[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 16


SƐ̀NƐKƐ

Nsànaw :

N’i bolo n’i sèn y’i dòn ko` la, i bɛ se ka bɔ à la, nkà n’i nɛ̀n y’i dòn min na, i tɛ b’ò la dɛ !


Ko ̀ bɛɛ` ye waati` ye.


Sɛ̀nɛ dè fɔlɔla diɲɛ na, sɛ̀nɛ dè bɛ laban.


Au sommaire

Source : Introductory Bambara – pp. 223-233
Audio web (Anglais, Bambara) : 16a, 16b
index audio : www.iu.edu

Cycles 123DialogueDialogues pour s’entraînerTexteExercicesNotesVocabulaireDevoirs

CYCLE 1

M-1

Bì ye --- ye.Aujourd’hui est (nous sommes) ---.
Kunun tùn ye --- ye.Hier était (nous étions) ---.

C-1

A : Bì ye don jùmɛn ye ?Quel jour est (sommes-nous) aujourd’hui ?
B : Bì ye --- ye.Aujourd’hui est ---
A : Ò tùma, kunun tùn ye don jùmɛn ye ?Alors, hier était quel jour ?
B : Kunun tùn ye --- ye.Hier était ---

M-2

Ni bì ye ntɛ̀nɛn ye, kunun tùn ye kari ye.Si aujourd’hui est lundi, hier était dimanche.
Ni bì ye ntɛ̀nɛn ye, kunasini tùn ye sibiri ye.Si aujourd’hui est lundi, avant hier était samedi.

C-2

A : Ni bì ye ntɛ̀nɛn ye, kunun tùn ye don jùmɛn ye ?Si aujourd’hui est lundi, hier était quel jour ?
B : Ni bì ye ntɛ̀nɛn ye, kunun tùn ye kari ye.Si aujourd’hui est lundi, hier était dimanche.
A : Ni bì ye ntɛ̀nɛn ye, kunasini tùn ye don jùmɛn ye ?Si aujourd’hui est lundi, avant-hier était quel jour ?
B : Ni bì ye ntɛ̀nɛn ye, kunasini tùn ye sibiri ye.Si aujourd’hui est lundi, avant-hier était samedi.

M-3

Ni bì ye --- ye, sini ye --- ye.Si aujourd’hui est ---, demain sera ---
Ni bì ye --- ye, sinikɛnɛ ye --- ye.Si aujourd’hui est ---, après-demain est ---
Ni bì ye --- ye, kunun tùn ye --- ye.Si aujourd’hui est ---, hier était —‑

C-3

A : Ni bì ye --- ye, sini ye don jùmɛn ye ?Si aujourd’hui est ---, demain sera quel jour ?
B : Sini ye --- ye.Demain sera ---

CYCLE 2

M-1

Salon tùn ye sàn 1979 ye.L’an dernier était l’année (nous étions en) 1979.
Ɲìnan ye sàn 1980 ye.Cette année est (nous sommes en) 1980.

C-1

A : Ɲìnan ye sàn jùmɛn ye ?Quelle année sommes-nous cette année ?
B : Ɲìnan ye sàn 1979 ye.Cette année nous sommes en 1979.
A : Salon tùn ye sàn jùmɛn ye ?Quelle année étions-nous l’an dernier ?
B : Salon tùn ye sàn 1978 ye.L’an dernier nous étions en 1978.

M-2

Salon n tùn bɛ Ameriki.L’an dernier j’étais en Amérique.
N tùn bɛ kàlan` kɛ yèn.Je faisais des études là-bas.
N tùn tɛ baara` kɛ yèn.Je ne travaillais pas là-bas.

C-2

A : Salon i tùn bɛ min ?Où étiez-vous l’an dernier ?
B : Salon n tùn bɛ Ameriki.L’an dernier j’étais en Amérique.
A : I tùn bɛ baara` kɛ yèn ?Est-ce que vous y travailliez ?
B : Àyi, n tùn tɛ baara` kɛ yèn.Non, je ne travaillais pas là-bas.
A : I tùn bɛ mùn kɛ yèn ?Que faisiez-vous là-bas ?
B : N tùn bɛ kàlan` kɛ yènJe faisais des études là-bas.

M-3

Salon, kàramɔgɔ` tùn bɛ yàn.L’an dernier, le professeur était ici.
À tùn bɛ kàlandenẁ dège tùbabukan` na.Il enseignait le français aux étudiants (inversion COD/COI).

C-3

A : Salon kàramɔgɔ` tùn bɛ min ?-----------------------------
B : Salon kàramɔgɔ` tùn bɛ yàn.
A : À tùn bɛ mùn kɛ yàn ?
B : À tùn bɛ kàlandenẁ dège tùbabukan` na.

M-4

N tùn tɛ Màli dɔn.Je ne connaissais pas le Mali.
N tùn b’à fɛ̀ ka nà yàn.Je voulais venir ici.
À tùn b’à fɛ̀ ka taa Sɛ̀nɛgali.Il voulait aller au Sénégal.

C-4

A : I tùn bɛ Màli dɔn wà ?
B : Àyi, n tùn tɛ Màli dɔn.
A : I tùn b’à fɛ̀ ka nà yàn wà ?
B : Ɔ̀wɔ, n tùn b’à fɛ̀ ka na yàn.
A : Àle dùn ?
B : À tùn b’à fɛ̀ ka taa Sɛ̀nɛgali.

M-5

N tùn ma taa yɔrɔ si fɔlɔ.Je n’étais encore allé nulle part.
À tùn yaalala dɔɔnin.Il avait un peu voyagé.
À tùn taara Fàransi.Il était allé en France.

C-5

A : I tùn taara yɔrɔ la wà ?Es-tu (déjà) parti quelque part ?
B : Àyi, n tùn ma taa yɔrɔ si fɔlɔ.
A : Àle dùn ? À tùn taara yɔrɔ la wà ?Et lui ? Était-il allé quelque part ?
B : Ɔ̀wɔ, à tùn yaalala dɔɔnin.
A : À tùn taara min ?
B : À tùn taara Fàransi.

CYCLE 3

DIALOGUE

A : N kɔ̀rɔ, e bɛ mùn baara` kɛ ?A : Mon (grand) frère, quel travail faites-vous ?
B : Ne ye cikɛla ye.B : Je suis agriculteur.
A : Sɛ̀nɛ ka d’i ye wà ?A : Aimez-vous l’agriculture ?
B : Ɔ̀wɔ, sɛ̀nɛ` ka di n ye kosɛbɛ.B : Oui, j’aime beaucoup l’agriculture.
A : Mùn na ?A : Pourquoi ?
B : N bɛ sɛ̀nɛ kɛ ka n ka denbaya balo. N b’à tɔ̀ feere. Ò tɔ̀ bɛ kɛ mɔ̀gɔ wɛrɛẁ balo ye. Ù b’à fɔ ko an bɛ kɔɔri min sɛ̀nɛ k’ò bɛ kɛ bagi ye. Ò fana kɔsɔn, n bɛ sɛ̀nɛ kɛ.B : Je fais de l’agriculture pour faire vivre ma famille. Je vends le reste. Ce reste fait vivre/nourrit d’autres personnes. Ils disent que le coton que nous cultivons est transformé en vêtements. C’est aussi pour ça que je fais de l’agriculture.
A : I ye sɔ̀rɔ` kɛ ɲìnan kosɛbɛ wà ?A : Est-ce que vous avez obtenu beaucoup cette année ?
B : Àyi. N ka sɔrɔ` bìnna dɔɔnin ɲìnan.B : Non, mon revenu a baissé un peu cette année.
A : Mùn y’i ka sɔ̀rɔ bìn ?A : Qu’est-ce qui a fait baisser votre revenu ?
B : Jà dè kɛr’à sababu ye.B : C’est la sécheresse qui en est la cause.
A : Dɔnnikɛlaẁ ko ko jà bɛnà sàn wɔɔrɔ kɛ.A : Les sages disent que la sécheresse va durer six ans.
B : N ò ye tìɲɛ ye, mɔ̀gɔ ka kan ka fɛ̀ɛrɛ ɲini sɔ̀rɔko` la.B : Si c’est vrai, il faut que quelqu’un cherche une solution à ce problème de revenu.
A : E hakili bɛ fɛ̀ɛrɛ jùmɛn na ?A : À quelle solution pensez-vous ?
B : N’hakili la, an ka kan ka do fàra an ka ɲɔ̀foro ni màloforo kàn, àni an ka kɔɔriforo. N hakili bɛ fana ka fɛn wɛrɛẁ sɛ̀nɛ.B : À mon avis, nous devons ajouter quelque chose à nos champs de mil, de riz et de coton. Je pense aussi cultiver d’autres choses.
A : Ò ye hakili ɲùman ye. I jijà i k’ò kɛ.A : C’est une bonne idée. Essayez de le faire.

DIALOGUES À PRATIQUER

1.

A : Ne fɔra i kɔ kunun. I tùn taara min ?A : Je t’ai raté hier. Où étais-tu parti ?
B : N tùn ma taa yɔrɔ jàn. N tùn taara kɛrɛfɛ-so` kɔnɔ.B : Je n’étais pas parti loin. J’étais dans la maison d’à côté.

2.

A : N y’i ye dùgu` kɔnɔ kunun. I tùn bɛ taa min ?A : Je t’ai vu en ville hier. Où allais-tu ?
B : N tùn bɛ taa sugu` la.B : J’allais au marché.
A : I tùn bɛ taa mùn kɛ sugu` la ?A : Qu’allais-tu faire au marché ?
B : N tùn bɛ taa sògo` sàn.B : J’allais acheter la viande.

3.

A : I tùn ye n wele, mùn tùn dòn ?A : Tu m’avais appelé, c’était à propos de quoi ?
B : Mɔ̀gɔ dè tùn b’i màkɔ̀nɔ.B : C’est que quelqu’un t’attendais.
A : Jɔn` tùn dòn ?A : Qui était-ce ?
B : N hakili bɔra à tɔgɔ` kɔ.B : Son nom m’échappe.
A : Cɛ̀ sùrunman tùn dòn wà ?A : Etait-ce un homme de petite taille ?
B : Ɔ̀wɔ.B : Oui.
A : Kariba tùn dòn. À tùn y’à fɔ n ye, k’à tùn bɛ na.A : C’était Kariba. Il m’avait dit qu’il viendrait.

4.

A : Kini tùn ka di wà ?A : Est-ce que le riz était bon ?
B : Ɔ̀wɔ, à tùn ka di. À diya` tɛ se ka fɔ ka ban.B : Oui, il était bon. C’était si bon qu’on ne peut le dire.
A : À tùn ka ca wà ?A : Est-ce qu’il y en avait beaucoup ?
B : Àyi, à tùn man ca. N ma fa fɔlɔ. Kɔngɔba` tùn bɛ n na.B : Non, il n’y en avait pas beaucoup. Je n’étais pas encore rassasié. J’avais très faim.
walima : Ɔ̀wɔ, à caya fana tɛ se ka fɔ ka ban.ou bien : Oui, il y en avait tellement qu’on ne peut le dire.

5.

A : Ni n taara n bɛ sìgiyɔrɔ sɔ̀rɔ wà ?A : Si je pars, est-ce que je vais trouver une place pour m’asseoir ?
B : Ɔ̀wɔ, n i taara i bɛ sìgiyɔrɔ sɔ̀rɔ, nkà n i ma taa joona i b’i sìgi dùguma.B : Oui, Si tu pars tu trouveras une place pour t’asseoir mais si tu ne pars pas tôt, tu t’assiéras par terre.

6.

A : I bɔra kunun wà ?A : Es-tu sorti hier ?
B : Ɔ̀wɔ, n bɔra ka taa dùgu` kɔnɔ nkà n ma mɛn yèn. N sèginna joona.B : Oui, je suis sorti pour aller en ville, mais je n’y suis pas resté. Je suis rentré tôt.

7.

A : N mana taa, i bɛ n nadòn wà ?A : Quand je pars, me laisseras-tu entrer ?
B : Ɔ̀wɔ, i mana taa, n b’i ladòn.B : Oui, quand tu pars, je te laisserai entrer.

8.

A : San tùn mana jɔ̀, aẁ tùn bɛ mùn kɛ ?A : Quand la pluie est arrivée, que faisiez-vous ?
B : San tùn mana jɔ̀, an tùn bɛ taa yaala.B : Quand la pluie est arrivée, nous partions nous promener.

9.

A : Ne tùn ka kan ka mùn kɛ ?A : Que fallait-il que je passe ?
B : E tùn ka kan ka tobili` kɛ.B : Il fallait que tu fasses la cuisine.
A : Ò tùn ma fɔ ne ye. Ne tùn hakili` la n tùn ka kan ka dàga` fa dè.A : Cela ne m’avais pas été dit. Je pensais qu’il fallait que je remplisse la jarre.
B : Àyi, ò tùn fɔra Ɲɛba dè ye. Àle dè tùn ka kan ka ji` tà ka dàga` fa.B : Non, c’est à Nyɛba que cela avait été dit. C’est elle qui devait aller chercher l’eau pour remplir la jarre

.

JPEG - 143 ko
photo : Daniel Hérard
source : http://farmlandgrab.org/post/view/18380-au-mali-des-paysans-reclament-leurs-terres-vendues-a-kadhafi

TEXTE

Bakàri ye sɛ̀nɛkɛlaba ye. À bɛ se ka sɛ̀nɛ kɛ k’à ta sɔ̀gɔma fo fìtiri. À tùn bɛ se ka ɲɔ̀borɛ tan ni màlobɔrɛ segin ni kɔɔri tɔni sàba sɔ̀rɔ sàmiya kelen na. Nkà jà nàna kɛ. À sàn fɔlɔ la, à ma se k’à ka hakɛ kɔ̀rɔẁ si sɔ̀rɔ. Jà sàn fìlanan fana, Bakàri ma foyi sɔ̀rɔ k’à da à ka hakɛ kɔ̀rɔẁ kàn. À ko : "mɔ̀gɔ bɛ baara kɛ dè ka dɔ fara i ka sɔ̀rɔ kàn, ni fɛn tɛ far’à kàn, i ka kan ka fɛ̀ɛrɛ wɛrɛ ɲini.” Ò kɔ Bakàri ye dɔ fara à ka kɛnɛ kɔ̀rɔẁ kàn, n òlu ye màloforo` kɛnɛ ye, àni ɲɔ̀fòro` kɛnɛ, àni kɔɔrifòro` kɛnɛ. À ye fòro kuraẁ bɔ. À ko : "fòro kɔ̀rɔẁ sɔ̀rɔ` ni fòro kuraẁ sɔ̀rɔ` mana fara, jamana ka nafa b’ò la. Jà nàna, ò ye tìɲɛ ye, nkà jà man kan ka cɛ̀ fɛ̀ɛrɛ bɛɛ bɔ i kɔnɔ. An t’à fɔ bamanakan na wà ko cɛ̀ fɛ̀ɛrɛ mana ban, à ka cɛ̀ya banna ?"

+ lentement

QUESTIONS

1. Bakàri bɛ mùn baara kɛ ?
2. À bɛ se ka sɛ̀nɛ kɛ tìle bɛɛ wà ?
3. À tùn bɛ hakɛ jùmɛnẁ sɔ̀rɔ à ka fòroẁ la ?
4. Jà sàn fɔlɔ, à sera ka hakɛ kɔ̀rɔẁ sɔ̀rɔ wà ?
5. À sàn fìlanan dùn ?
6. Bakàri ko mɔ̀gɔ bɛ baara` kɛ mùn kɔsɔn ?
7. Ko ni fɛn tɛ fara i ka sɔ̀rɔ kàn, i ka kan ka mùn kɛ ?
8. Bakàri ye mùn kɛ ?
9. Bakàri mana sɔ̀rɔ caman kɛ, jɔn ka nafa b’ò la ?
10. Bakàri ko ko cɛ̀ bɛ mùn bolo ?

TRADUCTION

Bakari est un fermier. Il est capable de cultiver du matin jusqu’au soir. Il aurait pu en tirer 10 sacs de mil, huit sacs de riz et trois tonnes de coton par an. Mais vint la sécheresse. La première année, il ne fut pas capable d’obtenir les quantités précédentes. La deuxième année, Bakari ne put obtenir plus que ce qu’il avait eu la première année. Il dit : « On travaille pour améliorer ses revenus ; s’ils n’augmentent pas, il faut chercher une autre solution. » Après ça, Bakari augmenta ses surfaces précédentes, c’est à dire les surfaces du champ de mil, de riz, de coton. Il mit en place de nouveaux champs. Il dit : « Quand on ajoute les revenus des anciens champs et des nouveaux champs, le pays en tire profit. C’est vrai que la sécheresse est venue, mais la sécheresse ne doit pas nous faire oublier notre inventivité. Ne dit-on pas en bambara que si un homme perd son inventivité, il perd sa virilité ? »

EXERCICES

SUBSTITUTION

Instructeur : la deuxième fois le stagiaire doit mettre le suffixe lui même.

À diya tɛ se ka fɔ ka ban.À diya tɛ se ka fɔ ka ban.
jànyajàn
juguyajugu
bònyabòn
tɛliyatɛli
diyadi
jɛya
timiyatimi
cayaca
kɛnɛyakɛnɛ
juguyajugu
diyadi

TRANSFORMATION

1.
A : Wari` ka ca n kun.B : Wari` tùn ka ca n’kun, nkà sisan à man ca.
Fanta ka dɔgɔ.
Kulubali ka kìsɛ.
Àli ka kolon
Bari ka sùrun..
Mobili ka ca.
Mùso ka ɲì.
So` ka dɔgɔ.
Amadu ka moto ka tɛli.
Musà ka bòn.
Balo` sɔ̀ngɔ ka jugu.
Ji` ka suman.
Dutɛ` ka kalan.
Dumuni ka di.
2.
A : N tùn taa sò.B : N tùn taara sò.
À tùn bɛ bɔ yàn.
An tùn bɛ sùnɔgɔ.
À tùn bɛ ji` mìn.
À tùn bɛ kàlan` kɛ.
N tùn bɛ bò` kɛ.
Àli tùn bɛ kàlan` kɛ
Ù tùn bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn.
An tùn bɛ dàraka` dùn.
Òlu tùn tɛ baara` kɛ.
Fanta tùn bɛ kàsi.
Keyità tùn tɛ mobili` bòli.
Madu tùn bɛ sɛ̀nɛ` kɛ.
Àw tùn bɛ bɔ kàlanso` kɔnɔ.

COMBINAISON

A : Sidìbe bɛ taa.
À ma taa.
B : Sidìbe tùn bɛ taa nkà à ma taa.
Àli bɛ yàn.
À bɔra sisan.
Àli tùn bɛ yàn nkà à bɔra sisan.
Bari b’à fɛ̀ ka taa.
À ma taa fɔlɔ.
Bari tùn b’à fɛ̀ ka taa, nkà à ma taa fɔlɔ.
An ka kan ka ɲɔgɔn ye.
An ma ɲɔgɔn ye fɔlɔ.
An tùn ka kan ka ɲɔgɔn ye, nkà an ma ɲɔgɔn ye fɔlɔ.
Musà tùn ka kan ka nà.
À ma nà fɔlɔ.
Musà tùn bɛ nà, nkà à ma nà fɔlɔ.
À bɛ baara` kɛ yàn.
À bɔra ka taa yɔrɔ wɛrɛ.
À tùn bɛ baara` kɛ yàn, nkà à bɔra ka taa yɔrɔ wɛrɛ.
N bɛ gèse` da.
N y’à dabìla.
N’tùn bɛ gèse da, nkà n y’à dabìla sisan.
N bɛ se mobili la.
N man farin à ɲɛ sisan.
N tùn bɛ se mobili la, nkà n man farin à ɲɛ sisan.
N bɛ àngilɛkan fɔ.
N tɛ se sisan.
N tùn bɛ àngilɛkan fɔ, nkà n tɛ se sisan.
À bɛ Fanta fɛ̀.
À t’à fɛ̀ sisan.
À tùn bɛ Fanta fɛ̀, nkà à t’à fɛ̀ sisan.
Musà tùn bɛ sɛ̀nɛ` kɛ.
À bɛ gèse` da sisan.
Musà tùn bɛ sɛ̀nɛ kɛ, nkà à bɛ gèse` da sisan.

NOTES

Les saisons au Mali

sont très différentes de celles que connaissent les américains ou les européens. Il y a deux saisons principales : saison des pluies et saison sèche. Les pluies commencent par exemple à la fin mai dans le sud du Mali. Elles continuent régulièrement en gros jusqu’en septembre et il peut y en avoir encore un peu en octobre. Les mois de décembre et de janvier marquent la saison froide dans la plus grande partie du Mali, une pull chaud en laine ou une veste (de nos jours on porte couramment l’anorak ou les vêtements d’hiver européens, parfois même encore le matin !) ne sont pas de trop en soirée. En février, la température se met à monter. Il arrive qu’il y ait brièvement un ou deux jours de pluie, qu’on appelle la pluie des mangues. Puis la saison chaude commence. Mars, avril et mai sont souvent des mois très chauds avec des température entre 32° et 38° (d’après les températures indiquées en degrés Fahrenheit à la fin des années 1970.). Il n’y a pas que les paysans qui attendent le début des pluies. (la saison sèche court donc d’octobre à avril et comprend une période froide et une période très chaude.)

tùn

Le point de grammaire principal dans ce cours est l’utilisation de la particule tùn, auxiliaire du passé inactuel (imparfait, éventuel, irréel). tùn est toujours placé avant les marques prédicatives quand il y en a, par ex. :

tùn ye kàramɔgɔ` ye.Il était le professeur.
tùn bɛ taa.Il partait.
tùn y’à kɛ.Il l’avait fait.
tùn bɛn’à kɛ.Il l’aurait fait. (bɛn’à= bɛnà à)
A tùn bòlila.Il fuyait.

Dans tous ces exemples, tùn a généralement le sens du passé. Si on pense que la conjugaison des verbes en Bambara marque non pas le temps (passé, futur...) de l’action mais plutôt son état accompli ou non (l’aspect), on comprend mieux le rôle de tùn.

Si l’on considère que la marque prédicative se réfère à l’aspect de l’action qui est inaccomplie (n’a pas besoin d’aller à son terme pour être considérée comme accomplie : imperfectif1), on peut comprendre comment, en la combinant avec tùn on peut se référer à un état passé, par ex. :

imperfectif : À bɛ yàn.Il est ici.
passé, imperfectif : À tùn bɛ yàn.Il était ici.
imperfectif : À bɛ dumuni` tobi.Elle cuisine.
passé, imperfectif : À tùn bɛ dumuni` tobi.Elle cuisinait.

La marque prédicative ye que nous avons présenté comme l’auxiliaire du passé doit en fait être considérée comme faisant référence à l’aspect accompli de l’action (L’aspect perfectif indique un procès qui ne peut être réalisé qu’une fois parvenu à son terme). De toute évidence, quelque chose qui est accompli est aussi quelque chose de passé. Lorsqu’il est combiné avec tùn, Le sens indique une action qui était accomplie avant une autre :

À ye baara` kɛ.Il a fait le travail.
tùn ye baara` kɛ.Il avait fait le travail.

Il faut noter en plus que l’aspect perfectif est aussi utilisé dans des cas où l’action n’est qu’hypothétiquement accomplie. Dans les phrases conditionnelles, là où le français utilise le futur antérieur (en anglais : future perfect ) … et là où l’anglais utilise le présent, le bambara utilise le perfectif, par ex. :

Ni’à ye baara` kɛ, à bɛ taa.Quand il aura fait le travail, il partira.

Lorsqu’on combine tùn avec la marque prédicative du futur bɛnà le sens peut être traduit par un conditionnel passé (conditional perfect).

tùn bɛnà baara` kɛ.Il aurait fait le travail.

Nom du jour

Dans la plupart des cas, le nom du jour peut être utilisé seul, on peut aussi le combiner avec le mot “jour” , don, sans qu’il y ait de différence de sens. ("tàrata" ou bien "tàrata don")

Le progressif non visuel

De nombreux dialectes Bambara et Maninka ont une construction verbale combinant les marques prédicatives bɛ/tɛ et le suffixe verbal -la. Le sens de cette construction est celui du progressif, par ex. :

taala.Il est en train de partir.
baara` kɛla.Il est en train de travailler.

De nombreux locuteurs utilisent indifféremment l’une ou l’autre forme verbale, présent ou progressif. Dans beaucoup de situations, on préférera le progressif qui est plus précis. De nombreux locuteurs préféreraient par exemple utiliser le progressif dans les exercices du Cycle 2 de ce cours, comme par ex.

I tùn bɛ mùn kɛla yèn.Que faisiez-vous là-bas ?
N tùn bɛ kàlan` kɛla yèn.Là-bas je faisais des études.

Cette construction progressive est à distinguer du progressif visuel, ou le @la@ est une postposition séparée, précédée par un nom :

baara` la.Il est au travail.

Où báara n’est pas le verbe « travailler », mais le nom « travail » : c’est un énoncé locatif (ou situatif).

Les verbes qualitatifs (VQ)

sont exclusivement utilisés pour caractériser un état présent ou passé, par ex. :

À ka di.C’est bon, agréable.
À tùn ka di.C’était bon, agréable.

Les VQ ne peuvent pas être utilisés pour caractériser le processus qui a abouti à cet état. Si l’on veut parler de l’action, plutôt que de l’état, on utilise le suffixe -ya avec la plupart des VQ.

À bɛ bònya.Ça augmente, ça grossit.
*À bònyana.Ça a augmenté, ça a grossi.
Fanta y’à bònya.Fanta l’a augmenté.

* Note : par extension, bònya signifie aussi “congratuler, respecter”. De même dɔgɔya pourra signifier “ridiculiser, insulter” en même temps que “diminuer, réduire”.

Les VQ ɲi “bon” et di “bon, agréable” ont, dans la plupart des dialectes des formes légèrement irrégulières lorsqu’on leur ajoute le suffixe –ya :

- ɲi + ya devient ɲɛ en Bambara et ɲa en Maninka.

- di + ya se prononce souvent ja en Bambara bien qu’on l’écrive diya.

Les VQ en -ya ont en général la même forme lorsqu’ils sont utilisés comme noms : C’est cette forme qui est utilisée pour caractériser des qualités abstraites telles que “rougeur, chaleur, lenteur, stupidité, beauté”.

Le nom correspondant au VQ ɲi est aussi irrégulier : ɲùmanya.

Dans leur fonction verbale, certains VQ ne nécessitent pas le suffixe -ya. Voici la table des VQ, du verbe et du nom correspondants et leur signification :

Verbe QualitatifVerbeNomKɔrɔ
cacayacayanombreux/beaucoup
didiyadiyabon, beau/agréable
bònbònyabònyagrand/agrandir
jànjànyajànyalong, éloigné/longueur, distance
ɲìɲaɲùmanyabien/amélioration
jugu(n)juguyajuguyamauvais/méchanceté
jɛya, jɛjɛyaclair, lumineux/clarté, blancheur
fìnfìn, fìnyafìnyasombre, obscur/obscurité, noirceur
bìlenbìlen,bìlenyabìlenyarouge, ardent, violent/rougeur
gònigòniyagòniyachaud/chaleur
kalankalayakalayachaud (eau, liquide)/chaleur (liquide)
fìsafìsayafìsayamieux/amélioration
giringirinyagirinyalourd/poids
fìɲɛfìɲɛyafìɲɛyaléger/légèreté
gɛ̀lɛngɛ̀lɛyagɛ̀lɛyadur/difficile
kɛnɛkɛnɛyakɛnɛyaen bonne santé, vert/santé
kurakurayakurayaneuf/nouveauté
kɔ̀rɔkɔ̀rɔkɔ̀rɔyavieux/vieillesse
kùnbakùnbayakùnbayagros, important/grosseur, importance
mìsɛnmìsɛɲamìsɛɲapetit/petitesse
kìsɛkìsɛyakìsɛyabrave, courageux/ courage, zèle
timi(n)timiyatimiyadoux/douceur
kùmu(n)kùmunkùmunyaamer/amertume
kunankunayakunayaaigre, pénible, avare/amertume, avarice
nɔ̀gɔnnɔ̀gɔyanɔ̀gɔyafacile/facilité, amélioration
sùrunsùrunyasùrunyaétroit, court/étroitesse
sumansumanyasumayafroid, lent/fraîcheur, lenteur
gogoyagoyamauvais, stupide/stupidité
màganmàgayamàgayafluide, doux, souple/molesse
dɔgɔdɔgɔyadɔgɔyapetit, jeune/petitesse, insulte

VOCABULAIRE

banv.finir, terminer
- À banna ?- Est-ce terminé ?
- À tùn ye baara`ban.- Il a terminé le travail.
bànav.devenir malade
- À bànana.- Il a attrapé une maladie (= Bàna y’à mìnɛ).
bìn.aujourd’hui
--- lav.obtenir --- de —‑
- N ye bɔ̀rɛ tan bɔ fòro` la.- J’ai tiré 10 sacs de ce champ.
bɔ̀rɛ, bɔ̀rɔn.sac
cayan.abondance, quantité importante
dabìlav.cesser ---, abandonner --- (de ---bìla : laisser)
- N ye baara` dabìla.- J’ai abandonné le travail (démissionné).
diya (di + ya)n.plaisir (délice, joie)
dɔgɔya.réduire en taille, en quantité, insulter
- À ka wari` dɔgɔyara.- Sa fortune a diminué.
- Fanta ye Umù dɔgɔya.- Fanta a insulté Umu.
fav.remplir, être plein, rassasié
- N fara tewu !- Je suis tout à fait rassasié.
- À ye lampa fa taji la.- Il a rempli la lampe avec du kérozène.
fonɛnɛn.saison froide
fɔ --- kɔv.rater --- (quelqu’un)
- N fɔra i kɔ kunun.- Je t’ai raté hier.
fùntenin.chaleur
hakili bɔ --- kɔv.oublier
- N hakili bɔra à tɔgɔ kɔ.- J’ai oublié son prénom.
k’à ko ---v.dire que —‑
- À y’à fɔ ko Fanta bɛ na.- Il a dit que Fanta venait.
kunasinin.avant-hier
kununn.hier
ladòn (la + don)v.faire entrer ---, laisser entrer --- dans (de don : entrer)
- I ka ne ladòn siniman na !- Emmène-moi au cinéma !
màkɔ̀nɔv.attendre —‑
- N tùn b’i màkɔ̀nɔ yèn.- Je t’attendais là-bas.
nɔgɔyav.devenir plus facile, s’améliorer
- À nɔgɔyara.- Il va mieux (se dit d’un malade).
ɲìnann.cette année
salonn.l’an dernier
sàmiyɛ, sàmiyan.saison des pluies
sinin.demain
sinikɛnɛn.après-demain
sisann.maintenant
taa yaalav.aller se promener
- À taara yaala.- Il est parti se promener.
tìleman.saison chaude

DEVOIRS

Prenez contact avec un agriculteur, par l’intermédiaire d’un professeur, d’un volontaire ou d’un autre ami malien. Apprenez de sa bouche comment il s’est débrouillé au cours des deux précédentes saisons des pluies. Faites un rapport à la classe avec au minimum les informations suivantes :

  • Le nom de l’agriculteur.
  • Où habite-t-il ?
  • Où sont ses champs ?
  • Quelle est leur superficie ?
  • Combien de sacs ou de kilos de mil ou d’arachide a-t-il tiré de ses champs au cours des deux dernières saisons des pluies ?
  • Pour chacune de ces deux saisons des pluies, combien en attendait-il ?

INDEX DES COURS

samedi 18 octobre 2014

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios