable.

Àyi, "Peace Corps" ka bìro tɛ, AID dè ka bìro dòn.Non, ce n’est pas le bureau du Peace Corps, c’est celui de l’AID.
Àyi, "Peace Corps" ka bìro tɛ, Peace Corps ka so dè dòn.Non, ce n’est pas le bureau du Peace Corps, c’est sa maison.

voir aussi : dè dans Bamadaba

8. ba et fà

L’article défini n’est pas utilisé avec les termes de "mère" ba et de "père" fà.

VOCABULAIRE


ban.mère
bàban.terme affectueux pour "père", c’est aussi le surnom donné à qui porte le nom de son grand-père.
baliman.proches de la même génération
balimakɛn.frère
balimamuson.soeur
balov.vivre, être en vie / nourrir
- balolenétant en vie
bɛɛdtm.tout, tous
bɛɛprn.chacun
bɛnkɛn.oncle maternel (frère de la mère)
* bɛɛnkɛ
bìron.bureau / administration
dèprt.focalisateur : "c’est ça"
denn.enfant, fruit, élément
denbayan.famille
denkɛ (den-kɛ)n.fils (enfant-mâle)
denmuso (den-muso)n.fille (enfant-femelle)
diprn.pronom interrogatif : comment ?
dtm.un-e certain-e
dɔgɔn.cadet (cf. en Anglais : sibling)
dɔgɔkɛ (dɔgɔ-kɛ)n.petit frère
dɔgɔmuso (dɔgɔ-muso)n.petite soeur
dɔnv.connaître
dun.maison, concession = maison + cour
dùnprt.quant à, et... (particule contrastive, d’opposition)
fàn.père
fàkɔrɔban.oncle paternel aîné, le plus âgé des oncles paternels
fàransi, fàransɛadj.français
fɛ̀pp.par, avec, chez, vers, pendant
fìsavq.mieux (que toi : i ye / pour toi : i mà)
hakilin.esprit / intelligence / opinion...
jàmun.nom de famille, nom clanique
jiri, yirin.arbre, bois
kocop.prédicat de parole : "dit", "se dit", " :"...
kɔfɛ̀pp.derrière
kɔnɔpp.à l’intérieur
kɔ̀rɔn.aîné (sibling)
kɔ̀rɔkɛ (kɔrɔ-kɛ)n.grand frère
kɔ̀rɔmuso (kɔrɔ-muso)n.grande soeur
kùnkolon.tête
kùlusin.pantalon
masawn."les parents", personnes d’une génération supérieure
mɔ̀v.mûrir
mɔ̀denn.petit-enfant -fils, -fille :mɔ̀denmuso
mɔ̀gɔn.personne
mɔ̀kɛn.grand-père
mɔ̀muson.grand-mère
mùson.femme
niconj.et (entre des groupes nominaux)
sògon.bête, gibier / viande
tabulon.tableau (fr.)
tɛnɛnmuson.tante paternelle (soeur du père)
terikɛn.ami
terimuson.amie
tɔgɔn.prénom
yànn./adv.ici
yènn./adv.là-bas
yɛ̀rɛdtm.même / soi-même

tɔgɔw ni jàmuw

[voir exercices]
La prononciation des prénoms et des noms de famille diffère de région à région, en particulier pour ce qui est des tons. Donc en général, nous éviterons de marquer les tons sur les noms. Aux étudiants de faire attention à la façon dont les gens prononcent eux-mêmes leur nom, et d’essayer de reproduire aussi bien que possible cette prononciation.
2016 :

  • certains tons bien identifiés maintenant ont été marqués, comme Fantà, mais la difficulté demeure en général.
  • Les équivalents en transcription "française" ont été indiqués entre guillemets et en italiques. Certains vous étonneront peut-être, comme "Traoré".

Les tɔgɔ : Dans la société traditionnelle bambara, ils sont attribués selon des règles nombreuses mais bien établies. On se réfèrera par exemple à "Baptême : Ces prénoms tirés des croyances ancestrales" (L’Essor).

Il existe une controverse à propos des prénoms "authentiquement bambara" et les autres, apportés par la colonisation française ou par l’Islam. Rappelons à ce sujet que l’islamisation des royaumes bambara a commencé il y a plus de quatre siècles. Profitons-en également pour préciser que des prénoms qui paraissent chrétiens à des toubabous sont également des personnages complètement intégrés au Coran : Jésus, Marie, Adam, Ève, Gabriel...

La liste proposée ci-dessous reflète peut-être les prénoms à la mode dans les années 1970. Pour une image des prénoms d’aujourd’hui chez les étudiants on pourra consulter "Top 100 Prénoms Maliens". Amusez-vous à trouver leurs transcriptions exactes en bambara !

cɛ tɔgɔ dɔw
Abudu (Abdul)
Abubakari
Adama "Adam"
Àli
Amadù, Amìdu
Amat (Mahamat)
Asan
Baba
Bakàri
Bàru (Umaru)
Buba, Bubakari
Bùrama
Isa (=Jésus)
Isiaka
Jamusa
Jenfà
Jibirilu (=Gabriel)
Kalilu
Kariba
Mamadu (Màdu, Seyba)
Musà
Ngɔ̀lɔ (Ŋɔ̀lɔ)
Salifu
Sànba
Sedu
Sekù
Siriman
Yaya
Zan (=Jean)
Mùso tɔgɔ dɔw
Alima
Amì (Aminàta)
Asitàn (Asetù)
Awà (Hawa) "Ève"
Fantà (Fatumata)
Jɛ̀nɛba
Kaja (Kàjatu)
Kɔ̀rɔtumu
Lala
Mamà (Marìamu)
Nyɛlɛ, Ɲèle
Safi (Safiyatu)
Saajɔ̀
Sìra
Sìtan
Umù
Waraba
Wasa
Wòrokià ("Rokia")

Jàmuw

"noms claniques"
Ba
Bàgayɔgɔ ("Bagayoko")
Balo ("Balla")
Bari ("Barry")
Danba ("Damba")
Dante ("Danté")
Dunbuya ("Doumbia")
Fané
Fayi ("Faye")
Jabate ("Diabaté")
Jalo ("Diallo")
Jàkite ("Diakité")
Jàra ("Diarra")
Jawara ("Diawara")
Kàmara ("Camara")
Kàmisogo ("Kamissoko")
Kantɛ ("Kanté")
Kanute ("Kanouté")
Keyità ("Keïta")
Konare ("Konaré")
Konatɛ̀ ("Konaté")
Kɔnɛ ("Koné")
Koyita ("Koïta")
Kùlubàli ("Coulibaly")
Kuyate ("Kouyate")
Li ("Ly")
Màkalu ("Macalou")
Màriko
Nyarɛ ("Niaré")
Sakiliba
Samaseku ("Samassékou")
Sàngare
Sidìbe
Singare
Sise ("Cissé")
Sisɔkɔ ("Cissoko")
Suko ("Souko")
Sumaoro ("Soumaoro")
Sumare ("Soumaré")
Tambura ("Tamboura")
Tàrawele ("Traoré")
Tùnkara ("Tounkara")
Tùre ("Touré")

JPEG - 39.9 ko
Une fille présente ses fournitures scolaires dans une école primaire administrée par l’UNICEF dans le village de Guivagou, au Mali.
Photo : UNICEF/Giacomo Pirozzi
http://maliactu.net/lecole-malienne...

DEVOIR

1. Faire une arbre généalogique simplifié de votre famille. Amenez-le en classe et présentez le à vos collègues en donnant les noms des différents membres de la famille et leurs relations entre eux. N’oubliez pas d’inclure là-dedans vos grand-parents, tantes et oncles.

JPEG - 139.2 ko
Enfants jouant, vers Koulikoro
http://typolemag.info/un-pas-deux-p...

klik-ka-kumasen-dilan ™

Amusez-vous à construire des phrases bambaras correctes avec le vocabulaire que vous connaissez : déjà un peu plus de 210 mots (plus les prénoms et les noms !) et 4 types de phrases à la fin de ce cours !

Le fond de phrase devient vert dès qu’elle est correcte. S’il devient rose, c’est qu’il y a un petit problème, à vous de chercher pourquoi !
Vous pouvez-copier/coller la phrase que vous avez assemblée.
NB : Ce petit jeu vérifie seulement que la phrase est grammaticalement correcte : il ne vérifie pas le sens, qui pourra toujours s’interpréter, selon le contexte, parfois peut-être très ... poétique !

Ce cours introduit les groupes possessifs, avec possesseur et possédés reliés ou non par la conjonction possessive (selon qu’il s’agit d’un lien aliénable ou inaliénable).
Dans les types de phrases qui ont à la fois un sujet et un objet, ces groupes peuvent bien évidemment être dans la position de sujet, ou d’objet, ou les deux. Dans les exercices qui suivent, nous avons simplifié en ne traitant que le sujet, ou, pour varier un peu, dans le type de phrase équative, l’"objet".

construction qualitative

sujet mp V.Q. adverbe aff./nég.
possesseur conj. possédé


réinitialiser

construction locative (situative)

sujet copule objet pp adverbe aff./nég.
possesseur conj. possédé


réinitialiser

construction présentative

sujet copule aff./nég.
possesseur conj. posséde


réinitialiser

constructions équatives

sujet copule objet= pp aff./nég.
 possesseur conj. possédé


réinitialiser

INDEX DES COURS

jeudi 20 novembre 2014

Messages

  • Bonjour ,
    Juste pour signaler un possible oubli.
    Dans le cycle 3, c-4, il me semble que cette phrase est incomplète : "B : Nìn ye denmuso ye"
    Quand on écoute l’audio correspondant on entend " Nìn ye Ngolo denmuso ye"
    Bonne journée à vous

  • I ni sogoma
    Pouvez vous s’il vous plait me traduire cette phrase de manière globale puis mot à mot ?
    " Mùso bɛ Kariba fɛ̀ wà ? "

    • Nba, I ni sɔgɔma !

      la formule bɛ ... fɛ est très générale et signifie beaucoup de chose selon le contexte, selon le sujet et le complément.

      Le sens abordé ici, dans cette leçon n°04, est celui de propriété mais il y en a d’autres !
      Nous sommes ici dans le contexte de la présentation des gens, on ne les connait pas encore et on ne va pas poser de questions intimes !

      ici : mùso bɛ Kariba fɛ̀ wà ?
      signifie : est-ce que Kariba a une femme ?
      mot-à-mot : est-ce qu’une femme est à Kariba ?
      en français on peut en effet employer la préposition "à" au c’est possessif : c’est à moi. C’est donc ici l’équivalent de la postposition "fɛ̀" en bambara.

      Mais il y a un autre sens, que vous verrez dans la leçon n°07, et cette phrase peut signifier tout autre chose s’agissant d’un homme et d’une femme. Je m’y suis d’abord trompé en commençant à vous répondre !

      Cet autre sens général est : aimer, apprécier, avoir envie de...
      le sens mot à mot est "être vers...", le plus proche en français serait "avoir une tendance vers...", "être attiré par..."

      S’il s’agit de deux être humains comme ici, le sens général peut être "aimer", et selon le contexte cela peut être plus intense comme "être amoureux", libre à vous d’imaginer !

      mùsò bɛ́ Kariba fɛ̀
      peut aussi vouloir dire : la femme aime Kariba
      mot-à-mot : la femme est vers Kariba (elle est attirée vers Kariba)

      Ce sens là c’est même cristallisé dans l’expression populaire "ń ká fɛ̀" ma chérie (ou mon chéri...?)

      Mais voici un autre contexte - toujours avec la même construction situative :
      À bɛ́ wári fɛ̀. -> Il aime l’argent. / Il veut de l’argent.
      et encore un autre
      Wári b’à fɛ̀. -> Il a de l’argent.

      voir les sens de fɛ̀ dans le dictionnaire : ici

  • I ni ce.
    Je ne m’attendais pas à ce que cette phrase pouvait avoir plusieurs sens.
    D’où l’importance, comme vous l’avez dit, de faire attention au contexte (voire plus). Je vais essayer de faire attention.

    • "petit à petit l’oiseau fait son nid" comme on dit aussi en bambara (cf leçon n°2).
      On peut se sentir une peu perdu au début mais vous y arriverez, en vous accrochant et en suivant les exercices répétitifs et variés de ces leçons.

      si l’on prend le "à" français, lui aussi a plusieurs sens, par exemple :
      "c’est à moi" peut signifier
      - c’est ma propriété, ou bien
      - c’est à mon tour
      et on comprendra sans ambiguïté selon le contexte...

  • bonjour,

    dans ce cours, cette phrase "Ń fana fà bɛ balolen" signifie :" Mon père aussi est en vie"
    est-ce que cette phrase là "Ń fà fana bɛ balolen" est correcte, et si oui signifie-t-elle la même chose que la précédente ?

    • En effet votre phrase est correcte.
      Si je les situe dans un contexte, vous verrez la petite différence.
      1) la première phrase
      Dans une conversation, la première personne dit :
      - N fà bɛ balolen
      la seconde personne lui répond :
      - N fana fà bɛ balolen
      c’est à dire "moi aussi, mon père est en vie"

      2) la deuxième phrase
      Ce n’est pas une conversation mais une personne qui parle de sa famille :
      N ba bɛ balolen "ma mère est en vie"
      N fà fana be balolen "mon père lui aussi est en vie"

      fana s’applique au nom ou pronom qui précède, c’est la raison pour laquelle on peut traduire "moi aussi" dans le premier cas, et "lui aussi" dans le second cas.

  • C’est un très bon tutoriel. La théorie et la pratique sont en équilibre.

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios