[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 12


BAARA (LES MÉTIERS)

Nsànaw

Mɔ̀gɔ` tɛ se kà dàga` kɔnɔfɛn` dɔn à kɔfɛla` fɛ̀.


Bolonkɔni kelen tɛ bɛ̀lɛ` tà.


AU SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp. 171-186
Audio web (Anglais, Bambara) : 12a, 12b, 12c, 12d, 12e,
index audio : www.iu.edu

Cycles 1 - 2 - 3 - 4 - Dialogues - ExercicesTextes 1 2 3 4 5 6NotesVocabulaireDevoirs

CYCLE 1 : kà se kà (pouvoir, savoir)

M-1

N bɛ se.Je peux (j’arrive).
N tɛ se.Je ne peux pas.

C-1

A : I bɛ se kà mobili` bòli wà ?Savez-vous conduire une voiture ? (pouvez-vous... ?)
B : Ɔ̀wɔ, n bɛ se.Oui, je sais. (je peux)
A : I bɛ se kà sò` bòli wà ?Savez-vous monter à cheval ? (pouvez-vous... ?)
B : Àyi, n tɛ se.Non, je ne sais pas (je ne peux pas).

M-2

Kàmara bɛ se kà nɛ̀gɛso` bòli.Kàmara sait faire du vélo.
Kàmara tɛ se mobili bòli` la.Kàmara ne sait pas conduire une voiture
Sidìbe bɛ se kà sò` bòli.Sidìbe sait monter à cheval.
Sidìbe tɛ se poponi` na.Sidìbe ne sait pas conduire une mobylette.

C-2

A : Kàmara bɛ se kà mobili` bòli wà ?
B : Àyi, Kàmara tɛ s’à la, à tɛ se.
A : Moto dùn ?
B : À bɛ se ò la kosɛbɛ.
A : Sidìbe bɛ se kà sò` bòli wà ?
B : Ɔ̀wɔ, à bɛ se. (k’à kɛ)
A : E dùn ?
B : E ! Ne tɛ s’à la.

M-3

N tɛ se kà taa dùgu` kɔnɔ sisan.Je ne peux pas aller en ville maintenant.
N ka kan kà to yàn kà kàlan` kɛ.Je dois rester ici pour apprendre.

C-3

A : I bɛ se kà taa dùgu` kɔnɔ sisan wà ?Est-ce que tu peux aller en ville maintenant ?
B : Àyi, n tɛ se kà taa dùgu` kɔnɔ sisan.
A : Mùnna ?Pourquoi ?
B : N ka kan kà to yàn.

C-4

A : Kàramɔgɔ` bɛ se kà taa dùgu` konɔ sisan wà ?Le prof peut-il aller en ville maintenant ?
B : Àyi, à tɛ se kà taa dùgu` kɔnɔ sisan.
A : Mùnna ?Pourquoi ?
B : À ka kan kà to yàn.Il doit rester ici.

M-4 : kà kan kà : devoir

[Notes]

N ka kan kà bamanankan` kàlan bì.Je dois apprendre le Bambara aujourd’hui.
An ka kan kà bamanankan` kàlan bì.Nous devons apprendre le Bambara aujourd’hui.

C-5

A : Aw ka kan kà mùn kɛ bì ?Que devez-vous faire aujourd’hui ?
B : An ka kan kà bamanankan` kàlan bì.
A : Kàramɔgɔ dùn ? À ka kan kà mùn kɛ bì ?Et le prof ? Que doit-il faire aujourd’hui ?
B : À ka kan kà baara` kɛ.

CYCLE 2 : b’à fɛ̀ kà : vouloir

[Notes]

M-1

N b’à fɛ̀ kà taa Segu nka n tɛ se kà taa sisan.Je veux aller à Ségou mais je ne peux pas partir maintenant.
Bakàri b’à fɛ̀ kà taa Kayi nka à tɛ se kà taa sisan.Bakàri veut aller à Kayes, mais il ne peut pas partir maintenant.
Ù b’à fɛ̀ kà taa Moti nka ù tɛ se kà taa sisan.Ils veulent aller à Mopti, mais ils ne peuvent pas partir maintenant.

C-1

A : I b’à fɛ̀ kà taa min ?Où voulez-vous aller ?
B : N ba fɛ̀ ka taa Segu, nka n tɛ se kà taa sisan.
A : Bakàri dùn ? À b’à fɛ̀ kà taa min ?Et Bakàri ? Où veut-il aller ?
B : Bakàri b’à fɛ̀ kà taa Kayi, nka à tɛ se kà taa sisan.
A : Òlu dùn ? Ù b’à fɛ̀ kà taa min ?Et eux ? Où veulent-ils aller ?
B : Ù b’à fɛ̀ kà taa Moti nka òlu fana tɛ se kà taa sisan.

M-2

N t’à fɛ̀ ka taa "New York", n b’à fɛ̀ kà to yàn.Je ne veux pas aller à New York, je veux rester ici.
Keyità b’à fɛ̀ kà taa Washington, à t’à fɛ̀ kà to yàn.Keita veut aller à Washington, il ne veut pas rester ici.

C-2

A : I b’à fɛ̀ kà taa New YorkVeux-tu aller à New York ?
B : Àyi, n t’à fɛ̀ kà taa New York, n b’à fɛ̀ kà to yàn.
A : Keyità b’à fɛ̀ kà taa Washington wà ?Est-ce que Keita veut aller à Washington ?
B : Ɔ̀wɔ, Keyità b’à fɛ̀ kà taa yen. À t’à fɛ̀ kà to yàn.

M-3

N mana se bamanankan` na, n bɛ taa baara` kɛ.Quand je saurais parler Bambara, j’irai travailler.
Sidìbe mana se angilekan` na, à bɛ taa Ameriki.Dès que Sidibe saura parler anglais, il ira en Amérique.

CYCLE 3 : les métiers

Instructeur : Enseigner ce cycle en vous servant des dessins 57, 58, 59, 60.

M-1

Nìn cɛ` ye nùmu` ye.Cet homme est un forgeron.
À bɛ se kà fɛn caman dilaIl peut fabriquer beaucoup de choses.
À bɛ mùru` ni dàba` ni jele` dila.Il fabrique des couteaux, des houes et des haches.
À b’ù dila ni nɛ̀gɛ` ni jiri` ye.Il les fabrique avec du fer et du bois.
N i ka dàba` mana tiɲɛ, à bɛ se k’à dila.Si ta houe s’est abimée, il peut la réparer.
JPEG - 84.1 ko
Nìn den bɛ mùn baara` kɛ ?
Les vacances du fils du forgeron
(San, 2009)

C-1

A : Nìn cɛ̀ bɛ mùn baara` kɛ ?Quel travail fait cet homme ?
B : Nìn cɛ̀ ye nùmu` ye.
A : À bɛ se kà fɛn caman dila wà ?Est-ce qu’il peut fabriquer beaucoup de choses ?
B : Ɔ̀wɔ, à bɛ se kà fɛn caman dila.
A : Mùn ni mùn ?Quelles choses ? (quoi et quoi ?)
B : À bɛ mùru` ni dàba` ni jele` dila.
A : À b’ù dila ni mùn ye ?Avec quoi les fabrique-t-il ?
B : À b’ù dila ni nɛ̀gɛ` ni jiri` ye.
A : Ni n ka dàba` mana tiɲɛ, à bɛ se kà dila wà ?Si ma houe est abimée, peut-il la réparer ?
B : Ɔ̀wɔ, à mana tiɲɛ, à b’à dila.Oui, si elle est abimée, il la réparera.

M-2

Nìn cɛ̀ ìn ye sɛ̀nɛkɛla` ye.Cet homme est un cultivateur.
À bɛ ɲɔ̀` sɛ̀nɛ à ka fòro` la.Il cultive le mil dans son champ.
À bɛ sɛ̀nɛ` kɛ ni dàba` ye.Il cultive à l’aide d’une houe.
À bɛ ɲɔ̀` sɛ̀nɛ sàmiya` tùma` (na).Il cultive le mil à la saison des pluies.

C-2

A : Nìn cɛ̀ ìn bɛ mùn baara` kɛ ?Quel travail fait cet homme ?
B : Nìn cɛ̀ ìn ye sɛ̀nɛkɛla` ye.
A : À bɛ mùn sɛ̀nɛ à ka fòro` la ?Que cultive-t-il dans son champ ?
B : À bɛ ɲɔ̀` sɛ̀nɛ à ka fòro` la.
A : À bɛ sɛ̀nɛ` kɛ ni mùn ye ?À l’aide de quoi cultive-t-il ?
B : À bɛ sɛ̀nɛ` kɛ ni dàba` ye.
A : À bɛ ɲɔ̀` sɛ̀nɛ tùma jùmɛn ?Quand cultive-t-il le mil ?
B : À bɛ ɲɔ̀` sɛ̀nɛ sàmiya` tùma` (na).

M-3

Nìn cɛ̀ ìn ye garanke` ye.Cet homme est cordonnier.
À bɛ sàbara` dilaIl fabrique des chaussures.
À b’ù dila ni wòlo` ye.Il les fabrique à partir de cuir.

C-3

A : Nìn cɛ̀ ìn bɛ mùn baara` kɛ ?Quel travail fait cet homme ?
B : Nìn cɛ̀ ìn ye garanke` ye.
A : À bɛ mùn dila ?Que fabrique-t-il ?
B : À bɛ sàbara` dila.
A : À b’ù dila ni mùn ye ?Avec quoi les fabrique-t-il ?
B : À b’ù dila ni wòlo` ye.

M-4

Nìn cɛ̀` ye mɔnnikɛla` ye.Cet homme est un pêcheur.
Mɔnnikɛla caman ye Bòso ye.Beaucoup de pêcheurs sont des Bozos.
À bɛ jɛgɛ` mìnɛ.Il attrape les poissons.
À b’ù mìnɛ ni jɔ̀` ye.Il les attrape au filet.
À bɛ tìlen ba` kàn.Il passe sa journée sur le fleuve.
JPEG - 52.4 ko
Mɔnnikɛlaw bɛ jɛgɛ` mìnɛ ni jɔ̀` ye.
Les pêcheurs attrapent le poisson au filet.
Illustration de DJENNÉ, aux éditions du Figuier, du regretté Moussa Konaté, 2006.
Illustration Aly Zoromé.

C-4

A : Nìn cɛ̀` ye mùn ye ?Que fait cet homme ? (Quel travail...)
B : Nìn cɛ̀` ye mɔnnikɛla` ye.
A : À bɛ mùn kɛ ?Que fait-il ?
B : À bɛ jɛgɛ` mìnɛ. `
A : À b’ù mìnɛ ni mùn ye ?Avec quoi les attrape-t-il ?
B : À b’ù mìnɛ ni jɔ̀` ye.
A : À bɛ tìlen min ?Où passe-t-il sa journée ?
B : À bɛ tìlen ba` kàn.
Sɛ̀nɛkɛla` bɛ tìlen min ?
Nùmukɛ` bɛ tìlen min ?
Kàramɔgɔ` bɛ tìlen min ?
Morikɛ` bɛ tìlen min ?
I bɛ tìlen min ?

M-5

Nìn cɛ̀` ye gèsedala` ye.Cet homme est un tisserand.
À bɛ fìnikɔnɔ` dila.Il fabrique des bandes de tissu (bandes de coton tissé).
À bɛ dali` kɛ ni gaari` ye.Il tisse avec du fil.
Gaari` bɛ bɔ kɔɔri` la.Le fil provient du coton.
JPEG - 64.9 ko
Gèsedala bɛ fìnikɔnɔ` dila
Ségou, 2009
Bogolans Soroblé
http://soroblecentre.com/fr/

C-5

A : Nìn cɛ̀` bɛ mùn baara` kɛ ?Que fait cet homme ?
B : Nìn cɛ̀` ye gèsedala` ye.
A : À bɛ mùn da ?Que tisse-t-il ?
B : À bɛ fìni` da.
A : À bɛ dali` kɛ ni mùn ye ?Avec quoi tisse-t-il ?
B : À bɛ dali` kɛ ni gaari` ye. Gaari` bɛ bɔ kɔɔri` la.

CYCLE 4 : kà fɔlɔ kà : commencer par

[Notes]

M-1

N mana kunun, n bɛ fɔlɔ kà n kò.Dès que je me réveille, je commence par me laver.

C-1

A : I man’i kò, i bɛ fɔlɔ kà mùn kɛ ?Quand tu t’es lavé, que commences-tu par faire ?
B : N mana n ko, n bɛ fɔlɔ kà bamanankan` kàlan.
A : I b’à dabìla tùma jùmɛn ?Quand arrêtes-tu ?
B : N t’à dabìla fo wula` fɛ̀.

Instructeur : Poursuivre l’emploi de "kà fɔlɔ kà" dans d’autres phrases et contextes.

À bɛ fɔlɔ kà bamanankan` kàlan.An tɛ baara` dabìla.An ye baara` damìnɛ.
ka baara` kɛbàro`bàro`
k’i kòdumuni`dumuni`
kà jɛgɛ` mìnɛntolatan`ntolatan`
k’i dakàlan`kàlan`
kà dàraka `dunlakalanni`lakalanni`
kà fòli kɛ

DIALOGUE

Instructeur : Le dessin 58

A : I bɛ taa yɔrɔ` jùmɛn ?A : À quel endroit vas-tu ?
B : N bɛ taa baarayɔrɔ` la.B : Je vais sur mon lieu de travail.
A : I bɛ mùn baara` kɛ ?A : Quel travail fais-tu ?
B : Ne ye nùmu` ye. N bɛ dàba` ni mùru` ni jele` dila.B : Je suis forgeron. Je fais des houes, des couteaux et des haches.
A : Ò ka ɲi. I bɛ se kà n ka dàba` dila ?A : C’est bien. Peux-tu réparer ma houe ?
B : N t’à dɔn. T’à tà kà nà : N b’à lajɛ ni n bɛ se k’à dila.B : Je ne sais pas. Prends la et rapporte la. Je vais regarder si je peux la réparer.
A : N bɛ t’à tà kà nà sisan. I ka baarayɔrɔ` bɛ min ?A : Je vais la prendre et revenir tout de suite. Où est ton lieu de travail ?
B : N bɛ baara` kɛ nìn ga` dè kɔrɔ. K’an sɔɔni fɔlɔ.B : C’est sous ce hangar que je travaille. A très bientôt.
A : K’an sɔɔni.A : A bientôt.

PETITS DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.

JPEG - 68.3 ko
Sɛ̀nɛkɛlamuso` bɛ jàba` sɛ̀nɛ à ka fòro` la.
L’agricultrice cultive l’oignon dans son champ.
Illustration tirée de LE PAYS DOGON, aux éditions du Figuier, du regretté Moussa Konaté, 2006.
Illustration Aly Zoromé.
A : I bɛ baara jùmɛn kɛ ?A : Quel est le travail que tu fais ?
B : N bɛ sɛ̀nɛ` kɛ • N ye sɛ̀nɛkɛla` ye.B : Je cultive. Je suis cultivateur.
A : I bɛ mùn sɛ̀nɛ i ka fòro` la ?A : Que cultives-tu dans ton champ ?
B : N bɛ ɲɔ̀` dè sɛ̀nɛ.B : C’est du mil qsue je cultive.
A : I bɛ sɛ̀nɛ` kɛ tùma jùmɛn ?A : À quel moment cultives-tu ?
B : N bɛ sɛ̀nɛ` kɛ don ò don.B : Je cultive chaque jour.
A : Bakàri dùn ? À bɛ sɛ̀nɛ` kɛ wà ?A : Et Bakàri ? Est-ce qu’il cultive ?
B : Àyi, à tɛ sɛ̀nɛ` kɛ. À bɛ nkɔ̀ni` dè fɔ.B : Non, il ne cultive pas. Il joue du "nkòni" (guitare-harpe).

2.

A : I bɛ dɔ̀lɔ` mìn (wa) ?A : Est-ce que tu bois de la bière "dolo" (=des boissons alcoolisées) ?
B : Àyi, n tɛ dɔ̀lɔ` mìn. N ye sìlamɛ` ye. E dùn ?B : Non, je ne bois pas de bière. Je suis musulman. et toi ?
A : Ne b’à mìn.A : J’en bois.

3.

A : I bɛ bɔ ; i b’à fɛ̀ kà taa min ?A : Tu sors ; où veux-tu aller ?
B : N b’à fɛ̀ kà taa sugu` la.B : Je veux aller au marché.

4.

A : Ngɔ̀lɔ bɛ se mùn na ?A : Que sait faire Ngɔ̀lɔ ?
B : Ngɔ̀lɔ ye dònso` ye. À bɛ se fɛn caman na.B : Ngɔ̀lɔ est chasseur. Il sait faire beaucoup de choses.
A : Fɛn jùmɛn ?A : Lesquelles ? (choses lesquelles)
B : À bɛ se kà sògo` ɲɛnama mìnɛ.B : Il sait attraper le gibier vivant.

5.

A : I mana wuli, i bɛ fɔlɔ kà mùn kɛ ?A : Dès que tu te réveilles, que commences-tu par faire ?
B : N bɛ fɔlɔ kà n kò.B : Je commence par me laver.
A : Sekù dùn ?A : Et Sekou ?
B : Àle bɛ fɔlɔ ka sìgarati` mìn.B : Lui il commence par fumer une cigarette.

6.

A : Dùgumɔgɔ` bɛɛ bɛ sɛ̀nɛ` kɛ wà ?A : Est-ce que tous les habitants du village cultivent ?
B : Baara` sugu ka ca dùgu` kɔnɔ.B : Il y a beaucoup de sortes de travail dans le village.
Dɔw bɛ mìsi` gɛn.Certains gardent les vaches.
Dɔw bɛ jɛgɛ` mìnɛ.Certains attrapent du poisson.
Dɔw bɛ bon` jɔ̀.Certains construisent des maisons.
Dɔw bɛ gèse` da.Certains tissent.

TEXTES

TEXTE 1

Ngɔ̀lɔ ye dònso` ye. À bɛ taa yaala kùngo` kɔnɔ don ò don. À bɛ sògow dɔn kosɛbɛ À bɛ se dònsoya` la. Sògo kɛnɛ caman bɛ sɔ̀rɔ à bolo à ka so` kɔnɔ.

Questions 1

1. Ngɔ̀lɔ bɛ mùn baara` kɛ ?
2. À bɛ yaala min ?
3. À bɛ se mùnna ?
4. Mùn bɛ sɔ̀rɔ à ka so kɔnɔ ?
Traduction 1

TEXTE 2

Salifu ye gèsedala` ye. Baara` ka ca à bolo. Fajiri` fɛ̀, à bɛ gèseda` damìnɛ. À tɛ baara` dabìla fo fìtiri. À bɛ dali` kɛ ni gaari` ye. Gaari` bɛ bɔ kɔɔri` la.

Questions 2

1. Salifu bɛ mùn baara kɛ ?
2. Salifu bɛ dali` kɛ ni mùn ye ?
3. À bɛ gèseda` damìnɛ kabini tùma jùmɛn ?
4. Gaari` bɛ bɔ mùn na ?
5. À bɛ baara` dabila tùma jùmɛn ?
Traduction 2

TEXTE 3

Amadù ye garanke` ye. À bɛ wòlo` baara ka sàbara` ni bɔrɛ` dila. À bɛ wòlo` tigɛ k’à kala k’à nɔrɔ. Wo` mana bɔ i ka bɔ̀rɛ` la, a bɛ se k’ò kala. À bɛ tìlen à ka baarayɔrɔ` la suguba` kɛ̀rɛfɛ.

Questions 3

1. Amadù bɛ mùn baara` kɛ ?
2. À bɛ mùn dila ?
3. À bɛ sàbaraw dila cogo di ?
4. I ka bɔ̀rɛ` mana tiɲɛ jɔ̀n bɛ se k’à dila ?
5. À b’à dila cogo di ?
Traduction 3

JPEG - 61.2 ko
Nùmu bɛ nɛ̀gɛ` baara
Le forgeron travaille le fer.
Illustration tirée de Le forgeron, Métiers d’Afrique, aux éditions du Figuier, du regretté Moussa Konaté, 2006.
Illustration Yacouba Diarra.

TEXTE 4

Musà ye nùmu` ye. À bɛ nɛ̀gɛ` baara ka mùruda` ni dàbakisɛ` ni jelekisɛ` dila. À b’òlu kalaw dila ni jiri` ye. I ka màrifa` mana tiɲɛ, à bɛ se k’ò dila nka à dilali man d’à ye bàwo à ka gɛ̀lɛn.

Questions 4

1. Musà bɛ mùn baara` kɛ ?
2. Musà bɛ mùn ni mùn dila ?
3. À b’ù dila ni mùn ye ?
4. À bɛ se kà màrifa` fana dila wà ?
5. Mùnna, màrifa dila` man d’à ye ?
Traduction 4

JPEG - 12.3 ko
Mɔnnikɛla bɛ jɛgɛ` mɔn ni jɔ̀` ye
Le lancer du filet (Mopti, janvier 2010)

TEXTE 5

Sòlo ye mɔnnikɛla` ye. Mɔnnikɛla caman ye Boso ye. Sòlo fana ye Boso ye. À bɛ jɛgɛ` mɔn ni jɔ̀` ye. À tɛ mɔnni` kɛ ni dolen` ye. À mana jɛgɛ` mìnɛ, à mùso` bɛ taa à fèere sugu` la. Sòlo bɛ tìlen à ka kurun` kɔnɔ ba` kàn.

Questions 5

1. Sòlo ye mùn ye ?
2. À bɛ mùn kɛ ?
3. À bɛ jɛgɛ` mìnɛ ni mùn ye ?
4. À mana jɛgɛ` mìnɛ, à bɛ mùn k’à la ?
Traduction 5

JPEG - 68.7 ko
Bàgɛnna bɛ tìlen kùngo` kɔnɔ don ò don n’à ka baganw ye.
Le chevrier passe chacune de ses journées dans la brousse avec ses bêtes.
Illustration de DJENNÉ, aux éditions du Figuier, du regretté Moussa Konaté, 2006.
Illustration Aly Zoromé.

TEXTE 6

Umarù ye mìsigɛnna` ye. Mìsigɛnna caman ye fula ye. Ù bɛ mìsi` dɔn ka tɛmɛn bɛɛ` kàn. I mana mìsi` sɔ̀rɔ, i b’à kàlifa Umarù la. À bɛ tìlen kùngo` kɔnɔ don ò don n’à ka baganw ye.

QUESTIONS 6

1. Umarù bɛ mùn baara` kɛ ?
2. Fulaw bɛ mùn dɔn ka tɛmɛn bɛɛ` kan ?
3. Umarù bɛ tìlen min ?
4. I mana mìsi` sɔ̀rɔ, i bɛ mùn kɛ (n’à ye) ?
Traduction 6

Un métier moderne : fabricant de pavés plastique-sable, le plastique provient du recyclage de vieux sacs plastiques ramassés pour nettoyer l’environnement (ramassage rémunéré). Très solides, les pavés peuvent servir pour paver les rues.
Projet No Manani

EXERCICES

SUBSTITUTIONS

1.

N bɛ se bamanankan` na.
angilekan`.
tùbabukan`.
fɛn caman.
baara`.
kàlan`.
dumuni`.
sɛbɛnni`.
fɛn caman.
sɛ̀nɛ`
baara`
fòli`.
mùrudila`.
gèseda`.
kàlan`.
sɛ̀nɛ`
dumuni`.
bàro`
fòli.

2.

Ali bɛ se kà baara` kɛ.
bàro` kɛ.
bamanankan` fɔ.
taa dùgu` kɔnɔ.
nà ni wari` ye.
taa Segu.
fɛn caman kɛ.
gèse` da.
dàba` dila.
jɛgɛ` mine.
taa sugu` la.
tò` dun.
à kɛ
fɛn caman ye.
taa ni Fanta ye.
sògo` faga.
baara` kɛ.
nà yàn.
sɔ̀rɔ kùngo` kɔnɔ.

3.

An ka bamanankan` kàlan.
dumuni` kɛ.
to yàn.
taa so.
ji` mìn.
taa sugu` la.
baara` kɛ.
sògo` sɔ̀rɔ.
nà ni wari` ye.
tùbabukan` fɔ.
fòli` kɛ.
sɛ̀nɛ` kɛ.
kàlan kɛ.
fɛn caman kɛ.
kafe` mìn.
bamanankan` sɛbɛn.
bamanankan` dège.
taa kàlanso` kɔnɔ.
taa dùgu` kɔnɔ.
an jɔ̀ yàn
an kò.

4.

Ù b’à fɛ̀ kà taa dùgu` kɔnɔ.
Ali.
Bari.
dumuni` kɛ.
bàro` kɛ.
taa santiri` la.
n ’.
an.
òlu.
àle.
bamanankan `mɛn.
ji` mìn.
fòli` kɛ.
Keyità.
Sidìbe.
gèse` da.
angilekan` fɔ.
nà yàn.
dùte` mìn.
i.
.

TRANSFORMATION

1.

A : Ali ka kan kà dɔ̀lɔ` mìn.B : Ali man kan ka dɔ̀lɔ` mìn.
Bari b’à fɛ̀ kà taa Sikasso.
An bɛ se kà bamanankan` fɔ.
Ù b’à fɛ̀ kà tò` dun.
N bɛ se kà sɛ̀nɛ` kɛ.
An ka kan kà tùbabukan` fɔ.
Musà bɛ se angilekan` na.
À b’à fɛ̀ kà bàro` kɛ.
Bari bɛ se gèse` da.
Keyità b’à fɛ̀ kà dumuni` kɛ dùgu` kɔnɔ.
Musà ka kan kà taa ni Fanta ye.
Kante bɛ se kà taa Kayi.
Sòlo bɛ se kà sògo` fàga.
I bɛ se kà to yàn.
Ali bɛ se baara` la.
An b’à fɛ̀ kà taa so.
Ù b’à fɛ̀ kà taa Ameriki.

2.

A : N bɛ taa so.B-1 : N ka kan kà taa so.B-2 : N b’à fɛ̀ kà taa so.
Bari bɛ dɔ̀lɔ` mìn.
Ali bɛ bamanankan` fɔ.
An bɛ dumuni` kɛ yàn.
Ù bɛ bàro` kɛ.
An bɛ bɔ bìro` la.
An bɛ nà ni wari` ye.
N bɛ tò` dun.
N bɛ n da lɛrɛ 8 na.
À b’i kò lɛrɛ 7 la.
Ù b’ù sìgi kàlanso` kɔnɔ.
Aw b’aw kò sisan.
N bɛ n jɔ̀ santiri` la dɔɔnin.
N bɛ sègin santiri` la.
An bɛ bamanankan` fɔ.
Òlu bɛ taa dùgu` kɔnɔ.

3.

A : À b’i kò.B1 : À bɛ fɔlɔ k’i kò.B2 : À mana kunun, à b’i kò.
À bɛ sìgarati` mìn.
À bɛ taa ɲɛgɛn` na.
Ù bɛ dumuni` kɛ.
Ali bɛ kafe` mìn.
Kàramɔgɔ` bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.
Ù bɛ baara` kɛ.
An bɛ dàraka` dun.

4.

N bɛ bamanankan` kàlan.B1 : N bɛ fɔlɔ kà bamanankan` kàlanB2 : À mana kunun, n bɛ fɔlɔ kà bamanankan` kàlan.
Àle bɛ ji` mìn.
Aw b’aw kò.
I bɛ sìgarati` mìn.
Ù bɛ dùtɛ` mìn
N bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.
N bɛ sebenni` kɛ.
À bɛ kàlan` kɛ.
I bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn.

QUESTIONS AVEC MOT-CLEF

A : I bɛ nà ni mùn ye ? (wari)B : N bɛ nà ni wari` ye.
À bɛ fìni` da ni mùn ye ? (gaari)
Garanke` bɛ sàbara` dila ni mùn ye ? (wòlo)
I bɛ sɛ̀nɛ` kɛ ni mùn ye ? (dàba)
Nùmu` bɛ dàba` dila ni nɛ̀gɛ` ni mùn ye ? (nɛ̀gɛ` ni jiri)
Bosow bɛ jɛgɛ` mìnɛ ni mùn ye ? (jɔ̀)
Kàramɔgɔ` bɛ sɛbɛnni` kɛ ni mùn ye ? (làkɛrɛ)
I bɛ lɛtɛrɛ `sɛbɛn ni mùn ye ? (biki)
I b’i kò ni mùn ye ? (sàfinɛ` ni ji)
Mɔ̀gɔw bɛ dumuni` kɛ ni mùn ye ? (i bolo)
I bɛ taa so` ni mùn ye ? (liburu)
Aw bɛ sɛ̀nɛ` kɛ ni mùn ye ? (dàba)
A : I b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (dumuni)B : N b’à fɛ̀ kà dumuni` (dè) kɛ.
À b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (fòli)À b’à fɛ̀ kà fòli` dè kɛ.
Bari b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (baara)Bari b’à fɛ̀ kà baara` dè kɛ.
Ù b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (bàro)Ù b’à fɛ̀ kà bàro` dè kɛ
Aw b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (sɛ̀nɛ)An b’à fɛ̀ kà kàlan` dè kɛ.
Madu b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (baara)Madu b’à fɛ̀ kà baara` dè kɛ.
À b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (sɛbɛnni)À b’à fɛ̀ kà sɛbɛnni` dè kɛ.
Aw b’à fɛ̀ kà mùn kɛ ? (kuma)An b’à fɛ̀ kà kuma` dè kɛ.

NOTES

1. bɛ à fɛ̀ kà...

Dans le cours n°7, vous vous souvenez avoir découvert les expressions pour dire "je veux", "j’aime" qui utilisent la postposition fɛ̀ :

N b’à fɛ̀.Je le veux / je la veux / je l’aime.
N t’à fɛ̀.Je ne le veux pas.

La postposition fɛ̀ peut être suivie de la marque de l’infinitif kà avec une notion de consécutif ou de but (cours n°11) comme dans les exemples suivants :

N b’à fɛ̀ kà taa sugu` la.Je veux aller au marché
Bari t’à fɛ̀ kà taa dùgu` kɔnɔBarry ne veut pas aller en ville

2. kà se kà ...

Dans le cours n°11 vous avez vu le verbe se, "arriver". On l’utilise plusieurs fois dans ce cours avec un complément à l’infinitif dans le sens de "pouvoir, être capable de", comme en français "arriver à + infinitif" :

N bɛ se kà bamanankan` kàlan.Je peux apprendre le Bambara. / J’arrive à apprendre le Bambara.
N tɛ se k’à kɛ.Je ne peux pas le faire. / Je ne peux pas arriver à le faire.

On peut exprimer la même chose avec un groupe en postposition (nom ou pronom+postposition) :

À bɛ se ò la.Il peut le faire. / Il peut arriver à (faire) ça.
N tɛ se nìn na.Je ne peux pas faire ceci. / Je n’arrive pas à (faire) ceci.

L’expression est souvent utilisé dans un sens que nous traduirons par "savoir", par exemple lorsqu’il s’agit de jouer des instruments de musique.

À bɛ se nkɔni` na.Elle sait (= sait jouer) le nkòni.
À tɛ se jènbe` la.Il ne sait pas (= ne sait pas jouer) du jembe.

C’est une construction sans le verbe jouer, qui est sous-entendu dans le verbe se. Le verbe que l’on utilise normalement pour jouer d’un instrument de musique, c’est le même que celui qu’on utilise pour "dire, parler" : le verbe . On peut donc aussi utiliser ce verbe pour dire la même chose :

À bɛ se kà nkɔni` fɔ.Elle sait jouer le nkòni.
À bɛ se kà jènbe` fɔIl sait jouer du jembe.

Dernier sens important : Dans le groupe en postposition (avec la ou na), lorsque l’objet indirect du verbe se est un être animé, le sens devient "être capable de battre, de maîtriser", voir même "agresser" une personne ou un animal, comme dans ces exemples :

N bɛ se i la.Je peux te (battre).
I tɛ se n na.Tu ne peux (prendre le dessus) sur moi.
Dònso` bɛ se jàra` la.Le chasseur peut (vaincre) le lion.

3. ka kan kà ...

Ce kan là est le verbe qualitatif "être égal", utilisé dans une construction qualitative comme on l’a vu dans le cours n°8. Attention,comme il s’agit d’une "verbe", le premier ka est la marque prédicative (l’auxiliaire verbal) qualitative affirmative, man au négatif – tous les deux à ton haut.
Lorsqu’il est suivi d’une phrase à l’infinitif (commençant par kà), il signifie "devoir", comme ici :

À ka kan kà taa.Il doit partir.
I man kan kà nà.Tu ne dois pas venir.

4. fɔlɔ (le verbe "commencer par"), damìnɛ "débuter", dabìla "arrêter"

Ce verbe a comme origine l’ordinal fɔlɔ "premier", vu dans le Cours n°9. Utilisé comme verbe le sens est "commencer par" :

À bɛ fɔlɔ kà dumuni` kɛ.Il commence par prendre le repas
À bɛ fɔlɔ k’i kò.Elle commence par se laver.

Fɔlɔ peut aussi être utilisé sans verbe à l’infinitif, avec un complément indirect en postposition :

À bɛ fɔlɔ dumuni` na.Il commence par le repas
À bɛ fɔlɔ kòli` la.Elle commence par la toilette.

Un autre verbe courant pour "commencer", "débuter" est le verbe damìnɛ. C’est un verbe transitif, il a donc besoin d’être précédé par un complément d’objet :

À bɛ baara` damìnɛ.Elle commence à travailler. (… le travail)
À bɛ bàro` damìnɛ.Il commence la conversation. (… à parler)
À bɛ sɛ̀nɛ` damìnɛ.Il commence à cultiver. (… la culture)
À bɛ fòli` damìnɛ.Elle démarre les salutations. (… à saluer)

Le verbe opposé pour "arrêter", "terminer" est dabìla. C’est aussi un verbe transitif qui a besoin d’être précédé par un complément d’objet :

An bɛ mɔnni` dabìla.Nous arrêtons de pêcher. (l’action de pêcher)
An bɛ baara` dabìla.Nous arrêtons de travailler.
An bɛ dilali` dabìla.Nous arrêtons la fabrication. (l’action de fabriquer, réparer)
A bɛ gèseda` dabìla.Il arrête le tissage.

5. les noms d’agent (métiers)

Les noms d’agents permanents (nous verrons plus tard les agents occasionnels) sont les noms qui désignent ceux qui font de façon régulière la même tâche, le même travail, en général ce que nous appelons les métiers. En bambara, c’est un nom dérivé du verbe qui désigne cette action permanente, à l’aide du suffixe -la (ou -na pour les verbes se terminant par une nasale). Le verbe d’action est souvent composé avec le complément d’objet qui le précède, en particulier si c’est un verbe générique comme kɛ "faire", ce qui est le plus souvent le cas :

baara` kɛfaire le travail, travaillerbaarakɛlatravailleur
sɛ̀nɛ` kɛfaire la culture, cultiversɛ̀nɛkɛlacultivateur
gèse` datisser le filgèsedalatisserand
mɔnni kɛfaire l’action de pêchermɔnnikɛlapêcheur

Ce procédé est, comme on dit "très productif", c’est à dire qu’on peut l’employer très librement et pour n’importe quel verbe et son objet direct.

La règle pour le ton des mots dérivés avec un suffixe est un peu différente de la règle pour les mots composés. Souvenez-vous que tous les mots qui suivent le premier perdent leur ton, seul domine le ton du premier mot. Avec un suffixe, c’est cette dernière syllabe qui s’adapte selon le ton du mot qui suit, mais le mot qui précède, le dernier mot avant le suffixe, ne prend jamais le ton haut. Remarquez le ton bas de "da" dans le deuxième exemple :

gèse-da-la kelen(_ _ _ _ - - )
gèse-da-la fìla(_ _ _ - _ _ )

Remarquez bien que "dá" ("tisser"), qui est normalement de ton haut lorsqu’il est utilisé seul, reste toujours de ton bas dans les 2 exemples.

6. ni … ye "avec"

Cet "encadrement" (ni à gauche, ye à droite) peut la plupart du temps être compris, et traduit comme "avec" :

À b’à kɛ ni dàba` ye.Il le fait avec une houe.
À b’à dila ni nɛ̀gɛ` ye.Elle le fabrique avec du fer.
À bɛ taa ni Baba ye.Il part avec Baba..
À bɛ taa ni kitabu` ye.Il part avec le livre. (Il emporte le livre.)
À bɛ nà ni kitabu` ye.Il vient avec le livre. (il rapporte le livre)

Bien noter que l’on traduit aussi parfois par "emporte" et "rapporte".

Mais l’expression encadrante ni...ye ne doit pas se comprendre comme "faire avec" lorsqu’il s’agit d’une personne. Par exemple :

À taara ni Fanta ye.Il a emmené Fanta (et non "Il est parti avec Fanta" et encore moins Lui et Fanta sont partis)

Attention en français on dit "emmené" si c’est une personne – qui a des mains – et non "emporté" (et inversement on ne dit pas "emmené" pour un objet : il n’a pas de main pour le prendre).
À part avec les verbes de mouvement taa "partir, aller" et nà "venir", les autres utilisations de ni … ye correspondent à l’instrumental "avec".

7. les noms d’action

Un autre procédé très "productif" en Bambara : on peut créer librement des noms d’action à partir des verbes correspondants, en ajoutant le suffixe -li (ou -ni pour les mots finissant par une nasale. On dit aussi qu’on "dérive" le verbe, et qu’on le "nominalise".

datisserdalile tissage (l’action de tisser)
dìlafabriquer, réparerdìlalila fabrication, la réparation (l’action de fabriquer, réparer)
sɛbɛnécriresɛbɛnnil’écrit
taapartirtaalile départ (l’action de partir)
fòsaluerfòlila salutation (l’action de saluer)

Il y a cependant quelques exceptions, qu’il faut mémoriser, des mots très courants. Parmi les plus fréquemment rencontrés :

kàlanétudierkàlanl’étude
baaratravaillerbaarale travail
mìnboiremìnle fait de boire
bàroparler, converserbàrola conversation
sɛ̀nɛcultiversɛ̀nɛla culture

Comme cette dérivation des verbes en -li est très générale, ne vous attendez pas à trouver ces mots dans le dictionnaire, sauf cas rare et justifiés par des sens peu évidents. Les tableaux de vocabulaire, et le dictionnaire en ligne, donnent les deux entrées pour les cas ou la dérivation en -li ne se fait pas (les exceptions) :

sɛ̀nɛv.cultiver
sɛ̀nɛn.l’agriculture

8. Nom d’action+kɛ : quand on n’a pas de complément d’objet.

Là où l’on n’a pas de complément d’objet en Français, le Bambara utilise la forme nominalisée du verbe suivie de kɛ, par exemple :

Marie cuisine. (=fait la cuisine !)Mari bɛ tobili` kɛ.
John mange. (=prend son repas)John bɛ dumuni` kɛ.
Harry écrit.Harry bɛ sɛbɛnni` kɛ.
Baba salue. (= fait les salutations)Baba bɛ fòli` kɛ.
Amy papote.Ami bɛ bàro` kɛ.

­

JPEG - 16.2 ko
dessin de Christine Bagnères

VOCABULAIRE

$n.
baaraɲini (baara-ɲini)n.main-d’oeuvre ; manoeuvre, journalier, saisonnier (travail-chercher)
bàwoconj.parce que
bɛ̀lɛn.gravier, gros caillou, pépite / testicule
bòliv.courir, conduire, monter un animal
→ à bɛ bòliil court (s’enfuie)
→ à bɛ so` bòlielle monte à cheval
→ à bɛ mobili` bòlielle conduit (les voitures)
bɔ̀rɛ / bɔ̀rɔn.sac (mananin : sac plastique)
bòson.peuple de pêcheurs, les Bozo,
cìkɛla (cì-kɛ-la)n.agriculteur (travail agricole-faire-eur)
dav.créer, tisser
dàban.houe
→ dàbakisɛ (dàba-kisɛ)n.lame de houe (houe-noyau)
dila, dilanv.fabriquer, réparer
dolenn.hameçon
dɔnv.connaître
→ À bɛ dònsoya` dɔn.Il connait la chasse.
dònson.chasseur
dònsoyan.la chasse, l’art de chasser, la cynégétique
dìlav.fabriquer, créer, préparer, réparer
dùgutigi (dugu-tigi)n.chef du village (village-maître)
fajirin.aube, 5ème prière musulmane, avant le lever du soleil
fìnikɔnɔ (fìni-kɔnɔ)n.bande d’étoffe en coton (base de la confection)
fìtirin.crépuscule, prière musulmane au crépuscule
fòron.champ
fɔlɔv.commencer par
→ À bɛ fɔlɔ kà dumuni` kɛil commence par manger.
gaarin.fil, fil à coudre
gan.hangar, abri pour se mettre à l’ombre
gàn.foyer, cuisine, famille
garanken.cordonnier (caste d’artisans)
gèsen.fil de chaîne (en coton)
→ gèse` datisser (fil de chaîne-tisser)
→ À tɛ se kà gèse` da.Il en sait pas tisser.
gèsedala (gese-da-la)n.tisserand
jelen.hache
→ jelekisɛ (jele-kisɛ)n.lame de hache (hache-noyau)
jèli (-kɛ, -mùso)n.griot (griot, griotte)
jɔ̀v.s’arrêter, se dresser, ériger, construire
→ Mobili` tɛ jɔ yàn.La voiture ne s’arrête pas ici. (on n’arrête pas la voiture ici)
→ À t’i jɔ̀ fo fìtiri.Il ne s’arrête qu’au crépuscule.
→ À bɛ so` jɔ.Elle construit des maisons.
jɔ̀n.filet (pour attraper des animaux)
kàlan.manche, poignée
kɔfɛlan.arrière, derrière
jelekalan.manche de hache
kàlifa (...la)v.confier à
→ À bɛ mìsiw kàlifa ne na.Il m’a confié les vaches.
kanvqêtre égal à, être redevable de (=devoir dans ka kan kà)
→ N ka kan kà taa so.je dois aller à la maison.
→ N man kan kà to yàn.je ne dois pas rester ici.
kàramɔgɔ (kàran-mɔgɔ)n.prof (étude-personne)
kɔɔrin.coton
kùngon.la brousse
kùntigi (kun-tigi)n.le directeur, le patron (tête-chef)
kurunn.pirogue
màrifan.fusil
→ màrifadilala (màrifa-dila-la)n.fabricant de fusil (fusil-fabriquer-eur)
mìnɛv.attraper, prendre, saisir
mìsigɛnna (misi-gɛn-la)n.bouvier (bovidé-poursuivre-er)
mùnna (mùn-na)prnpourquoi
nàv.venir
→ À bɛ nà yàn tùma bɛɛ.Il vient ici tout le temps.
→ nà ni X yeapporter X, amener Y
→ Nà ni wari` ye !Apporte l’argent !
nɛ̀gɛn.le fer
nkaconj.mais
nɔrɔv.coller
→ À bɛ wòlo` nɔrɔ.Il colle le cuir.
nùmun.forgeron (caste d’artisan)
ɲɔ̀n.mil
sàbaran.sandale, chaussure
sàmiyan.hivernage
sev.arriver
→ se X lapouvoir, être capable de, savoir X
→ Mamadù bɛ se fɛn caman na.Mamadou est capable de beaucoup de choses
→ N bɛ se i la.Je peux te battre.
→ Fanta tɛ se kà taa dùgu` kɔnɔ.Fanta ne peut pas aller en ville.
sɛ̀nɛv.cultiver, planter, faire pousser
→ À bɛ ɲɔ̀` sɛ̀nɛ sàmiya` tùma` na.Il plante le mil à la saison des pluies.
sɛ̀nɛn.cultiver, planter
→ À bɛ sɛ̀nɛ` kɛ don ò don.Il cultive tous les jours.
sɛ̀nɛkɛla (sɛ̀nɛ-kɛ-la)n.cultivateur, agriculteur (agriculture-faire-eur)
sìlamɛn.musulman
sògon.viande, gibier
→ sògo kɛnɛviande fraîche
sugun.espèce, sorte de
tìlenv.passer la journée
tiɲɛv.abîmer, casser, gâter
→ Màrifa` bɛ tiɲɛLe fusil est gâté.
→ Baara` bɛ tiɲɛ.Le travail va être gâché.
won.trou (dans le mur, dans un sac)
wòlon.cuir, pelage d’un animal
yɔrɔn.endroit, lieu
→ baarayɔrɔlieu de travail, atelier
sigiyɔrɔendroit où l’on s’assoit, s’installe, lieu de résidence

Un complément intéressant :

JPEG - 34.4 ko
Sɛ̀nɛ ni sɛ̀nɛbaaraw
Un livre récent (mai 2015) paru aux Editions Donniya
http://www.editionsdonniya.com

DEVOIRS

1. Écrire, en un paragraphe, les descriptions suivantes :

  • 1. Deux choses que vous savez faire.
  • 2. Deux choses que vous ne savez pas faire.
  • 3. Deux choses que vous devez faire au Mali.
  • 4. Deux choses que vous ne devez pas faire au Mali.
  • 5. Deux endroits où vous voulez aller au Mali.
  • 6. Deux endroits où vous ne voulez pas aller au Mali. Présentez tout cela à vos camarades de classe. Essayez de ne pas lire votre papier.

2. Posez ces mêmes questions à un Malien ou à un ami. À nouveau, présentez tout cela à vos camarades de classe en essayant de ne pas lire votre papier.

INDEX DES COURS DISPONIBLES

jeudi 5 février 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios