MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 17


Furu

Nsànaw

Furu ̀ ye waajibi ̀ ye.


Ka sen ni bolo bɔ à la.


SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp. 235-243
Audio web (Anglais, Bambara) : 17
index audio : www.iu.edu

Cycle 1 - Dialogues - ExercicesTexteNotesVocabulairepas de devoirs

CYCLE 1

Instructeur : Demander à un des stagiaires de jouer le rôle d’un malade, couché, qui est tellement faible, qu’on doit l’aider à tout faire. En jouant le rôle de son infirmier, travailler les verbes avec les préfixes la-, ma-, et les verbes avec suffixes -ya en vous inspirant des exemples suivants. Échanger les rôles après.

M-1

An ka kan kà to yàn k’à ladòn. Nous devons rester pour nous occuper de lui.

C-1

A : An ka kàn kà mùn kɛ ?
B : An ka kan kà to yàn k’à ladon.

M-2

Ni mìnnɔgɔ b’à la, n b’à kùnkolo ̀ kɔrɔtà k’à lamìn. S’il a soif, je soulève sa tête pour le faire boire.
Ni kɔngɔ b’à la, n b’à lawuli k’à ladumuni. S’il a faim, je le relève pour le faire manger.
Ò kɔ, n b’à lada dalan ̀ kàn tugunni. Ensuite je l’allonge à nouveau sur le lit.

C-2

A : Ni mìnnɔgɔ ̀ b’à la i bɛ mùn kɛ ? B : Ni mìnnɔgɔ ̀ b’à la, n b’à kùnkolo kɔrɔtà k’à lamìn.
A : Ni kɔngɔ b’à la dun ? B : Ni kɔngɔ b’à la, n b’à lawuli k’à ladumuni.
A : Ò kɔ i bɛ mùn kɛ ? B : N b’à lada dalan kàn tugunni.

DIALOGUE

A : Farima i ni sɔ̀gɔma. A : Bonjour, Farima.
B : Nsé, mùsokɔrɔba, i ka kɛ́nɛ wà ? B : Salut, la vieille. Comment vas-tu ?
A : Tɔ́ɔrɔ tɛ́. Í cɛ̀ n’i denw ka kɛ́nɛ wà ? A : Pas de souci. Comment vont ton mari et tes enfants ?
B : Tɔ́ɔrɔ si t’ù la. B : Pas de souci pour eux non plus.
A : Ayiwa Farima, n nàna i ka wele lamɛn. A : OK Farima, je suis venue en réponse à ton appel
B : Baasi ̀ tɛ́. N y’i lanà k’à d’à kàn n denmuso kɔrɔba ka kɔɲɔ ̀ bɛnà kɛ. B : Pas de problème. Je t’ai fait venir parce que le mariage de ma fille aînée va se faire.
A : O ye hɛrɛ ye. A : Voilà une bonne chose.
B : Hɛrɛ don nka i yɛ̀rɛ b’à dɔn ko denmisɛn ɲùman dòn. À taali bɛ gan n na kosɛbɛ B : Oui c’est bien mais tu sais que c’est une bonne fille. Son départ va être très dur pour moi.
A : Furu ̀ ye waajibi ye. À tɛ́ to kɛbali ye, ò tùma na, an k’an labɛ̀n ka kɔɲɔ ìn kɛ. A : Le mariage est une obligation. On ne peut pas y échapper, si ça arrive, il faut nous préparer pour faire ce mariage.
B : I ye tìɲɛ ̀ fɔ. Furunafolo ̀ dira, fàbonya ni babonya ̀ fana dira. B : Tu dis vrai. La dot a été donnée, Les cadeaux au père et à la mère ont été donnés.
A : Ò ka ɲi. A : Voilà qui est bien.
B : Fɛn kelen tora. Ò dè ye i welekùn ye. N’i ye ntɛnɛn sɔ̀gɔma màsɔ̀rɔ, an bɛ taa mìnanw san sugu` la. B : Il reste une chose. C’est pour cela que je t’ai appelé. Si tu as le temps lundi matin, nous irons acheter les ustensiles de ménage au marché.
A : Ò tɛ́ baasi ye. Ala ka ntɛnɛn jir’an na ! A : Pas de problème. Que Dieu nous montre le lundi !
B : Àmiina. B : Amen.

DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.

A : I ye bɔ̀rɛ ̀ ladòn wà ? A : Est-ce que vous avez mis (fait entrer) le sac ?
B : Ɔ̀wɔ, n y’à ladòn. B : Oui je l’ai mis (fait entrer).
2.

A : I ye n ka ci lase wà ? A : Avez vous fait suivre mon message ? (Avez-vous fait arriver mon message ?)
B : Ɔ̀wɔ, n y’à lase. B : Oui, je l’ai fait suivre. (Oui, je l’ai fait arriver.) !
3.

A : Nìn fɛn ìn - ye n tɔɔrɔ kosɛbɛ. A : Cette chose m’a causé beaucoup de souci.
B : An k’à lajɛ ɲɔgɔn fɛ̀ ! B : Regardons ça ensemble !
A : I ni jɔn ? Ne kɔ̀ni tɛ́, bawò ne tɛ́ foyi dɔn à la. A : Toi et qui ? Sûrement pas moi, parce que (moi) je n’y connais rien.
4.

A : Mùn y’i lanà yàn ? A : Qu’est-ce qui t’a fait venir ici ?
B : Dùgutigi ̀ ye ne lanà yàn. B : Le chef du village m’a fait venir ici.

TEXTE

(vitesse normale)

Ngɔ̀lɔ b’à mùso ladòn bì. À fɔra sìgiɲɔgɔn ̀ ni balima ̀ bɛɛ ye. Ù bɛ yɔrɔ o yɔrɔ, wele bìlala ù mà. Kàbini kɔɲɔdon tɔ̀ tora tìle sàba, ù bɛ kɔɲɔmuso labɛ̀nni daminɛ fo kà taa se à kɛdon yɛ̀rɛ mà. Ò b’à sɔ̀rɔ balimaw bɛɛ nàna. À bɛ kɛ mankanba ye. ɲàmakalaw bɛ tìlen fɔli ̀ ni dɔ̀nkilida la. Dɔn bɛ kɛ fan bɛɛ fɛ̀ i n’à fɔ selidon. Mɔ̀gɔ bɛɛ nisɔn ka di fo kɔɲɔmuso yɛ̀rɛ. À bɛ tìlen kà kàsi k’à d’à kàn à bɛnà à ka dù bìla kà taa sìgi dù wɛrɛ kɔnɔ.

(vitesse lente)

TRADUCTION

Ngolo va faire venir sa femme à la maison aujourd’hui. Il l’a dit à tous les voisins et à la famille. Où qu’ils soient, le message leur a été laissé. Trois jours avant le jour du mariage, ils ont commencé la préparation de la mariée et ont continué jusqu’au jour même du mariage. Maintenant tous les parents sont arrivés. On fait beaucoup de bruit. Les gens de castes vont passer la journée à faire des salutations et à chanter. On va danser partout comme pour un jour de fête. Tout le monde est très content sauf la mariée elle-même. Elle va passer la journée à pleurer parce qu’elle quitte sa maison pour aller s’installer dans une autre maison.

QUESTIONS

1. Ngɔ̀lɔ bɛ mùn kɛ bì ?
2. À fɔra jɔn ye ?
3. Ù ye kɔɲɔmuso labɛ̀nni ̀ daminɛ don jùmɛn ?
4. ɲàmakalaw bɛ mùn kɛ ?
5. Kɔɲɔmuso nisɔn ka di wà ?
6. Mùn na kɔɲɔmuso bɛ tìlen kà kàsi ?
7. Mùn na à ka kàn kà taa dù wɛrɛ kɔnɔ ?

EXERCICES

TRANSFORMATIONS

Instructeur : Faire deux fois.

1

A : Àli ka kìsɛ. B : Àli kìsɛyara.
Musà ka bon. . .
À sɔ̀ngɔ ka gɛ̀lɛn. . .
Woro ̀ ka kuna. . .
Bana ka jugu. . .
Jùru ka sùrun. . .
Na ka timin. . .
Màlo ka go. . .
Mɔ̀gɔ ka ca Bàmakɔ. . .
So ̀ ka dɔgɔ. . .
Ji ̀ ka suman. . .
Buru ka màgan. . .
Dùtɛ ka kalan. . .

2

A : À bɔra so kɔnɔ. B : N y’labɔ so kɔnɔ.
I dònna siniman ̀ na. N y’i ladòn siniman na.
Ù jìginna ka bɔ jirisun na. N y’ù lajìgin ka bɔ jirisun na.
Aw yɛ̀lɛnna kùlu kan. N y’aw layɛ̀lɛn kùlu kan.
I siranna kosɛbɛ. N y’i lasiran kosɛbɛ.
À nàna joona. N y’à làna joona.
Ù bòlila. N y’ù labòli.
À sera bamanakan fɔ la. N y’ù lase bamanakan fɔ la.
Ù y’ù pan. N y’ù lapan.
Ù y’ù dège. N y’ù ladège.
À taara sisan. N y’à lataa sisan.
Ù bìnna. N y’ù labìn.
À fara ji la. N y’à lafa ji la.
À munumununa. N y’à lamunumunu.

COMBINAISONS

N ye n sìgi.
N tùn bɛ baara kɛ.
N sìgilen tùn bɛ baara kɛ.
N tununna.
N tùn bɛ suguba la.
N tununnen tùn bɛ suguba la.
N taara.
N ma foyi sɔrɔ.
N taalen ma foyi sɔrɔ.
N kununna.
N ye dàraka ɲini.
N kununnen ye dàraka ̀ ɲini.
N ye n da.
N tùn bɛ ka miiri n somɔgɔw la.
N dalen tùn bɛ ka miiri n somɔgɔw la.
À sera.
À ye ci ̀ fɔ à ye.
À selen ye ci fɔ à ye.
Ci ̀ fɔra.
À sèginna Bàmakɔ.
Ci fɔlen à sèginna Bàmakɔ.
À y’à jɔ̀.
À bɛ se ka màga tufa la.
À jɔ̀len bɛ se ka màga tufa ̀ la.
N ye lɛtɛrɛ ̀ sɛbɛn.
N y’à ci n fa mà Ameriki.
N ye lɛtɛrɛ sɛbɛnnen ci n fa mà Ameriki.

NOTES

Le préfixe la-

En Bambara tout verbe peut prendre le préfixe la-, qui donne au verbe une valeur causative ou d’agent indirect par ex. (le plus souvent traduisible en français par “faire...”)

À ye den lataa. Il a fait partir les enfants.

Beaucoup de verbes, cependant, ont développé des significations spécialisées dans le causatif, sens qui ne peuvent être déduits comme la somme des parties, par ex.

lamɛn écouter mɛn entendre, comprendre
ladège imiter dège enseigner
lamìnɛ répondre mìnɛ prendre, saisir
lagɔ̀si dénigrer gɔ̀si battre, frapper
labɛ̀n préparer bɛ̀n rencontrer
ladiya récompenser diya plaire

Dans ces cas là, les verbes formés avec la- doivent être appris comme s’ils n’avaient aucune relation avec d’autres formes du verbe.

Le préfixe causatif la- ne peut pas être utilisé comme en français dans des constructions avec plus de deux termes. C’est à dire, en français on peut dire :

J’ai fait partir Guy (deux termes : moi, Guy)
J’ai fait laver la voiture à Guy. (trois termes : moi, Guy, la voiture)

En Bambara seules les constructions avec deux termes peuvent utiliser le préfixe la-  :

A ye daga laci. Il a fait casser le pot.
Mais jamais : Il a fait casser le pot par Baba.

Selon les règles de la grammaire bambara, cela signifie que les objets des verbes causatifs seront toujours les objets qui subissent l’action (PATIENT), plutôt que l’AGENT. La seule exception est le verbe défectif quasi causatif ladumuni, qui signifie "faire manger, nourrir".

Le préfixe -ma

Il y a aussi des verbes qui semblent avoir le préfixe mà-. La fonction de ce préfixe a été perdue, et la signification est difficile à prédire :

màda soumettre, calmer
màkàsi se plaindre
màbɔ enlever, ôter
màjìgin accompagner ---, se conformer à —‑
màkɔ̀nɔ attendre
màgɛrɛ approcher
màdòn approcher
màsɔ̀rɔ avoir le temps

PARTICIPES : les suffixes -len, -ta et -bali

Le suffixe -len ou -nen

Comme nous l’avons vu précédemment, les participes passés des verbes sont formés en ajoutant le suffixe -len :

sìgi ’s’asseoir’ sìgilen ’assis’
taa ’partir’ taalen ’parti’

En français, le groupe participe est le plus souvent à la fin de la phrase indépendamment du sujet auquel il s’applique. Par exemple : Jean a écrit ce livre assis à la fenêtre.

En Bambara le groupe participe doit suivre immédiatement le nom qu’il modifie, par exemple :

Cɛ ̀ sigilen ye baara ̀ kɛ. L’homme, assis, a fait le travail. ou... L’homme a fait le travail assis.

À noter : La façon de placer l’article défini distingue cette construction de celle où le participe passé est utilisé comme un adjectif :

Cɛ sìgilen ̀ ye baara ̀ kɛ. L’homme assis a fait le travail.

Dans ce cas le ton sìgilen est sujet aux règles de compacité tonale, le ton devient H en tant que dernier élément d’un GN.

Le suffixe -ta


- ta est un suffixe applicable aux verbes qui donne en gros l’équivalent du ’-able’ en français ; c’est à dire que la chose en question est « sujette à » ou « capable » de supporter l’action du verbe, par exemple :

san acheter santa achetable, à vendre
dun manger dunta mangeable
jèni brûler jènita brûlable
mìn boire mìnta buvable

Le suffixe -bali


- bali est un suffixe applicable aux verbes qui donne en gros l’équivalent du ’in...able’ en français ; c’est à dire que la chose en question n’est pas « sujette à » ou est « incapable » de supporter l’action du verbe, par exemple :

fàga tuer fàgabali « intuable », qu’on ne peut tuer
jɔ̀ arrêter jɔ̀bali « inarrêtable »
fa remplir fabali « inremplissable », insatiable
sà mourir sàbali immortel
dun manger dunbali immangeable
màlo honte màlobali sans honte, sans vergogne

QUELQUES AUTRES SUFFIXES

Le suffixe -lan

On l’a déjà évoqué dans le cours 03 : -lan est un suffixe que l’on peut apposer au verbe pour en dériver l’instrument qui accomplit l’action décrite par le verbe. Si le verbe se termine par une nasale ou une voyelle, ce suffixe devient -nan. Par exemple :

gɔ̀si battre, frapper gɔ̀silan frappeur
munun tourner, mélanger mununnan mélangeur, batteur
susu piler (dans un mortier) susulan pilon
jiminnan buveur d’eau jiritìgɛlan scie pour couper l’arbre

Les suffixes -ka et -la

-ka est un suffixe que l’on peut ajouter à tous les noms de lieu pour exprimer le sens de « les gens de... » les habitants de...

yàn ici yànkaw les gens d’ici
yèn là-bas yènkaw les gens de là-bas
Bàmakɔkaw les gens de Bamako, les bamakois

On peut transformer les noms de famille en noms de lieu en ajoutant la postposition -la. On peut ensuite y ajouter le suffixe -ka :

Keyitàla chez les Keita
Keyitàlakaw les gens chez les Keita

Le suffixe -ntan

-ntan est un suffixe privatif, appliquable aux noms, qui indique l’absence ou le manque de l’objet indiqué.

kùn tête kùnntan sans tête, sans esprit, stupide
wari argent warintan sans argent, pauvre
den enfant denntan sans enfant

Le suffixe -ya

-ya est un suffixe dont la fonction est de créer des noms abstraits. On retrouve en français les mots en -ité.

masculin cɛya masculinité
den enfant denya enfance
hadamaden humains (fils d’Adam), hadamadenya humanité

-ya peut être ajouté à des formes déjà dérivées elles-mêmes, par exemple :.

kùnntan stupide kùnntanya stupidité
denntan sans enfant denntanya absence d’enfant

-ya peut aussi être ajouté à des composés Nom+Adjectif, par exemple

tulogɛlɛn dur d’oreille, entêté tulogɛlɛnya entêtement
cɛkolon homme sans qualité cɛkolonya couardise

Rappel : -ya peut également dériver des verbes qualitatifs en verbes (voir le cours n°16) :

ka go être désagréable goya rendre désagréable

VOCABULAIRE

baasi n. problème
bìlen v. rougir
- À da bilenna. Sa bouche est devenue rouge.
- Woro ye n da bilen. La kola a rougi sa bouche.
bònya v. grandir, développer, montrer du respect pour
- À ka denbaya bònyana. Sa famille s’est agrandie.
- À bɛ mɔ̀gɔ bɛɛ bònya. Il respecte tout le monde.
- An y’an ka so labònya. Nous avons agrandi notre maison.
- fabonya n. cadeau aux parents au moment du mariage
caya v. devenir nombreux, augmenter
- Mobili cayara Bàmakɔ. Il y a de plus en plus de voitures à Bamako.
- À ye ji la caya daga kɔnɔ. Elle a augmenté (le niveau de) l’eau dans la jarre.
denmuso kɔrɔba n. sœur aînée
diya v. faire plaisir
- À diyara ne ye. Cela m’a fait plaisir.
- ladiya rendre (qq’un) heureux, bon
- À y’à den ladiya. Il a fait plaisir à son enfant.
fìn v. noircir, noir
- San fìnna. Le ciel s’est assombri.
fìn n,v. teinte, teindre (indigo)
- Mùso ye fìni fìn. La femme a teint le vêtement.
fiɲɛya v. alléger (poids)
- À dòni ̀ fiɲɛyara. Sa charge s’est allégée.
- I ka n doni fiɲɛya : Vous devriez alléger ma charge
fìsaya (fìsa) v. améliorer, s’améliorer, préférer, être meilleur
- E fìsayara ne ye. Vous avez fait mieux que moi.
- À b’à mùso fɔlɔ fìsaya n’à. Il lui préfère sa première femme.
furunafolo n. dot
gàn --- la v. chauffer, être difficile pour, être dur pour
- À taali bɛ gàn ne na. Son départ va être difficile pour moi.
gɛ̀lɛya v. devenir dur, cher, difficile
- À sɔ̀ngɔ gɛ̀lɛyara. Le prix est devenu élevé.
- Jùla ye bagi sɔ̀ngɔ gɛ̀lɛya. Le Dioula a augmenté le prix des vêtements.
girinya v. s’alourdir, devenir lourd
- À mùso girinyara. Sa femme s’est alourdie.
- Dumuni ye ne (la)girinya. Manger m’a alourdi.
gòniya (gòni) v. s’échauffer, devenir chaud
- Ji gòniyara. L’eau est devenue chaude.
- Mùso bɛ ji gòniya don o don. La femme fait chauffer l’eau tous les jours.
jànya v. grandir en taille, s’allonger
- Musà jànyara. Moussa a grandi.
- lajànya allonger
- A y’an ka sira lajànya. Vous avez allongé notre route.
jɛya v. devenir blanc, blanchir, nettoyer, purifier, clarifier
- So kɔnɔna jɛyara sisan. L’intérieur de la maison est propre maintenant.
- À y’i jɛya n ye. Il a été honnête avec moi.
- À y’à ka mobili kò k’à jɛya. Il a nettoyé sa voiture.
juguya v. devenir méchant, se détériorer.
- Wùlu juguyara. Le chien est devenu méchant.
- I kàna wùlu lajuguya ! Ne provoque pas le chien
K’à d’à kàn conj. parce que
kalaya (kalan) v. devenir chaud
- Ji kalayara. L’eau est devenue chaude.
- À bɛ kà ji kalaya. Il chauffe l’eau.
kɔɲɔ n. le mariage
labɛ̀n v. préparer
- An k’an labɛ̀n Préparons nous
lamɛn v. écouter
- N bɛ i lamɛn. (N tulo b’i la) Je t’écoute.
lamɔ̀ v. élever
- Jɔn ̀ y’i lamɔ̀ ? Qui vous a élevé ?
laɲà, laɲɛ̀ v. améliorer
- À y’à ka so laɲà. Il a fait rénover sa maison
mìnanw (mìnɛnw) n pl ustensiles, articles de ménage
nisɔn n. humeur
ɲà, ɲɛ̀ v. devenir bon, beau, réussi
- Kàlan bɛ kà ɲɛ̀ sisan. L’étude s’améliore en ce moment.
sɔ̀n v. accepter, être d’accord, se résigner à
- I ka kan kà sɔ̀n ò mà. Tu dois accepter cela.

INDEX DES COURS

samedi 22 novembre 2014

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios