[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 05


Tɛrɛmɛli ni tìgiya

Nsàna

Mɔ̀gɔ tɛ kɛ ŋàna ye don kelen.


SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp.69-81
Audio web : http://www.iu.edu/~celtie/Lessons/Bambara/b03/05a.mp3
http://www.iu.edu/~celtie/Lessons/Bambara/b03/05b.mp3

Cycles 1 - 2 - 3 - 4 - Dialogues - ExercicesTexteNotesVocabulaireDevoirs - Jeu

JPEG - 83.9 ko
au marché de Ségou, 2010

CYCLE 1

[Notes]

M-1

Ɔ̀wɔ, n ta` dòn.Oui c’est le mien.
Ɔ̀wɔ, à ta` dòn.Oui c’est le sien.
Ɔ̀wɔ, an ta` dòn.Oui c’est le notre.
Ɔ̀wɔ, ù ta` dòn.Oui c’est le leur.

C-1

A : Nìn y’i ka dùlɔki` ye wà ?Est-ce votre chemise ?
B : Ɔ̀wɔ, n ta` dòn.Oui c’est la mienne.
A : Nìn y’á ka kùlusi` ye wà ?Est-ce que ce sont vos pantalons ?
B : Ɔ̀wɔ, á ta` dòn.Oui ce sont les votres.
A : Nìn y’aw ka kàlanso` ye wà ?Est-ce votre école ?
B : Ɔ̀wɔ, an ta` dòn.Oui c’est la notre.
A : Ò y’ù ka bìro` ye wà ?Est-ce leur bureau ?
B : Ɔ̀wɔ, ù ta` dòn.

C-2

A : Nìn y’i ta` ye wà ?Est-ce le votre ?
B : Ɔ̀wɔ, n ta` dòn.
A : Nìn y’à ta` ye wà ?Est-ce le sien ?
B : Ɔ̀wɔ, à ta` dòn.
A : Nìn y’ù ta` ye wà ?Est-ce que ce sont les leurs ?
B : Ɔ̀wɔ, ù ta` dòn.

M-2

Àyi, n ta tɛ.Non, ce n’est pas le mien.
Àyi, à ta tɛ.Non, ce n’est pas le sien.
Àyi, an ta tɛ.Non, ce n’est pas le notre.
Àyi, ù ta tɛ.Non, ce n’est pas le leur.
Àyi, i ta tɛ.Non, ce n’est pas le tien.
Àyi, aw ta tɛ.Non, ce n’est pas le votre.

C-3

A : Nìn y’i kà tàbali` ye wà ?
B : Àyi, n ta tɛ.
A : Ò ye Sidìbe ka mobili` ye wà ?
B : Àyi, à ta tɛ.
A : Ò y’aw ka bìro` ye wà ?
B : Àyi, an ta tɛ
A : Ò ye kàramɔgɔw ka so` ye ?
B : Àyi, ù ta tɛ.

M-3

Jak ta` dòn.c’est celui de Jack.
Keyità ta` dòn.c’est celui de Keita.
Sidìbe ta` dòn.c’est celui de Sidìbe.
"Corps de la Paix" ta` dòn.c’est celui du Corps de la Paix.
---- ta` dòn.

C-4

A : Ò mobili` ye jɔ̀n ta` ye ?
B : Jak ta` dòn.
A : Ò bìro` ye jɔ̀n ta` ye ?
B : Keyità ta` dòn.
A : Ò poponi` ye jɔ̀n ta` ye ?
B : Sidìbe ta` dòn.
A : Ò Landrover ye jɔ̀n ta` ye ?
B : Corps de la Paix ta` dòn.

JPEG - 134 ko
Ne ta dòn !
Chasseur dogon me montrant les objets qui lui appartiennent.
Photo : Anton Moeskops Chandansingh
http://mulpix.com/post/178557264100...

CYCLE 2

[Notes]

M-1

Àyi, ne ta` dòn.Non, c’est le mien
Àyi, e ta` dòn.Non, c’est le tien.
Àyi, àle ta` dòn.Non, c’est le sien.
Àyi, anw ta` dòn.Non, c’est le notre.
Àyi, aw ta` dòn.Non, c’est le votre.
Àyi, òlu ta` dòn.Non, c’est le leur.

C-1

A : Babà ta` dòn wà ?
B : Àyi, ne ta` dòn.
A : Musà ta` dòn wà ?
B : Àyi, e ta` dòn.
A : I ta` dòn wà ?
B : Àyi, àle ta` dòn.
A : Ù ta` dòn wà ?
B : Àyi, anw ta` dòn.
A : Corps de la Paix ta` dòn wà ?
B : Àyi, aw ta` dòn.
A : Aw ta` dòn wà ?
B : Àyi, òlu ta` dòn.

M-2

Ne ta` dòn.
Àle ta` dòn.

C-2

A : Nìn moto` ye jɔ̀n ta` ye ?
B : Ne ta` dòn.
A : Ò moto` dun ?
B : Àle ta` dòn.

JPEG - 90.5 ko
Des cauris (kòlon)
Petits coquillages apportés de l’océan indien par les marchands arabes, ils servent, au moyen-âge, de monnaie d’échange dans toute l’Afrique.
http://www.solidarite-enfants-mande...

CYCLE 3

[Notes]

Instructeur : En vous servant du dessin 16 et aussi de votre monnaie travailler les chiffres 1 à 10 comme ils s’emploient pour compter l’argent, c’est à dire, 5 FM à 50 FM. Ensuite, avec le cycle suivant, enseigner les chiffres 11 à 20, toujours en vous servant de l’argent et du dessin 16 comme aides visuelles.

Nous laissons ici les indications données aux profs dans le document original de ce cours, pour mémoire, … mais aussi pour vous inciter à ne pas travailler seul, pour vous encourager à apprendre le bambara dans un cadre collectif, comme l’université (INALCO par exemple) ou des associations comme Donniyakadi ... ou Afrilangues

M-1

Dɔrɔmɛ kelen dòn.c’est cinq francs.
Dɔrɔmɛ fìla dòn.c’est dix francs.
Dɔrɔmɛ sàba dòn.c’est quinze francs.
Dɔrɔmɛ --- dòn.
Dɔrɔmɛ tan dòn.c’est cinquante francs.

C-1

A : Nìn ye dɔrɔmɛ jòli ye ?Ça fait combien de dɔrɔmɛs ?
B : (Dɔrɔmɛ) kelen dòn.
A : Nìn ye dɔrɔmɛ jòli ye ?
B : (Dɔrɔmɛ) fìla dòn.
A : Nìn dun ?Et ça c’est combien ?
B : (Dɔrɔmɛ) sàba dòn.
A : Nìn dun ?
B : (Dɔrɔmɛ) --- dòn.

M-2

Àyi, (dɔrɔmɛ) fìla tɛ, (dɔrɔmɛ) kelen dè dòn.
Àyi, (dɔrɔmɛ) segin tɛ, (dɔrɔmɛ) wolonwùla dè dòn.
Àyi, (dɔrɔmɛ) tan tɛ, (dɔrɔmɛ) kɔ̀nɔntɔn dè dòn.
Àyi, (dɔrɔmɛ) wɔɔrɔ tɛ, (dɔrɔmɛ) naani dè dòn.

C-2

A : Nìn ye dɔrɔmɛ fìla ye wà ?
B : Àyi, (dɔrɔmɛ) fìla tɛ. (Dɔrɔmɛ) kelen dè dòn.
A : Nìn ye dɔrɔmɛ --- ye wà ?
B : Àyi, (dɔrɔmɛ) --- tɛ. (Dɔrɔmɛ) --- dè dòn.

JPEG - 36.5 ko
Orange Money / Oranzi wari
Pour promouvoir l’utilisation de ses moyens de paiement modernes par mobile, Orange Mali organise une tombola en respectant les traditions (janvier 2016) !
http://malijet.com/la_societe_malie...

CYCLE 4

[Notes]

Instructeur : Faire les exercices suivant votre inspiration.

M-1

(Dɔrɔmɛ) tan ni kelen dòn.c’est 55francs
(Dɔrɔmɛ) tan ni fìla dòn.c’est 60"
(Dɔrɔmɛ) tan ni sàba dòn.c’est 65"
(Dɔrɔmɛ) tan ni naani dòn.c’est 70"
(Dɔrɔmɛ) tan ni duuru dòn.c’est 75"
(Dɔrɔmɛ) tan ni wɔɔrɔ dòn.c’est 80"
(Dɔrɔmɛ) tan ni wolonwùla dòn.c’est 85"
(Dɔrɔmɛ) tan ni segin dòn.c’est 90"
(Dɔrɔmɛ) tan ni kɔ̀nɔntɔn dòn.c’est 95"
(Dɔrɔmɛ) mùgan dòn.c’est 100"

C-1

A : Nìn ye (dɔrɔmɛ) jòli ye ?Ça fait combien (d’argent) ?
B : (Dɔrɔmɛ) --- dòn.
A : (Dɔrɔmɛ) jòli dòn ?C’est combien (d’argent) ?
B : (Dɔrɔmɛ) --- dòn.

JPEG - 294.5 ko
tàmatisara ye jòli jòli ye ?
Vendeuses et leurs étals de tomates, noix, fruits et vêtements d’occasion à Sikasso, 2008.
https://en.wikipedia.org/wiki/Sikasso
Photo C. Hugues ( http://www.flickr.com/people/chugues/ ) CC BY-SA 2.0

DIALOGUES

A : I ni ce.Salut.
B : Nba, i ni ce.Nba, salut.
A : Hɛrɛ` bɛ ?Comment ça va ? (Y-a-t’il la paix ?)
B : Hɛrɛ` dɔrɔn.Très bien. (La paix seulement)
A : Nìn tàbali` y’e ta` ye wà ?Est-ce cette table est la tienne ?
B : Ɔ̀wɔ, ne ta` dòn.Oui, c’est la mienne.
A : Àlimeti b’i fɛ̀ wà ?Est-ce que tu as des alumettes ?
B : Ɔ̀wɔ, àlimeti bɛ yàn.Oui, il y a des alumettes.
A : Jòli jòli dòn ?Ça fait combien chacune ?
B : Kelen dɔrɔmɛ sàba.Quinze francs pièce.
A : Nìn dun ? Nìn ye jòli ye ?Et ça ? Ça fait combien ?
B : Dɔrɔmɛ tan ni duuru dòn.c’est soixante-quinze francs.
A : À da` ka gɛ̀lɛn. À barika.c’est cher ! Baisse-le (Améliore le=rends le plus attrayant)
B : À sàn tan ni sàba la !Achète le à soixante-cinq francs !
A : Àyiwa. I ka wari filɛ !D’accord. Voici ton argent !

DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.
A : Nìn mobili ye jɔ̀n ta` ye ?Cette voiture est à qui ?
B : Keyità ta` dòn.c’est celle de Keita.
A : Nìn dun ?Et celle-ci ?
B : Ò fana ye Keyità ta` ye.Celle-là aussi est à Keita.
2.
A : Moto ìn ye Kariba ta` ye wà ?Cette mobylette est-elle celle de Kariba ?
B : Àyi, àle ta tɛ. Ne dè ta` dòn.Non, ce n’est pas la sienne. c’est la mienne.
3.
A : Mùso b’i fɛ̀ wà ?As-tu femme ?
B : Ɔ̀wɔ, mùso` bɛ n fɛ̀.Oui, j’ai une femme.
A : Mùso jòli b’i fɛ̀ ?Combien de femmes as-tu ?
B : Mùso fila.Deux femmes.
A : Den dun ?Et (combien d’) enfants ?
B : Den wɔɔrɔ bɛ n fɛ̀.J’ai six enfants.
A : Denmùso jòli ani denkɛ jòli ?Combien de filles et combien de garçons ?
B : Denmùso fìla ani denkɛ naani.Deux filles et quatre garçons.
4.
A : Mobili t’i fɛ̀ wà ?N’as-tu pas de voiture ?
B : Àyi, mobili tɛ n fɛ̀.Non, je n’ai pas de voiture.
Moto dè bɛ n fɛ̀.C’est une mobylette que j’ai.
A : So dun ? Ò jòli b’i fɛ̀ ?Et des maison ? Combien de maisons as-tu ?
B : So fìla dè bɛ n fɛ̀.Ce sont deux maisons qui sont à moi.
5.
A : Tìga-sara kelen ye jòli ye ?C’est combien le tas de cacahuètes ?
B : Dɔrɔmɛ.Cinq francs le tas.
A : Nàmasa-sara dun ?Et un régime de bananes ?
B : Nìn ye tan tan ye.Ceux-ci sont à cinquante francs pièce.
Nìn ye mùgan mùgan ye.Ceux-ci sont à cent francs pièce.
A : Lènburuba` fana bɛ yen ?Y-a-t’il aussi des oranges ?
B : Ɔ̀wɔ, à filɛ !Oui, les voici !
A : Lènburu kumun dun ?Et des citrons ?
B : Lènburu kumun tɛ n fɛ̀ sisan.Je n’ai pas de citron en ce moment.

JPEG - 225 ko
tìga kɛnɛ
Femmes dogons récoltant des arachides.
Photo : Kevin McNulty http://www.pahte.com/Mali-pg_2.html

TEXTE

Nìn tàbali` tìgi` tɔgɔ` Ali. À jàmu` ko Tarawele. Nìn tàbali` ye Àli ta` ye. Fɛn caman b’à fɛ̀. Sukaro` ni bɔ̀nbɔn` b’à fɛ̀. Tìga kɔ̀gɔma` b’à fɛ̀. Sàfinɛ` b’à fɛ̀. Sìgarati` ni àlimɛti` b’à fɛ̀. Anglɔpu` fana b’à fɛ̀. Àli ka fɛ̀nw da man gɛ̀lɛn. Sànnikɛla caman bɛ Àli fɛ̀. Wari fana b’à fɛ̀.

TRADUCTION

Le prénom de ce marchand est Ali. Son nom de famille est Traoré. Cette table est celle d’ Ali. Il a beaucoup de choses. Il a du sucre et des bonbons. Il a des tas de cacahuètes. Il a du savon. Il a des cigarettes et des allumettes. Il a aussi des enveloppes. Les prix des choses qu’a Àli ne sont pas élevés. Àli a beaucoup de clients. Il a de l’argent, aussi.

QUESTIONS

1. Nìn tàbali` tìgi` tɔgɔ` ko di ?
2. À jàmu dun ?
3. Nìn tàbali` ye jɔ̀n ta` ye ?
4. Sùkaro ni bɔ̀nbɔn b’à fɛ̀ wà ?
5. Tìga kɔ̀gɔma b’à fɛ̀ wà ?
6. Sìgarati ni àlimɛti b’à fɛ̀ wà ?
7. Àli ka fɛnw da ka gɛ̀lɛn wà ?

JPEG - 120.2 ko
Sàfunɛ b’à fɛ̀.
Production sa savons dans une coopérative de karité à Siby, 45 km de Bamako.
http://jenniferinmali.blogspot.fr/2...
Photo Jennifer Morgan Davis

EXERCICES

SUBSTITUTION

Instructeur : l’élève doit répéter chaque prix deux fois pour l’exercice 2.

1. Nìn ye Musà ta ye.
àle
Fantà
e
ne
Bari
aw
mùsow
òlu
Awa
anw
Bari
àle
ne
2. Sara ye tan tan ye.
fìla
mùgan
tan ni wɔɔrɔ (wɔɔrɔ)
kɔ̀nɔntɔn
segin
tan ni kelen
tan ni sàba
tan ni duuru
wolonwùla
tan ni kelen
sàba
naani
tan

TRANSFORMATIONS

T : N ta` dòn.Sl : Ne ta` dòn.S2 :Ne dè ta` dòn.
Ù ta` dòn.Òlu ta` dòn.Òlu dè ta` dòn.
A(w) ta` dòn.Aw ta` dòn.Aw dè ta` dòn.
I ta` dòn.E ta` dòn.E dè ta` dòn.
An ta` dòn.Anw ta` dòn.Anw dè ta` dòn.
À ta` dòn.Àle ta` dòn.Àle dè ta` dòn.
Ù ta` dòn.Òlu ta` dòn.Òlu dè ta` dòn.
N ta` dòn.Ne ta` dòn.Ne dè ta` dòn..
À ta` dòn.Àle ta` dòn.Àle dè ta` dòn.
An ta` dòn.Anw ta` dòn.Anw dè ta` dòn. `
A(w) ta` dòn.Aw ta` dòn.Aw dè ta` dòn.
Ù ta` dòn.Òlu ta` dòn.Òlu dè ta` dòn.
I ta` dòn.E ta` dòn.E dè ta` don
N ta` dòn.Ne ta` dòn.Ne dè ta` dòn.

QUESTIONS

A : Nìn y’ ta` ye wà ?B. Ɔ̀wɔ àle ta` dòn.
Nìn ye n ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, e ta` dòn.
Nìn y’an ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, aw ta` dòn.
Nìn y’ù ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, òlu ta` dòn.
Nìn y’i ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, ne ta` dòn.
Nìn ye cɛw ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, òlu ta` dòn.
Nìn y’aw ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, anw` ta` dòn.
Nìn ye mùso ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, àle ta` dòn.
Nìn ye Musa ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, àle ta` dòn.
Nìn ye n ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, e ta` don
Nìn ye Bari ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, àle ta` dòn.
Nìn y’an ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, aw ta` dòn.
Nìn y’à ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, àle ta` dòn.
Nìn y’ù ta` ye wà ?Ɔ̀wɔ, òlu ta` dòn.
A : Ò y’i ta` ye wà ? (Musa)B : Àyi, ne ta tɛ. Musa dè ta` dòn.
Ò y’à ta` ye wà ? (Sali)Àyi, à ta tɛ. Sali dè ta` dòn.
Ò y’aw ta` ye wà ? (òlu)Àyi, an ta tɛ. Òlu dè ta` dòn.
Ò y’ù ta` ye wà ? (Sìra)Àyi, ù ta tɛ. Sìra dè ta` dòn.
Ò y’à ta` ye wà ? (Kariba)Àyi, à ta tɛ. Kariba dè ta` dòn.
Ò y’i ta` ye wà ? (Keyità)Àyi, n ta tɛ. Keyità dè ta` dòn.
Ò y’an ta` ye wà ? (Awa)Àyi, aw ta tɛ. Awa dè ta` don
Ò y’à ta` ye wà ? (Minàta)Àyi, à ta tɛ. Minàta dè ta` dòn.
Ò y’ù ta` ye wà ? (Àli)Àyi, ù ta tɛ. Àli dè ta` dòn.
Ò ye n ta` ye wà ? (Sali)Àyi, i ta tɛ. Sali dè ta` dòn.
Ò y’aw ta` ye wà ? (àle)Àyi, an ta tɛ. Àle dè ta` dòn.
Ò y’à ta` ye wà ? (ne)Àyi, à ta tɛ. Ne dè ta` dòn.
Ò y’i ta` ye wà ? (Musà)Àyi, n ta tɛ. Musà dè ta` dòn.
Ò y’an ta` ye wà ? (ne)Àyi, aw ta tɛ. Ne dè ta` dòn.

COMBINAISONS

A : Sara` ye fìla fìla ye. (sàba)B : Sara sàba ye dɔrɔmɛ wooro ye.
Sara` ye duuru duuru ye. (naani)Sara naani ye dɔrɔmɛ mùgan ye.
Sara` ye tan tan ye. (fìla)Sara fìla ye dɔrɔmɛ mùgan ye.
Sara` ye tan ni sàba sàba ye. (kelen)Sara kelen ye dɔrɔmɛ tan ni sàba ye.
Sara` ye segin segin ye. (fìla)Sara fìla ye dɔrɔmɛ tan ni wooro ye.
Sara` ye wɔɔrɔ wɔɔrɔ ye. (sàba)Sara sàba ye dɔrɔmɛ tan ni segin ye..
Sara` ye fìla fìla ye. (tan)Sarà tan ye dɔrɔmɛ mùgan ye.
Sara` ye sàba sàba ye. (wooro)Sara wooro ye dɔrɔmɛ tan ni segin ye.
Sara` ye naani naani ye. (duuru)Sara duuru ye dɔrɔmɛ mùgan ye.
Sara` ye dɔrɔmɛ dɔrɔmɛ ye. (mùgan)Sara mùgan ye dɔrɔmɛ mùgan ye.
Sara` ye duuru duuru ye. (sàba)Sara sàba ye dɔrɔmɛ tan ni duuru ye.
Sara` ye wolonwùla wolonwùla ye. (fìla)Sara fìla ye dɔrɔmɛ tan ni naani ye.
Sara` ye kɔ̀nɔntɔn kɔ̀nɔntɔn ye. (kelen)Sara kelen ye dɔrɔmɛ kɔ̀nɔntɔn ye.
Sara` ye tan ni kelen kelen ye.(kelen)Sara kelen ye dɔrɔmɛ tan ni kelen ye.

JPEG - 141.2 ko
tɛrɛmɛli,Tumutu
"Trois jours après cette photo prise à Tombouctou en 2012, où je négocie un très beau bracelet auprès du marchand touareg, la ville tombait aux mains de groupes de trafiquants de drogue se réclamant d’un islam mal interprété..."
Photo Paula Froelich http://paulafroelich.tumblr.com/pos...

NOTES

1. Le marchandage

Dans ce cours, vous commencez à vous acclimater au marchandage en Bambara. Quand vous irez au marché, vous vous trouverez la plupart du temps en situation de marchandage. C’est un art et ça peut être très amusant. Dans la plupart des pays africains, c’est un échange normal et attendu. Connaître un peu de Bambara vous donne un avantage par rapport aux autres européens avec qui le marchand a affaire. Comme la plupart des Bambaras, les commerçants seront en général très réceptifs à vos efforts pour parler Bambara, et vous aideront souvent à exprimer vos souhaits. Il est conseillé de se renseigner sur les prix avant de se lancer dans le marchandage. Et avant tout, n’allez pas penser que le marchand essaie de tricher et de tromper les clients avec qui il discute. La plupart d’entre eux n’ont qu’une toute petite marge bénéficiaire ; ils sont comme tous les commerçants partout, à essayer d’obtenir le meilleur prix en fonction de ce que leurs clients veulent et peuvent payer. Et ils n’ont pas tort de penser que des visiteurs européens ou américains peuvent payer un peu plus que leurs propre concitoyens.

2. Le système monétaire : le dɔrɔmɛ

[Exos]

La façon de compter l’argent est basée sur le dɔrɔmɛ. Un dɔrɔmɛ vaut cinq francs CFA. Ainsi, si vous savez compter jusqu’à 20 en Bambara, vous pouvez dire 20 dɔrɔmɛ, ce qui équivaut à 100 francs CFA.

1 (dɔrɔmɛ) kelen5 x 1 -5 F CFA
2 (dɔrɔmɛ) fìla5 x 2 -10 F CFA
3 (dɔrɔmɛ) sàba5 x 3 -15 F CFA
4 (dɔrɔmɛ) naani5 x 4 -20 F CFA
5 (dɔrɔmɛ) duuru5 x 5 -25 F CFA
6 (dɔrɔmɛ) wɔɔrɔ5 x 6 -30 F CFA
7 (dɔrɔmɛ) wolonwùla5 x 7 -35 F CFA
8 (dɔrɔmɛ) segin5 x 8 -40 F CFA
9 (dɔrɔmɛ) kɔ̀nɔntɔn5 x 9 -45 F CFA
10 (dɔrɔmɛ) tan5 x 10 -50 F CFA
11 (dɔrɔmɛ) tan ni kelen5 x 11 -55 F CFA
12 (dɔrɔmɛ) tan ni fìla5 x 12 -60 F CFA
13 (dɔrɔmɛ) tan ni sàba5 x 13 -65 F CFA
14 (dɔrɔmɛ) tan ni naani5 x 14 -70 F CFA
15 (dɔrɔmɛ) tan ni duuru5 x 15 -75 F CFA
16 (dɔrɔmɛ) tan ni wɔɔrɔ5 x 16 -8o F CFA
17 (dɔrɔmɛ) tan ni wolonwùla5 x 17 -85 F CFA
18 (dɔrɔmɛ) tan ni segin5 x 18 -90 F CFA
19 (dɔrɔmɛ) tan ni kɔ̀nɔntɔn5 x 19 -95 F CFA
20 (dɔrɔmɛ) mùgan5 x 20 -100 F CFA

Si la mathématique de la conversion vous effraie, il peut parfois être plus facile de se repérer avec les noms des pièces et des billets eux-mêmes. Il y a trois pièces courantes : dɔrɔmɛ (kelen), dɔrɔmɛ fìla, et dɔrɔmɛ duuru. Un européen peut se repérer avec l’équivalence d’1 centime d’euro=5 F CFA, soit 1 cent d’euro= dɔrɔmɛ 1 (kelen).

Lorsque vous êtes en train de parler ou de discuter des prix, il n’est pas nécessaire de répéter le mot dɔrɔmɛ, il suffit de dire le nombre, tout le monde comprend qu’il s’agit de dɔrɔmɛ. C’est-à-dire qu’on compte le nombre de pièces de 5 francs nécessaires à l’échange, plutôt que le nombre de francs en soi. En revanche au moment sortir l’argent et de payer, souvenez-vous que vous payez en Francs CFA !

Le texte original du cours An ka bamanankan kalan (1970) faisait référence au "Franc malien" qui a eu cours de 1963 à 1984

3. Combien chaque ? Combien pièce ?

[Exos (à partir de C3)]

Lorsqu’un client touche ou désigne un objet à vendre et demande : "nìn ye jòli ye ?", cela veut dire qu’il n’est intéressé que par l’achat d’un seul, ou bien qu’il n’y en a qu’un seul d’exposé.

Lorsqu’un client montre quelque chose et demande : "nìn ye jòli jòli ye ?", cela signifie qu’il veut connaître le prix unitaire, c’est à dire "Combien pièce ?".

C’est toujours cette question qui vient lorsqu’il s’agit d’objets en tas ou en conditionnements standards. Par exemple lorsqu’il y a des petits tas de cacahuètes sur l’étal du commerçant, on dira pour demander le prix : "tìgasara` ye jòli jòli ye ?" càd "Combien le tas de cacahuètes ?".

En réponse, le vendeur répond toujours en répétant le prix :
"nìn ye tan tan ye", "c’est dix dix", càd "C’est 50 francs pièce (le tas)."

Si le nombre répété est long, comme pour les nombres entre 11 et 19, le vendeur ne répétera alors que la deuxième partie du chiffre : "ò ye tan ni wolonwùla wolonwùla ye," "c’est dix-sept sept", càd "Ça fait 85 francs chaque.".

On peut également se servir de la postposition la (na) pour exprimer l’idée de "au prix de", "pièce" ou "chaque".
Par exemple :

à sàn tan ni duuru la !Achète le à 75 francs !
à sàn segin na !Achète le à 40 francs !

4. sàn

C’est le verbe "acheter". Dans ce cours, vous avez vu ce verbe utilisé à l’impératif, en particulier à la fin du paragraphe précédent ou plu simplement sous cette forme "incitative" :

À sàn !Achète le !
Nìn sàn !Achète ça !

Nous verrons plus tard, dans le cours n°10, comment on donne des ordres (“l’impératif”).

Nous n’avons en réalité pas abordé encore la conjugaison des verbes et les types de phrases où on les utilise, nous avons juste vu quelques exemples. Nous verrons également plus tard comment on peut s’en servir pour construire des mots comme sànnikɛla, formé à partir de sànni "achat" + kɛ "faire" + la "agent"

5. Les possessifs en X ta

[Exos (à partir de C1)]

Dans cours précédent, nous avons vu que les pronoms personnels Bambara servaient aussi d’adjectifs possessifs (mon, ton, son...) sans changer de forme. Dans ce cours, vous avez travaillé sur les pronoms possessifs (le mien, le tien, etc.). C’est facile : on ajoute le mot ta derrière le pronom. Se mettre en tête que ta signifie "propriété" (inaliénable)

n ta"le mien"an ta"le notre"
i ta"le tien"a(w) ta"le votre"
à ta"le sien"ù ta"le leur"

ta peut-être utilisé avec le pronom interrogatif jɔ̀n ?, ainsi qu’avec des noms propres.

Jɔ̀n ta ?"celui/celle de qui ?"
Kante ta.celui/celle de Kante
Fantà ta.celui/celle de Fanta
Corps de la Paix ta.celui/celle du Corps de la Paix

ta n’apparait jamais sans un "propriétaire", et la construction est toujours inaliénable (on ne dira pas : "n ka ta" pour exprimer "le mien")

Il arrive en Bambara que ce ta soit employé apparemment à la place de ka, la conjonction de possession aliénable, marquant ainsi une possession "renforcée", que l’on peut rendre en français familier en ajoutant "à moi" :

ne ka mobili dònc’est ma voiture
ne ta dònc’est la mienne
ne ta mobili dònc’est ma voiture à moi

On peut aussi analyser ce dernier emploi de ta comme une double possession inaliénable :

( ( ne ta ) mobili )( ( la mienne ) voiture )
ou : la voiture de la propriété de moi

6. Les pronoms emphatiques

[Exos]

On aborde ici les formes emphatiques ou d’insistance des pronoms personnels. Ces formes sont utilisées pour mettre l’accent sur un pronom particulier dans une phrase. En français ou en anglais, on prononcera simplement le pronom plus fort ou avec une intonation d’insistance, par ex : "Non, je ne TE parle pas.". C’est à ça que correspond l’utilisation de ces pronoms emphatiques en Bambara : Comme il s’agit d’un langage tonal, il n’y a pas la même liberté de "hausser le ton" ou d’ajouter une intonation d’insistance.

normalemphatiquesens emphatique
nnemoi, je quant à moi
iete, toi (=vous de politesse)
àlelui, elle ... respectueux
ananwnous, nous autres
a’awvous, vous autres
òluils, eux ... respectueux

On peut les traduire en les mettant en relief, par exemple en majuscules :

E ta` dòn."c’est LE TIEN."

Ces formes emphatiques diffèrent assez largement d’un dialecte à l’autre, d’une région à l’autre. On utilise ici les formes dans le Bambara standard de Bamako.

7. Le focalisateur dè

[Exos]

Vous avez bien remarqué la particule emphatique (on dit plutôt "focalisatrice") dè qui est utilisée pour mettre en avant un élément de la phrase. On l’utilise beaucoup pour apporter une contradiction, mettre en contraste un élément. Le focalisateur dè est souvent associé aux pronoms personnels emphatiques, et renforce ainsi la mise en relief souhaitée sur le mot qui précède.

En Français, comme en anglais, on utilise une périphrase comme "c’est lui qui" : "c’est LUI qui a fait ça." ou "c’est LUI qui a volé l’argent." En Bambara, c’est le pronom emphatique + dè qui jour ce rôle. On ne peut pas utiliser avec un pronom autre qu’un pronom emphatique :

Ne tɛ, àle dè dòn.ce n’est pas MOI, c’est LUI.
Anw tɛ, òlu dè dòn.ce n’est pas NOUS, ce sont EUX.
E tɛ, ne dè dòn.ce n’est pas TOI, c’est MOI.

Dans les cours suivants, vous verrez l’utilisation de ce couple pronom emphatique + dè dans une grande variété de contextes.

8. da

C’est l’un des mots en Bambara pour "le prix" ou "le coût" (voir aussi sɔ̀ngɔ). Le prix est inaliénable et donc pour dire "son prix" on dira : à da
et non : à ka da.

9. à ka gɛ̀lɛn

À ka gɛ̀lɛn signifie "c’est dur, difficile", et ici dans le contexte du marchandage : "c’est cher." Comme pour i ka kɛnɛ, voilà encore un exemple de vefbe qualitatif et de type de phrase (construction) qualitative. Nous y reviendrons dans les cours 07 et 09.

10. Notes sur la possession et l’article défini

A. ta + l’article défini. Dans la négation, pour exprimer quelque chose comme "ce n’est pas le mien", ta n’est pas suivi par l’article défini.

N ta tɛ.ce n’est pas le mien.
( - - - )
JPEG - 21.1 ko

B. Le pronom interrogatif jɔ̀n "qui" est habituellement suivi de l’article défini.

Jɔ̀n` taara ?Qui est venu ?
Jɔ̀n` ta` dòn ?À qui est-ce ?

C. Dans les questions, l’article défini est absent quand on pose une question à propos d’une propriété, de quelque chose que l’on a en général.

Mùso b’i fɛ̀ wà ? (` ` ¨ - - - )Avez-vous une femme ?
en ancien français : avez-vous femme ?
JPEG - 33.5 ko

En revanche, la réponse, si elle est positive, comportera l’article défini.

Mùso` bɛ n fɛ̀. (` ¨ - - `)Oui, j’ai une femme.
JPEG - 32.8 ko

D. Jòli "combien" comme les nombres, n’est pas suivi de l’article défini.

E. Le ton sur Nom + Adjectif : ça marche comme pour un nom composé. À savoir, le dernier élément du composé monte vers un ton haut, quel que soit son profil tonal de base :

kùmun "amer, acide"est de ton bas, mais :
lènburu kumun (_ _ _ - - )
JPEG - 26.3 ko

JPEG - 16.2 ko
dessin de Christine Bagnères

VOCABULAIRE


anglɔpun.enveloppe (lettre) (fr.)
àtayi, te, dùten.thé (Fr.)
ayìwa !intj.bon !, d’accord !, eh bien !, alors ! allons !
bànankun.manioc
bɔ̀nbɔn (Fr.)n.bonbon
bùyagi / bùyakin.goyave
camanad. adj.beaucoup, nombreux
dan.bouche / porte / nombre ... ici : prix
dèprt.particule de mise en relief, suit le mot mis en relief
dɔrɔmɛ (kelen)n.cinq francs.
dùlɔkin.chemise, boubou...
dùtɛ (Fr.)n.thé
fɛnn.chose
fìnfinn.charbon de bois
gɛ̀lɛnvq.être dur, difficile, cher
jàbibin.ananas
jòliprncombien ?
- jòli jòliexpr.combien chaque ?
kɔ̀gɔn.sel
kɔ̀gɔmaadj.salé
lènburu / lèmurun.agrume
lènburuba / lèmuruban.orange (gros agrume)
lènburukumun (lenburu-kumun / lèmuru kumun).n.citron (agrume acide)
mangoron.mangue
nàmasan.banane
- nàmasatigi (namasa-tigi)n.vendeur de banane (banane-propriétaire)
nànaye, nànan.menthe
sàfunɛ, sàfinɛn.savon
sànv.acheter
sànnikɛlan.acheteur
saran.petit tas, lot, mesure de vrac
siran.tabac
sɔ̀ngɔn.prix
sukaro (Eng./Fr.)n.sucre
tan.propriété,le mien, le tien, le sien...
tàbalitigi (tàbali-tìgi)n.vendeur étalagiste (table/étal-propriétaire)
tɛrɛmɛv.marchander
- tɛrɛmɛlin.marchandage (marchander-action de)
tìgan.cacahuète / arachide
- tìgatigi (tiga-tigi)n.vendeur de cacahuète (cacahuète-propriétaire)
tìgin.(souvent en composition) : maître de, qui a, qui détient, qui vend...
- tìgiyan.possession
warin.argent

EXPRESSIONS

À da ka gɛ̀lɛn.Son prix est élevé.
À ka gɛ̀lɛn.C’est cher, c’est dur, c’est difficile.
À man gɛ̀lɛn.Ça n’est pas dur, ça n’est pas cher, pas difficile.

JPEG - 101.4 ko
au marché de Ségou, 2010

DEVOIRS

Choisir un fruit ou deux dans la liste de vocabulaire ci-dessus. Allez à un étal du marché et renseignez-vous sur leur prix, marchandez et achetez les. Rapportez en classe ce que vous avez acheté et rejouez votre visite au marché. Prenez le rôle du marchand cette fois-ci, c’est un autre élève – ou le prof – qui prend votre place comme client. N’oubliez pas de faire les salutations d’usage avant de demander le prix et de marchander.

JPEG - 139.2 ko
Enfants jouant, vers Koulikoro
http://typolemag.info/un-pas-deux-p...

klik-ka-kumasen-dilan ™

Amusez-vous à construire des phrases bambaras correctes avec le vocabulaire que vous connaissez : déjà un peu plus de 275 mots (plus les prénoms et les noms !) et toujours 4 types de phrases à la fin de ce cours !

Le fond de phrase devient vert dès qu’elle est correcte. S’il devient rose, c’est qu’il y a un petit problème, à vous de chercher pourquoi !
Vous pouvez-copier/coller la phrase que vous avez assemblée.
NB : Ce petit jeu vérifie seulement que la phrase est grammaticalement correcte : il ne vérifie pas le sens, qui pourra toujours s’interpréter, selon le contexte, parfois peut-être très ... poétique !

Bien que ça soit le sujet du cours précédent, nous continuons avec les groupes possessifs, avec possesseur et possédés reliés ou non par la conjonction possessive (selon qu’il s’agit d’un lien aliénable ou inaliénable). NB : ces constructions sont facultatives ! Dans tous ces cas, vous pouvez très bien ne choisir qu’un "possesseur" et ignorer "conjonction" et "possédé".
Dans les types de phrases qui ont à la fois un sujet et un objet, ces groupes peuvent bien évidemment être dans la position de sujet, ou d’objet, ou les deux. Dans les exercices qui suivent, nous avons simplifié en ne traitant que le sujet, ou, pour varier un peu, dans le type de phrase équative, l’"objet".

Dans ce cours, nous avons insisté sur le focalisateur dè, vous pouvez jouer également avec ça, bien que nous l’ayons artificiellement limité au sujet de la phrase... : il faut cliquer (ou décliquer) la case à cocher à gauche du mot dè. Si vous faites une construction possesseur-possédé le dè ne s’appliquera qu’au possédé, alors qu’en réalité on peut bien sûr l’appliquer au possesseur. Bien qu’il soit très employé en Bambara, en pratique on évitera de toute façon de l’utiliser deux fois dans la même phrase !

construction qualitative

sujet mp V.Q. adverbe aff./nég.
possesseur conj. possédé
dè ?

réinitialiser

construction locative (situative)

sujet copule objet pp adverbe aff./nég.
possesseur conj. possédé
dè ?

réinitialiser

construction présentative

sujet copule aff./nég.
possesseur conj. posséde
dè ?

réinitialiser

constructions équatives

sujet copule objet= pp aff./nég.
 possesseur conj. possédé
dè ?

réinitialiser

INDEX DES COURS

mercredi 3 décembre 2014

Messages

  • Bonjour,

    Dans le cycle 1, C-1, sauf erreur de ma part, j’ai relevé une erreur de traduction.
    A : Nìn y’á ka kùlusi` ye wà ? Est-ce que ce sont vos pantalons ?
    B : Ɔ̀wɔ, á ta` dòn. Oui ce sont les votres.

    La traduction n’est-elle pas "est-ce son pantalon" et la réponse "oui c’est le sien" ?

    Bonne journée

    • Bonne question encore ! effectivement il y a un piège ici au paragraphe C1 !!!

      le qui est là, marqué avec un TON HAUT, est bien la deuxième personne du pluriel "vous"
      qu’il faut bien distinguer du à TON BAS, qui est la troisième personne du singulier (son, effectivement, ou sa)

      Le "vous" du pluriel s’écrit souvent aussi a’ (avec une apostrophe), et également aw (le pluriel est alors bien visible) ... mais alors ce aw a un sens souvent "emphatique"

      Attention, dans la suite des cours, le ton haut n’est généralement pas marqué, seul les tons bas sont marqués... et donc, sauf erreur toujours possible, un a sans ton sera ce vous (deuxième personne du pluriel), et nom une 3ème personne du singulier (il ou elle). Toutefois, lorsqu’il reste une ambiguïté, nous nous efforçons de marquer aussi le ton haut.

      Encore merci pour votre question ! C’est encore une chose qui a certainement déjà pu en troubler plus d’une (ou un !)...

  • Bonjour,

    Que signifie "kàramɔgɔw ka so`" ? salle des professeurs ?

    Merci bien

  • C’est pas évident dit donc. Je vais essayer de faire plus attention aux tons.
    Merci pour ces réponses complètes.

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios