[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 13


SUGU

Nsànaw

Duɲa ̀ ye sɔ̀gɔmada caman ye.


Mɔ̀gɔ ̀ tɔ̀nɔ ̀ t’i jugu ̀ fa.


conseil : Avant de commencer ce cours, il est recommandé de revoir le cours n°5 Tɛrɛmɛli ni tigiya (le marchandage).

AU SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp. 187-202
Audio web (Anglais, Bambara) : 13a, 13b, 13c, 13d, 13e,
index audio : www.iu.edu

Cycles 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - Dialogues - ExercicesTextes 1 2NotesVocabulaireDevoirs

JPEG - 84 ko
au grand marché de Djenné

CYCLE 1

Instructeur : Les dessins 27, 28, 40 peuvent être employée pour l’élaboration.

M-1

Tàmati ̀ bɛ sɔ̀rɔ sugu ̀ la.Les tomates se trouvent au marché= on trouve les tomates au marché.
Sigarati ̀ bɛ sɔ̀rɔ tàbalitigi ̀ fɛ̀.Les cigarettes se trouvent chez le marchand (le maître de l’étal).

C-1

A : Tàmati ̀ bɛ sɔ̀rɔ min ?Où se trouvent les tomates ? = où trouve-t-on les tomates ?
B : Tàmati ̀ bɛ sɔ̀rɔ sugu ̀ la.
A : Sugu bɛ min ?
B : Sugu ̀ bɛ mìsiri ̀ kɔfɛ.
A : Sigarati ̀ bɛ sɔ̀rɔ min ?Où se trouvent les cigarettes ? = où trouve-t-on les cigarettes ?
B : Sigarati ̀ bɛ sɔ̀rɔ tàbalitigi ̀ fɛ̀.

M-2

Dɔ̀lɔ tɛ sɔ̀rɔ yàn. À bɛ sɔ̀rɔ dùgu ̀ kɔnɔ.On ne trouve pas la bière ici. On la trouve en ville.
Fìni tɛ sɔ̀rɔ yàn. À bɛ sɔ̀rɔ suguba ̀ la.On ne trouve pas le tissu ici. On le trouve au grand marché.

C-2

A : Dɔ̀lɔ bɛ sɔ̀rɔ yàn wà ?
B : Àyi, dɔ̀lɔ tɛ sɔ̀rɔ yàn, à bɛ sɔ̀rɔ dùgu ̀ kɔnɔ.
A : Fìni dun ? Fìni bɛ sɔ̀rɔ yàn ?
B : Àyi, fìni tɛ sɔ̀rɔ yàn, à bɛ sɔ̀rɔ suguba ̀ la.
A : Suguba ̀ bɛ min ?
B : À bɛ mìsiri ̀ kɛ̀rɛfɛ̀.

CYCLE 2

M-1

N bɛ sàfinɛ ̀ sàn bùtiki ̀ la.J’achète le savon à la boutique.
À bɛ sigarati ̀ sàn bùtiki ̀ la.Elle achète les cigarettes à la boutique.
An bɛ tìga ̀ sàn tàbalitigi ̀ kɛ̀rɛfɛ̀.Nous achetons les cacahuètes à côté de l’étalagiste.
Ù bɛ dùte ̀ sàn bùtiki ̀ la.Ils achètent le thé à la boutique.

C-1

A : I bɛ sàfinɛ ̀ sàn min ?Où achètes-tu le savon ?
B : N bɛ sàfinɛ ̀ sàn bùtiki ̀la.
A : À bɛ sigarati ̀ sàn min ?Où achète-t-il les cigarettes ?
B : À bɛ sigarati ̀ sàn bùtiki ̀la.
A : Aw bɛ tìga ̀ sàn min ?Où achetez-vous les cacahuètes ?
B : Aw bɛ tìga ̀ sàn tàbalitigi ̀ kɛ̀rɛfɛ̀.
A : Ù bɛ dùte ̀ sàn min ?Où achètent-ils le thé ?
B : Ù bɛ dùte ̀ sàn bùtiki ̀ la.

M-2

Sàfinɛ ̀ bɛ sàn bùtiki ̀ la.Le savon s’achète à la boutique. = On achète le savon à la boutique.
Sigarati ̀ bɛ sàn bùtiki ̀ la.Les cigarettes s’achètent à la boutique.
Tìga ̀ bɛ sàn tàbalitigi ̀ kɛ̀rɛfɛ̀.Les cacahuètes s’achètent à côté de l’étalagiste.
Dùte ̀ bɛ sàn bùtiki ̀ la.Le thé s’achète à la boutique.

C-2

A : Sàfinɛ ̀ bɛ sàn min ?Où s’achète le savon ?
B : Sàfinɛ ̀ bɛ sàn bùtiki ̀ la.
A : Sigarati ̀ bɛ sàn min ?Où s’achètent les cigarettes ?
B : Sigarati ̀bɛ sàn bùtiki ̀ la.
A : Tìga ̀ bɛ sàn min ?Où s’achètent les cacahuètes ?
B : Tìga ̀ bɛ sàn tàbalitigi ̀ kɛ̀rɛfɛ̀.
A : Dùte ̀ bɛ sàn min ?Où s’achète le thé ?
B : Dùte ̀ bɛ sàn bùtiki ̀ la.

M-3

Mɔ̀gɔ caman bɛ sànni ̀ kɛ suguba ̀ la.Beaucoup de gens font les achats au grand marché.
N bɛ sànni ̀ kɛ suguba ̀ la.Je fais les courses au grand marché.

C-3

A : Jɔn ̀ bɛ sànni ̀ kɛ suguba ̀ la ?Qui fait les courses au grand marché ?
B : Mɔ̀gɔ caman bɛ sànni ̀ kɛ suguba la.
A : I bɛ sànni ̀ kɛ min ?Où fais-tu les courses ?
B : N bɛ sànni ̀ kɛ suguba ̀ la.

M-4

N tɛ dùte ̀ sàn suguba ̀ la wà ?Je n’achète pas le thé au grand marché.
N b’à sàn bùtiki ̀ la.Je l’achète à la boutique.
À tɛ sàfinɛ ̀ sàn suguba ̀ la.Elle n’achète pas le savon au grand marché.
À b’à sàn bùtiki ̀ la.Elle l’achète à la boutique.

C-4

A : I bɛ dùte ̀ sàn suguba ̀ la wà ?Achètes-tu le thé au grand marché ?
B : Àyi, n tɛ dùte ̀ sàn suguba ̀ la. N b’à sàn bùtiki ̀ la.
A : À bɛ sàfinɛ ̀ sàn suguba ̀ la wà ?Achète-t-elle le savon au grand marché ?
B : Àyi, à tɛ sàfinɛ ̀san suguba ̀ la. À b’à sàn bùtiki ̀ la.

CYCLE 3

M-1

Mùsow dɔrɔn dè bɛ tàmati ̀ fèere sugu ̀ la.Ce sont seulement les femmes qui vendent les tomates au marché.
Cɛ̀w ni mùsow bɛ fèere ̀ kɛ suguba ̀ la.Les hommes et les femmes vendent au grand marché (les hommes comme les femmes).
N tɛ fèere kɛ, n bɛ sànni ̀ dɔrɔn dè kɛ.Je ne fais pas la vente, je fais seulement les courses.

C-1

A : Jɔn ̀ bɛ tàmati ̀ fèere ?Qui vend les tomates ?
B : Mùsow dɔrɔn dè bɛ tàmati ̀ fèere.
A : Jɔn ̀ bɛ fèere ̀ kɛ suguba ̀ la ?Qui vend au grand marché ?
B : Cɛ̀w ̀ ni mùsow bɛ fèere ̀ kɛ suguba ̀ la.
A. I bɛ fèere ̀ kɛ wa ?Est-ce que tu fais la vente ? = Est-ce que tu vends ?
B : Àyi, n tɛ fèere ̀ kɛ, n bɛ sànni ̀ dɔrɔn dè kɛ.

M-2

Àlimɛti ̀ bɛ fèere ̀ tàbalitigi ̀ fɛ̀.Les allumettes sont vendues chez l’étalagiste.
Tàbalitigi ̀ bɛ alimɛti ̀ fèere sàba sàba.L’étalagiste vend les allumettes 15 F CFA (5 dɔrɔmɛ la boîte).
Tàbalitigi ̀ bɛ bɔnbɔn ̀ fèere denw mà.L’étalagiste vend les bonbons aux enfants.

C-2

A : Àlimɛti ̀ bɛ fèere min ?Où sont achetées les allumettes ? = Où achète-t-on les allumettes ?
B : Àlimɛti ̀ bɛ fèere tàbalitigi ̀ fɛ̀.
A : Tàbalitigi ̀ bɛ alimɛti ̀ fèere jòli jòli ?A combien le marchand vend-il les allumettes (combien la boîte) ?
B : Tàbalitigi ̀ bɛ alimɛti ̀ fèere sàba sàba.
A : Tàbalitigi ̀ bɛ mùn fèere denw mà.Que vend le marchand aux enfants ?
B : Tàbalitigi ̀ bɛ bɔnbɔn ̀ fèere ù mà.

M-3

Àyi, n t’à fèere i mà. À tɛ fèere.Non, je ne te le vends pas. Ça ne se vend pas. = ça n’est pas à vendre.
Àyi, à t’à fèere Madu mà. À tɛ fèere.Non, il ne le vend pas à Madou. Ça n’est pas à vendre.

C-3

A : I b’i ka àrajo ̀ fèere ne ma wà ?Est-ce que tu me vends ta radio ?
B : Àyi, n t’à fèere i mà. À tɛ fèere.
A : À b’à ka àrajo ̀ fèere Madu mà wà ?Est-ce qu’il vend sa radio à Madou ?
B : Àyi, à t’à fèere Madu mà. À tɛ fèere.

M-4

I b’à sàn jòli (la) ?Tu l’achètes à combien ? = A quel prix l’achètes-tu ?
N t’à fèere i mà.Je ne te la vend pas !

C-4

A : À fèere ne mà !Vend la moi !
B : I b’a san joli (la) ?
A : N b’à sàn kɛ̀mɛ fìla (la).Je l’achète 1.000 F CFA (200 dɔrɔmɛ).
B : N t’à fèere i mà.

M-5

N b’à fɛ̀ kɛ̀ !Bien sûr je le veux !
I b’à fèere jòli (la) ?Tu le vends à combien ?
N t’à sàn ò sɔngɔ ̀ (la).Je ne l’achète pas à ce prix.

C-5

A : I bɛ nìn fɛ̀ wà ?Est-ce que tu le veux ?
B : N b’à fɛ̀ kɛ̀.
A : I b’à sàn wà ?Est-ce que tu l’achètes ?
B : Ɔ̀wɔ, i b’à fèere jòli (la) ?
A : N b’à fèere waa fìla dè la.Je le vend 10.000 francs CFA (2 mille dɔrɔmɛ).
B. N t’à sàn ò (sɔngɔ ̀ ) la.
A : I b’à sàn jòli ?
B : N b’à sàn waa kelen.

Instructeur : Revoir les structures des cycles 1. à 3. avec les objets dans la salle de classe. Faire les achats et les ventes avec vos élèves dans la classe.

CYCLE 4

M-1

À sɔngɔ ka gɛ̀lɛn dɛ !Eh ! le prix est trop élevé !
I tɛ à la ?Est-ce que tu n’en enlèves pas un peu ? (baisser le prix)
Dɔ bɔ à la !
À barika !Améliore le ! = Baisse le prix (Fais moi une faveur, rend le plus attrayant pour moi) !

C-1

A : Nìn tàbali ̀ bɛ fèere waa sàba (la).Cette table se vend 15.000 francs CFA (3.000 dɔrɔmɛ).
B : À sɔngɔ ka gɛ̀lɛn dɛ ! dɔ bɔ à la !
A : Foyi tɛ se kà bɔ à la.Rien ne peut être enlevé de ça. = On ne peut pas baisser le prix.
B : À barika !

M-2

I tɛ se kà dɔ bɔ à la ?Tu ne peux pas baisser le prix ?
N b’à sàn kɛ̀mɛ duuru.Je l’achète à 2.500 francs CFA.
Ne tɛ se kà foyi fàr’à kàn.Je ne peux rien ajouter à ça. = Je ne peux pas mettre plus.

C-2

A : N bɛ nìn sìgilan ̀ fèere i mà kɛ̀mɛ segin (na).Je te vends cette chaise à 4.000 francs CFA.
B : À barika, dɔ bɔ à la.
A : I b’à sàn jòli ?
B : N b’à sàn kɛ̀mɛ duuru.
A : I tɛ foyi fàr’ò kàn ?Tu ne peux pas mettre plus ?
B : Ne tɛ se kà foyi fàr’à kàn.

M-3

N b’à sàn dɔrɔmɛ tan.Je l’achète 50 francs CFA.
N bɛ dɔrɔmɛ duuru fàr’à kàn.J’ajoute à ça 25 francs CFA.
Àyiwa.D’accord.

C-3

A : N bɛ nìn fèere dɔrɔmɛ mùgan (na).Je vends ça 100 francs CFA.
B : N b’à sàn dɔrɔmɛ tan.
A : N bɛ dɔrɔmɛ duuru bɔ à la.Je baisse le prix de 25 francs.
B : N bɛ dɔrɔmɛ duuru fàr’à kàn.
A : À ka ɲì.C’est bien.
B : Àyiwa.

JPEG - 77.3 ko
marché de rue, Bamako

CYCLE 5

M-1

Bì ye tàrata ye.Aujourd’hui est le mardi . = Nous sommes aujourd’hui mardi.
Sini ye àraba ye.Demain sera mercredi.
Sininkɛnɛ ye alamisa ye.Après-demain sera jeudi.

M-2

ntɛ̀nɛn (don)Lundi
tàrata (don)Mardi
àraba (don)Mercredi
àlamisa (don)Jeudi
juma (don)Vendredi
sibiri (don)Samedi
kari (don)Dimanche

C-1

A : Bì ye don jùmɛn ye ?Aujourd’hui est quel jour ? = Quel jour sommes-nous aujourd’hui ?
B : Bì ye tàrata ye.
A : Sini dun ? Sini ye don jùmɛn ye ?Et demain ? Demain sera quel jour ?
B : Sini ye àraba ye.
A : Sinikɛnɛ ̀ dun ? Sinikɛnɛ ̀ ye kari ye wà ?Et après-demain ? Est-ce qu’après-demain sera dimanche ?
B : Àyi, sinikɛnɛ tɛ kari (don) ye. Sinikɛnɛ ye alamisa dè ye.

M-3

N bɛ baara dɔɔnin kɛ sibiri don.Je fais un peu de travail le samedi. =je travaille un peu le samedi.
N tɛ foyi kɛ kari (don).Je ne fais rien le dimanche.
N bɛ taa yaala (yaala).Je vais me promener.

C-2

A : I bɛ baara ̀ kɛ sibiri don wà ?Est-ce que tu travailles le samedi ?
B : Ɔ̀wɔ, n bɛ baara dɔɔnin kɛ sibiri don.
A : Kari don dun ? I bɛ baara ̀ kɛ wà ?Et le dimanche ? Est-ce que tu travailles ?
B : Àyi, n tɛ foyi kɛ kari don. N bɛ taa yaala (yaala).

M-4

Baara ̀ tɛ kɛ yàn kari don.Ici on ne travaille pas le dimanche.

C-3

A : Baara ̀ bɛ kɛ yàn kari don ?Travaille-t-on ici le dimanche ?
B : Baara ̀ tɛ kɛ yàn kari don.

M-5

An tɛ to santiri ̀ la kari don bɛɛ.On ne reste pas au centre de tout le dimanche.
An bɛ taa dùgu kɔnɔ wala an bɛ taa yaala yaala yɔrɔ wɛrɛ.Nous allons en ville ou bien nous allons nous promener ailleurs.

C-4

A : Kari ô kari aw bɛ to santiri la wà ?Est-ce que tous les dimanche vous restez au centre ?
B : Àyi, an tɛ to santiri la kari si.
An bɛ taa dùgu kɔnɔ wala an bɛ taa yaala yaala yɔrɔ wɛrɛ.

M-6

An bɛ kàlan ̀ kɛ don ô don, fɔ sibiri don ni kari don.Nous étudions tous les jours, sauf le samedi et le dimanche.
An bɛ kàlan ̀ kɛ k’à ta ntɛ̀nɛn don fɔ juma don.Nous étudions du lundi au vendredi.

Note : “Kari ô kari”, “don ô don” : il s’agit du ô distributif, vu dans le cours n°11

C-5

A : Aw bɛ kàlan ̀ kɛ don jùmɛn ?Quel jour étudiez-vous ?
B : An bɛ kàlan ̀ kɛ don ô don fɔ-sibiri don ni kari don.
A : Ò tùma, aw bɛ kàlan ̀ kɛ k’à ta ntɛ̀nɛn don fɔ juma don wà ?Alors, est-ce que vous étudiez du lundi au vendredi ?
B : Ɔ̀wɔ, an bɛ kàlan ̀ kɛ k’à ta ntɛ̀nɛn don fɔ juma don.

M-7

Siniman ̀ bɛ bɔ àraba don.Le cinéma a lieu le mercredi.
Sugu ̀ bɛ jɔ̀ ntɛ̀nɛn don Segu.Le marché se tient le lundi à Ségou.

C-6

A : Siniman ̀ bɛ bɔ don jùmɛn ?Le cinéma a lieu quel jour ?
B : Siniman ̀ bɛ bɔ àraba don.
A : Sugu ̀ bɛ jɔ̀ don jùmɛn Segu ?
B : Sugu ̀ bɛ jɔ̀ ntɛ̀nɛn don Segu.

DIALOGUE

A : I ni ce.A : Salut.
B. Nba, a ni ce.B : Nba, salut.
A : An bɛ sànni ̀ kɛ bì. Tàmati ̀ ye jòli jòli ye ?A : Je fais les courses aujourd’hui. C’est combien les tomates (chaque tas) ?
B : Sara kelen dɔrɔmɛ segin. (segin segin)B : Le tas 40 francs (un lot 8 dòròmè).
A : À barika, à sɔngɔ ̀ ka gɛ̀lɛn dɛ ! Dɔ bɔ à la ! An bɛ caman sàn.A : Fais moi une faveur, c’est cher ! (le prix est élevé !) Baisse un peu ! Nous en achetons beaucoup (ou : nous en achèterons beaucoup).
B : N bɛ dɔrɔmɛ dɔrɔmɛ bɔ à la.B : Je baisse de 5 francs chaque (un dɔrɔmɛ).
A : À to wɔɔrɔ la ! An bɛ (dɔrɔmɛ) binaani ni segin nà dè sàn.A : Laisse le à 30 francs (6 dɔrɔmɛ). Nous en achèterons pour 240 francs (48 dɔrɔmɛ).
Ò ye sara 8 ye.C’est 8 le tas.
B : Á ye nà ni wari ̀ ye !B : Venez avec l’argent = Donnez-moi l’argent.
A : Kɛ̀mɛ filɛ ! I bɛ se k’à fàlen ?A : Voici 500 francs (100 dɔrɔmɛ) ! Tu peux le changer ? = Tu as la monnaie ?
B : N bɛ se kɛ̀ ! Hɔn ! Bì duuru ni fìla file !B : Bien sûr je peux !Tiens ! Voici 260 francs (52 dòròmè) !
A : Jàba ̀ b’i bolo ?A : As-tu des oignons ?
B : Àyi, jàba tɛ n bolo dɛ ! Nka salati ̀ ɲùman bɛ yàn bì.B : Non, je n’ai pas d’oignons du tout. Mais il y a aujourd’hui de belles salades.
A : An tɛ salati sàn bì, dɔ bɛ so. Jàba ̀ bɛ sɔ̀rɔ min ?A : Nous n’achetons pas de salade aujourd’hui, il y en a à la maison. Où trouve-t-on des oignons ?
B : Á ye taa ɲɛfɛ̀ ! Aw bɛ dɔ sɔ̀rɔ n terimuso ̀ bolo.B : Allez tout droit ! Vous en trouverez chez mon amie.
A : Ò ka ɲì. An taara.A : C’est bien. Nous sommes partis [1].s
B : Á n’ù fo.B : Vous les saluerez [2].
A : Ù n’à mɛn.A : Ils l’entendrons.

PETITS DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.

A : Fèerekɛla, i bɛ dì ?A : Vendeur, comment ça va ?
B : N bɛ hɛrɛ ̀ la.B : ça va bien.
A : Nìn ye jòli ye ?A : Combien ça coûte ?
B : À sɔngɔ ̀ ye dɔrɔmɛ mùgan ye.B : Le prix est de 100 francs CFA [3]
A : À da ̀ ka gɛ̀lɛn dɛ : N tɛ se kà sàn. N bɛ taa yɔrɔ wɛrɛ.A : C’est trop cher : Je ne peux pas acheter.Je vais ailleurs.
B : Kàna taa ! N b’à d’i mà da duman ̀ na. I b’à sàn jòli ?B : Ne pars pas ! Je vais te le donner à un bon prix. Tu l’achètes à combien ?
A : N b’à sàn dɔrɔmɛ bi wɔɔrɔ.A : Je l’achèterai à 300 francs CFA.
B : À tɛ fèere ò la. Dɔ fàr’à kan : À barika.B : ça ne se vend pas à ce prix là. Met un peu plus ! Fais moi cette faveur.
A : N bɛ tan fàr’à kàn.A : Je met 50 francs de plus.
B : Ò t’à sɔ̀rɔ. Nà ni bi segin ye.B : ça ne le fait pas. Viens avec 400 francs CFA.
A : Ò ka di. Wari ̀ filɛ !A : C’est bien. Voici l’argent !

2.

A : I bɛ nìn fɛ̀ wà ?A : Est-ce que vous voulez ça ?
B : N b’à fɛ̀ kɛ̀ ! À bɛ fèere jòli la ?B : Bien sûr je le veux. Ça se vend combien ?
A : À sɔngɔ ̀ ye bi naani ye. I tɛ se k’à sàn ò sɔngɔ ̀ la ?A : Le prix est de 200 francs CFA. Ne peux-tu pas l’acheter à ce prix-là ?
B : N bɛ se kɛ̀ !B : Bien sûr que je peux.

3.

A : Nìn kàsa sɔngɔ ̀ ye jòli ye ?A : Le prix de cette couverture c’est combien ?
B : Waa fìla.B : 10.000 francs CFA.
A : À barika. I kari-kari ̀ ye jòli ye ?A : Fais moi une faveur, ton dernier prix est de combien ?
B : Waa kelen ani kɛ̀mɛ duuru.B : 7.500 francs CFA.
A : N tɛ se k’à sàn.A : Je ne peux pas l’acheter.

JPEG - 107.6 ko
Marché à Mopti, photo de Yann Figuet
Mali, 2013
Photo du reporter photographe Yann Figuet,
http://charlescaratiniphoto.com

TEXTE 1. Sugu

Àlamisa ô àlamisa, dɔgɔ ̀ bɛ jɔ̀ Fulabugu. Bì ye dɔgɔdon ̀ ye. Kàbini sɔgɔma joona, sènnamɔgɔw ni fàlitigiw bɛ bɔ fàn bɛɛ fɛ̀ kà sugu ̀ màgɛn. Fulabugu n’à lamini ̀ bɛɛ ̀ bɛ nà Fulabugu dɔgɔ ̀ jɔ̀. Jùlaw bɛ bɔ dùgubaw kɔnɔ kà nà Fulabugu dɔgɔ ̀ jɔ̀. Ù bɛ nà fɛ̀nw sàn kà taa ù jàgo dùguba ̀ kɔnɔ, k’ù ka tɔ̀nɔ ̀ sɔ̀rɔ à la. Fɛn jùmɛn bɛ sɔ̀rɔ Fulabugu dɔgɔ ̀ la ? Shɛ̀w, sàgaw, bàw, mìsiw, ɲɔ̀, kàba, fìnikisɛ, ani jiridenw ; nìn bɛɛ bɛ sɔ̀rɔ Fulabugu dɔgɔ ̀ la. Sugu ̀ bɛ fa fitiri.

TRADUCTION

1. Le marché

Tous les jeudis, le marché se tient à Fulabugu. Aujourd’hui c’est le jour du marché. Dès le matin très tôt, des gens à pieds et à dos d’ânes sortent de partout pour rejoindre le marché. Tout Fulabugu et ses alentours arrivent pour installer le marché de Fulabugu. Les commerçants quittent les grandes villes pour venir installer le marché de Fulabugu. Ils viennent acheter des choses pour partir en faire commerce dans les grandes villes, et en tirer leur profit. Quelles sont les choses que l’on trouve à Fulabugu ? Des poulets, des moutons, des chèvres, des vaches, du mil, du maïs, du fonio et des fruits, tout cela on le trouve au marché de Fulabugu. Le marché ne désemplit pas jusqu’au couchant.

QUESTIONS

1. Fulabugu sugu ̀ bɛ jɔ̀ don jùmɛn ?
2. Jɔn ̀ bɛ taa Fulabugu sugu ̀ la ?
3. Ù bɛ sugu ̀ màgɛn tùma jùmɛn ?
4. Òlu dɔrɔn bɛ Fulabugu dɔgɔ ̀ jɔ̀ wà ?
5. Jɔ̀nw bɛ bɔ dùguba ̀ kɔnɔ kà nà ?
6. Jùlaw bɛ mùn fèere ?
7. Mùnna jùlaw bɛ fɛ̀n caman sàn ?
8. Fɛn jùmɛn bɛ sɔ̀rɔ Fulabugu dɔgɔ ̀ la ?
9. Mɔ̀gɔ caman bɛ taa sugu ̀ la wà ?

TEXTE 2 bùtiki

Nìn cɛ̀ ̀ tɔgɔ Bakɔrɔba, à jàmu Jirɛ. Jàgokɛla don. Bùtikiba ̀ b’à fɛ̀ suguba ̀ la mìsiri ̀ kɛ̀rɛfɛ̀. À bɛ bagi dɔrɔn dè fèere ò bùtiki ̀ kɔnɔ. À bɛ cɛ̀bagi ̀ ni mùsobagi ̀ fèere. À ka bagiw da ̀ ka gɛ̀lɛn. Mɔ̀gɔ caman tɛ se kà sànni ̀ kɛ yen. Bùtiki wɛrɛw bɛ Bakɔrɔba fɛ̀ dùgu ̀ kɔnɔ.

TRADUCTION

Cet homme s’appelle Bakoroba., nom de famille Jirè. C’est un commerçant. Il a une grande boutique au marché central près de la mosquée. Il vend seulement des vêtements dans sa boutique. Il vend des vêtements pour hommes et pour femmes. Le prix de ses vêtements est élevé. Beaucoup de gens ne peuvent pas acheter là-bas. Bakoroba a d’autres boutiques en ville.

EXERCICES

SUBSTITUTIONS

1.

Tàmati ̀ bɛ sɔ̀rɔ yàn wà ?
Salati ?
sàn ?
kàba ?
jàba ?
fèere ?
màlo ?
jɛgɛ ?
sɔ̀rɔ ?
sogo ?
kɔ̀gɔ ?
shɛ̀ ?
bà ?

2.

Musa bɛ dumuni ̀ kɛ.
fèere.
dali.
dilali.
mìn.
kàlan.
sɛbɛnni.
sànni.
tɛrɛmɛli.
dilali.
mìn.
fèere.

3.

Mùso b’à fèere i mà.
aw
Musa
Ali
e
an
ne
Kalilu
Kariba
n
àle
an
aw
òlu
Madu
Fanta
Bari

4.

N bɛ taa kɛ̀ !
nà
à tà
dɔ bɔ
sègin
n
an
taa
sàn
sɔ̀rɔ
yàn
òlu
àle
nà

TRANSFORMATIONS

Instructeur : Refaire 2ème fois avec les formes négatives.

transformer le verbe en nom, refaire la phrase avec le verbe « kɛ »

A : N bɛ tàmati ̀ sàn.B : N bɛ sànni ̀ kɛ
À bɛ salati ̀ fèere.
Ù bɛ bamanankan ̀ kàlan.
Bari bɛ lɛtɛre ̀ sɛbɛn.
Kàramɔgɔ bɛ bamanankan ̀ sɛbɛn.
Ù bɛ kini ̀ dun.
À bɛ gese ̀ da.
Garanke ̀ bɛ sàbaraw dila.
Kàlandenw bɛ ji ̀ mìn.
Ali bɛ tò ̀ dun.
Keyita bɛ gese ̀ da.
Nùmu ̀ bɛ mùruw dila.
Wàye bɛ sogo ̀ fèere.
Ù bɛ sɔngɔ ̀ tɛrɛmɛ.
Ali b’à sɔngɔ ̀ tɛrɛmɛ.
Fanta bɛ salati ̀ sàn.
Madu bɛ gese ̀ da
Nùmu ̀ bɛ daba ̀ dila.
Mùsow bɛ sɔngɔ ̀ tɛrɛmɛ.
Cɛ̀ ̀ in bɛ màlo ̀ fèere.
Sɛ̀nɛkɛla ̀ bɛ fòro ̀ sɛ̀nɛ.
Ù bɛ sànni ̀ kɛ.

transformer la phrase en la mettant à la forme passive, à l’affirmatif, et au négatif (revoir si nécessaire le cours n°11)

A : À bɛ shɛ̀ ̀ sàn.Bl : Shɛ̀ ̀ bɛ sàn yàn.B2 : Shɛ̀ tɛ sàn yàn.
Mùso ̀ bɛ tàmati ̀ fèere.
Jùla ̀ bɛ wari ̀ sɔ̀rɔ.
Madu bɛ salati ̀ sàn.
Ali bɛ sɔngɔ ̀ tɛrɛmɛ.
Musa bɛ baara kɛ.
Mùsow bɛ jàbaw fèere.
Wàye bɛ sogo ̀ fèere.
N bɛ kàba ̀ sɔ̀rɔ
Mùso bɛ sɔngɔ ̀ tɛrɛmɛ.
An bɛ lènburu ̀ sàn.
Ù bɛ salati ̀ fèere.
Musa bɛ wari ̀ sɔ̀rɔ.
Ali bɛ bà ̀ fèere.
Madu bɛ sàga ̀ sàn.
Ù bɛ tɛrɛmɛli ̀ kɛ.
N bɛ sànni ̀ kɛ
À tɛ foyi sàn.
Ù bɛ fèere ̀ kɛ.
An bɛ wari ̀ sɔ̀rɔ.
À bɛ shɛ̀ sàn.

Instructeur : Faire dans les deux sens affirmatif et négatif.

transformer la phrase verbale en phrase à l’hortatif

A : I bɛ taa sugu ̀ la.B : I ka taa sugu ̀ la dɛ !
À bɛ sogo ̀ sàn.
An bɛ dumuni ̀ kɛ.
À bɛ dɔrɔmɛ fìla bɔ à la.
I bɛ dɔrɔmɛ tan fàr’à kàn.
I bɛ bɔ yàn.
Ù bɛ dɔ fàr’à kàn.
I bɛ nìn sàn.
An bɛ nìn fèere.
Ali bɛ taa so.
I b’à sàn.
I b’à fèere.
Ù bɛ nɛ̀gɛsow sàn.
I bɛ dɔ bɔ à la.
An bɛ dɔw sàn.

transformer l’expression qualitative « ka kan kà » en hortative. Le faire à l’affirmatif et au négatif

A : À ka kan kà nìn sàn.B : À ka nìn sàn.
A : À man kan kà nìn sàn.B : À kàna nìn sàn.
I ka kan kà wari ̀ di yàn.
I ka kan kà taa so.
Ali ka kan kà sɛ̀nɛ ̀ kɛ.
Aw ka kan kà dɔ̀lɔ ̀ min.
Ù ka kan kà dumuni ̀ kɛ.
À ka kan kà àrajo ̀ fèere.
Bari ka kan kà lɛtɛrɛ ̀ sɛbɛn.
I ka kan kà bɔ yàn.
I ka kan kà nìn biye ̀ fàlen.
I ka kan k’à tà fɔlɔ.

répondre à une question fermée en wà par une emphatique avec la particule kɛ̀

A : À bɛ nà wà ?B : À bɛ nà kɛ̀ !
A : Musa bɛ baara ̀ kɛ wà ?B : À bɛ baara kɛ kɛ̀ !
I bɛ sogo ̀ fèere wà ?
Ali bɛ taa wà ?
An b’à sàn wà ?
I bɛ mìsi ̀ dɔn wà ?
I bɛ s’à la wà ?
An bɛ dumuni ̀ kɛ sisan wà ?
I bɛ bamanankan ̀ mɛn wà ?
I bɛ tubabukan ̀ mɛn wà ?

mettre à la forme passive, refaire l’exercice « bɔ à la » en transformant en « fàra à kan »

Al : N tɛ se kà fɛ̀n bɔ à la.B1 : Fɛn tɛ se kà bɔ à la.
A2 : N tɛ se kà fɛ̀n fàr’à kàn.B2 : Fɛn tɛ se kà fàr’à kàn.
À tɛ se kà foyi bɔ à la.
An tɛ se kà dorome bɔ à la.
Ù tɛ se kà tan bɔ à la.
N bɛ se kà duuru bɔ à la.
À bɛ se kà fìla bɔ à la.
Ù tɛ se kà kɛ̀mɛ fìla bɔ sɔngɔ ̀ la.
À bɛ se kà bìnaani bɔ à la.
Ù bɛ se kà bìduuru bɔ à la.
I te se kà dɔrɔmɛ kelen bɔ à la.
I tɛ se kà dɔ bɔ à la.
À tɛ se kà foyi bɔ à sɔngɔ la.
I bɛ se kà jòli bɔ à la ?
N bɛ se kà caman bɔ à la.
N bɛ se kà dɔrɔmɛ kelen bɔ à la.
Aw bɛ se kà kɛ̀mɛ naani ani bìduuru bɔ à la.
I tɛ se kà dɔrɔmɛ mùgan bɔ à la.
Ne bɛ se kà dɔ bɔ à la.

JPEG - 92.2 ko
Marché à Ségou
2006
photo tirée du blog http://plumedelune2.over-blog.com/article-15286028.html

NOTES

1. forme courte de Aw “vous”

jusqu’à présent nous avons travaillé avec la forme longue de la deuxième personne du pluriel (vous) aw. On trouve très fréquemment la forme courte a , qui se différencie de la troisième personne du singulier (il, elle) seulement par le ton (et bien sûr aussi le contexte), que l’on peut noter : . A tel point que la forme longue aw est plutôt notée “forme emphatique”

C’est cette forme courte que l’on trouve presque tout le temps dans les salutations :

á ni sogomaBonjour à vous
á ni ceSalut à vous (Vous et l’action)
á ni baaraSalut à vous (Vous et le travail)

Dans les autres situations d’emploi de aw , c’est la forme courte qui est utilisée dans le dialecte de Ségou et des autres régions du nord. Les deux formes áw et á sont utilisées à Bamako. Plus au sud, on trouve d’autres variantes, comme le áyi dans la région du Wasolon (influence du maninka/malinké : voir Imagine par d’Oumou Sangaré).

Noter que dans le discours rapide, le i de ni tend lui aussi à être avalé, ce qui donne :

á n’ cɛ
á n’ baara
á n’ su

2. La particule emphatique .

Apparaissent dans ce cours deux particules emphatiques : et kɛ̀. On en peut pas vraiment les traduire directement, il faut donc acquérir une sensibilité aux contextes dans lequel elles peuvent être utilisées.
Il ne faut pas confondre ce avec la particule focalisatrice dè : très utilisée comme vous l’avez déjà remarqué dans les leçons précédentes, la focalisatrice se place immédiatement derrière de nom qu’elle met en relief, et elle est à ton bas, au contraire de  : de ton haut, la particule emphatique se place elle à la fin de la phrase et peut se traduire par “vraiment”, ou “du tout” dans les phrases négatives. Elle exprime la surprise ou marque l’avertissement.
Par exemple lorsqu’un marchand vous annonce un prix supérieur à ce que vous êtes prêt à payer, vous pouvez répondre, avec un air d’étonnement dans le regard : À ka gɛ̀lɛn dɛ ! Ce qui est une façon de dire “c’est vraiment trop” ! Si quelqu’un vous demande d’aller à un endroit où vous ne voulez pas aller, vous pouvez répondre : N tɛ taa dɛ ! "je n’irai pas du tout !". Dans les phrases négatives, la valeur est très forte : I kàna taa dɛ !. "Vous feriez mieux de ne pas y aller / il vaudrait mieux ne pas y aller."

3. La particule emphatique kɛ̀.

La particule kɛ̀ est elle aussi utilisée à la fin des phrases. On peut la rendre par quelque chose comme “évidemment”, “bien sûr”... Elle vient souvent en réponse à une question fermée (oui/non) en wà ? lorsque la personne qui répond considère que la réponse est évidente. Par exemple si on vous demande si vous voulez ou non de l’argent, vous pouvez répondre : N b’à fɛ̀ kɛ̀ ! C’est à dire "Bien sûr que je veux !"

4. L’impératif pour la deuxième personne du pluriel (vous) : á ye ...

Il est formé en commençant par le pronom, le plus souvent la forme courte à ton haut á et l’auxiliaire (la marque prédicative) ye :

Á ye nà.Venez !
Á ye baara kɛ !Faites le travail !
Á y’à sàn.Achetez le !
Á ye bɔ yàn.Sortez d’ici !

Cette construction est exclusive pour l’impératif de la deuxième personne du pluriel !

5. L’Hortatif ou impératif de politesse : ka

Il s’agit d’une autre forme d’impératif, que les grammairiens appellent l’hortatif, ou l’optatif, qui permet formellement, de tenir compte du désir ou de la volonté de la personne à laquelle on s’adresse, avec plus ou moins de sincérité : invitation polie, suggestion ou ordre détourné, (« Veuillez entrer ! » ) cette forme est également utilisée pour donner des ordres indirects (Qu’il parte ! Qu’il entre ! Qu’il vienne !) ou à soi-même (Allons-y !).
On utilise pour cela en Bambara le pronom personnel suivi de l’auxiliaire (la marque prédicative) ka (au négatif, kàna, comme pour l’impératif normal, voir ci-dessous). Attention, c’est un ka à ton haut : ká, et non à ton bas comme l’infinitif ou le consécutif.

On considère à présent qu’il s’agit d’une forme du subjonctif qui est d’un emploi plus général (nous y reviendrons) comme dans « Nous mangerons avant qu’il parte » (où l’on retrouve « Qu’il parte ! ») .

i ka nàViens s’il te plait ! il faudrait que tu viennes !
i kàna nàNe viens pas !
à ka nàQu’il vienne ! Faites le venir ! Il faudrait qu’il vienne !
à kàna nàQu’il ne vienne pas ! Ne le faites pas venir ! Il ne faudrait pas qu’il vienne !
à kàna bìnIl ne faut pas qu’elle tombe !
an ka taaAllons-y !
an kàna taaN’y allons pas ! Il ne faut pas y aller !
an k’an sìgiAsseyons-nous !
an kàn’an sìgiNe nous asseyons pas ! ...

Il existe une autre façon indirecte d’inviter à l’action, très utilisée en bambara, c’est la phrase interro-négative :

I tɛ n dɛmɛ (wà) ?Est-ce que tu ne m’aiderais pas ?

6. Le prohibitif : kàna

Le prohibitif (de “prohiber” : interdire) est la seule façon d’exprimer des ordres négatifs, quelle que soit la forme affirmative que l’on utiliserait pour le même ordre, l’impératif (seulement à la deuxième personne du singulier ou du pluriel), ou l’hortatif (voir ci-dessus) :

AFFIRMATIFNÉGATIF
(IMPÉRATIF / HORTATIF)(PROHIBITIF)
1ère personnen ka bɔn kàna bɔ
2ème personne (impératif)bɔ yànkàna bɔ yàn
2ème personne (hortatif)i ka bɔ yàni kàna bɔ yàn
3ème personneà ka bɔà kàna bɔ
1ème personne du plurielan ka bɔan kàna bɔ
2ème personne du pluriel (impératif)á ye bɔ yàná kàna bɔ yàn
2ème personne du pluriel (hortatif)á/aw ka bɔ yàná/aw kàna bɔ yàn
3ème personne du plurielù ka bɔ yànù kàna bɔ yàn

7. Tìgi : celui qui a la charge

Le mot tìgi “le maître” est souvent employé, seul ou en mot composé, avec le sens "la personne responsible de, la personne en charge de...". Dans certains cas cela voudra dire, “le chef”, comme dans :

dùgutigiChef du village
kùntigiDirigeant, patron
dutigiChef de famille

Cela aura parfois plutôt le sens de “propriétaire”, de “maître” (mais la notion de “charge” reste)

sotigiMaître de maison
mobilitigiPropriétaire de la voiture

Cela aura parfois un sens plus abstrait comme un sens de “métier”, de position sociale (celui qui a cette charge dans la vie) :

takisitigile conducteur de taxi
tàbalitigil’étalagiste (marchand sur étal)
mìsitigil’éleveur de bovidés
mùsotigil’homme marié

Il peut être utilisé dans un groupe possessif, avec le sens de “celui qui a fait ...”, “l’auteur de...”

À tìgi ̀ tɛ ne ye.Ce n’est pas moi qui ai fait ça.

VOCABULAIRE

$
àrajon.radio
bàn.chêvre
bagin.étoffe, cotonnade dite “guinée”, vêtement en coton léger
--- lav.enlever, ôter de, diminuer (prix)
→ Foyi tɛ bɔ à la.On ne peut rien enlever / aucune réduction n’est possible.
→ N bɛ wari ̀ dɔ bɔ.Je vais sortir un peu d’argent.
→ À bɛ kɛ̀mɛ dɔrɔn dè bɔ à sɔngɔ ̀ la.C’est de seulement 500 F CFA qu’elle réduit le prix.
→ À bɛ dɔ bɔ à la.Il en enlève un peu / Il réduit un peu le prix.
bùtikin.boutique, échoppe, magasin
prtcertes, surtout, surtout pas, absolument, non ?
diɲɛ, duɲan.le monde, la vie
prn/dtmun certain, un peu de, quelque, quelque-chose,...
dɔgɔn.marché, foire hebdomadaire
dɔgɔkunn.semaine (intervalle entre marchés habdomadaires)
dɔrɔndtm.seulement
dùguba (dùgu-ba)n.grande ville
fav.remplir
→ N b’à fa ji la.Je le remplis d’eau.
→ À tɛ fa.Ça ne le remplit pas
fàlenv.échanger, changer (rendre la monnaie) – voir aussi wɛɛcɛ
→ I bɛ se kà nìn fàlen ?Peux-tu me rendre la monnaie là-dessus ?
fàlin.âne
fàlitigi (fali-tigi)n.propriétaire de l’âne, vendeur d’ânes, celui qui chevauche un âne
fàn (fàn bɛɛ)n.côté, direction
fàra (--- kan)v.ajouter (à ---), mettre en plus
→ Dɔ fàr’à kanAjoutes-en un peu. / Met un peu plus d’argent.
→ Dɔrɔmɛ fìla bɛ fàr’à kàn.On met dix francs CFA de plus.
fèere --- (mà)v.vendre (à ---)
→ À b’à fèere kɛ̀ !Bien sûr qu’il va le vendre.
→ N b’à fèere aw mà.Je vais vous le vendre.
→ Tàmati_ bɛ fèere yàn.On vend de la tomates ici.
fèere ̀n.la vente
→ Mùsow bɛ fèere ̀ kɛ.Le femmes vendent (font la vente).
fìnikisɛ (fìni-kìsɛ)n.fonio (fonio-grain)
fitirin.créspuscule du soir, moment de prière musulmane
foyi ou fosin.rien, aucun
/ foconj.Jusqu’à
k’à tà ntɛ̀nɛn juma donde lundi jusqu’à vendredi / du lundi au vendredi
gàlaman.louche, calebasse-louche
hɔn !v.Prends ! Tiens ! (verbe défectif : seulement à l’impératif)
jàban.oignon
jàbibin.ananas
jàgov.commercer, colporter
→ Ù bɛ ba ̀ jàgo.Ils vendent des chèvres.
jàgo ̀n.commerce, marchandage, colportage
→ Ù bɛ jàgo ̀ kɛ dùguba ̀ kɔnɔ.Ils font du commerce dans les grandes villes.
jɛgɛn.poisson
jiriden (jiri-den)n.fruit (arbre-enfant)
jɔ̀v.mettre debout, arrêter... voir cours n°12, ici mettre sur pied un marché, un événement
→ Dɔgɔ bé jɔ̀ alamisa ô àlamisa.La foire se tient tous les jeudis.
jùlan.commerçant, colporteur
jugun.l’ennemi
juguadj./vq.mauvais
kàban.maïs
kariv.casser, rompre, cueillir
kari-karin.“votre dernier prix” avant rupture de la négociation
kàsan.couverture
kɛ̀prtcertes, c’est sûr, bien sûr, ...
kɔ̀gɔn.sel
laminin.alentours, pourtours, environs
màgɛnv.rejoindre, poursuivre
→ Ù bɛ sugu màgɛn.Elles rejoignent le marché.
màlon.riz (en grain, par opposition à kini, riz cuit)
mìsin.vache, bovidé en général
nànayen.menthe
ɲɔ̀n.mil
potin.pot (mesure utilisée au marché)
sàgan.mouton
sànv.acheter
→ N b’à sàn.Je l’achète / Je vais l’acheter.
sànni ̀n.les achats, les courses
→ N bɛ sànni kɛ suguba la.Je fais les courses au grand marché.
sègin.corbeille, panier (une mesure de marché)
sènnamɔgɔw (sèn-na-mɔ̀gɔ)n.piétons, ceux qui marchent à pieds (pieds-à-personne)
shɛ̀n.poule, poulet
sinin.demain
sinikɛnɛn.après-demain
sogon.viande, gibier
sɔ̀gɔmadan.début de matinée
sugun.marché
suguba (sugu-ba)n.grand marché, marché central
tàv.prendre, porter, prendre par... (… mà)
→ I k’à tà !Prends le s’il te plaît !
→ à tà !Prends le !
→ hɔn !v.Prends ! (verbe défectif : seulement à l’impératif)
tɛrɛmɛv.marchander, discuter le prix (le cours n°5 Tɛrɛmɛli ni tigiya (le marchandage))
→ Ù bɛ sɔngɔ ̀ tɛrɛmɛ don ô don.Elles marchandent tous les jours.
tɔ̀nɔn.gain, profit, bénéfice, rapport
wàyen.boucher
wɛ̀ɛcɛ, wɛ̀cɛn.changer l’argent – voir aussi fàlen
yaala (souvent en redoublement : yaalayaala)v.se promener, parcourir

LES JOURS DE LA SEMAINE

ntɛ̀nɛn (don)Lundi
tàrata (don)Mardi
àraba (don)Mercredi
àlamisa (don)Jeudi
juma (don)Vendredi
sibiri (don)Samedi
kari (don)Dimanche

DEVOIRS

1. Demander à votre prof ou à un ami le noms d’un objet fabriqué au Mali dans la liste qui suit. En choisir un que vous voulez acheter, pour vous-même ou pour offrir. Faites vous d’abord une idée du prix, puis allez marchander et acheter cet objet :

  • porte-monnaie en cuir
  • bogolan
  • vêtement en bazin teint à l’indigo
  • batik
  • couverture (laine)
  • couverture (coton)
  • bague en or ou en argent
  • boucles d’oreille en or ou en argent
  • bracelet en or ou en argent
  • vêtement cousu main
  • chemise
  • boubou
  • masque en bois
  • statue en bois
  • bourse touareg
  • sandales en cuir
  • Croix d’Agadez
  • collier
  • porte-monnaie en peau de serpent
  • bijoux en cuivre ou en bronze
  • bol ou louche en calebasse
  • T-shirt teints à l’indigo
  • bracelets de perles
  • hamac

Amenez votre objet en classe et rejouez devant tout le monde le dialogue entre le marchand et vous. Essayez de vendre votre objet à l’un de vos camarades de classe ou au prof.

2. Achetez une pièce d’étoffe et apportez la au tailleur que l’on vous aura recommandé. Faites-vous faire une chemise ou autre chose et racontez à la classe.

3. Renseignez-vous sur les prix de 5 objets disponibles à l’étalage du marchand, et racontez à la classe.

4. Comparez les prix de vente en ville (vendeurs “à la sauvette”) de 3 marques de cigarettes et les prix officiels du "Bureau des Tabacs" et racontez à la classe vos découvertes. [4]

5. Demandez les noms de trois vêtements différentes et renseignez vous sur les prix moyens "au pagne" pour chacun d’eux. Amenez si possible des exemplaires en classe au moment de partager vos découvertes. Vendez-les à vos camarades de classe.

6. Comparez les prix en ville de 4 fruits et légumes et les prix officiels du "Bureau des Légumes", et racontez à la classe.

INDEX DES COURS DISPONIBLES

Notes

[1Le verbe taa au perfectif, « taara », est étonnant dans cette leçon, en effet nous n’avons pas vu le Perfectif (cours n°15). On s’attendrait plutôt ici à l’expression « An ka taa », l’hortatif qui est au sommaire de ce cours.

[2avec le ná du futur certain

[3petite incohérence dans ce dialogue, probablement du à des changements de versions : le vendeur offre 20 d.mais l’acheteur demande 60 d. (voir plus bas). Supposons que le vendeur offrait « dɔrɔmɛ kɛmɛ » et non « mugan »...

[4Se rappeler que ces exercices ont été rédigés dans les années 1970 ! il était à l’époque “politically correct” de parler dans un cours de consommation de tabac ; par ailleurs le Mali était dans une économie dirigiste avec des “prix officiels” établis par le gouvernement.

dimanche 1er mars 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios