[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 14


N TÙNUNNEN DÒN.

un cours court !

Nsàna

Bɛɛ ka ɲi i bara.


AU SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp. 203-211
Audio web (Anglais, Bambara) : 14a, 14b
index audio : www.iu.edu

Cycles 1 - 2 - 3 - Dialogues - ExercicesTextes 1 2NotesVocabulaireDevoirs

CYCLE 1

M-1

N bɛ làkɛrɛ ̀ d’i mà.Je te donne(rai) la craie.
N bɛ làkɛrɛ ̀ d’à mà.Je lui donne(rai) la craie.

C-1

A : Làkɛrɛ ̀ di n mà !Donne-moi la craie !
B : N bɛ làkɛrɛ ̀ d’i mà.
A : Làkɛrɛ ̀ d’à mà !Donne-lui la craie !
B : N bɛ làkɛrɛ ̀ d’à mà.

M-2

Keyità bɛ wari ̀ di ne mà.Keita me donne l’argent.
Keyità bɛ wari ̀ di kàramɔgɔw mà.Keita donne l’argent aux profs.

C-2

A : Jɔ̂n ̀ bɛ wari ̀ d’i mà ?Qui te donne l’argent ?
B : Keyità bɛ wari ̀ di ne mà.
A : Jɔ̂n ̀ bɛ wari ̀ di kàramɔgɔw mà ?Qui donne l’argent aux profs ? _
B : Keyità bɛ wari ̀ di kàramɔgɔw mà.

M-3

Kalo ô kalo à bɛ waa tan ni fìla di ne mà.Chaque mois il me donne 60.000 francs CFA (d : 12.000).
Kalo ô kalo à bɛ waa mùgan di kàramɔgɔw mà.Chaque moi elle donne aux profs 100.000 francs CFA (d : 20.000).

C-3

A : Kalo ô kalo, à bɛ jòli d’i mà ?Chaque moi, combien te donne-t-il ?
B : Kalo ô kalo, à bɛ waa tan ni fìla di ne mà.
A : Kalo ô kalo, à bɛ jòli di kàramɔgɔw mà ?Chaque mois, combien donne-t-elle aux profs ?
B : Kalo ô kalo, à bɛ waa mùgan di kàramɔgɔw mà.

M-4

Kalo ô kalo n bɛ waa sàba di boyikɛ ̀ mà.Chaque mois, je donne 15.000 francs CFA au boy.

C-4

A : Kalo ô kalo i bɛ jòli di boyikɛ ̀ mà ?Combien donnes-tu chaque mois au boy ?
B : Kalo ô kalo n bɛ waa sàba di boyikɛ ̀ mà.

CYCLE 2

M-1

Pòlisi ̀ bɛ sira ̀ jìra ne na.Le policier me montre le chemin.
N’i tununnen dòn, pòlisi ̀ bɛ sira ̀ jìra i la.Si tu es perdu(e), le policier te montre(ra) le chemin.

C-1

A : Jɔ̂n ̀ bɛ sira ̀ jìra i la ?Qui te montre(ra) le chemin ?
B : Pòlisi ̀ bɛ sira ̀ jìra ne na.
A : Ni n tununnen dòn, jɔ̂n ̀ bɛ sira ̀ jìra ne la ?Quand je suis perdu, qui me montre le chemin ?
B : N’i tununnen dòn, pòlisi ̀ bɛ sira ̀ jìra i la.

Instructeur : Dessiner un plan du centre et bureau au tableau.

M-2

N b’à jìra aw la.Je te le montre(rai).
I mana dòn santiri ̀ kɔnɔ, bìro ̀ b’i kinin fɛ̀.Quand tu entres dans le centre, le bureau est à ta droite.

C-2

A : Taa tabulo ̀ la kà bìro ̀ jìra an na !Va au tableau et montre nous le bureau !
I mana dòn santiri ̀ kɔnɔ bìro ̀ bɛ min ?Quand tu entres dans le centre, où est le bureau ?
B : N b’à jìra aw la. I mana dòn santiri ̀ kɔnɔ, bìro ̀ bɛ i kinin fɛ̀.

M-3

I mana dòn santiri ̀ kɔnɔ, kàlanso ̀ b’i numan fɛ̀.Quand tu entres dans le centre, la salle de classe est à ta gauche.
Bibliotɛki ̀ bɛ kinin fɛ̀, waranda ̀ kɔfɛ̀.La bibliothèque est à droite, derrière la véranda.
Gàbugu bɛ numan fɛ̀.La cuisine est à gauche.

C-3

A : Kàlanso dùn ? I mana dòn santiri ̀ kɔnɔ, kàlanso ̀ bɛ min ?Et la salle de classe ? Quand tu entres dans le centre, où est la classe ?
B : I mana dòn santiri kɔnɔ, kàlanso b’i numan fɛ̀.
A : Bibiliotɛki ̀ dùn ?Et la bibliothèque ?
B : Bibiliotɛki ̀ b’i kinin fɛ̀, waranda kɔfɛ̀.
A : Gàbugu dùn ?Et la cuisine ?
B : Gàbugu b’i numan fɛ̀.

CYCLE 3

Instructeur : Enseigner ce cycle en vous servant de la carte de Bamako ou bien d’un plan dessiné au tableau. Jouer le rôle du policier d’abord et ensuite le rôle du perdu. Le stagiaire sera le perdu d’abord et ensuite le policier.

M-1

N tununnen dòn.Je suis perdu(e).
N b’à fɛ̀ kà taa suguba ̀ la.Je veux aller au marché central.
N tɛ se k’à yɔrɔ ̀ labɔ.Je n’arrive pas à trouver son emplacement.

M-2

À ka jàn wà ?Est-ce que c’est loin ?
Nìn yɔrɔ ̀ tɔgɔ ̀ ko dì ?Comme s’appelle ce endroit ?
Suguba ̀ sira ̀ bɛ min ?Où est la route vers le marché central ?

C-1

A : I tununnen dòn wà ?Es-tu perdu (e) ?
B : Ɔ̀wɔ, n tununnen dòn.
A : I bɛ taa min ?Où veux-tu aller ?
B : N b’à fɛ̀ kà taa suguba ̀ la.
A : I bɛ se k’à yɔrɔ ̀ labɔ wà ?Est-ce que tu peux aider à trouver son emplacement ?
B : Àyi, n tɛ se k’à yɔrɔ ̀ labɔ. À ka jàn wà ?
A : Àyi, à man jàn.Non, ce n’est pas loin.
B : Nìn yɔrɔ ̀ tɔgɔ ̀ ko dì ?
A : Nìn yɔrɔ ̀ tɔgɔ ̀ ko Bosola.Cet endroit s’appelle Bozola.
B : Suguba ̀ sira ̀ bɛ min ?
A : I mana se ò siraba ̀ la, i bɛ fara i kinin fɛ̀.Quand tu arrives à cette grande route, tourne à ta droite.
I b’i tilen ò sira ̀ fɛ̀.Tu suis cette route.
I bɛ kare kelen tɛ̀mɛ.Tu passes un bloc.
I mana kare kelen tɛ̀mɛn, i bɛ suguba ̀ la.Quand tu as passé le bloc, tu es au marché central.
B : N’y’à faamuya. I ni baraji.J’ai compris. Merci.
A : Nbà.

Instructeur : Refaire la même sorte de construction de dialogue pour d’autres situations. En faire plusieurs avant de renverser les rôles. Procéder lentement.

Situations :
1. Quelqu’un au centre veut aller à la boulangerie pour acheter du pain.
2. Quelqu’un au centre veut aller l’ambassade de la Chine.
3. Quelqu’un perdu à l’artisanat veut aller au centre du Corps de la Paix.
4. Quelqu’un à l’artisanat veut aller Badalabougou.
5. Un stagiaire veut aller du centre à l’ambassade américaine.
6. Créer d’autres situations.

JPEG - 66.1 ko
Banansunba (Grand Fromager)
Nioumoune, Mai 2010
actions humanitaires par le Dr Yves Menguy, Association ANIMA

DIALOGUE

A : I ni ce.A : Salut.
B : Nbà, i ni ce.B : Nba, salut.
A : I bɛ dì ?A : Comment ça va ?
B : Tɔɔrɔ tɛ.B : Pas de problème.
A : N terikɛ, hàkɛ to, n tununen dòn.A : Mon ami, excuse moi, je suis perdu.
I te ɲɛ n mà kà dùgutigi ̀ ka so ̀ yɔrɔ ̀ jìra n na wà ?Ne pourrais-tu pas m’aider et me montrer où est la maison du chef de village ?
B : Àyiwa. N tɛ se kà t’i bìla nka n bɛ se k’à yɔrɔ ̀ f’i ye.B : D’accord. Je ne peux pas t’accompagner mais je peux te dire où c’est.
I tilen nìn sira ̀ fɛ̀ f’i ka se banansunba ̀ mà.Tu suis cette route jusqu’à ce que tu arrives au grand fromager (arbre).
I mana tɛ̀mɛn banansun ̀ na, i bɛ fara i kinin fɛ̀.Quand tu passes le fromager, tourne sur ta droite.
I b’i tilen f’i ka kare sàba tɛ̀mɛn.Tu suis jusqu’à ce que tu dépasses trois blocs.
Da naaninan ̀ dòn i numan fɛ̀.C’est la quatrième porte sur ta gauche.
A : À man jàn ?A : C’est pas loin ?
B : À ka jàn dɔɔnin.B : C’est un peu loin.
A : I ni ce. I ni baraji.A : Merci. Merci.
B : Nbà. I n’ù fò.B : Nba. Salue les (de notre part) !
A : Ù n’à mɛn.A : Ils entendrons (vos salutations).

PETITS DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.

A : Kɔ̀ri i bɛ taa Segu bì ?A : C’est vrai que tu pars à Ségou aujourd’hui ? (avec une nuance de doute dans la voix)
B : Ne kɔ̀ni bɛ taa.B : En tous cas je pars (quant à moi, pour ce qui me concerne, je pars)

2.

A : Wari b’i kùn wà ? I jijà kà kɛ̀mɛ fìla d’an mà.A : As-tu de l’argent sur toi ? Fais de ton mieux et donne moi 1000 francs CFA (d : 200).
B : N tɛ foyi d’i mà.B : Je ne te donne(rai) rien du tout.

TEXTE

Bari ye Amerikɛn ye. À bɛ sugu ̀ la. À b’à fɛ̀ kà taa bìro ̀ la nka à t’à yɔrɔ ̀ dɔn. Ni Bari tununna [1], à bɛ mùn kɛ ? À bɛ taa pòlisi ̀ dɔ ɲìninka. Ò b’à fɔ à ye k’àle tɛ se kà t’à bìla nka à bɛ se kà sira fɔlɔ jìr’à la k’à tɔ ̀ ɲɛfɔ à ye. Ò man’à ɲɛfɔ Bari ye, à bɛ sira ̀ mìnɛ. À bɛ kɔ̀lɔsili kɛ sira ̀ la kosɛbɛ. À tɛ fìli tuguni.

TRADUCTION

Barry est un Américain. Il est au marché. Il veut aller au bureau mais il ne sait pas où c’est (son emplacement). Si Barry s’est perdu, que fait-il ? Il va interroger un policier. Celui-ci lui dit qu’il ne peut pas aller l’accompagner mais il peut lui montrer le début du chemin (le premier chemin) et lui expliquer le reste. Quand il a expliqué ça à Barry, ce dernier prend la route. Il observe la route avec attention. Il ne se trompe(ra) pas à nouveau.

QUESTIONS

1. Bari tununnen dòn wà ?
2. Bari b’à fɛ̀ kà taa min ?
3. Bari tununnen bɛ min ?
4. Bari bɛ taa jɔ̂n ̀ ɲìninka ?
5. Pòlisi ̀ bɛ mùn fɔ Bari ye ?
6. Pòlisi ̀ bɛ se kà t’à bìla wà ?
7. Pòlisi ̀ bɛ sira jùmɛn jìr’à la ?
8. Pòlisi ̀ mana sira fɔlɔ jìr’à la, à bɛ mùn ɲɛfɔ à ye ?
9. Bari bɛ mùn kɛ sira la ?
10. Mùnna ?

EXERCICES

SUBSTITUTION

1.

N bɛ wari ̀ di Fanta mà.
Ali
aw
òlu
àle
i
e
Mariam
Madu
aw
aw
Musa
Kariba
i
den

2.

Ali b’à jìra mɔ̀gɔ ̀ la.
ne
aw
Musa
an
i
àle
òlu
Fanta
n
àle
e
ne
Ali
mùso

3.

À b’à f’i ye.
an
Ali
Animata
ne
e
aw
Amadu
n
òlu
àle
an
i

4.

Bari tununnen dòn.
sìgilen
jɔ̀len
kòlen
nàlen
dònnen
selen
kununnen
wulilen
tununnen
bɔlen
taalen
sìgilen
sɔ̀rɔlen
dalen

TRANSFORMATIONS

A : N b’à d’i mà.B : À di ne mà !
A : N b’à jìr’i la.B : À jìra ne na !
Keyità bɛ wari ̀ d’ù mà.
À tɛ foyi di n mà.
À b’à di àle mà.
À bɛ tàmati ̀ di mɔ̀gɔ mà.
Kàramɔgɔ bɛ làkɛrɛ ̀ di kàlanden ̀ mà.
N b’à d’aw mà.
Ù b’à d’i mà.
À bɛ wari ̀ d’à mùso mà.
À bɛ tìga ̀ di denw mà.
À d’à mà !
À d’ù mà !
Taa wari ̀ di Fanta mà !
À d’òlu mà !
Kɛ̀mɛ naani d’ù mà !
Salati ̀ di Bari mà !
N bɛ mangoro ̀ d’à mà.
A : Bari bɛ dòn.B : Bari dònnen dòn.
Bari bɛ se.
Bari bɛ taa.
Bari bɛ nà.
Bari b’i da.
Bari bɛ sɔ̀rɔ.
Sogo bɛ sàn.
Bari b’i sìgi.
Bari b’i kò.
Bari bɛ bɔ.
Bari bɛ kunun.
Bari bɛ wuli.
Bari b’i jɔ̀.
Bari bɛ sègin.


Instructeur : Le stagiaire doit vous renseigner sur la meilleure façon d’aller où vous voulez aller. Il peut se servir de la carte.

1. N tununnen dòn. N bɛ dùgu ̀ kɔfɛ̀, n b’à fɛ̀ kà taa dùgutigi ̀ ka so. Sira ɲɛfɔ n ye.
2. N bɛ fɛ̀rɛ ̀ la, n b’à fɛ̀ kà taa kube ̀ la. N bɛ taa sira jùmɛn fɛ̀ ?
3. N bɛ kube ̀ la, n b’à fɛ̀ kà taa dùgutigi ̀ ka so. Sira ̀ ɲɛfɔ n ye dɛ.
4. N bɛ fɛ̀rɛ ̀ la, n b’à fɛ̀ kà taa Kariba ka fɛ̀rɛ ̀ la.
5. À bɛ suguba ̀ la, a’b’à fɛ̀ kà taa siniman ̀ na. I bɛ se kà sira ̀ ɲɛfɔ à ye wà ?
6. Bala bɛ bada ̀ la, à b’à fɛ̀ kà taa suguba ̀ la. I b’à yɔrɔ dɔn wà ? À yɔrɔ fɔ à ye.

NOTES

1. Guider quelqu’un qui s’est perdu...

En Bambara, c’est au présent que l’on donne les indications nécessaires (et non à l’impératif abordé dans la leçon précédente). Celui qui vous indique la route à suivre s’adresse à vous en utilisant le pronom personnel “i” : ne le prenez pas pour un “tu” familier, mais plutôt comme un “vous” impersonnel, ou un “on”. Ce pronom “i” sera également utilisé dans les situations de travail, n’hésitez pas à l’utiliser vous-même pour donner des instructions. On utilisera aussi beaucoup le futur hypothétique (“mana”) que nous avons vu au cours n°7.

2. Compléments d’Objet Indirect et postpositions

Dans le cours n°13 nous avons utilisé le verbe transitif : kàfèeremà, qui signifie “vendreà”. On peut présenter les choses de la façon suivante : il s’agit d’un verbe à trois positions, la première place est celle du sujet (qui), la deuxième celle du complément d’objet direct (quoi) – toujours derrière l’auxiliaire bɛ/tɛ (marque prédicative), - et en troisième place le complément d’objet indirect (à qui). Avec le verbe fèere le complément d’objet indirect est indiqué avec la postposition mà (à). Dans ce cours, on aborde deux autres verbes “à 3 positions”, di “donner” et jìra “montrer” : à chacun sa postposition de complément d’objet indirect !

a.

kàdimà.donnerà.
Nwari di n muso mà.Je donne l’argent à ma femme.

b.

kàjìralamontrerà
sǒ jìra Fanta la.Elle montre le cheval à Fanta.

Comme on peut le voir, il faudra apprendre quelle posposition utilise tel ou tel verbe pour ses compléments d’objets indirects. Attention, ce ne seront pas forcément toujours les mêmes qu’en Français !

3. Traduction et objet

La traduction va changer selon la nature et la position du complément d’objet. Ainsi pour dège qui se traduira tantôt “apprendre”, tantôt “enseigner” :

a. dègeapprendre
N bɛ bamanankan dège.J’apprends le Bambara.

Ici, c’est la chose que l’on apprend qui est en position de complément d’objet direct (avant le verbe) et on peut traduite dège par “apprendre”.

b. dègeenseigner, instruire
Kàramɔgɔ bɛ Bari dège.Le prof enseigne à Barry.

Ici, c’est la personne qui est l’élève qui est en position de complément d’objet direct, et on peut traduire dège par “enseigner”.

c. dègelaapprendreà
Ù b’an dège bamanankan na.Ils nous apprennent le Bambara.

Ici, c’est la personne qui est l’élève qui est en position de complément d’objet direct, la chose que l’on apprend est en position de complément d’objet indirect – suivie de la postposition la (na derrière une nasale).

4. Le participe passé (pas forcément “passé”, plutôt “résultatif”) : -len

On aborde brièvement dans ce cours le “participe passé” à travers la phrase : Bari tununnen dòn qui signifie "Barry est perdu." Tunun est la racine du verbe "se perdre". Tununnen est son participe passé. Voici d’autres exemples

Bari sìgilen dòn.Barry est assi.
Bari jɔ̀len dòn.Barry est debout.
Bari bɔlen dòn.Barry est sorti.
Bari kununnen dòn.Barry est réveillé.
Baara kɛlen dòn.Le travail est fait.

Le participe passé n’est pas là pour décrire une action mais plutôt l’état résultant une fois l’action accomplie.. Il se forme pour tous les verbes, sans exceptions, en ajoutant à la racine du verbe le suffixe -len (qui devient -nen après une nasale : comparer sìgi-len et tunun-nen). Curieusement, les anglicistes ne seront pas trop dépaysés : cela ressemble au participe passé de certains verbes en anglais : fall « tomber » → fallen « tombé »...

Il s’utilise très souvent dans une construction de phrase présentative, avec l’auxiliaire (la copule) dòn (revoir le cours n°3, ou bien avec la copule bɛ/tɛ : à sìgilen bɛ.

JPEG - 107.4 ko
banan (Fromager)
Grand fromager de Dassilamé, Sénégal, par Céline Ravier
www.terdav.com

VOCABULAIRE

bìlav.mettre,abandonner, lâcher
→ N tɛ se k’i bìlasira.Je ne peux pas t’accompagner. (mettre sur la route)
→ À bìla !Laisse ! (Laisse tomber !)
daban.grande porte (bouche-grand)
dòndan.entrée, porte d’entrée (entrer-bouche)
farav.diviser, se séparer, tourner
→ Ò kɔ, i bɛ fara i numan fɛ̀.Ensuite, tournez sur votre gauche.
f̀iliv.jeter, se tromper
→ À tɛ fili tuguni.Il ne se trompera plus.
gùdɔrɔnn.goudron (désigne les grandes artères, grandes rues goudronnées)
jìralav.montrer (quelque chose) à (quelqu’un)
→ N b’à fɛ̀ kà n ka so jìr’i la.Je veux te montrer ma maison.
→ N bɛ sira jìr’i la.Je te montre(rai) le chemin.
karen.bloc
kininn.droite
→ kinin bolon.main droite (celle qui mange le riz cuit : kini)
→ kinin fɛ̀adv.À droite
kɔ̀lɔsiv.surveiller,observer, prendre garde (la)
→ À bɛ misiw kɔ̀lɔsi kosɛbɛ.Il surveille bien le bétail.
→ À b’i kɔ̀lɔsi mùsow la.Il prend garde aux femmes.
→ À ye kɔ̀lɔsili ̀ kɛ sira la.Il a observé le chemin (a fait des observations sur le chemin suivi).
labɔv.trouver (un endroit), découvrir, “faire sortir”
mìnɛv.attraper, prendre...
numann.gauche
→ numan bolon.main gauche
→ numan fɛ̀adv.À gauche
ɲɛmà (ɲi - ya)v.venir en aide à
→ I tɛ se kà ɲɛ n mà ?Ne peux-tu pas m’aider ?
ɲɛfɔyev.expliquer (quelque chose) à (quelqu’un)
→ Kàramɔgɔ bɛ ko ̀ ɲɛfɔ an ye.Le prof nous explique(ra) l’affaire.
ɲìninkalav.interroger (quelqu’un) à propos de (quelque chose)
sev.arriver, arriver à, pouvoir...
siran.chemin, route
→ sira kelentout droit
tɛ̀mɛnv.passer, dépasser, surpasser
→ I mana tɛ̀mɛn ò yɔrɔ ̀ la, i b’à ye.Quand vous aurez passé cet endroit, vois le verrez.
tìgɛv.couper, traverser
→ I bɛ gùdɔrɔn fìla tìgɛ.Tu traverseras deux grandes rues.
→ I bɛ sògo tìgɛ ni mùru ̀ ye.Tu coupes la viande avec le couteau.
tilenv.redresser, aller tout droit, corriger, bien agir
→ I b’i tilen nìn sira ̀ fɛ̀.Tu suis cette route, tu vas tout droit sur cette route.
tununv.se perdre, perdre
→ N tununnen dòn.Je suis perdu.

EXPRESSIONS

Hàkɛ to !Excusez moi !
kɔ̀niquant à (moi), quoiqu’il en soit, en tous cas
→ Ne kɔ̀ni bɛ taa.Quant à moi je pars / Moi, je pars.
Kɔ̀ri ?Est-ce que – marque les questions fermées, oui/non, comme wa ? Nuances diverses : doute, insistance, agacement...
→ Kɔ̀ri i bɛ taa ?Est-ce que (oui ou non) tu pars ?
Kilomɛtɛrɛ kelen kɛFaire (se déplacer sur) 1 kilometre
don fìlaPasser 2 jours
sàn fìla kɛPasser 2 ans.
Mùnna ?Pourquoi ?

DEVOIRS

1. Allez à Bamako en ville et essayez de vous perdre. Ça ne devrait pas être trop difficile. Une fois perdu(e), demandez votre route pour revenir au bureau des Peace Corps à Niarela (sur la route de Sotuba). Si vous n’arrivez pas à vous perdre, alors faites semblant et demandez quand même. En tous cas, si vous avez survécu, venez raconter en Bambara à la classe comment votre aventure s’est terminée.

2. Ecrivez quelques phrases où vous expliquez à quelqu’un comment se rendre de l’Ambassade américaine au bureau des Peace Corps. Ça va vous demander un peu de recherches. Rendez-compte à la classe..

3. Même chose qu’en (2),mais cette fois pour se rendre du bureau au restaurant "Gondole" [2].

4. Même chose qu’en (2) pour aller du bureau à la maison du directeur.

INDEX DES COURS DISPONIBLES

Notes

[1tunun-na : conjugaison au perfectif qui sera abordée dans une prochaine leçon

[2Les photos d’époque du Restaurant Gondole sont les bienvenues. Une revue américaine de 1981 fait les louanges de ce restaurant derrière la cathédrale, où aucun serveur ne semble âgé de moins de 70 ans...

mercredi 11 mars 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios