[]

MALI PENSE

"Honni soit qui mal y pense" ? Non ! Heureux soit qui "Mali" pense, car c'est un beau voyage qui l'attend...

akbk1-cours 11


Dumuniw

Nsànaw

Jirikurun` mana mɛɛn ji` la cogo cogo, à tɛ kɛ bàma ye.


Mɔ̀gɔ` nàkun` kà fìsa i yɛ̀rɛ ye.


AU SOMMAIRE

Source : Introductory Bambara – pp. 153-169
Audio web (Anglais, Bambara) : 11a, 11b, 11c, 11d,
index audio : www.iu.edu

Cycles 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - Dialogues - ExercicesTexteNotesVocabulaireDevoirs - [Jeu !-#jeu]

CYCLE 1 : mana

[Notes]

Instructeur : En vous servant des dessins 32, 33, 34+, 35, 39, enseigner ces cycles.

M-1

N bɛ kunun lɛrɛ wolonwùla la.Je me réveille à 7:00. (d’habitude, habituellement)

C-1

A : I bɛ kunun lɛrɛ` jùmɛn ?À quelle heure te réveilles-tu ?
B : N bɛ kunun lɛrɛ 7 la.

M-2

N mana kunun, n bɛ n kò.Quand (Dès que, Si) je me réveille, je me lave.
À mana kunun à b’i kò.Dès qu’il se réveille, il se lave.
PNG - 178.5 ko
N mana kunun, n bɛ n kò.
extrait du film DOUNOUYA (dunuya : la vie) d’Olivier Broudeur et Anthony Quéré (Mezzanine films), avec dans les rôles principaux Modibo Dembele (ici à l’image) et Emilie Eliazord

C-2

A : I mana kunun, i bɛ mùn kɛ ?Dès que tu te réveilles, que fais-tu ?
B : N mana kunun, n bɛ n kò.
A : Musa dùn ? À mana kunun, à bɛ mùn kɛ ?
B : À mana kunun, à b’i kò.

M-3

Ò kɔ, n bɛ dumuni` kɛ.Ensuite, je mange (je fais le repas).
N bɛ fùrufuru` kɛ dàraka` ye.Je mange des beignets pour le petit-déjeuner.

C-3

A : Ò kɔ, i bɛ mùn kɛ ?Ensuite, que fais-tu ?
B : Ò kɔ, n bɛ dumuni` kɛ.
A : I bɛ mùn dun ?Que manges-tu ?
B : N bɛ fùrufuru` kɛ dàraka` ye.

C-4

A : Aw bɛ kunun lɛrɛ jùmɛn` na ?À quelle heure vous réveillez-vous ?
B : An bɛ kunun lɛrɛ 6 la.
A : Aw mana kunun, aw b’aw kò wà ?Dès que vous êtes réveillé, vous lavez-vous ?
B : Ɔ̀wɔ, an mana kunun, an b’an kò.
A : O kɔ, aw bɛ dumuni` kɛ wà ?Ensuite, mangez-vous ?
B : Ɔ̀wɔ, ò kɔ, an bɛ dumuni` kɛ.
A : Aw bɛ fùrufuru` kɛ dàraka` ye wà ?Mangez-vous des beignets pour le petit-déjeuner ?
B : Ɔ̀wɔ, an bɛ fùrufuru` dun.
A : Aw mana dàraka` dun, aw bɛ taa min ?Dès que vous avez mangé le petit-déjeuner, où allez-vous ?
B : An mana dàraka` dun, an bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.
A : Aw bɛ mùn kɛ kàlanso` kɔnɔ ?Que faites-vous en classe ?
B : An bɛ kàlan` kɛ.
A : Aw bɛ mùn kàlan ?Qu’étudiez-vous ?
B : An bɛ bamanankan` kàlan.

Instructeur : Refaire à la troisième personne.

CYCLE 2 : don ô don : distributif

[Notes]

M-1

Sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔma n bɛ kàlan` kɛ.Tous les matins, j’apprends.
Tìlegan ô tìlegan, n bɛ taa dumuni` kɛ.Tous les midi, je vais manger.
Wùla ô wùla, n bɛ sègin kàlanso` kɔnɔ.Tous les après-midi je retourne en classe.
Su ô su, n bɛ sùnɔgɔ joona.Tous les soirs je me couche tôt.
Don bɛɛ` bɛ tèn.Tous les jours c’est comme ça.
N bɛ nìn dè kɛ don ô don.C’est ça que je fais tous les jours.

C-1

A : Sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔma i bɛ mùn kɛ ?Tous les matins, que fais-tu ?
B : Sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔma, n bɛ kàlan` kɛ.
A : I bɛ mùn kàlan ?Qu’est-ce que tu apprends ?
B : N bɛ bamanankan` kàlan.
A : Tìlegan ô tìlegan i bɛ mùn kɛ ?Tous les midis, que fais-tu ?
B : Tìlegan ô tìlegan n bɛ taa dumuni` kɛ.
A : Wùla ô wùla i bɛ mùn kɛ ?Tous les après-midi que fais-tu ?
B : Wùla ô wùla n bɛ sègin kàlanso` kɔnɔ.
A : Su ô su i bɛ sùnɔgɔ joona wà ?Tous les soirs te couches-tu tôt ?
B : Su ô su n bɛ sùnɔgɔ joona.
A : Don` bɛɛ` bɛ tèn wà ?Est-ce que tous les jours sont comme ça ?
B : Ɔ̀wɔ, don bɛɛ bɛ tèn.
N bɛ nìn dè kɛ don ô don.
PNG - 255.6 ko
Ò kɔ, n bɛ dàraka` dun.
le petit-déjeuner en Famille dans DOUNOUYA (dunuya : la vie), un film d’Olivier Broudeur et d’Anthony Quéré (Mezzanine films)

C-2

A : Sɔ̀gɔma fɛ̀, i bɛ kunun k’i kò wà ?Le matin, est-ce que tu te réveilles et tu te laves ?
B : Ɔ̀wɔ, sɔ̀gɔma` fɛ̀, n bɛ kunun kà n kò.
A : I man’i kò, i bɛ dàraka` dun wà ?Dès que tu t’es lavé, est-ce que tu manges ton petit-déjeuner ?
B : Ɔ̀wɔ, n mana n kò, n bɛ dàraka` dun.
A : Ò kɔ, i bɛ taa mùn kɛ ?Ensuite, que vas-tu faire ?
B : Ò kò, n bɛ taa kàlan` kɛ.

Instructeur : Refaire ce cycle à la troisième personne en vous servant des noms des stagiaires qui ne sont pas dans la classe.

CYCLE 3

M-1

N bɛ se kàlanso` kɔnɔ lɛrɛ 8 na.J’arrive en classe à 8h00.
Kàramɔgɔ` fana bɛ se kàlanso` kɔnɔ lɛrɛ 8 na.Le prof arrive lui aussi en classe à 8h00.

C-1

A : I bɛ se kàlanso` kɔnɔ lɛrɛ jùmɛn` na ?À quelle heure arrives-tu en classe ?
B : N bɛ se kàlanso` kɔnɔ lɛrɛ 8 na.
A : Kàramɔgɔ` dùn ?Et le prof ?
B : Kàramɔgɔ` fana bɛ se kàlanso` kɔnɔ lɛrɛ 8 na.

M-2

An mana se, an bɛ bamanankan` dège.Dès que nous arrivons, nous apprenons le Bambara.
Kàramɔgɔ` mana se, à b’an dège bamanankan` na.Dès que le prof arrive, il nous apprend Bambara.

C-2

A : Aw mana se, aw bɛ mùn kɛ ?Dès que vous arrivez, que faites-vous ?
B : An mana se, an bɛ bamanankan` dège.
A : Kàramɔgɔ` mana se, à bɛ mùn kɛ ?Dès que le prof arrive, que faites-vous ?
B : Karamogɔ` mana se, à b’an dège bamanankan` na.

M-3

Kàramɔgɔ` bɛ n dège.Le prof m’apprend.
N bɛ bamanankan` dège.J’apprends le Bambara.

C-3

A : Jɔn` b’i dège ?Qui vous enseigne ?
B : Musa bɛ n dège.
A : I bɛ mùn dège ?Qu’apprenez-vous ?
B : N bɛ bamanankan dège.
B : Òlu dùn ? Jɔn` b’ù dège ?Et eux ? Qui les enseigne ?
A : Bari b’ù dège.

M-4

Midi mana se, an bɛ taa tìlelafana` dun.Dès que midi arrive, nous allons déjeuner.
Midi mana se, n tɛ to kàlanso` kɔnɔ.Dès qu’il est midi, je ne reste pas en place.

C-4

A : Midi mana se, i bɛ to kàlanso` kɔnɔ wà ?Quand il est midi, restes-tu en classe ?
B : Àyi, midi mana se, n tɛ to kàlanso` kɔnɔ.
A : Midi mana se, aw bɛ taa min ?Quand il est midi, où allez-vous ?
B : Midi mana se, an bɛ taa tìlelafana` dun.
A : Kàramɔgɔ` dùn ?Et le prof ?
B : Àle fana bɛ taa tìlelafana` dun.

Instructeur : Refaire ce cycle à la troisième personne, singulier et pluriel.

CYCLE 4 : kà V, taa V

[[Notes : kà V, táa V]

Instructeur : les dessins 33, 35, 37, 39

M-1

Dumuni kɔ, n bɛ n da kà sùnɔgɔ.Après le repas, je m’allonge et je dors.
Ni sùnɔgɔ tɛ n na, n bɛ n lafiɲɛ.Si je n’ai pas sommeil, je me repose.

C-1

A : Dumuni` kɔ, i b’i da wà ?Après le repas, est-ce que tu t’allonges ?
B : Ɔ̀wɔ, dumuni` kɔ, n bɛ n da kà sùnɔgɔ.
A : Ni sùnɔgɔ` t’i la, i b’i lafiɲɛ wà ?Si tu n’as pas sommeil, est-ce que tu te reposes ?
B : Ɔ̀wɔ, ni sùnɔgɔ` tɛ n na, n bɛ n lafiɲɛ.

M-2

N bɛ n lafiɲɛ fo lɛrɛ 3.Je me repose jusqu’à 3h00.
3 mana se, n bɛ wuli kà sègin kàlanso` kɔnɔ.Dès qu’il est 3h00, je me lève et je retourne en classe.
N bɛ to kàlanso` kɔnɔ fo lɛrɛ 6.Je reste en classe jusqu’à 6h00.

C-2

A : I b’i lafiɲɛ fo lɛrɛ jùmɛn` na ?Jusqu’à quelle heure te reposes-tu ?
B : N bɛ n lafiɲɛ fo lɛrɛ 3.
A : Lɛrɛ 3 mana se, i bɛ wuli kà mùn kɛ ?Quand il est 3h00, tu te lèves et que fais-tu ?
B : Lɛrɛ 3 mana se, n bɛ wuli kà sègin kàlanso` kɔnɔ.
A : I bɛ to kàlanso` kɔnɔ fo lɛrɛ jùmɛn` na ?Jusqu’à quelle heure restes-tu en classe ?
B : N bɛ to kàlanso` kɔnɔ fo lɛrɛ 6.

M-3

Ò kɔ, n bɛ n kò tugunni.Ensuite, je me lave à nouveau.
N bɛ n kò kà taa surɔfana` dun.Je me lave puis je vais dîner (manger le dîner).

C-3

A : Ò kɔ, i bɛ mùn kɛ ?Ensuite, que fais-tu ?
B : Ò kɔ, n bɛ n kò tugunni.
A : I b’i kò kà taa min ?Est-ce que tu te laves pour aller où ?
B : N bɛ n kò kà taa surɔfana` dun.

M-4

Tùma` dɔw, n bɛ taa dùgu` kɔnɔ.Parfois, je vais en ville.
N bɛ taa ntòlatan` lajɛ.Je vais regarder le foot.
Tùma` dɔw, n bɛ to yàn (kà bàro` kɛ.)Parfois, je reste ici (et je bavarde (je fais la conversation).)
N ni n teriw bɛ bàro` kɛ.Je bavarde avec mes amis (moi et mes amis faisons la conversation)
JPEG - 15.2 ko
N bɛ taa ntòlatan` lajɛ.
Image extraite de Bamanankan Kalanden ka gafe, san 1
de Lamini Danbɛlɛ ani Mamadu Bubu Ɲakate
Les classiques maliens, Bamako, 2008

C-4

A : Surɔfana , i bɛ to yàn wala i bɛ taa dùgu` kɔnɔ ?
B : Tùma` dɔw n bɛ to yàn. Tùma` dɔw, n bɛ taa dùgu` kɔnɔ.
A : I bɛ taa dùgu` kɔnɔ, i bɛ taa mùn kɛ yèn ?
B : N bɛ taa ntòlatan` lajɛ.
A : I bɛ to yèn, i bɛ mùn kɛ ?
B : N bɛ bàro` kɛ.
A : I ni jɔn` bɛ bàro` kɛ ?
B : N ni n teriw bɛ bàro` kɛ.

M-5

N bɛ taa sùnɔgɔ lɛrɛ 11.Je vais dormir à 11h00.

C-5

A : I bɛ taa sùnɔgɔ lɛrɛ jùmɛn` na ?
B : N bɛ taa sùnɔgɔ lɛrɛ 11.

Instructeur : Refaire toutes les personnes, singulier et pluriel, mais éviter les questions à la première personne.

CYCLE 5 : sɔ̀rɔ

[Notes]

M-1

Sɔ̀gɔma, lɛrɛ 8 bɛ ne sɔ̀rɔ kàlanso` kɔnɔ.Le matin, 8 heures me trouve en classe (on me trouve en classe à 8h)
Tìlegan, midi bɛ ne sɔ̀rɔ dumuni` na.À midi, on me trouve (en train de) déjeuner.
Wùla lɛrɛ 4 bɛ ne sɔ̀rɔ kàlanso` kɔnɔ tugunni.À 4h de l’après-midi on me trouve à nouveau en classe.
Lerɛ 9 bɛ ne sɔ̀rɔ dùgu` kɔnɔ su` fɛ̀.À 9h on me trouve en ville le soir.
Su` dɔw fɛ̀, lɛrɛ 9 bɛ ne sɔ̀rɔ ntòlatan` na.Certains soirs, à 9h on me trouve au foot.

C-1

A : Sɔ̀gɔma, lɛrɛ 8 b’i sɔ̀rɔ min ?
B : Sogoma, lɛrɛ 8 bɛ ne sɔ̀rɔ kàlanso` kɔnɔ.
A : Tìlegan, midi b’i sɔ̀rɔ min ?
B : Tìlegan, midi bɛ ne sɔ̀rɔ dumuni` nà yàn.
A : Wùla` fɛ̀, lɛrɛ 4 b’i sɔ̀rɔ min ?
B : Lɛrɛ 4 bɛ ne sɔ̀rɔ kàlanso` kɔnɔ tugunni.
A : Su` b’i sɔ̀rɔ min ?
B : Su` bɛ ne sɔ̀rɔ dùgu` kɔnɔ.

M-2

Sɔ̀gɔma` fɛ̀, i tɛ n sɔ̀rɔ yàn.Le matin, tu ne me trouves pas ici.
Tìlegan` fɛ̀, i bɛ ne sɔ̀rɔ yàn.Le midi, tu me trouves ici.
Wùla` fɛ̀, i bɛ ne sɔ̀rɔ yàn.L’après-midi tu me trouves ici.
Su` fɛ̀, i tɛ ne sɔ̀rɔ yàn.Le soir, tu ne me trouves pas ici.

C-2

A : Sɔ̀gɔma` fɛ̀, n b’i sɔ̀rɔ yàn wa.
B : Àyi, sɔ̀gɔma` fɛ̀ i tɛ ne sɔ̀rɔ yàn.
A : Tìlegan` fɛ̀ dùn ?
B : Ɔ̀wɔ, tìle` fɛ̀, i bɛ ne sɔ̀rɔ yàn.
A : Wùla` fɛ̀ dùn ?
B : Ɔ̀wɔ, Wùla` fɛ̀ i bɛ ne sɔ̀rɔ yàn.
A : Su` fɛ̀ dùn ?
B : Àyi, su` fɛ̀ i tɛ ne sɔ̀rɔ yàn.

M-3

K’à tà tìlegan fɛ̀, i bɛ ne sɔ̀rɔ yàn.À partir de midi, tu me trouves ici (ou tu me trouveras ici).

C-3

A : N b’i sɔ̀rɔ yàn tùma jùmɛn ?
B : I bɛ ne sɔ̀rɔ yàn k’à ta tìlegan` fɛ̀ fo wùla` fɛ̀.

CYCLE 6 : bɛ kɛ

[Notes]

M-1

Kafe` ni nburu` bɛ kɛ dàraka` ye santiri` la.On fait le café et le pain pour le petit-déjeuner, au centre.

C-1

A : Mùn bɛ kɛ dàraka` ye santiri` la ?
B : Kafe` ni nburu` bɛ kɛ dàraka` ye.

M-2

Màli` la, mɔ̀ni` ni seri` bɛ kɛ dàraka` ye.Au Mali, on fait du porridge de mil et de riz pour le petit-déjeuner.
Màli` la, kini` bɛ kɛ tìlelafana` ye.Au Mali, on fait du riz pour le déjeuner.
Màli` la, tò` bɛ kɛ surɔfana` ye.Au Mali, on fait du ’to’ pour le dîner.

C-2

A : Màli` la, mùn ni mùn bɛ kɛ dàraka` ye ?
B : Màli` la, mɔ̀ni` ni sèri` bɛ kɛ dàraka` ye.
A : Màli` la, mùn bɛ kɛ tìlelafana` ye ?
B : Màli` la, kini` dè bɛ kɛ tilɛlafana` ye.
A : Màli` la, mùn bɛ kɛ surɔfana` ye ?
B : Màli` la, tò` dè bɛ kɛ surɔfana` ye.

DIALOGUE

Instructeur : Les dessins 32, 33, 34, 37, 39

A : Aw` bɛ kunun lɛrɛ jùmɛn` nà yàn ?A : À quelle heure est-ce que vous vous réveillez ici ?
B : An bɛ kunun lɛrɛ 6 la. Ò kɔ, an bɛ dàraka` dun lɛrɛ 7 la.B : Nous nous réveillons à 6h. Ensuite, nous prenons le petit-déjeuner à 7h.
A : I mana dàraka` dun, i bɛ taa min ?A : Dès que tu as pris ton petit-déjeuner, où vas-tu ?
B : N mana dàraka` dun, n bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.B : Quand j’ai pris mon petit-déjeuner, je vais en classe.
N bɛ taa bamanankan` kàlan.Je vais apprendre le Bambara.
A : Midi mana se, i bɛ to kàlanso` kɔnɔ wà ?A : Quand arrive midi, est-ce que tu reste en classe ?
B : Àyi, midi mana se, n tɛ to kàlanso` kɔnɔ.B : Non,quand arrive midi, je ne reste pas en classe.
N bɛ taa tìlelafana` dun.Je vais prendre (manger) mon déjeuner.
Ò kɔ, n bɛ taa n da kà sùnɔgɔ.Ensuite, je vais m’allonger pour dormir.
Ni sùnɔgɔ` tɛ n na, n bɛ n da kà n lafiɲɛ.Si je n’ai pas sommeil, je m’allonge et je me repose.
A : Wùla` b’i sɔ̀rɔ kàlanso` kɔnɔ tugunni (wà) ?A : L’après-midi, est-ce qu’on te trouve en classe à nouveau ?
B : Ɔ̀wɔ, n bɛ wuli lɛrɛ 3 kà sègin kàlanso` kɔnɔ.B : Oui, je me lève à 3h et je retourne en classe.
N bɛ to yèn fo lɛrɛ 6.Je reste là-bas jusqu’à 6h.
A : Ò kɔ, i bɛ mùn kɛ ?A : Ensuite, que fais-tu ?
B : Ò kɔ, n bɛ taa dùgu` kɔnɔ.B : Ensuite, je vais en ville.
N bɛ taa n ɲɛnajɛ. N bɛ dumuni` kɛ dùgu` kɔnɔ.Je vais m’amuser. Je mange en ville.
Ni sùnɔgɔ` ye n mìnɛ, n bɛ taa n da n bara.Si le sommeil me prend, je vais m’allonger chez moi.

JPEG - 13.3 ko
finingomi (beignets au fonio)
la recette : http://bamako360.com/v1/plus-de-rub...

TEXTE

Dumuniw.
Sɔ̀gɔmada` fɛ̀, mɔ̀gɔw` bɛ dàraka` dun : dɔ` bɛ mɔ̀ni` walima sèri` min, dɔw bɛ tòsira` walima bàsisira` dun. Tìlegan` fɛ̀, mɔ̀gɔw bɛ tìlelafana` dun :
Dɔw kà tìlelafana` ye ɲɛɲɛnkini` ye, dɔw bɛ tò` kɛ tìlelafana` ye. Kini` fana bɛ kɛ tìlelafana` ye dɔw fɛ̀ : nsaamɛ wala kininama. Su` fɛ̀, tò` bɛ kɛ surɔfana` ye. Dɔw fana bɛ bàsi` k’à ye. Bàsina` bɛ kɛ ɲùgu` ye wala tìgadɛgɛ. Màli mùsow bɛ fɛ̀n caman tobi.

Traduction

Les repas.
Le matin, on prend le petit-déjeuner : certains mangent du moni ou du seri, d’autres mangent des restes de ’to’ ou de couscous de la veille. À midi, on prend le déjeuner : Le déjeuner de certaines personnes c’est le riz (avec brisurez de riz), d’autres prennent du ’to’ pour le déjeuner. Le riz aussi est le déjeuner de certains : du riz au gras, ou du riz à la sauce. Le soir, pour le dîner on fait le ’to’. D’autres font du couscous pour le dîner. La sauce pour le couscous est faite avec le nyougou (feuilles vertes diverses), ou avec de la pâte d’arachides. Le femmes du Mali cuisinent beaucoup de choses différentes.

Questions

1. Mɔ̀gɔw bɛ mùn dun sɔ̀gɔmada` fɛ̀ ?
2. Mùn ni mùn bɛ kɛ dàraka` ye ?
3. Tìlegan` fɛ̀, mɔ̀gɔw bɛ mùn dùn ?
4. Mùn ni mùn bɛ kɛ tìlelafana` ye ?
5. Su` fɛ̀, mɔ̀gɔw bɛ mùn dùn ?
6. Mùn ni mùn bɛ kɛ surɔfana` ye ?

EXERCICES

SUBSTITUTIONS

Reprendre à chaque fois les éléments de la phrase précédente et y substituer le mot indiqué. Lire la phrase résultante.

1. Nbaara` kɛ.
kàlan`
dumuni`
i
bàro`
baara`
à -
dumuni`
foli`
an
aw
kàlan`
n
2. À bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.
làkɔli` la.
so.
sègin
lɛrɛ 6 la.
kunun.
taa
lɛrɛ 6 la.
santiri` la.
se.
to-.
biro` la.
kàlanso` kɔnɔ.
3. Kafe` bɛ kɛ dàraka` ye.
mɔ̀ni`
surɔfana`.
bàsi`
tò`-
tìlelafana`
kini`
tìgadɛgɛ`
- surɔfana`.
na`
sèri`
dùte`
dàraka`
kafe`
4. N bɛ n kò.
da.
.
sìgi.
an -.
i
.
n.
aw.
lafiɲɛ.
.
da.
n
kò.

TRANSFORMATIONS

A : I bɛ dumuni` kɛ.B1 : I bɛ dumuni` kɛ (wà) ?B2 : I dumuni` kɛ (wà) ?
À bɛ bamanankan` kàlan.
Ù bɛ ji` mìn.
Aw bɛ bàro` kɛ.
Ali bɛ baara` kɛ.
I bɛ taa santiri` la.
I bɛ bɔ dùgu` kɔnɔ.
Ù bɛ taa Baginda.
I bɛ sègin so.
Aw bɛ ji` mìn.
I bɛ sigarati` mìn.
I bɛ tò` dun.
À bɛ se lɛrɛ 6 la.
À bɛ kunun sɔ̀gɔma joona fɛ̀.
Aw b’aw kò sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔma.
À b’i sìgi kàlanso` kɔnɔ.
À b’i da sisan.
À bɛ bɔ Ameriki.
I be baara` kɛ Màli` la.
I b’i lafiɲɛ wùla` fɛ̀.
I bɛ sùnɔgɔ tìlegan` fɛ̀.
An bɛ dumuni` kɛ.
Musa bɛ taa dùgu` kɔnɔ.
Keyita bɛ bɔ biro` kɔnɔ.
An b’an lafiɲɛ bi.
A : An bɛ tò` dun.B : An bɛ dumuni` kɛ.
An bɛ ji` mìn.An bɛ mìn` kɛ.
An bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn.À bɛ sebɛnni` kɛ.
Ù bɛ bamanankan` kàlan.Ù bɛ kàlan` kɛ.
I bɛ fulakan` kàlan.I bɛ kàlan` kɛ.
Aw bɛ dàraka` dun (wà) ?Aw bɛ dumuni` kɛ (wà) ?
Ù tɛ tubabukan` kàlan.Ù tɛ kàlan` kɛ.
N tɛ tò` dun.N tɛ dumuni` kɛ.
An tɛ sigarati` mìn.An tɛ mìn` kɛ.
I tɛ bàsi` dùn ?I tɛ dumuni` kɛ ?
N bɛ bamanankan` sɛbɛn.N tɛ sɛbɛnni` kɛ.

COMBINAISONS

A : N bɛ dàraka` dun. N bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.B : N mana dàraka` dun, n bɛ taa kàlanso` kɔnɔ.
1. N bɛ n lafiɲɛ. N bɛ baara` kɛ.N mana n lafiɲɛ, n bɛ baara` kɛ.
2. À bɛ tila baara` la. À bɛ taa bàro` kɛ.À mana tila baara` la, à bɛ taa bàro` kɛ.
3. Ù bɛ dàraka` dun. Ù bɛ taa sugu` la.Ù mana dàraka` dun, ù bɛ taa sugu` la.
4. Midi bɛ se. Ù bɛ sègin santiri` la.Midi mana se, ù bɛ sègin santiri` la.
5. An bɛ taa so. N bɛ n kò.An mana taa so, n bɛ n kò.
6. N bɛ sùnɔgɔ dɔɔnin. Ò bɛ n sɛgɛn` lafiɲɛ.N mana sùnɔgɔ dɔɔnin, ò bɛ n sɛgɛn` lafiɲɛ.
7. An bɛ tila dumuni` la. An bɛ taa sùnɔgɔ.An mana tila dumuni` la, an bɛ taa sùnɔgɔ.
A : À bɛ taa. À bɛ sùnɔgɔ.B : À bɛ taa sùnɔgɔ.
1. Madu bɛ taa. Madu b’i da.Madu bɛ t’i da.
2. À bɛ dumuni` kɛ. À b’i lafiɲɛ.À bɛ dumuni` kɛ k’i lafiɲɛ.
3. N bɛ n kò. N bɛ dàraka` dun.N bɛ n kò kà dàraka` dun.
4. Ali bɛ kunun. Ali b’i kò.Ali bɛ kunun k’i kò.
5. An b’an sìgi. An bɛ lɛtɛrɛ` sɛbɛn.An b’an sìgi kà lɛtɛrɛ` sɛbɛn.
6. À bɛ wuli. À bɛ taa sugu` la.À bɛ wuli kà taa sugu` la.
7. À bɛ to yàn. À bɛ dumuni` kɛ.À bɛ to yàn kà dumuni` kɛ.

QUESTIONS

I bɛ mùn kɛ dàraka` ye ?
Mùn bɛ kɛ dàraka` ye Màli` la ?
Su` fɛ̀, i bɛ taa min ?
I bɛ baara` kɛ min ?
I bɛ kunun lɛrɛ jùmɛn` na ?
Midi mana se, i bɛ taa min ?
I bè taa dùgu` kònò tàkisi` la wa ?
I bɛ mùn kɛ dùgu` kɔnɔ ?
I mana dàraka` dun, i bɛ taa min ?
I bɛ mùn kɛ kàlanso` kɔnɔ ?
I bɛ to kàlanso` kɔnɔ fo lɛrɛ jùmɛn ?
I bɛ mùn kɛ Màli` la ?
I be sègin kà sùnɔgɔ lɛrɛ jùmɛn` na ?

NOTES

On vient de voir la phrase verbale (cours précédent), on se lance maintenant dans les phrases complexes : deux phrases simples qui se suivent : chaque phrase est centrée autour de son verbe, les phrases sont juxtaposées, ou coordonnées, par une virgule, ou par la marque prédicative kà qui sert à la fois de marque de l’infinitif et de conjonction "et". L’une des phrases est subordonnée à l’autre. https://fr.wikipedia.org/wiki/Propo...

1. Mana

[Exercices]
mana est un auxiliaire (une marque prédicative) qui permet de construire une phrase subordonnée au futur hypothétique, ou une subordonnée temporelle indiquant une antériorité : quelque chose qui s’est passé avant. On le traduit souvent par "si", "quand, "dès que", "toutes les fois que". On ne le trouve que dans des clauses subordonnées, presque toujours avant la clause principale.

Midi mana se, n bɛ taa so.Quand midi arrive, je vais à la maison.
N mana kunun, n bɛ n kò.Dès que je me réveille, je me lave.
I mana sègin, an bɛ kàlan` kɛ.Si tu reviens, nous apprendrons.

mana est surtout utilisé dans les dialectes parlés au nord de Bamako. Son utilisation est rare en Maninka (Malinké) et en Jula (Dioula).
On trouve aussi maa … à ne pas confondre avec màa, équivalent de mɔ̀gɔ (noter le ton bas sur ces deux derniers).

2. kà comme conjonction de coordination : "et"

Pour exprimer des actions qui se suivent ou des actions simultanées, on utilise la conjonction "et" :
Jean est parti et est allé au lit. Jean est resté et a chanté une chanson.

En Bambara, c’est pareil et on utilise pour ça le kà de l’infinitif, et non ni ou ani :

Ali b’i da kà sùnɔgɔ.Ali s’est allongé et a dormi.
Ali bɛ to kà bàro` kɛ.Ali est resté et a bavardé.

Remarquez bien que cela n’est possible que lorsque le sujet du second verbe est de toute évidence le même que celui du verbe précédent.
Pour être clair, s’il est possible en français de dire
Jean reste et Marie part.
… en Bambara on ne pourra pas utiliser kà comme conjonction : il faudra faire deux phrases :

Ali bɛ to yàn. Fanta bɛ taa.et non : Ali bɛ to yàn kà Fanta bɛ taa.

On ne peut pas non plus faire une conjonction de verbes ou de phrases verbales avec ani ou avec ni.

Utilisé de la sorte, le kà est toujours à ton bas, c’est "le kà de l’infinitif"

3. L’emploi modal (verbes ou auxiliaires modaux)

[Exercices]
En Bambara, les seuls verbes qui permettent une conjonction sans utiliser le kà sont les verbes taa "aller" et, un peu moins fréquent, na "venir". Le verbe táa est pratiquement toujours suivi d’un verbe sans kà :

taa suivi de verbe intransitif
An bɛ taa tìlen dùgu laNous allons passer la journée au village
taa suivi d’un verbe transitif précédé de son complément d’objet
N bɛ taa dumuni` kɛ.Je vais manger (faire le repas).
À bɛ nà dumuni` kɛ.Elle vient manger.

Il s’agit en réalité d’emploi modal autant que de coordination : certains verbes comme vouloir, pouvoir, désirer "appellent" l’utilisation de verbes complémentaires qui précisent l’action, par exemple dans cette leçon le verbe kà se : arriver, pouvoir (dans le même sens en français : "arriver à faire qqchose")

N bɛ se kà kàlanj’arrive à apprendre / j’arrive et j’apprends
A bɛ se kà to tobiil/elle peut cuisiner le ’to’ / Il/elle arrive et cuisine le to
I bɛ se kà daraka duntu arrives et tu manges le petit-déjeuner / tu arrives à manger le petit-déjeuner

Comme on le voit, les deux sens : modal ou coordination (consécutif) sont possibles, tout dépend du contexte.

4. Consécutif ou but ?

En français, on dit "Il reste bavarder" mais on peut si nécessaire faire la distinction entre les deux sens possibles :
Il reste pour bavarder (but). / Il reste et il bavarde (consécutif).
En Bambara, c’est pareil avec kà : les deux sens sont possibles :

À bɛ to yèn kà bàro` kɛ.Il reste ici pour bavarder.(but)
ou : Il reste ici et il bavarde. (consécutif, le plus fréquent en Bambara)

Nous verrons plus tard comment faire la distinction en Bambara, car bien sûr il est possible de le préciser !

Remarquons aussi :

À bɛ nà dumuni` kɛIl vient manger : pour manger / et il mange.

On peut en Bambara comme en français exprimer très précisément toutes ces nuances si nécessaire, mais en général, le contexte permet de comprendre clairement ce que veut dire votre interlocuteur.

5. "et" et "et puis" : kà sɔ̀rɔ

Pour préciser justement entre ces différents emplois (modal, but, consécutif), le Bambara utilise la construction idiomatique kà sɔ̀rɔ, que l’on peut traduire par "et puis" ("et il se trouva que", "et il en résultat que") :

À y’i sìgi kà baara` kɛ.Il s’est assis pour travailler
/ ou bien ? / Il s’est assis et a travaillé

En utilisant kà sɔ̀rɔ kà, on peut préciser :

À y’i sìgi kà sɔ̀rɔ kà baara` kɛ.Il s’est assis et puis il a travaillé.

Bien qu’il soit possible d’analyser kà sòrɔ comme l’auxiliaire de l’infinitif kà suivi du verbe sɔ̀rɔ "obtenir, trouver..." il est probablement plus facile de le mémoriser comme une expression toute faite. Il est d’ailleurs souvent écrit fautivement comme kasɔrɔ (qui peut alors avoir le sens "malgré que" !) ou même kasɔrɔka.

6. Le verbe kà sɔ̀rɔ

C’est un des verbes les plus importants, les plus fréquemment utilisés en Bambara. Quelques exemples d’utilisations diverses, vus dans ce cours :

I bɛ ne sɔ̀rɔ yàn don ô don.Tu me trouve(ra)s ici tous les jours.
N bɛ wari` sɔ̀rɔ bì.J’aurais l’argent aujourd’hui. (j’obtiendrais)
Wùla` bɛ ne sɔ̀rɔ yàn.L’après-midi me trouve ici / on me trouve ici l’après-midi.
Keyita bɛ sɔ̀rɔ biro` kɔnɔ.On trouve Keita au bureau. (Keita se trouve au bureau, on peut trouver...)
À bɛ dumuni` kɛ kà sɔ̀rɔ k’à da.Elle mange et puis elle s’allonge.

Nous en verrons beaucoup d’autres dans les leçons à venir.

7. kà tila X la = "terminer"

L’expression qu’on utilise pour dire "terminer quelque chose", "finir de ..." est en Bambara le verbe "kà tila" utilisé intransitivement, avec un complément d’objet indirect (qui suit le verbe), comme quand on dit en français "en finir avec …", par exemple :

À bɛ tila baara` la joona.Il termine le travail vite (bientôt, tôt).
À tɛ tila dumuni` na joona.Elle n’a pas bientôt fini de manger.

8. Le verbe utilisé à l’intransitif

[Exercices]
En contraste avec le cours précédent, on voit dans ce cours, beaucoup d’utilisations intransitives (sans Complément d’objet). avec des sens divers "être fait", "arriver", "utiliser", "mettre", "passer", "transformer"... :

Nìn baara` bɛ kɛ cogo di ?Comment on effectue ce travail ?
Mɔ̀ni` bɛ kɛ sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔma.On fait le môni tous les matins.
Mùn bɛ kɛ yàn bì ?Qu’est-ce qu’on fait ici aujourd’hui ? ou Qu’est-ce qui se passe ici aujourd’hui ?
Foyi tɛ kɛ yàn bì.Rien n’arrive ici aujourd’hui.

9. L’expression kɛ ... ye se traduit souvent "transformer", "devenir"

À tɛ kɛ bàma ye.Il ne se transforme pas en crocodile.
Nùmu tɛ kɛ dùgutigi` ye.Un forgeron ne devient pas chef de village.

Avec des objets inanimés, on voit qu’on a essayé de rendre cette expression par "on fait … pour …", ou on "prend du … pour …" :

Bàsi` bɛ kɛ surɔfana` ye.Le couscous devient le dîner → on fait du couscous pour le dîner

On voit au passage que la construction équative ye ... ye ne peut être utilisée que pour parler de l’existence ou de la non-existence d’un état passé ou présent (un état stable), par exemple :

À ye kàramɔgɔ` ye.Elle est prof.
À tùn ye kàramɔgɔ` ye.Il était prof.
À tɛ kàramɔgɔ` ye.Il n’est pas prof.
À tùn tɛ kàramɔgɔ` ye.Elle n’était pas prof.

En revanche s’il s’agit d’un état habituel ou d’un futur hypothétique, ou un changement d’état, on utilise la construction intransitive bɛ kɛ ... ye :

À bɛ kàlan kà kɛ kàramɔgɔ` ye.Il étudie pour devenir prof.
À tɛ kɛ dùgutigi` ye.Elle ne devient pas chef du village / Elle ne deviendra pas chef du village.

10. X ô X  : le groupe nominal distributif = "quel que soit X", "tout X"

[Exercices]
Le redoublement est un procédé courant en bambara et on l’a déjà vu à l’oeuvre par exemple :
- dans le cours sur le marchandage : jòli-jòli ? pour demander "combien chaque"
- dans les questions avec "mùn ni mùn ? " ni "jɔn ni jɔn ?" pour demander d’énumérer différentes choses et personnes.

Dans ce cours nous abordons une construction très fréquente dite "distributive" :
En Bambara, pour exprimer "quel que soit" on répète le nom et on relie les deux par la conjonction distributive  :

mùso ô mùsoquelle que soit la femme, toute femme
tùma ô tùmaquel que soit le moment, à tout moment
cogo ô cogoquelle que soit la façon, de toute façon
yɔrɔ ô yɔrɔquelque soit le lieu, en tout lieu

remarque : cette construction peut aussi s’appliquer avec des verbes, comme dans une autre version du proverbe cité en introduction de ce cours :
jirikuru mɛɛn ô mɛɛn ji rɔ, à tɛ kɛ bàma ye.
où "dure et dure" signifie aussi "quel que soit la durée que le tronc d’arbre passe dans l’eau". On peut même considérer que ce sont des verbes convertis en noms, ce qui est fréquent en bambara.

11. X ô X  : "chaque", "tout les"

Quand il s’agit de noms qui sont utilisés comme des adverbes, par exemple sɔ̀gɔma, tìlegan, su... on peut traduire par "chaque ...", "tous les ..."

sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔmachaque matin, tous les matins
don ô donchaque jour, tous les jours

Dans la vie de tous les jours, on entend parfois une consonne s’intercaler devant ce , en particulier

don ô don(s’entend "dongodon""tous les jours"

Le schéma tonal de cette construction distributive est particulier. S’il s’agit d’un mot à ton bas, cela donne :

mùso ô mùso(_ _ - _ _) toute femme
cɛ̀ ô cɛ̀(_ - _) tout homme
exemple : sɔ̀gɔma ô sɔ̀gɔma

Si c’est un mot à ton haut, on a :

cogo ô cogo(- - - _ _ ) de toute façon
jiri ô jiri(- - - _ _) tout arbre
exemple : don ô don
exemple : su ô su

Le second mot à ton haut a un ton plus bas que le premier. C’est ce qu’on appelle un ton haut rabaissé.

12. Patient, Agent, les verbes à la voix passive

 !!! attention : "jargon" ;-) !!!

On trouve en français plusieurs types de verbes intransitifs (sans Complément d’objet) que l’on distingue par la fonction sémantique de leur sujet, c’est à dire qu’on distingue en particulier la personne qui accomplit un acte, l’AGENT, et celle qui le subit, le PATIENT.

Prenons un verbe comme "manger".
Utilisé transitivement (avec un complément d’objet), on a :
Jean mange une mangue.
On peut dire que "Jean" est dans une fonction d’AGENT et "la mangue" dans une fonction de PATIENT.

Remarquons la chose suivante : Utilisé intransitivement (sans complément d’objet), le verbe "manger" n’accepte comme sujet que des noms qui sont dans une fonction d’AGENT.
On peut dire :
Jean mange.
On ne peut pas dire :
La mangue mange
On est obligé d’utiliser une construction passive, avec un verbe acceptant un PATIENT comme sujet, comme le verbe être :
la mangue est mangée
si l’on veut dire que "la mangue" subit l’action de "manger".

Avec le verbe "plier", c’est différent.
Utilisé transitivement (avec un Complément d’objet) on dit :
Le vent plie l’arbuste.
Utilisé intransitivement (sans Complément d’objet), on peut dire :
L’arbuste plie.
où "L’arbuste" est le "PATIENT", mais on ne sait pas forcément qui est l’AGENT coupable si on ne précise pas un circonstanciel comme "sous le vent".
… mais en revanche on ne peut pas dire :
Le vent plie.
Sans complément d’objet cela n’a pas de sens.
On voit donc que, lorsqu’il est utilisé intransitivement, le verbe "plier" n’accepte que des PATIENTS comme sujets !

Ce qui se passe en Bambara, c’est qu’il n’y a pas de verbe comme "manger", presque tous les verbes sont comme "plier" :
quand on les utilise intransitivement, c’est forcément le PATIENT qui occupe la place du sujet.
C’est ce qu’on appelle en jargon la "P-Labilité à valeur passive"... que l’on retrouve dans beaucoup de langues, pas seulement en Bambara.
C’est tout à fait régulier, et d’une certaine façon beaucoup plus simple comme ça !
Le seul problème est un problème de traduction qui demande parfois un peu de gymnastique :
Certains verbes ne peuvent être utilisés que transitivement en français, comme "tuer", alors qu’en Bambara on peut l’utiliser (fàga) transitivement ou intransitivement. On est alors obligé de les traduire par une construction passive :

Jàra` tɛ fàga.Le lion n’est pas tué / Le lion n’est pas à tuer / On ne tue pas le lion.
Kitabu` bɛ sàn.Le livre est vendu / Le livre est à vendre.

Retenir que ce n’est qu’un problème de traduction, pas une difficulté de la grammaire du Bambara !
Mais il faut reconnaître que c’est une difficulté pour les débutants car on a toujours tendance à se précipiter sur la traduction, au début, et c’est un mauvais réflexe...

Surveillez votre expression à ce sujet, retenez en particulier que :
Tùbabu bɛ dun.
ne signifie pas "le toubab mange"... mais sera compris comme : "le toubab est mangé" !
Pas de panique, utiliser une construction transitive et le tour est joué :
Tùbabu bɛ dàraka dun.
ou
Tùbabu bɛ dumuni kɛ.

JPEG - 15.4 ko
Cette serrure, à la patine exceptionnelle, figure un lézard aquatique (kana) ou un crocodile (bama), et symbolise l’esprit protecteur et tutélaire de la famille. Le crocodile est également le symbole de la société initiatique kore, et le gardien de faro (divinité de l’eau). La partie verticale forme le corps de l’animal au ventre rond et à la queue légèrement courbée. Par le passé, la représentation d’animaux « interdits » ou dangereux, tel le crocodile, était considérée comme le signe d’une grande force protectrice. Selon la tradition, ces animaux ne pouvaient être tués, mangés, ni même touchés. Les serrures, bien que représentant une protection mécanique, sont renforcées d’un système de protection étroitement lié à leur propre symbolisme. Que les motifs soient simplement anecdotiques ou bien liés à la figuration d’un thème mythologique, ils établissent l’appartenance du propriétaire à un lignage familial et traduisent sa position sociale ainsi que son statut.
Les serrures (appelées konbalabala) étaient fixées sur les portes des habitations, des cuisines, des enclos, des sanctuaires, ainsi que sur les volets des greniers. Chaque serrure avait un nom en rapport avec le message qu’elle transmettait, une personne, un mythe, ou une simple anecdote à laquelle elle faisait référence. Les serrures étaient souvent offertes en cadeau de mariage, et se transmettaient de génération en génération.
18ème / 19ème siècle ou antérieur.

VOCABULAIRE


Dumuniw

bàsin.couscous
burun.le pain
dàrakan.petit-déjeuner, repas du matin
dumunin.repas, nourriture, action de manger (avec kɛ)
dunv.manger (v.t.)
→ N tɛ to dun.Je ne mange pas de ’to’.
fànan.repas (offert)
fùrufurun.petit beignet
kinin.riz (cuit, mangé avec la main droite, kinibolo)
→ kininama (kini-nama)n.riz avec sauce (riz-sauceux)
mɔ̀nin.un porridge de mil
nan.la sauce (très important dans la cuisine !)
ɲɛɲɛnn.brisure, grains concassés de mil ou de maïs
ɲùgun.feuilles servant à la fabrication de sauce, feuilles de baobab, de haricots, de patates, de manioc...
nsaamɛn.riz au gras (sénégalais)
nburun.le pain
sèrin.un porridge, une bouillie de céréales concassées
surɔfana (su-rɔ-fana)n.dîner, repas du soir (soir-dans-repas)
tìgadɛgɛ (tìga-dege)n.pâte ou beurre d’arachide, de cacahuète
tìgadɛgɛna (tìga-dege-na)n.sauce au beurre d’arachide (arachide-pâte-sauce)
tìlelafana (tile-la-fana)n.déjeuner, repas de midi (soleil-dans-repas)
tòn.le "to", plat incontournable des Bambaras
tobiv.cuire, cuisiner
→ À bɛ tò` tobi.Il cuisine le ’to’.
tòsira (tò-sira)n.reste de "to" de la veille au soir

Autre vocabulaire

balov.vivre (v.i.) , nourrir (v.t.)
→ Ala kà Bari balo.Que Dieu fasse vivre Bari.
bàman.crocodile
bàron.conversation, bavardage
bìn., adv.aujourd’hui
cɛ̀ganan.célibataire
cogon.manière
dav.(se) poser, allonger, coucher (v.t.)
→ À b’i da.Il s’allonge.
→ À bɛ fini` da dùgu mà.Il pose le tissu sur le sol.
donn.jour
→ don ô don (dongodon)tous les jours
dtm.certain / l’un, l’autre
dùgutigin.chef de village (terre-maître)
fàgav.tuer (v.t.)
foconj.jusqu’à
jirin.arbre
jirikuru (jíri-kùru)n.bûche, tronc d’arbre (arbre-boule)
joonaadv.vite, tôt, bientôt
kàbiniconj.depuis, à partir de
kòv.(se) laver, baigner (v.t.)
→ An b’an kò.nous nous lavons / nous nous baignos.
→ An bɛ Musa kò.nous lavons Moussa.
kununv.(se) réveiller (v.t.)
→ N bɛ kunun.Je me réveille.
→ Ali bɛ n kunun.Ali me réveille.
lafiɲɛv.(se) reposer (v.t.)
→ N bɛ n lafiɲɛ.Je me repose.
→ À b’à sɛ̀gɛn` lafiɲɛ.Il repose sa fatigue.
lajɛv.regarder (v.t.)
mɛn (mɛ)v.entendre, comprendre (parler, pour une langue) (v.t.)
mɛɛn (mɛn, mɛ)v.durer, tarder, rester longtemps
lɛrɛ (fr)n.l’heure
midi (fr)n.midi
mìnv.boire, fumer, manger une nourriture liquide comme le porridge (v.t.)
→ N tɛ sìgarati mìn.je ne fume pas de cigarette
nàkun (nà kùn)n.raison de la venue
ntòlan.la balle
ntòlatan (balle-frapper)n.le football
nùmun.forgeron
ɲɛnajɛ (ɲɛ-lajɛ)n.distraction, fête (oeil-regarder)
ɲɛnajɛv.se réjouir, divertir / regarder (v.t.)
conj.(distributif) tout/quel que soit
sev.arriver, atteindre, être capable (arriver à), pouvoir (v.i.)
→ N bɛ se làkoli` la lɛrɛ 8.L’arrive à l’école à 8h.
sèginv.revenir, retourner (v.i.), rendre (v.t.)
→ N bɛ sègin so.Je rentre à la maison.
→ N bɛ wari` sègin.Je rend l’argent.
sɛ̀gɛnn.fatigue
sisann., adv.maintenant
sɔ̀rɔv.obtenir, trouver (v.t.)
→ N b’i sɔ̀rɔ kàlanso` kɔnɔ.Je te trouve en classe.
→ Sògo` bɛ sɔ̀rɔ suguba` la.La viande s’obtient au grand marché / On trouve la viande ...
sùnɔgɔv.dormir (v.i.)
→ À bɛ sùnɔgɔ.Elle dort.
tàv.prendre (v.t.)
-> k’à tà ...expr.à partir de
taav.partir, aller (v.i)
→ N bɛ taa so.Je vais à la maison.
tànadv.ainsi, comme-ci
tènadv.ainsi, comme-ça
terin.ami
tila ... lav.finir, terminer (v.i.)
→ À bɛ tila baara` la.Il fini le travail..
tìlegan (tìle-gan)n.midi à 14h, le point le plus chaud du jour (soleil-chaud)
tov.rester (v.i.), laisser seul
→ N tɛ to kàlanso` kɔnɔ.Je ne reste pas en classe.
tugunni (tugun-ni)adv.encore, à nouveau (encore-et)
tùman.temps, moment
wala (walima)conj.ou bien
wulan.après-midi, soir (avant la nuit tombante)
yev.voir (v.t.)
→ N b’i ye.Je te vois.

DEVOIRS

1. Décrire ce que vous faites habituellement chaque jour, les activités d’une journée typique depuis que vous êtes arrivé au Mali. Utilisez l’habituel (une forme de l’imperfectif), et utilisez le future hypothétique (avec mana). Racontez tout ça à la classe.

2. Décrire les activités d’une journée typique du Directeur du Corps de la Paix ou de son assistant. Interviewez-le en Bambara et parlez-en devant la classe.

3. Même chose que (2) ci-dessus avec l’un de vos profs de Bambara.

4. Même chose que (2) ci-dessus avec l’un des employés du Corps de la spaix que vous connaissez assez bien.

5. Utilisez la forme intransitive kà kɛ ... ye, pour décrire un déjeuner américain (ou européen) typique.

remerciements : logo de cet article : dessin de masque réalisé par Christine Bagnères

JPEG - 139.2 ko
Enfants jouant, vers Koulikoro
http://typolemag.info/un-pas-deux-p...

klik-ka-kumasen-dilan ™

Avec une petite moisson de noms et de verbes nouveaux, vous arrivez à 750 mots de Bambara à votre actif ! et avec ces nouvelles phrases, de nouvelles possibilités s’ouvrent à vous.
XXXXXXXXXXXXX EN PREPARATION XXXXXXXXXXXXXXXXXX

INDEX DES COURS DISPONIBLES

samedi 31 janvier 2015

Messages

  • waou !!! plus que 3 leçons pour rejoindre la n° 15 !!!
    tu y es presque …courage et merci

  • "À mana kunun à b’i kò". Cela signifie que : "À mana kunun à bɛ i kò". Je ne comprends pas pourquoi « tu ». De mon point de vue, devrait être : "À mana kunun à bɛ a kò", autrement dit, "Dès qu’il se réveille, il se lave". Qu’est-ce que je me trompe ?

    • C’est une excellente question ! En bambara, le pronom réfléchi (le "se" de "il se lave") peut être "i" lorsque le sujet est à la troisième personne, et il l’est souvent au lieu de "a" (presque toujours) ou de "u" (plus rarement), et il est toujours "i" lorsqu’il s’agit de sujets indéfinis comme "mɔgɔ" (les gens, on) ou "bɛɛ" (tout le monde, tous) :
      - bɛɛ b’i ko su fɛ yan. "tout le monde se lave le soir ici."
      Ce "i" s’emploie pour les verbes réfléchis (ko, sigi, miiri, pan...) mais aussi plus généralement :
      - bɛɛ b’i ka baara daminɛ "tout le monde commence son travail"
      - Musa b’i ka marifa ta "Moussa prend son fusil"

      Vous remarquerez que dans le dictionnaire Bamadaba, ces deux "i" ("tu" et "se") sont deux entrées séparées.

  • I ni ce ! Si je vous comprends bien, on peut dire : "À mana kunun n b’i kò" ?

    • non, pas tout à fait, le mot important est "3ème personne" :

      ça ne vaut que pour un sujet  : "il, elle ou ça" (ou plus rarement 3ème personne du pluriel  : "ils, elles").

      Pour la première personne (n, an) ou la deuxième personne (i, aw) , le pronom réfléchi est le même que le sujet :
      - N mana kunun, n bɛ n kò
      - I mana kunun, i b’i kò

NB: Pour un message en privé à l'auteur, envoyer un email à : contact@mali-pense.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

SPIP | contacter mali-pense.net | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Radios