MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 18


Mɔ̀gɔw nà taa seli

Nsàna

Mɔ̀gɔ tɛ mùso ɲini selidon (fɛ̀).


AU SOMMAIRE


- Le futur bɛnà, nà
- Le passé inactuel tùn dans les conditionnelles
- Le prédicat de parole ko
- Les subordonnées avec kà
- Noms des jours de la semaine et des mois de l’année

Source : Introductory Bambara – pp. 245-258
Audio web (Anglais, Bambara) : 18a, 18b, 18c
index audio : www.iu.edu

Cycles 1 - 2 - Dialogues - ExercicesTexteNotesVocabulairepas de devoirs

CYCLE 1

Instructeur : dessins 32, 33, 34, 35, 36, 37.

M-1

Sibiri nàta n (bɛ) nà kunun lɛrɛ 7 la.Samedi prochain je me réveillerai à 7 heures.
N mana kunun n (bɛ) nà n kò.Quand je me serai levé, je me laverai.
N mana n kò, n (bɛ) nà n bònbonsi (bòonsi) di.Quand je me serai lavé, je me raserai la barbe.
N mana n bònbonsi di, n (bɛ) nà taa dàraka ̀ dun.Quand je me serai lavé la barbe, j’irai manger le petit-déjeuner.
N mana dàraka dun, n (bɛ) nà sìgarati mìn.Quand j’aurai mangé mon petit déjeuner, je fumerai une cigarette.
N mana sìgarati mìn, n (bɛ) nà taa bɔ Musà ye.Quand j’aurai fumé une cigarette, j’irai rendre visite à Moussa.
N mana se Musà ka so, an (bɛ) nà dùtɛ ̀ wuli.Quand je serai arrivé à la maison de Moussa, nous ferons le thé.
An mana dùtɛ wuli, an (bɛ) nà bàro kɛ fo tìlegan fɛ̀.Quand nous aurons fait le thé, nous bavarderons jusqu’à midi.
Tìlegan mana se, n tɛnà to yèn.Quand midi arrivera, je ne resterai pas là-bas.
N (bɛ) nà sègin so kà dumuni kɛ kà n da.Je rentrerai à la maison pour déjeuner et me coucher

C-1

A : Sibiri nàta i (bɛ) nà kunun lɛrɛ jùmɛn` na ?Samedi prochain, tu te lèveras à quelle heure ?
B : Sibiri nàta n (bɛ) nà kunun lɛrɛ 7.
A : I mana kunun, i (bɛ) nà mùn kɛ ?
B : N mana kunun, n (bɛ) nà n kò.
A : I mana i kò, i (bɛ) nà mùn kɛ ?
B : N mana n kò n (bɛ) nà n bònbonsi (bòonsi) di.
A : I mana i bòonsi ̀ di, i (bɛ) nà mùn kɛ ?
B : N mana n di, n (bɛ) nà taa dàraka dun.
A : I mana dàraka ̀ dun, i (bɛ) nà mùn kɛ ?
B : N mana dàraka dun, n (bɛ) nà sìgarati mìn.
A : I mana sìgarati mìn, i (bɛ) nà taa min ?
B : N mana sìgarati mìn, n (bɛ) nà taa bɔ Musà ye.
A : I mana se Musà ka so, aw (bɛ) nà mùn kɛ ?
B : N mana se Musà ka so, an (bɛ) nà dùtɛ ̀ wuli.
A : Aw mana dùtɛ wuli, aw (bɛ) nà mùn kɛ ?
B : An mana dùtɛ wuli, an (bɛ) nà bàro kɛ fo tìlegan fɛ̀.
A : Tìlegan mana se, i (bɛ) nà to yèn wà ?
B : Àyi, tìlegan mana se, n tɛnà to yèn
N (bɛ) nà sègin so kà dumuni kɛ kà n da.

Toma Sidibé – Dɔɔnin-dɔɔnin Made in Bamako –
la journée normale (et folle) d’un musicien à Bamako !

Instructeur : Revoir ce cycle ou des parties de ce cycle à la troisième personne. Varier les événements de la journée selon le stagiaire.

CYCLE 2

M-1

Ni Musà nàna, an (bɛ) nà taa siniman na.Quand Moussa sera arrivé, nous irons au cinéma.
Siniman (bɛ) nà bɔ kɛnɛ mà.Le cinéma se tiendra en extérieur.
Ni sanji nàna, an (bɛ) nà boli kà don dɔ̀lɔso kɔnɔ.Si la pluie vient, nous courrons nous réfugier dans le bar à bière.
Ni sanji ma nà, an (bɛ) nà to siniman kɔnɔ.S’il ne pleut pas, nous resterons dans le cinéma.

C-1

A : Aw (bɛ) nà mùn kɛ su ìn na. (su nìn na) ?Qu’allez-vous faire ce soir ?
B : Ni Musà nàna, an (bɛ) nà taa siniman na.
A : Siniman bɛnà bɔ kɛnɛ mà wà ?
B : Ɔ̀wɔ, siniman (bɛ) nà bɔ kɛnɛ mà.
A : Ni sanji` nàna, aw bɛ mùn kɛ ?
B : Ni sanji ̀ nàna, an (bɛ) nà boli kà don dɔ̀lɔso kɔnɔ. Ni sanji` ma nà, an (bɛ) nà to siniman kɔnɔ.

Le Voyage du Fauteuil -Un film de Marion Stalens - pour Cinémas pour l’Afrique from Antonin Delboy on Vimeo.

M-2

Ni kàlan ma kɛ yàn sini, à (bɛ) nà taa Kati.Si le cours n’a pas lieu ici demain, il ira à Kati.
Ne fana (bɛ) nà taa dùgu kɔnɔ.Moi aussi j’irai en ville.
Ni baara ma kɛ yàn sini, à (bɛ) nà diya ne ye kosɛbɛ.S’il n’y a pas de travail ici demain, cela me fera très plaisir.

C-2

A : Ni kàlan ma kɛ yàn sini, à (bɛ) nà taa min ?Si le cours n’a pas lieu ici demain, où ira-t-il ?
B : Ni kàlan ma kɛ yàn, à (bɛ) nà taa Kati.
A : E dùn ? I (bɛ) nà mùn kɛ ?
B : Ne fana (bɛ) nà taa dùgu kɔnɔ.
A : Ni baara ma kɛ yàn sini, à (bɛ) nà diya i ye wà ?
B : À (bɛ) nà diya ne ye kosɛbɛ :

M-3

Ni n y’à sɔ̀rɔ kà taa dùgu ̀ kɔnɔ, n (bɛ) nà fɛn dɔw ɲini suguba ̀ la.Si je vais en ville, j’irai chercher des choses au grand marché.
N (bɛ) nà bɔ̀gɔlanfini ni dùlɔkiba san.J’achèterai un bogolan et un grand boubou.
N (bɛ) n’ù ci n ka denbaya mà.Je les enverrai à ma famille.
Ò kɔ, ù (bɛ) nà Ameriki fɛnw ci ne mà.Ensuite, ils m’enverront des choses d’Amérique.

C-3

A : N’i y’à sɔ̀rɔ kà taa dùgu kɔnɔ, i (bɛ) nà mùn kɛ ?Si tu vas en ville, que feras-tu ?
B : Ni n y’à sɔ̀rɔ kà taa dùgu ̀ kɔnɔ, n (bɛ) nà fɛn dɔw ɲini suguba la.
A : I (bɛ) nà kàsa ̀ sàn wà ?Est-ce que tu vas acheter une couverture de laine (Mopti) ?
B : Àyi, n (bɛ) nà bɔ̀gɔlanfini ni dùlɔkiba ̀ sàn.
A : I (bɛ) nà mùn kɛ òlu la ?Que vas-tu faire avec ?
B : N (bɛ) n’ù ci n ka denbayama. Ò kɔ, ù (bɛ) nà Ameriki fɛnw ci ne mà.

JPEG - 119.6 ko
En avant pour le marché de Tabaski
Photo du comité Quéven-Koro
http://quevenkoro.e-monsite.com/pag...

DIALOGUE

A : I ni ce.A : Salut.
B : Nba, i ni ce.B : Nba. Salut.
A : Hɛrɛ ̀ bɛ ?A : Est-ce que ça va bien ?
B : Hɛrɛ dɔrɔn.B : Parfaitement bien (la paix seulement).
A : I bɛ ̀ bòli kà taa min ?A : Où cours-tu comme ça ?
B : Seli ̀ sùrunyara. N bɛ n tɛliya kà taa ngarabali la kà taa selisaga ̀ sàn.B : La fête approche. Je me dépêche d’aller chez les marchands de moutons pour acheter le mouton de fête.
A : Ò tùma, ò fana la f’i ka taa joona wà ?A : Alors, pour ça aussi il faut que tu te lèves tôt ?
B : Ɔ̀nhɔn kɛ ! Ni n ma taa joona, n tɛnà sàga sɔ̀rɔ da duman na.B : Bien sûr ! Si je ne pars pas tôt, je ne trouverai pas de mouton à un bon prix.
A : Ni sàga da duman tɛ yèn dùn ? Ò bɛ mùn tìɲɛ ?A : Et alors, si tu ne trouves pas de mouton à un bon prix ? Qu’est-ce que ça gâche ? (=est-ce que c’est grave ?)
B : I t’ò don ? Ò bɛ fɛnba tìɲɛ, k’à d’à kan, wari caman tɛ n kùn.B : Ne sais-tu pas ? Ça gâche une sacré chose (=c’est vraiment grave), en effet, je n’ai pas beaucoup d’argent.
Ni ne ka denbaya ma sàgasogo dun seli don, an tɛnà seli diya bɔ.Si ma famille ne mange pas de viande de mouton un jour de fête, on ne va pas profiter de la fête.
A : N y’à fàamu(ya) sa ! F’i ka selisaga ̀ sàn dɛ. Ò tùma na, ne yɛ̀rɛ nà taa dɔ sàn.A : Oh, j’ai bien compris. Alors il te faut acheter le mouton de fête. Alors, je vais moi-même aller en acheter.
B : An ka taa sisan ! An k’an tɛliya !B : Allons y tout de suite ! Dépêchons-nous !
A : Ayiwa.A : O.K.
B : Nba.B : Nba.

PETITS DIALOGUES POUR S’ENTRAÎNER

1.

A : N ye wari sɔ̀rɔ, n ye so sàn. N’i tùn ye wari sɔ̀rɔ i tùn nà mùn kɛ ?A : J’ai eu de l’argent, j’ai acheté une maison. Si tu avais eu de l’argent, qu’aurais-tu fait ?
B : Ni n tùn ye wari sɔ̀rɔ, (n tùn nà mobili sàn) (n tùn bɛ mobili sàn).B : Si j’avais eu de l’argent, j’aurais acheté une voiture.

2.

A : I ye n wele mùn nà dɛ ?A : Tu m’as appelé pour quoi au fait ?
B : N ko (n b’à f’i ye), k’à damìnɛ bì la (k’a ta bì la), mɔ̀gɔ ̀ si kana tùbabukan fɔ yàn tugunniB : Je dis (Je te le dis) qu’à partir d’aujourd’hui , personne ne doit parler français ici à nouveau.

3.

A : Seli (bɛ) nà kɛ tùma jùmɛn ?A : La fête va se tenir à quel moment ?
B : À (bɛ) nà kɛ dɔgɔkun nàta.B : Elle va se tenir la semaine prochaine.
A : I ka taali dùn ? Ò bìlala tùma jùmɛn na ?A : Et ton voyage alors ? Il va être reporté à quand ?
B : Ò bìlala juma nàta la.B : Il va être reporté à vendredi prochain.

4.

A : I den laban wolola sàn jùmɛn ?A : Ton dernier enfant est né quelle année ?
B : À wolola salon.B : Il est né l’année dernière.
JPEG - 32.5 ko
bàna nà à mìnɛ !

5.

A : Mùn b’i la ?A : Qu’est-ce que tu as ?
B : Fàrigan (mura) dè bɛ n na.B : J’ai la fièvre (un rhume).
A : Ò y’i mìnɛ tùma jùmɛn ̀ ?A : Tu l’as attrapé (il t’a attrapé) à quel moment ?
B : À ye n mìnɛ surɔ.B : Je l’ai attrapé (il m’a attrapé) la nuit dernière.
A : Ala ka nɔgɔya kɛ.A : Que Dieu te guérisse.
B : Àmiina. Ala ka dùgaw mìnɛ.B : Amen. Que Dieu accepte les bénédictions.

6.

A : Aw ka kàlan bɛ ban tùma jùmɛn ?A : Votre cours finit à quel moment ?
B : An (bɛ) nà tila kàlan na kalo nàta .B : Nous finirons d’étudier le mois prochain.

7.

A : I ko n ka mùn kɛ ?A : Tu as dis que je devais faire quoi ?
B : N ko i kan’à bɛɛ ta. I ka dɔ bìla i dɔgɔninw ɲɛ.B : J’ai dis que tu ne devais pas tout prendre. Tu devrais en laisser à tes frères et sœurs cadets.

8.

A : E ko k’i tɛ bamanakan kàlan. Ò tùma, e ni sɛ̀nɛkɛlaw bɛnà baara kɛ cogo dì ?A : Tu as dis que tu n’étudierais pas le bambara. Alors, toi et les paysans vous allez travailler (ensemble) comment ?
B : N bɛ baara k’ù ɲɛna. N b’à fɔ ù ka sègin à kan.B : Je vais faire le travail devant eux. Je leur dirai qu’ils doivent répéter ce que je fais.
A : Ò t’i ka baara kɛ cogo ye.A : Ce n’est pas comme ça que tu devrais faire le travail.

9.

A : I ye n ka ci fɔ à ye (wà) ? I y’à fɔ à ye ko ne dè ko tèn ?A : Est-ce que tu lui a dis mon message ? Est-ce que tu lui as dit que c’était bien moi qui avait dit comme ça ?
B : Ɔ̀wɔ. N kɛlen k’à fɔ k’e ko tèn, à y’i kanto (jaabi, lamìnɛ) k’à tɛ nà.B : Oui. Ayant dit que tu avais dit comme ça, il t’a répondu qu’il ne venait pas.

Seliba : Denmisɛnw bɛ foli kɛ
La grande fête : les enfants viennent saluer.
http://mali-infos.blog.de/2012/11/0...
Kati, le 26 octobre 2012
C’est la Tabaski, seliba, la grande fête.

TEXTE

Seliba Fulabugu
Dɔgɔkun tɛ̀mɛnnen ni nìn dɔgɔkun ìn, cɛw ni mùsow y’ù labɛ̀n Fulabugu.
Ù ye bagi tìgɛ kà taa n’à ye kalaliyɔrɔ. Ò fìniw bɛnà dòn selidon. Cɛ̀w y’ù kùnw di. Mùsow y’ù kùnw da (dila).
Seli sɔ̀gɔma, mɔ̀gɔw nà taa seli. Ù mana bɔ seliyɔrɔ, dutigi bɛɛ nà sàga fàga. Sogoba nà tobi bɛɛ ka so. Mɔ̀gɔw nà taa balimaw ni buranw ni sìgiɲɔgɔnw fò.
Wula da fɛ̀ àni su fɛ̀ mɔ̀gɔw bɛnà ɲɔgɔn dalajɛ̀ kà tulon sugu bɛɛ kɛ. Jèliw nà dɔ̀nkili da kà dɔ̀n kɛ. Seli ɲɔ̀gɔn don duman tɛ.

TRADUCTION

La grande fête à Fulabugu
La semaine dernière et cette semaine, Les hommes et les femmes se sont préparés, à Fulabugu. Ils ont acheté du tissu et l’on apporté chez le tailleur. Les vêtements seront portés pour le jour de la fête. Les hommes ont taillé leur barbe. Les femmes ont tressé leurs cheveux.
Le matin de la fête, les gens vont aller prier. Une fois qu’ils auront quitté le lieu de prière, tous les chefs de famille vont tuer le mouton. Une grande quantité de viande va être cuisinée dans les maisons de tous. Le gens vont aller saluer leurs frères et sœurs, beaux-parents et voisins.
L’après-midi et le soir les gens vont se rassembler pour faire toutes sortes de jeux. Les griots vont chanter et danser. Rien de tel qu’un beau jour de fête.

QUESTIONS

1. Dɔgɔkun tɛ̀mɛnnen ̀ ni nìn dɔgɔkun ìn, Fulabugu mɔ̀gɔw ye mùn kɛ ?
2. Ù y’ù labɛ̀n mùn na ?
3. Seli sùrunyara wà ?
4. Seli sɔ̀gɔma fɛ̀ mɔ̀gɔw nà mùn kɛ ?
5. Ù mana bɔ seliyɔrɔ ̀ la, ù bɛ mùn kɛ ?
6. Jɔn nà sàga fàga ?
7. Mɔ̀gɔw nà taa jɔ̂n ̀ ni jɔ̂n ̀ fò ?
8. Su fɛ̀, mɔ̀gɔw bɛ ɲɔgɔn dalajɛ̀ kà mùn kɛ ?
9. Jɔ̂n ̀ nà dɔ̀nkili da kà bìla kà dɔ̀n kɛ ?

EXERCICES

SUBSTITUTIONS

1.

N bɛnà taa sugu la.
dumuni ̀ kɛ.
taa ka nà.
taa bɔ Musà ye.
wari sɔ̀rɔ.
An
I
bamanakan ̀ kàlan.
di ne mà.
Aw
sukaro sàn.
N

2.

À nà Fanta ɲini.
ù kùnw di ̀ .
ji ta.
se kà bamanakan ̀ fɔ.
N
àrajo ̀ fèere i mà.
sìgarati ̀ sàn.
to yàn.
I
An
taa so.
baara kɛ.
sàn fìla fɛ̀.

3.

N tɛnà taa sini.
bàro ̀ kɛ.
à d’an mà.
N
fɔ i ye.
àrajo ̀ fèere à mà.
nà bɔ ne ye.
wari di mɔ̀gɔ mà.
à fèere ò sɔ̀ngɔ la.
A
sukaro sàn k’à di ne mà.

4.

N mana n kò n bɛnà dàraka dun.
N mana kunun
n bɛnà n kò.
n bɛnà taa kàlanso ̀ kɔnɔ.
N mana dàraka ̀ dun
n bɛnà n bònbonsi di.
n bɛnà taa n da.
N mana tila baara ̀ la
N mana dumuni ̀ kɛ
N mana tila kàlan nà
n bɛnà bɔ kàlanso kɔnɔ.
n bɛnà dumuni kɛ.
n bɛnà n làfinyɛ (làfiya).
n bɛnà sùnɔgɔ.

TRANSFORMATIONS

Instructeur : cet exercice peut se faire dans les deux sens.

A. N k’i ka taa n’à ye.B. N (bɛ) nà taa n’à ye sa.
N k’i k’à to yàn.N (bɛ) n’à to yàn sa.
N k’aw ka nà n’à ye.An (bɛ) nà na n’à ye sa.
N k’aw ka bɔ yàn.An (bɛ) nà bɔ yàn.
N k’i k’a fɔ bamanakan ̀ na.N (bɛ) n’à fɔ bamanakan nà sa.
N k’i ka taa tàbulo ̀ la.N (bɛ) nà taa tabulo ̀ la sa.
N k’i k’a di n mà.N (bɛ) n’à d’i mà.
N k’i ka lɛtɛrɛ ̀ ci i ba mà.N (bɛ) nà lɛtɛrɛ ̀ ci n <<<ba mà sa.
N k’i ka bamanakan ̀ dɔrɔn fɔ.N (bɛ) nà bamanakan ̀ dɔrɔn fɔ sa.
N k’aw ka dùtɛ ̀ wuli bì.N (bɛ) nà dùtɛ wuli bì.
N k’i ka to dun bì.N (bɛ) nà to dun bì.
N k’i ka sègin à kan.N (bɛ) nà sègin a kan.
N k’i ka to kà dumuni ̀ kɛ.N (bɛ) nà to ka dumuni`kɛ.
N ko aw kana tùbabukan ̀ fɔ yàn.An tɛnà tùbabukan ̀ fɔ yàn.
N ko i kana wari bìla tàbali ̀ kan.N tɛnà wari bìla tàbali ̀ kan.
N ko aw kana ne ɲìninka tùbabukan ̀ na.An tɛnà ne ɲìninka tùbabukan ̀ na.
N ko i kana dɔ̀lɔ mìn sɔ̀gɔma fɛ̀.N tɛnà dɔ̀lɔ min sɔ̀gɔma fɛ̀.
N ko aw kana sɛbɛnni ̀ kɛ yàn.An tɛnà sɛbɛnni ̀ kɛ yàn.
N ko i kana taa dùgu kɔnɔ sisan.N tɛnà taa dùgu kɔnɔ sisan.
N ko i kana nà yàn, ni wari tɛ yèn.N tɛnà nà yàn, ni wari tɛ.
N ko aw kana bàro kɛ kàlanso ̀ kɔnɔ.An tɛnà bàro kɛ kàlanso ̀ kɔnɔ.
N ko i kana lɛtɛrɛ sɛbɛn yàn.N tɛnà lɛtɛrɛ sɛbɛn yàn.
N ko aw kana àngilɛkan ̀ fɔ santiri la.An tɛnà àngilɛkan ̀ fɔ santiri la.
N ko i kana dumuni ̀ kɛ kàlanso ̀ kɔnɔ.N tɛnà dumuni ̀ kɛ kàlanso ̀ kɔnɔ.
N ko i kana taa so fo (kà su ko) (su ka ko).N tɛnà taa so fo (kà sùgo) (su ka ko).
N ko aw kan’à bɔ kàlanso ̀ kɔnɔ.An tɛn’à bɔ kàlanso ̀ kɔnɔ.
N ko i kan’à kɛ tugunni.N tɛn’à kɛ tugunni.

COMBINAISONS

A : N b’i ye.B : N man’i ye, n bɛnà wari d’i mà.
A : N bɛ wari ̀ d’i mà.
A : À bɛ taa so.B : À mana taa so, à bɛnà baara ̀ kɛ.
A : À bɛ baara kɛ.
A : N bɛ se yèn.B : N mana se yèn, à bɛnà nà bɔ ne ye.
A : À bɛ nà bɔ ne ye.
A : À b’à fɔ ne ye.B : À man’à fɔ ne ye, n bɛn’à kɛ.
A : N b’à kɛ.
A : I b’à fɔ à ye bamanakan ̀ na.B : I man’à fɔ à ye bamanakan ̀ na, à bɛn’à fàamu joona.
A : À b’à fàamu joona.
A : I b’à sàn fìla kɛ yàn.B : N mana sàn fìla kɛ yàn, n bɛnà taa Ameriki.
A : N bɛ taa Ameriki.
A : À bɛ se kà bamanakan ̀ fɔ.B : À mana se kà bamanakan ̀ fɔ, à bɛnà baara ɲùman kɛ.
A : À bɛ baara ɲùman kɛ.
A : An bɛ dumuni kɛ.B : An mana dumuni kɛ, an bɛn’à lajɛ kà taa so.
A : An b’à lajɛ kà taa so.
A : N bɛ tila baara ̀ la.B : N mana tila baarala, n bɛnà taa bɔ i ye.
A : N bɛ taa bɔ i ye.
A : I bɛ nà ni wari ye.B : I mana nà ni wari ye, n bɛnà àrajo fèere i mà.
A : N bɛ àrajo fèere i mà.

NOTES

1. LE FUTUR

Dans ce cours vous avez eu une introduction à la conjugaison du futur en Bambara. Vous vous apercevrez qu’il n’est pas autant utilisé que d’autres temps car c’est « le présent » (l’imperfectif) qui est souvent utilisé à sa place. Souvenez-vous que c’était la même chose pour le présent progressif. On forme le futur en Bambara en ajoutant la particule -nà à la marque prédicative du présent. C’est ainsi que la marque prédicative (l’auxiliaire) du futur est bɛnà, pour l’affirmatif, et pour le négatif tɛnà. Tout au long de ce cours nous avons écrit la marque prédicative du futur affirmatif ainsi : (bɛ)nà. En effet bɛ est facultatif. Le futur affirmatif peut être indiqué aussi bien par la marque prédicative bɛnà que par la m.p. nà seule. Vous entendrez les deux et devrez être capable de reconnaître et utiliser les deux. Qu’il soit utilisé avec bɛ ou pas, nà est toujours de ton bas.

AFFIRMATIF

sujetm.p.(COD)verbe(COI)(en français)
(bɛ) nàCirconstant lieu, temps
nnàlɛtɛrɛcin ba màJ’enverrai une lettre à ma mère.
bɛnàtaasoIl ira à la maison.
anbɛnàdumunisɔɔniNous mangerons bientôt.
nàwaridine màIls me donneront de l’argent.
FantabɛnàyànFanta sortira d’ici.

NÉGATIF

sujetm.p.(COD)verbe(COI)(en français)
(tɛ) nàCirconstant lieu, temps
itɛnàwarisɔrɔsiniTu ne trouveras pas d’argent demain.
antɛnàdumuniyànNous ne mangerons pas ici.
tɛnàtaasugu laIl n’ira pas au marché.
tɛnànayàn bìIls ne viendrons pas ici aujourd’hui.
FantatɛnàseSegu siniFanta n’arrivera pas à Ségou demain.
tɛnàwari ̀cià màIls ne m’enverront pas l’argent.

Le futur est souvent utilisé dans la deuxième partie de phrases complexes comme les suivantes :

Bari mana nà, an (bɛ) nà taa ɲɔgɔn fɛ̀.Dès que Barry arrive, nous partirons ensemble.
Ni Bari nàna, an (bɛ) nà taa ɲɔgɔn fɛ̀.Quand Barry arrive (est arrivé), nous partirons ensemble.
Ni sànji nàna, an tɛnà to yèn.Si la pluie arrive (est arrivée), nous ne resterons pas là-bas.

Dans ces trois exemples, nous avons utilisé le futur dans la deuxième partie d’une phrase complexe. Si l’on avait utilisé le présent Bambara à la place du futur dans ces exemples, le sens aurait été exactement le même. Dans une phrase complexe, après une première clause au futur hypothétique indiquée par mana, la deuxième clause peut aussi bien être au présent qu’au futur. Si le passé se présente avec un ni dans la première clause, il ne renvoie pas à une action passée mais plutôt à quelque chose qui sera accompli dans le futur. Dans ce contexte, le passé fonctionne comme en français le « futur antérieur » ou comme un « future perfect » en anglais.

2. L’auxiliaire du passé inactuel tùn dans les conditionnelles

On appelle tùn l’auxiliaire du passé inactuel (imparfait, éventuel, irréel). cf. Cours n°16
Dans des phrases conditionnelles construites avec tùn et le perfectif dans la première clause, la deuxième clause peut être construite avec la marque prédicative du futur nà ou tɛnà précédée de tùn. Ça a l’air compliqué comme ça, mais voilà quelques exemples pour que ça soit limpide.

Ni e tùn ye wari sɔ̀rɔ, i tùn nà mùn kɛ ?Si tu avais eu l’argent, qu’aurais-tu fait ?
Ni n tùn ye wari sɔ̀rɔ, n tùn nà mobili san.Si j’avais eu l’argent, j’aurais acheté une voiture.
Ni n tùn m’’a sɔ̀rɔ kà taa, n tùn nà to yàn.Si je n’avais pas dû partir, je serai resté ici.
Ni n tùn taara, an tùn tɛ́nà ɲɔgɔn ye.Si j’étais parti, nous ne nous serions pas vus.

3. Le prédicat de parole ko

ko se comporte comme un verbe défectif [1] ; il n’apparaît qu’à l’affirmatif. Pour exprimer une négative, il faut utiliser le verbe « dire », qui, lui, prend toutes les marques prédicatives normales, qu’elles soient affirmatives ou négatives.
On considère ko comme une copule « prédicat de parole ». Défectif, il n’accepte que tùn comme prédicatif.

Dans ce cours nous avons vu ko suivi de nombreuses clauses subordonnées, par exemple :

À ko n ka taa.Il a dit que je devais partir.
À ko ne kana dumuni kɛ yàn.Il a dit que je ne devrais pas manger ici.
I ko ne ka mùn kɛ ?Tu as dis que je devais faire quoi ?

ko peut aussi être utilisé pour introduire certains types de phrases complémentaires.
ko fonctionne alors comme un conjonction : que, pour que, afin que, parce que ; comme

À ko ko Ali tɛ nà.Il dit qu’Ali ne vient pas.
À m’à fɔ ko Fanta bɛ nà.Il n’a pas dit que Fanta vient.
À y’à fɔ ko mɔ̀gɔ si kana àngilekan fɔ yàn.Il a dit que personne ne devait parler anglais ici.

Dans ces deux derniers exemples, le pronom qui est le complément d’objet direct de fɔ est toujours nécessaire, même s’il n’est pas traduit. Il est dit « cataphorique » dans cette situation, c’est à dire qu’il se rapporte à ce qui va être dit après ; par opposition à « anaphorique » qui se rapporte à ce qui a été dit avant, comme le pronom ò « ceci, cela ».

4. Les subordonnées avec kà

La marque de l’infinitif kà sert aussi à coordonner des clauses consécutives dans une même phrase :

N (bɛ) nà sègin so kà dumuni kɛ kà n da.Je rentrerai à la maison et je déjeunerai et je me coucherai

Remarquez que le sujet, que l’on traduit je n’est pas répété : il est supposé être le même que celui du premier verbe sègin « revenir ». On peut éventuellement le traduire par « pour » mais la valeur est plutôt une valeur consécutive qu’une valeur de but, la plupart du temps.

Ne pas le confondre avec le ka (à ton haut) du subjonctif, qui, lui, est toujours précédé de son sujet :

À ko n ka taa.Il a dit que je parte.

JPEG - 107.4 ko
banan (Fromager)
Grand fromager de Dassilamé, Sénégal, par Céline Ravier
www.terdav.com

VOCABULAIRE

bagin.Tissu (cotonnade dite "guinée", tissu en coton, étoffe légère de fabrication moderne)
→ bagi tìgɛAcheter du tissu
→ Ù ye bagi ̀ caman tìgɛ.Ils ont acheté beaucoup de tissu.
bìn.aujourd’hui
bìla ... lav.Rester à ..., être reporté ou abandonné jusqu ’à ...
→ N ka taali bìlala juma nata la.Mon voyage est reporté à vendredi prochain.
bòliv.Courir, fuir
→ À bòlila.Il a couru.
.. bòliv.Conduire qqchose ...
→ À bɛ mobili bòli.Il conduit une voiture.
bònbonn.menton
bònbonsin.barbe
cin.message, commission, travail (mission)
div.raser
→ A dise raser
→ À y’à bònbonsi di.Il s’est rasé la barbe.
dav.tresser
→ I kùn da ; i kùn dilaSe faire coiffer
→ À mùso y’i kùn da.Sa femme s’est fait coiffer.
... diya bɔv.Se plaire, apprécier
→ I nà seli diya bɔ.Tu vas apprécier la fête.
dɔgɔkunn.semaine
→ dɔgɔkun ìn naCette semaine (au cours de)
→ dɔgɔkun nataLa semaine prochaine
→ dɔgɔkun tɛ̀mɛnnenLa semaine dernière
donn.jour
→ don o donChaque jour
→ sìɲɛ fìla don o donDeux fois par jour
→ don dɔwCertains jours
→ ntɛ̀nɛn (don) tɛ̀mɛnnenLundi dernier
... donv.porter
→ À ye dùlɔkiba don.Il a porté un "grand boubou".
dònv.Être porté, entrer
→ dùlɔkiba ̀ bɛ dòn seli don.Le "grand boubou" se porte les jours de fête.
dɔ̀nn.danse
→ dɔ̀n kɛdanser
dɔ̀nkilin.chant
→ dɔ̀nkili dachanter
dònon kàsi tùman.L’heure du chant du coq
dutigin.Le chef de famille
... fàamu (ya)v.comprendre ...
→ N y’à fàamu (ya)Je l’ai compris.
... fàga (fàa)v.Tuer, exécuter, abattre ...
→ Bɛɛ ye sàga fàga.Tout le monde a tué le mouton.
→ sàga fàgara.Le mouton a été tué.
fajiri (da)n.aube, aurore, point du jour, moment qui précède le lever du jour
fàmav.être longtemps sans ; être absent ; longue absence
dafìlan.longue absence
→ i ni dafìla !salutation à une personne que l’on n’a pas vue depuis quelque temps
fìtirin.crépuscule ; prière du crépuscule
foconj.jusque
fɔlɔ (fɔlɔ)adv.d’abord, encore, autrefois, jadis
joonaadv.tôt
...jaabi (lamìnɛ)v.répondre
→ À ma ne jaabi (lamìnɛ) fɔlɔ.Il ne m’a pas encore répondu.
ka kɔ̀rɔDans le passé, il y a longtemps
kàbini ; k’à tà ...conj.Depuis, à partir de
→ kàbini sisanÀ partir de maintenant, désormais
kalaliv.couture
→ kalaliyɔrɔTailleur, atelier de couture
kalandiriyen.Calendrier (du F.)
kalon.mois
→ kalo ìn naCe mois-ci
→ kalo nàta, kalo kuraLe mois prochain
→ kalo ô kaloChaque mois
→ kalo tɛ̀mɛnnenLe mois passé
... kantov.répliquer, répondre
→ À y’i kanto ko Fanta tɛ na.Il te répond que Fanta ne vient pas.
kɛ́nɛbɔnda fɛ̀À l’aube
kov.d.prédicat de parole introduisant le discours direct et indirect : dire, parler, que (défectif)
→ N ko i ka to yàn.J’ai dis que tu devais rester ici.
→ i ko mùn ?Qu’as-tu dis ? Pardon ?
→ i ko dì ?Qu’as-tu dis ? Pardon ?
kunasinin.avant-hier
→ kunasini kɔIl y a plus de trois jours
kununn.hier
làansaran.moment de l’après-midi (autour de 17 h) ; prière de 17 heures
labanadj.dernier
i labɛ̀nv.Se préparer
→ Ù y’ù labɛ̀n.Ils se sont préparés.
lɛrɛn.l’heure
et aussi nɛ̀gɛ ɲɛ, nɛ̀gɛ kan ɲɛn.l’heure (pour dire l’heure)
manam.p.marque prédicative (auxiliaire) du conditionnel affirmatif
mɛɛnnav.Il y a longtemps (ça a duré)
midi fɛ̀, tìlegan fɛ̀n.À midi Attention : mìdi=robe très courte portée par les jeunes filles
nàlin.Arrivée, venue
ntɛ̀nɛn (don) nàtan.Lundi prochain
→ ntɛ̀nɛn ô ntɛ̀nɛnTous les lundis
ngarabalin.foirail aux moutons (aux bestiaux en général)
ɲàmakalan.griot
ɲìnann.Cette année
ɲɔgɔn dalajɛ̀v.Réunir ensemble, rassembler
→ mɔ̀gɔ caman ye ɲɔgɔn dalajɛ̀ kɛnɛ mà.Beaucoup de gens se sont rassemblés dehors.
saafoadv.Tard le soir, la nuit (prière de 20h)
sàgasogon.Viande de mouton
salonn.L’année dernière
sànn.année
→ sàn fìla ô sàn fìlaTous les deux ans
→ sàn ô sànTous les ans
→ sàn wɛrɛL’an prochain
selin.Fête, prière
selifànaTôt dans l’après-midi, début de l’après-midi (vers 14 h), prière du début de l’après-midi
→ selisàgaMouton de fête
kà sìv.Passer la nuit
sìgiɲɔgɔnn.voisin
sinin.Demain, à l’avenir
sinikɛnɛ, sinikanàaprès-demain
sìɲɛ / sènɲa / syɛ̀nn.pas, fois
sisanadv./n.maintenant
sɔ̀gɔma ; sɔ̀gɔma fɛ̀n.Matin, le matin
→ sɔ̀gɔma da fɛ̀Tôt le matin
→ sɔ̀gɔma ìn naCe matin
→ sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔmaTous les matins
sɔ̀rɔv.obtenir, trouver
→ n mana wari sɔ̀rɔ, …quand j’aurais de l’argent, ...
→ kà sɔ̀rɔégalement : auxiliaire au sens de « alors »
→ kà sɔ̀rɔ kàet puis, et ensuite...
→ ò y’à sɔ̀rɔil se trouva que,…
su ; su fɛ̀n.soir, nuit, la nuit
→ su ìn naCe soir
→ su kòraLa nuit est tombée
→ su ô suToutes les nuits
→ surɔLa nuit dernière
sugun.Type, sorte de
sùrunyav.approcher (en temps ou en distance)
→ seli sùrunyara.La fête a approché.
taalin.Voyage, départ (aller-nominalisation en -li)
i tɛliyav.Se dépêcher
→ A b’i tɛliya ka taa sàga sàn.Il se dépêche d’aller acheter un mouton.
tila ... lav.Finir, en finir avec, diviser
→ an tilala baara la.Nous avons fini de travailler.
tìle ; tìle fɛ̀n.Soleil, jour, chaleur du jour, dans la chaleur du jour
→ tìle damadɔwQuelques jours
→ tìle ìn naPendant la journée
→ tìle ô tileTous les jours
→ tìlegan fɛ̀À midi
→ kà tìlenPasser la journée
kà tìɲɛv.gâcher ..., abîmer ..., casser ...
→ À ye ne ka àrajɔ tìɲɛ.Il a abîmé ma radio.
tugun, tugunniadv.Encore, à nouveau
tulonn.jeu, récréation
→ tulon kɛjouer, etc.
→ Ù bɛ tulon ̀ kɛ.Ils jouent.
tùman.moment, temps, heure, période, époque
→ À tùma ma mɛɛn.Ça ne fait pas longtemps, récemment
→ tùma bɛɛTout le temps
→ tùma dɔwparfois
→ tùma ô tùmaTout le temps
→ tùma ni tùmaDe temps en temps
waatin.moment, temps, durée, heure
→ I ni waati !Ça fait longtemps ! (salut.)
wàlahan.moment de la matinée (vers 9-10 h)
wolov.Naître, être né
→ N den laban wolola salon.Mon dernier enfant est né l’an dernier.
wula ; wula fɛ̀n.après-midi, soir (entre 15 h environ et la tombée de la nuit)
→ wula da fɛ̀Tôt dans l’après-midi
→ wula ìn naCette après-midi
→ wula ô wulaTous les après-midi

LES JOURS DE LA SEMAINE

ntɛ̀nɛn, (don)Lundi
tàrata (don)Mardi
àraba (don)Mercredi
àlamisa (don)Jeudi
juma (don)Vendredi
sibiri (don)Samedi
kari (don), dimasi (don)Dimanche

LES MOIS (kalo : lune, mois)

zanwuye kaloJanvier (du Français)
feburuye kaloFévrier
marisi kaloMars
awirili kaloAvril
kaloMai
zùwɛn kaloJuin
zùluye kaloJuillet
ùti kaloAoût
sɛtanburu kaloSeptembre
ɔkutɔburu kaloOctobre
nòwanburu kaloNovembre
desanburu kaloDécembre

DEVOIRS

PAS DE DEVOIRS, cf. LECTURES DE RÉVISION COURS 19

INDEX DES COURS

Notes

[1Un verbe est dit défectif lorsque sa conjugaison est incomplète : un certain nombre de temps, de modes ou de personnes sont inusités.

dimanche 29 mars 2015

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios